Bonjour et bienvenue sur le site de gerarddesaintmars




Le Père Angélus et l'abbaye trappiste d'Achel (B)






En 1955, j'allais vers mes 8 ans, à l'occasion d'une campagne publicitaire du magasin "Familistère" de ma ville natale, dans le Nord de la France, j'ai lancé un ballon auquel était attaché un carton portant mon nom et mon adresse. Je crois que la plupart des enfants ont connu cette joie de lancer un jour un ballon en espérant une réponse. Le mien est allé loin, jusqu'à la frontière entre Belgique et Pays-Bas, il s'est finalement posé dans une abbaye trappiste et c'est le Père Angélus qui m'a répondu... Trois cartes postales, une photographie et - en tout - une dizaine de mots d'amitié, voilà ce que j'ai conservé depuis 1957, année qui a été - pour une raison que j'ignore - celle de la fin de cette brève correspondance.

En 2007, cinquante ans plus tard, j'ai redonné vie à ces souvenirs précieusement conservés et j'ai entrepris de rechercher sur le Web la trace de ce "vieil ami".

Cette page raconte ma quête, un cheminement incertain que j'ai toujours trouvé passionnant et qui s'est attaché à faire revivre aussi ceux qui furent les compagnons du Père Angélus. Ma quête est une mosaïque de près de 400 photos et documents divers évoquant les moines et l'abbaye, je la croyais terminée mais il semblerait qu'inconsciemment (ou non) je me refuse à cette éventualité ! Il y a toujours quelque chose qui m'empêche de refermer définitivement la porte !



Quelques pages de ma quête...


Retrouvez directement les dernières insertions en cliquant sur le bouton...




Ou utilisez les quelques repères ci-après ...




















- Année 1955 -




Je n'avais pas tout à fait 8 ans lorsque de la Place d'Armes de la ville de Condé sur l'Escaut (France - 59), où j'ai vécu une partie de ma jeunesse, je lançais un ballon portant mon adresse ; c'était en 1955 !


~~o~~O~~o~~


Quelques semaines plus tard je recevais une carte représentant une abbaye trappiste sur laquelle était collé , au verso, le carton que j'avais attaché au ballon. Cette carte était signée du "Père Angélus".



Je trouvais très impressionnante cette vue de l'abbaye




L'adresse à Borkel en Schaft et le carton collé par le Père Angélus. . .



Je me souviens du plaisir éprouvé et de ma fierté aussi... Le ballon, une baudruche publicitaire offerte par le "magasin Familistère", profitant d'un vent de Sud-Ouest, avait donc parcouru ce qui, à l'époque, me paraissait être une bien longue distance (163 km) et surtout il avait été retrouvé par un "Père". Mes camarades de classe, de "catéchisme" ou de "patronage" enviaient ma chance ! D'autant plus que le Père avait eu la gentillesse de découper un morceau du ballon avec le nom "Familistère" lisible et de le coller avec le carton d'identification ! Ce morceau de baudruche a aujourd'hui disparu, mangé par le temps, sans doute, mais j'en vois encore la trace...


- Année 1956 -

Presque une année plus tard - en juillet 1956, en réponse à un courrier de l'été précédent, je recevais une deuxième carte ne portant que quelques mots ...

En fait le Père Angélus ne m'a jamais parlé de lui. Toutefois, cette seconde carte portait une photo ; et cette photo valait mille mots : je pouvais voir qu'il était effectivement "moine" et que, par conséquent, il respectait la règle de silence imposée par l'Ordre. Cela mes parents me l'ont bien expliqué et j'appréciais d'autant plus alors l'importance des quelques mots écrits...



Je ne sais pas si le Père Angelus aurait aimé voir sa photo sur le Web (même après tout ce temps)... J'ai donc hésité et puis je me suis dis que si je voulais faire revivre un peu ce "bon Père" ce ne serait pas en faisant de lui un "moine masqué" que j'obtiendrais quelques renseignements !



- Année 1957 -

Le troisième et dernier courrier a été reçu au début de 1957, sans doute, car il comportait une carte de voeux et un calendrier que je n'ai pas conservé...


...


Après ces quelques correspondances, le silence... Mon dernier courrier (début 1957) est resté sans réponse. Je me souviens avoir longtemps espéré des nouvelles ; puis, l'insouciance de l'âge , le temps qui passe, les déménagements successifs ont fait leur oeuvre. Toutefois je n'ai jamais oublié, j'ai toujours conservé dans mes "trésors d'enfant" ces marques d'une trop courte amitié ! En cette fin de novembre 2007 il m'est apparu évident que je devais chercher à faire revivre ces souvenirs ; se pouvait-il que le Père Angélus soit encore de ce monde ?




S O M M A I R E


Sans être exhaustif, le petit sommaire ci-dessous devrait vous permettre de vous y retrouver dans mon "journal de marche" ... N'hésitez pas à cliquer pour avoir accès aux années correspondantes, il y a également beaucoup de photographies à découvrir !


Novembre-Décembre 2007


- Google-Earth me permet de situer l'abbaye à Achel, "à cheval" entre Belgique et Pays-Bas.

- Je vois volontiers le Père Angélus comme l'un des Fondateurs de Kasanza et lui trouve une ressemblance avec Dom Gabriël Van de Moosdijk.

- Mon premier contact avec un Père trappiste : Dom Albéric Bruschke, supérieur de l'abbaye de Sion (N.L.).

- Je découvre quelques photos de compagnons du Père Angélus : Père Emmanuel Van Gassel, Père Godfried (Gerardus Bussels) et Père Edmond Mikkers.





Année 2008


- Mes premiers doutes quant à l'opportunité de ma quête ; l'abbaye vient d'être victime d'une escroquerie commise par un "oblat" indélicat.

- Je continue à découvrir des compagnons : Frère Augustinus, Frère Charles, Père Marc Gallant, Frère Marinus Den Otter, Père Columbanus Tewes, Père Lambertus Vandermeulen ; Père Henricus Scheepers (frère du Père Angélus), Frère Luc Lahaut, Frère Titus (aujourd'hui à l'abbaye de Caldey), Père Sylvester, Père Mauritius, Père Dominicus de Jong, Père Baldinius, Père Michaël Stumpel, Père Amandus Bussels, Frère Johan ...

- J'ai des contacts par Mail avec le Père Franco Ndulama, Prieur, supérieur du monastère de Kasanza, avec le Père Jean-Baptiste Pashi-Tundando, ex-prieur de Kasanza, en poste à Rome, avec le Père Pierre-Paul Walraet, de l'Ordre de la Sainte Croix, ancien novice d'Achel qui a connu le Père Angélus et qui m'apporte quelques précisions sur la communauté ...J'apprends que le Père Angélus n'a pas été de ceux partis pour le Congo ; il était le frère "portier" à Achel en 1955/1957, il est enterré dans le cimetière de l'abbaye.

- C'est en avril 2008 que je fais ma découverte la plus marquante : une lettre datée du 19 janvier 1957 mise sur le site de M. Louis Bogaerts... Pour la première fois je trouve sur le Web le nom du Père Angélus d'Achese Kluis. Louis apportera beaucoup à ma quête.

- En mai, le Père Gaby Depreitere, supérieur d'Achel, m'adresse un courrier contenant des cartes postales de l'abbaye, un "in-memoriam" concernant le Père Angélus et une émouvante photo prise sur la fin de sa vie.

- Désireux de retracer un peu la vie de la communauté, j'explore une piste en direction du Danemark : Prieuré de Myrendal ; qui étaient ces "Six d'Achel" qui voulaient vivre autrement leur foi ? Le Frère Bas Van Vessum, le Père Frans Van Haaren, la contribution de M. René de Vos (Victoria - Canada)...




Année 2009




- La collection de photos de compagnons se complète : Père Herman Jozef (neveu du Père Angélus), Frère Jules, Frère Jo, Frère Joris, Frère Léonardus...

- Petite incursion dans un ouvrage de Cess Nooteboom, romancier néerlandais, qui raconte son passage à l'abbaye d'Achel au début des années 1950 et évoque un entretien avec le "Père portier" lequel avait eu un comportement héroïque pendant la seconde Guerre mondiale. Qui était ce Père ? J'ai pensé au Père Angélus...

- Louis m'adresse un fascicule (1949) sur les travaux de la nouvelle Abbaye (architecte Jos Ritzen, photographies de Martien Coppens) et une photo du Père Tarcisius, auteur de nombreux livres pour la jeunesse (Editions Sinite Parvulos Achelse Kluis).

- Pour la deuxième fois seulement je retrouve le nom du Père Angélus sur Internet ; son nom est mentionné dans un commentaire, laissé en 2002, par M. Ben Ieven lequel semble garder un très bon souvenir de quelques Pères ...

- Cette année 2009 sera aussi celle des contacts avec M. René Winters, ancien reporter photographe pour le Limburg qui m'autorise à utiliser des photographies de la communauté d'Achel mises en ligne par ses soins sur le site du "Grevenbroekmuseum".




Année 2010


- La surprise du contact du Père Johannes Baars, du monastère de la visitation à Lourdes ; grâce à lui j'ai enfin la photographie des Pionniers de Kasanza (les Frères Marinus et Arnoldus, les Pères Lambertus, Emmanuel, Raynaldus et Adelbertus) et j'entre en relation avec le Père Pierre Schilling du monastère de l'Epiphanie à Eygalières. Il est l'un des "Six d'Achel" (Père Raymundus)...

- Beaucoup de photos sur la communauté et surtout une de 1946 avec le Père Angélus.

- En mars 2010 j'ai pu mettre un nom sur ce "gastenpater" évoqué par Cees Nooteboom, il s'agit du Père Nivardus Pas (effectivement décoré pour acte de bravoure) et j'ai retrouvé, par le biais de quelques traductions pas toujours évidentes, un autre Père qui s'est distingué pendant la dernière Guerre mondiale : le Père Averdieck Gerardus (Père Alphonsus-Maria), fusillé à Vught en 1944.

- Le 7 août 2010, j'ai relancé quelques recherches sur Myrendal, poussé par je ne sais quelle intuition. J'ai retrouvé l'ex-Frère Bas Van Vessum qui a quitté l'ordre depuis quelques années. Il a accepté que je parle de lui et me permet de découvrir d'autres compagnons de son noviciat 1954/1955 (frères Jacobus, Léo Vorst, Hugo Schmid...).

- le 23 septembre j'ai reçu un message de Bram Spee, il était à l'abbaye d'Achel entre 1983 et 1985, il y a connu le Père Angélus ...

- le 06 octobre, Bram m'adresse une photo du noviciat du Père Angélus , il était alors âgé de 21 ans, c'était en 1927 !

- Le 29 novembre j'apprends que l'abbaye d'Achel cessera son activité hôtellerie en 2011 mais découvre peu après un "démenti" de l'Abbé de Westmalle (NL), Père immédiat d'Achel...




Année 2011


- En ce début d'année j'apprends qu'il n'y a plus que 4 Frères "actifs" à Achel ; quelques échanges avec Bram et de nouvelles photos ;

- Un retour sur mes archives, la compréhension du Père supérieur de l'Abbaye de Sion et le concours de l'archiviste de cette abbaye me permettent d'obtenir quelques dates concernant le père Angélus et aussi d'établir formellement qu'il était à Sion ces années 1943/1945, lorsque la communauté avait été chassée d'Achel ;

- 05 mai 2011, j'ai trouvé sur le site Hamontachel.com quelques photos faites à l'occasion de la valorisation du patrimoine historique de l'abbaye, on y voit les derniers frères encore présents ; cela a été l'occasion d'un contact avec René Winters ...

- 26 septembre 2011, j'apprends sur le blog de la RGM2011 OCSO, la nouvelle de la suppression de la communauté d'Achel. Le Chapitre Général s'est en effet prononcé , le 25 septembre 2011, en faveur de cette mesure ; l'abbaye d'Achel devient une maison annexe de l'abbaye de Westmalle.

- 24 octobre 2011, le silence de Bas van Vessum m'intrigue, je découvre avec tristesse, sur un site danois, qu'il est décédé le 09 août 2011 à son domicile de Rodovre, près de Copenhague.

- 03 novembre 2011, Louis me donne des nouvelles, le Seigneur ne l'a pas épargné beaucoup ces derniers temps ; il a pu se rendre au cimetière de l'abbaye accompagné du Frère Luc Lahaut et il m'adresse quelques photos qui m'ont rendu fort nostalgique !





Années 2012/2015


Ma quête, en tant que telle, est terminée ; enfin, elle devrait l'être ! Il reste possible de me contacter et je ne manquerai pas de rapporter les faits ou nouvelles qui parviendraient à ma connaissance et qui concerneraient le Père Angélus ou ses compagnons.

- Quelques photographies...
- l'annonce de la mort du Père Jacobus Ter Steege à Latroun (Ancien d'Achel 1951-1959, ancien de Kasanza)...
- un contact avec le prieuré de Myrendal (Danemark)...
- le Frère Jules, brasseur à Achel, quitte l'Ocso...
- la mort du Frère Léonardus à Achel, âgé de 84 ans...
- fin 2013/début 2014, de nouveaux contacts avec M. René de Vos (Canada) me permettent d'en apprendre plus sur Myrendal et ceux qui étaient appelés les "Six d'Achel"...
- en mai 2014 des contacts (dont un échange téléphonique) avec le Père Pierre de l'Epiphanie, 88 ans et avec Dom Armand Veilleux, de l'abbaye de Scourmont, toujours à propos des "Six d'Achel" ...
- en septembre 2014, une photographie récente des Frères Clemens et Bo de Myrendal ; un contact avec le Frère Niek Werkhoven, l'un des "Six d'Achel" dont j'ai enfin retrouvé la trace...
- en juin 2015, ma quête est-elle vraiment finie ? Je découvre avec émotion la tombe du Père Frans sur l'ile de Bornholm...





Année 2016


Je suis le premier surpris d'ouvrir ainsi une nouvelle année de quête ! En ce début d'année j'ai trouvé deux nouvelles photographies du père Angélus, identifié l'événement objet de la photo où Angélus apparaît avec son frère et retrouvé un livre du Père Tarcisius illustré par Angélus...
- le 1er avril décès du frère Charles - Ma découverte du livre "De monnik van Europa's straten"
- le 1er mai décès du frère Joris... La communauté d'Achel est désormais réduite à 2 moines
- En mai c'est aussi une réponse inattendue à un message de 2010 ! Annette me fait parvenir des documents dont un article relatant la 1ère messe du Père Angélus, célébrée le 5 juin 1938 et une très belle photo d'Angélus avec son frère Henri en famille (1943)...
- En novembre le Frère Titus de l'abbaye de Caldey répond à une demande et m'aide à identifier un nouveau compagnon d'Angélus : le Père Anselmus ...
- Fin décembre j'apprends que le Frère Luc a quitté Achel pour rejoindre l'abbaye de Westmalle ; le Père Gaby reste le dernier de l'ex-communauté d'Achel encore sur place !







Année 2017


Déjà 2017 et je n'ai toujours pas décidé de fermer cette page...

- Janvier : Je retrouve un rapport de commission de 2010 dans lequel l'intervention du Père Gaby d'Achel laisse entrevoir la fin de l'abbaye ... - J'évoque l'abbaye de Diepenven qui n'existe plus depuis plus d'un an et le départ d'une partie de la communauté sur l'ile Schiermonnikoog (NL)...





Récapitulatif et remerciements :

Il m'est apparu nécessaire de résumer ce que j'avais appris sur le Père Angélus, sans oublier d'évoquer à nouveau brièvement ceux de ses compagnons que j'ai pu retrouver.















- Année 2007 -

Plus de 52 ans se sont écoulés depuis ce lâcher de ballon ; j'ai davantage de temps et je me suis replongé dans mes souvenirs... Je tente aujourd'hui de retrouver le fil de ce que fut la vie de cet ami si lointain ...

~~o~~O~~o~~


Novembre/décembre 2007 : Après quelques recherches sur le Web j'ai pu situer exactement l'Abbaye dont seule une partie des jardins se trouve aux Pays-Bas sur Borkel-en-Schaft. Il s'agit en fait de l'abbaye d'Achel, dans le Limbourg, en Belgique... Une vue aérienne (Google Earth) m'a permis de repérer parfaitement ce qui constitue la vue de la première carte reçue, prise depuis les jardins, côté néerlandais.



L'abbaye d'Achel dispose d'un site Web et j'ai pu trouver l'adresse de contact du Supérieur. J'ai donc adressé un message pour savoir s'il était possible de savoir ce qu'était devenu le Père Angélus. J'avoue que je ne suis pas très convaincu de cette démarche après tout ce temps, mais voilà, j'ai besoin de savoir !


NB : Il faut que je précise ici que j'avais découvert un "frater Angelus" lors de ces premières recherches ; il se trouvait dans un arbre généalogique de la famille Haans, était né en 1915 à Tilburg (NL - 40 km au Nord-Ouest de Borkel en Schaft) et décédé en 1991 (inhumé à Vught 18 km Nord-Est Tilburg). Les dates pouvant correspondre, le lieu de naissance étant proche du secteur qui m'intéressait, j'ai adressé un mail au webmaster , Frank Haans. Ce dernier m'a répondu de manière fort sympathique ; ce "frater Angelus", membre de la famille Haans, ne faisait pas partie de la même congrégation... Nous étions le 26 novembre 2007 et je ne savais pas encore combien difficile et passionnante serait ma quête...






La ligne blanche représente la direction suivie par le ballon ; je ne sais pas si le Père l'a retrouvé côté Belgique ou côté Pays-Bas mais pour le moins et selon le tracé ci-dessous, ces derniers ont été survolés après un voyage dans les airs de plus de 163 km ! NB : le trait jaune marque la frontière.








Bien sûr j'ai axé mes recherches sur "Père Angélus" et "Achel" mais je n'ai pour l'instant trouvé aucun élément. J'ai toutefois appris que quelques moines avaient quitté Achel en 1957 et 1958 pour rejoindre le Congo Belge de l'époque (RDC aujourd'hui) et y fonder, à Kasanza, ce qui deviendra Notre Dame de l'Emmanuel. Peut-être le Père Angélus faisait-il partie de ces fondateurs ? Ce qui pourrait expliquer l'arrêt de notre correspondance.... Le Père supérieur de l'Abbaye, pourra-t-il répondre sur ce point ?





Je n'attends que peu de choses finalement ; juste quelques mots, une infime entorse à la règle du silence . Il serait étonnant que le Père Angélus soit toujours de ce monde ; aujourd'hui , et d'après la photographie de 1956 (photographie qui pouvait d'ailleurs dater de quelques années), il serait pour le moins nonagénaire ! Quand même, je voudrais être sûr, sait-on jamais ?

*
* *

19 décembre 2007 : je pense qu'il me sera très difficile d'obtenir une réponse. N'ayant aucun signe de réception du message adressé au Père Supérieur (4/12) j'ai adressé ma demande sur l'adresse mail de la Communauté (14/12) ; j'ai reçu le 18/12 un avis de non délivrance de ce mail . Cela étant peut-être dû au fait que j'avais placé un lien dans le message, j'ai renouvelé mon envoi sans lien actif. J'espère qu'il sera lu ... Bien sûr, à défaut, il reste la possibilité du courrier normal mais là aussi j'ai conscience des difficultés tant il est vrai qu'au cours de mes recherches j'ai lu - ici et là - que les possibilités de communiquer étaient très réduites ; le chapitre 54 de la règle de Saint Benoît, que je reproduis ci-dessous, est très restrictif ...



Ce texte m'amène d'ailleurs à me poser une question : Le Père Angélus a-t-il demandé l'autorisation ou pouvait-il s'affranchir de cette demande en raison même de sa fonction au sein de la Communauté ? J'ai exploité cette hypothèse et j'ai trouvé sur le site de l'abbaye de Sion (NL) une photographie de celui qui était le Père supérieur d'Achel de 1952 à 1965 : le Père Dom Gabriël van de Moosdijk... Il est difficile de dater cette photo. Comme il semble encore porter la croix cela pourrait signifier qu'il est toujours le Père Supérieur de l'abbaye d'Achel ; il s'agit peut-être d'une photo réalisée au moment de son départ, en 1965 ? Il était alors âgé de 79 ans... Je n'ai pu m'empêcher de rapprocher les deux photographies, et je suis troublé parce que je crois y voir une certaine ressemblance....



La photo que le Père Angélus m'a adressée en 1956 pouvait dater de "plusieurs" années ; en effet, la "tonsure" ne semble être portée que lors des premiers voeux lesquels sont suivis de 3 années de noviciat avant le prononcé des voeux définitifs. Sur les photos que j'ai pu découvrir il y a très peu de moines avec tonsure... De plus , la première carte que j'ai reçue en 1955 est bien signée du "Père" Angélus, or, pour être éligible à ces fonctions de "Père" il faut être prêtre et avoir exercé 7 ans au moins... Ainsi il ne paraît pas inepte de considérer que le Père Angélus ait pu m'envoyer une photographie datant de son noviciat ... Mais ce ne sont là que des élucubrations, j'aurais besoin d'un avis éclairé !




A la date du 24 décembre 2007, les quelques commentaires que j'ai reçus tendent, majoritairement (près de 70%), à me convaincre que je fais fausse route en voyant une ressemblance dans ces clichés ; et pourtant j'ai beau y retourner , en imaginant le Père Angélus de la photo avec quelques dizaines d'années de plus, je le vois volontiers sous les traits de ce vénérable Père . Mais bon, mes yeux ne voient sans doute que ce qu'ils veulent voir ! Début 2008 je reprendrai ma quête de renseignements...... Merci à ceux qui m'ont apporté l'aide de leur jugement.

Le 25 décembre 2007 j'ai obtenu l'assurance qu'il ne s'agit en fait que d'une ressemblance et non pas de la même personne ; le Père Angélus n'était donc pas le supérieur d'Achel en cette année 1955. Je remercie ici, une nouvelle fois, mon correspondant le Père Dom Albéric Bruschke, supérieur de l'Abbaye de Sion (NL), qui m'a indiqué que le Père Angélus n'était pas le Père Gabriel van de Moosdijk ! Il me reste l'espoir d'un petit signe de l'abbaye d'Achel , à défaut je n'insisterai pas davantage, mon intention n'étant certainement pas d'avoir une démarche inopportune... Je recherche tout simplement à faire revivre un souvenir de jeunesse.


Dom Albéric Bruschke, supérieur de l'abbaye de Sion.
Premier moine trappiste avec qui j'ai un contact dans le cadre de mes recherches.



A la date du 29 décembre 2007 vous avez été quelques uns à me demander si j'avais "du nouveau". Hélas, non ! J'ai d'ailleurs reçu un avis de non distribution de mon dernier mail... D'un autre côté je dois dire que je recrée lentement ce qui fut l'environnement de Père Angélus dans les années 1955/1958. En axant mes recherches sur les moines qui étaient partis pour Kasanza en 1958 je suis arrivé à quelques noms de religieux : le RP Lambert Vandermeulen était accompagné du Père Dom Emmanuel van Gassel et du Père Deshayes sous la direction duquel le monastère provisoire de Kasanza fut construit (nb : le Père Deshayes était un Père jésuite, non un moine de l'Abbaye d'Achel - précision recueillie le 25 février 2008).

J'ai retrouvé également trace de la présence à Kasanza du Père Albéric Vanormelingen qui a rejoint Kasanza en 1963, venant de Achel ; du Frère Marin den Otter qui est décédé à Kasanza en 1970, dans un incendie de brousse et enfin du Père Godfried Gérardus Bussels, qui était présent à l'abbaye d'Achel depuis 1941 et qui a passé plusieurs années à Kasanza avant de décéder à Achel en octobre 2007.

Les seuls pour lesquels j'ai pu trouver une photographie jusqu'à présent sont Dom Emmanuel van Gassel et Père Godfried. J'ai également trouvé une autre photographie , celle du Père Edmond Mikkers (bibliothécaire à l'abbaye d'Achel de 1944 à sa mort en 1993). Aucun n'était le "Père Angélus" de la photo collée sur la carte. Il serait maintenant étonnant que je parvienne à "resserrer" davantage mes recherches tant je pense avoir épuisé les ressources du web ! Plus que jamais il me faudrait un signe...




Les Pères Emmanuel Van Gassel, Edmond Mikkers et Gérardus Bussels
Le texte ci-dessous vous permettra d'en savoir un peu plus sur le Père Edmond Mikkers





~~o~~O~~o~~










- Année 2008 -

Aujourd'hui, 03 janvier 2008, le signe attendu n'était pas celui que j'espérais et je viens de comprendre les raisons du silence de l'Abbaye d'Achel . Alors que j'avais repris quelques recherches , je suis tombé sur un article de presse daté du 15 novembre 2007 qui évoque un problème interne à l'Abbaye . Selon la traduction en ligne, un oblat indélicat a trahi la communauté en détournant plusieurs dizaines de milliers d'euros provenant des revenus du travail de l'abbaye qui a déposé plainte... L'on comprend combien ma requête a pu paraître puérile et malvenue en ces moments difficiles... J'en suis réellement navré. Je laisse cette page visible encore quelques jours et je mettrai un terme à mes recherches. Bien sûr j'ignorais totalement ces faits avant de me replonger dans mes souvenirs de jeunesse ; c'est affligeant de penser comment j'ai pu si mal tomber après plus d'un demi-siècle. Je suis triste pour la mémoire du Père Angélus, triste pour la communauté d'Achel qui a dû ressentir cruellement cette trahison ; je voudrais qu'ils sachent combien je suis attristé et combien je pense à eux en ces moments difficiles.

*
* *

Nous sommes le dimanche 06 janvier 2008 et j'avoue que j'ai du mal à refermer cette page sans avoir pu obtenir le moindre indice ! Et puis vous êtes quelques visiteurs à avoir souhaité une "bonne fin" à cette quête. Cela me pousse donc à poursuivre un peu, avec l'espoir que quelques renseignements donneront plus de réalité temporelle à mes souvenirs. Dans une certaine mesure je suis toutefois satisfait car j'ai déjà pu retrouver quelques photographies de moines qui ont été, sans aucun doute, des compagnons du Père Angélus.

- le 11 janvier 2008 je n'ai rien de nouveau mais je ne désespère pas ! Au cours de mes dernières recherches j'ai pu voir quelques photos d'un cimetière de moines dans une abbaye-fille de celle d'Achel, j'ai même pu lire quelques noms sur des croix... Cela démontre donc qu'il y a des possibilités de savoir mais encore faudrait-il que ces cimetières soient ouverts au "public", et cela ne semble pas être le cas. Quoi qu'il en soit cette quête est intéressante et j'ai découvert ce que pouvait être la vie de travail et de prière des frères Trappistes (la devise de l'Ordre de Saint Benoît est : "Ora et Labora" - prière et travail).

- le 13 janvier 2008, je ne suis pas loin de penser que les ressources du Web sont inépuisables ! Je viens de trouver un article rédigé en 1982 par Marcel Quartel (Kloosterleven, le NCRV de 1982)... Il s'agit d'un reportage en néerlandais mais une traduction "en ligne" permet de préciser qu'à cette époque il y avait 48 frères et Pères à l'abbaye, âgés de 22 ans (un novice) à 85 ans. Il y a quelques photos dont deux où l'on peut voir des religieux : le Père Emmanuel, le Père Mikkers et le Frère Augustinus (cité et "repéré" dans l'article). Un moment d'émotion certes, mais pas de Père Angélus parmi les quelques autres moines visibles. Le Frère Augustinus est le cinquième que je pense pouvoir être un compagnon du Père Angelus (voir en bas de cette page le regroupement de ces compagnons).

Pour le plaisir je mets ci-après un petit montage des photos de cet article de 1982 ; il est possible de reconnaître le Père Emmanuel Van Gassel (alors âgé de 68 ans), supérieur de l'abbaye (1), le Père Edmond Mikkers, bibliothécaire (2), et le Frère Augustinus (3).





Voilà où j'en suis à ce jour 13 janvier 2008 ! Je ne doute pas que le Père Angélus ait laissé des souvenirs et que parmi les plus jeunes de ceux qui l'ont connu il y en aura un pour me parler un peu de lui.

- le 16 janvier 2008, j'ai retrouvé quelques Pères Angélus mais pas de la même congrégation. S'agissant de l'Abbaye d'Achel j'ai de nouvelles photos : Frère Charles, Père Marc Gallant....mais je n'ai par contre aucune certitude qu'ils aient pu côtoyer le Père Angélus. Le Père Dom Marc Gallant a été Supérieur de l'Abbaye d'Achel du 10 octobre 1994 au 16 août 2006.



J'ai compulsé beaucoup de documentation sans trouver ne serait-ce qu'une mention d'un Père Angélus à l'abbaye d'Achel ! A se demander si pour contourner la Règle de Saint-Benoît, alors strictement appliquée, il n'a pas été fait "usage" d'une identité "non attribuée" à l'abbaye ... Non pas par souci de dissimulation mais pour ne pas avoir à titre personnel un correspondant à soi. Il ne resterait donc - dans cette hypothèse - que la photo pour identifier mon correspondant. J'ai déjà écrit ce que je pensais de cette photo et vous avez été quelques uns à réaffirmer qu'il y avait plus qu'une "simple ressemblance", surtout lorsque l'on considère que les deux clichés peuvent être séparés de 30 années (voire 40 si la seule photo découverte à ce jour du Père Gabriël datait de la fin de sa vie) ! . C'est toujours mon sentiment mais cette "ressemblance" - qui a été confirmée par un Père d'une autre abbaye - n'est qu'une ressemblance ! Il me faut donc poursuivre mes recherches !

J'ai reçu aussi quelques suggestions : prendre contact avec l'Evêché de mon diocèse ; écrire au Saint-Siège ... et même une pointe d'humour : renvoyer un ballon ! Je ne pense pas qu'il y ait là matière à solliciter de possibles intervenants. Et puis, un email ne m'est jamais revenu en tant que "non délivré", c'est celui que j'ai adressé début décembre au Supérieur de l'Abbaye (adresse distincte de celle de la Communauté). Il reste donc l'espoir d'une réponse !

Pour terminer je me dois d'ajouter qu'au cours de mes recherches j'ai trouvé une photographie du cimetière de l'abbaye d'Achel, elle m'a permis de le localiser sur la vue aérienne ci-dessus. A défaut de réponse , je pourrai toujours me consoler en me disant que le "Père Angélus" y repose sans doute.







Afin de ne pas être en reste, je mets ci-dessous deux photographies du "lanceur de ballon" ! J'aurai 61 ans cette année et je suis trois fois grand-père, ce qui ne m'empêche pas d'être resté un incorrigible "rêveur" ! Allez, je me rends compte qu'il y a des souvenirs que l'on devrait laisser au fond de sa mémoire, ou au fond d'un tiroir. Point de morosité cependant, je ne sais pas qui était le Père Angélus mais une chose est sûre , j'en sais aujourd'hui bien plus qu'hier sur ce que pouvait être son cadre de vie en 1955 !




~~o~~O~~o~~

Point du 27 janvier 2008 : je pense avoir identifié un autre membre de la communauté d'Achel qui aurait pu connaître le Père Angélus. Il s'agit du Père Dominicus de Jong. D'après ce que j'ai pu comprendre il aurait , en 1963, co-écrit avec Jan Van den Bosch (un journaliste) , un opuscule sur Dom Gabriël, le Supérieur de l'Abbaye. Le titre original est "Kwartierstaat van Dom dr. Gabriël van de Moosdijk achtste Abt van de Achelse Kluis.", la traduction donne à penser qu'il s'agit d'un "bilan de l'action" du 8ème Abbé supérieur de l'abbaye d'Achel. J'ai pensé que cet opuscule pourrait m'apporter quelques éléments d'information sur une période qui m'intéresse et qu'il pourrait comporter quelques photos. Je l'ai donc commandé en ligne auprès de "Duthmala" (NL) ... Il ne me reste plus qu'à patienter... Par ailleurs je n'ai pas encore découvert de photographie du Père Dominicus de Jong.

Point du 03 février 2008 : La librairie Duthmala a procédé à l'envoi du document le 1er février, je saurai donc bientôt si le Père Dominicus a pris soin d'agrémenter son récit de quelques photographies d'époque ! A défaut, je me contenterais de chiffres sur le nombre de frères composant la communauté dans ces années 55/57.

Et puis j'ai une autre piste, il s'agit d'un livre écrit par le Père Emmanuel van Gassel, il était de ceux qui étaient partis pour le Congo Belge en 1957... Son livre "Fulomba, de neger jongen", dont je place une photographie de la couverture ci-dessous, a été écrit en 1960. Il doit s'agir d'un récit évoquant leur "mission" à Kasanza ; peut être y a-t-il quelques photographies dont celles des pionniers... Je rappelle que le "Père Angélus" a arrêté de m'écrire en 1957 et cela pourrait signifier qu'il avait quitté Achel. C'est une piste à explorer !




Pour répondre à quelques suggestions et interrogations, j'indique ici que j'ai également procédé à des recherches sur le "frère portier" de l'abbaye d'Achel en 1955 ; ce moine étant plus spécialement chargé des "relations" avec l'extérieur. Je dois dire que cela ne m'a apporté aucune indication si ce n'est que le mot "portier" est utilisé dans la langue néerlandaise : le "frère portier" devenant le "broeder portier". Verrassend, niet ? Mes recherches en direction de Marcel Quartel , rédacteur de l'article de 1982, n'ont rien donné ; c'était il y a près de 26 ans, il a dû cesser ses activités.

Et puis, c'est vrai que je n'ai pas encore parlé de la bonne bière que brasse l'abbaye d'Achel ! C'est parce que je suis plongé dans une période plus ancienne et que l'abbaye ne brassait alors sa bière que pour ses propres besoins. Lors de la 1ère guerre mondiale, les Allemands ont démantelé la brasserie pour récupérer le cuivre et l'étain ; ce n'est qu'à partir de 1998 que l'abbaye d'Achel brassera à nouveau sa bière et en fera commerce après avoir eu recours pendant des décennies à des brasseurs extérieurs.

Pour passer d'hier ...



à aujourd'hui...




il suffit de cliquer sur la photo ci-dessous (NB : faites un clic droit et choisissez "ouvrir le lien dans une nouvelle fenêtre")




et/ou sur le panonceau, pour découvrir plus spécifiquement la bière d'Achel et les autres bières trappistes :




~~o~~O~~o~~




Nous sommes aujourd'hui le 05 février 2008 et j'ai pris connaissance du document relatant la vie de Dom Gabriël van de Moosdijk. Pas de photos d'époque de l'abbaye et de ses occupants ; il y a une photo de la maison où Dom Gabriël a passé sa jeunesse et un portrait de lui , une peinture de Jan Wiegers. Je me suis livré à une traduction difficile d'un texte assez court, traduction qui ne rend peut-être par compte de tout avec fidélité, mais je sais maintenant ce que pouvait représenter le Père supérieur de l'abbaye d'Achel lorsque mon ballon y a terminé sa course. J'imagine difficilement qu'un moine ait pu s'affranchir de l'autorité naturelle de cet Abbé pour entretenir une relation épistolaire avec "l'extérieur"... Jugez plutôt :

- Aîné de 6 enfants il entre à l'Abbaye d'Achel à l'âge de 14 ans (22 mai 1900) ; il y suivra le cursus (simple promesse, promesse solennelle, subdiaconat, diaconat...) ;.
- de 1909 à 1913, il est à Rome où il obtient le grade de docteur en philosophie (académie de Saint Thomas, 30 mai 1911) et passe une thèse en théologie à l'université grégorienne (24 juin 1913) ;
- de retour à Achel il y exerce différentes fonctions : secrétaire, professeur, "cantor organist"... En 1933 il est "prieur claustralis" ;
- de 1935 à 1952 il est l'Abbé supérieur de l'abbaye de Sion Diepenveen (abbaye fille de Achel) ;
- en 1952 il est de retour à Achel comme Supérieur, fonctions auxquelles il mettra un terme en 1965.

Ce qui me gêne dans ce document c'est le portrait : il est très peu ressemblant et cela est d'ailleurs souligné par les rédacteurs qui d'après ma traduction ironisent sur ce portrait réalisé en 1959 ... " Un portrait de Jan Wiegers, d'Amsterdam , qui est censé être celui du Père Abbé Gabriël , on ne peut pas dire que cela soit sa meilleure oeuvre...". J'ai réalisé ci-dessous un petit montage photographique qui prouve qu'effectivement l'artiste ne s'est pas soucié de ressemblance... Un détail permet aux initiés (dont je ne suis pas) d'identifier le portrait de manière certaine ; il s'agit des armoiries de Dom Gabriël. Personnellement je serais sans doute passé à côté de ce détail si je n'avais découvert récemment les armoiries de Dom Emmanuel van Gassel. J'ai pu faire le rapprochement (voir photos ci-dessous). Plutôt que de dire des bêtises sur la symbolique (mitre, crosse, autre chapeau avec ruban... blason) je vais attendre d'être plus documenté, notamment sur "l'aigle à deux têtes" des armoiries de Dom Gabriel .



Voilà où j'en suis en ce début février... Il me reste le livre de Dom Emmanuel, je vais essayer de savoir s'il comporte des photos. J'espère encore, qu'un jour, l'un des Pères ou des Frères de la congrégation m'enverra un signe, aussi ténu soit-il , sans pour cela enfreindre la règle de Saint Benoît.




~~o~~O~~o~~

Le 6 février 2008 j'ai appris que le livre de Dom Emmanuel ne m'apporterait pas le renseignement attendu ; je remercie encore mon correspondant (merci Johan !) qui a eu la gentillesse de me donner accès à la seule photo du livre où un moine est visible ; il est à demi tourné, porte un chapeau sur la tête et l'on ne distingue pas ses traits. Pour donner suite à la demande d'un "visiteur" j'insère cette photo ci-contre (mod 04/03/2008) ...


Sachant que le nom de "Père Angélus" n'est jamais apparu dans mes recherches à propos de cette mission au Congo Belge je doute désormais d'en retrouver la trace de ce côté. Il ne me reste plus qu'à adresser un courrier à l'archiviste de l'Abbaye, mais je sais déjà qu'il est interdit de communiquer des renseignements sur des frères, et, s il est vrai que cette interdiction ne concerne que les moines encore en vie, il se pourrait bien que pour les défunts cela ne soit pas plus facile. Ah, Père Angélus, tu ne me facilites pas la tâche ... Mais je saurai être persévérant , Saint Benoît m'y aidera et je ne doute pas qu'un jour je pourrai m'incliner sur ta tombe et te dire : "c'est moi, je T'ai retrouvé".



~~o~~O~~o~~

Aujourd'hui 7 février 2008, un moment d'émotion lorsque j'ai découvert un site personnel présentant deux photographies du Frère Marinus den Otter. Né le 9 août 1915, il est entré à l'Abbaye d'Achel le 26 mars 1940 et a fait sa profession solennelle le 27.09.1945. Le frère Marinus a fait partie des pionniers de Kasanza et il est décédé là-bas, dans un incendie de brousse, le 22 juin 1970... Il n'avait pas encore 55 ans. C'est donc un ancien compagnon du Père Angélus ; j'ai demandé à l'auteur du site l'autorisation de placer ici une photo de lui. Le 10 février, en retournant sur le site de Théo den Otter je me suis aperçu qu'il autorise l'utilisation des éléments d'information fournis ; je place donc une des photos ci-dessous (photo prise au Congo, non datée).




Frère Marinus den Otter (1915-1970)

~~o~~O~~o~~

Le 8 février 2008, en suivant un peu la piste de Kasanza j'ai eu le bonheur de découvrir un autre compagnon du Père Angélus. Il s'agit du Père Vital. Ce dernier est entré à l'abbaye d'Achel le 16 octobre 1950, à l'âge de 22 ans. En 1955 il faisait sa "profession solennelle", était ordonné prêtre en mai 1959 et rejoignait Kasanza au cours de l'été 1959. Il y a passé 40 ans ; il est décédé là-bas en 1999. Je n'ai pas (encore) trouvé de photographie de lui mais je lui ferai une place aux côtés du Père Angélus et des autres Pères et Frères qu'il a connus. Je ferai de même pour les Pères Lambert Vandermeulen et Albéric Vanormelingen qui, eux aussi, étaient des pionniers de Kasanza, en provenance d'Achel. Je n'ai par contre retrouvé aucun document ni aucune photographie les concernant permettant d'écarter "formellement" la possibilité que l'un d'eux soit le Père Angélus.

En quelques semaines j'ai retrouvé la trace de compagnons de mon si lointain ami ! Et je m'en réjouis. Je suis par contre plutôt peiné d'avoir appris, aujourd'hui, que la situation actuelle de l'abbaye d'Achel n'était pas facile. Peu d'effectif, une dizaine de moines présents dont quelques anciens qui demandent des soins constants. Un Père supérieur mis à l'épreuve physiquement mais aussi moralement par cette affaire pénible évoquée par ailleurs. Je comprends donc parfaitement que dans ces conditions ma requête n'avait que peu de chance de retenir l'attention ! Je n'ai d'ailleurs pas l'intention de les solliciter à nouveau ; je pense même être arrivé au bout de ma quête. Je n'ai aucun ressentiment, bien sûr... J'ai plutôt le sentiment d'avoir fait ce que le "Père Angélus" attendait de moi !

~~o~~O~~o~~

Le 10 février 2008 je me suis décidé à adresser un message au monastère de Kasanza. Il reste malgré tout une chance de retrouver là-bas une trace du "Père Angélus" ou une photographie d'un des pionniers. Et surtout j'ai appris (traduction) que devait être fêté le 50ème anniversaire de la fondation, je voulais m'y associer par la pensée en mémoire de ceux qui ne sont plus là et que je connais maintenant un peu.

Le 11 février 2008 j'ai reçu un courrier fort sympathique du Père Franco Ndulama, prieur, supérieur du monastère de Kasanza. Effectivement hier, à l'occasion de la fête du jubilé d'or , une messe d'action de grâce a été célébrée en l' honneur des "anciens" de Kasanza. J'ai appris aussi que les archives du monastère ne contiennent aucune trace de passage d'un Père Angélus et, manifestement il n'y a pas non plus de photographies des pionniers. Le Père me suggère de me rendre à Achel pour contacter les quelques frères qui s'y trouvent encore.

C'est vrai que je ne suis qu'à 830 km de l'abbaye ; avant cet été j'envisagerai un voyage là-bas. Peut-être pourrai-je rencontrer un Frère ou un Père ayant connu le Père Angélus? Et puis, je veux voir l'abbaye telle qu'elle m'apparaît sur la carte postale qui a tant marqué ma jeunesse. Reste à savoir ce que va devenir la Communauté qui est en train de s'y éteindre aujourd'hui, faute de vocations ? L'abbaye d'Achel pourrait-elle recevoir "le renfort" d'une autre congrégation ? La règle de Saint-Benoît est-elle si différente, par exemple, de la règle de Saint-Augustin (Ordre de la Sainte Croix) ?

~~o~~O~~o~~

Nous sommes le 18 février 2008, aujourd'hui j'ai reçu un message de Théo den Otter, depuis le Wisconsin (USA) où il est installé. Quand bien même Théo ne possède aucune autre photographie liée à mes recherches , ce message fut un plaisir et , une nouvelle fois il est prouvé que le monde est petit ! En effet, la librairie Duthmala (Pays Bas) que j'évoque ci-dessus est la propriété de l'un de ses cousins ! Je trouve cela assez plaisant ! Encore merci, Théo.

Un rapide tour d'horizon ne me montre plus que des "pistes fermées", enfin presque !





Epilogue :



C'est fini ! Ce matin 19 février 2008, un message dont je préfère taire l'origine, me permet de mettre un terme à cette page. Je sais , et vous allez donc savoir ...

Comme il l'a déjà été précisé par ailleurs, le "Père Angélus" n'était pas Dom Gabriël, le Père supérieur de l'Abbaye. Le Père Angélus était bien présent à l'Abbaye d'Achel dans la période 1955/1957 ; il était le frère portier (Broeder portier), c'est à dire le Frère qui accueillait et traitait les contacts extérieurs. Il a fait son noviciat à l'abbaye dans le même temps que le Frère Marinus (voir ci-dessus) . Le Père Angélus est enterré au cimetière de l'Abbaye d'Achel ; je n'ai pas la date de son décès mais je pense que cela sera précisé lors de mon passage là-bas.




~~o~~O~~o~~


Le 23 février 2008 , je donne suite aux quelques commentaires reçus depuis l'épilogue :

- c'est vrai que je sais finalement peu de choses mais moi-même , dès le départ, je demandais peu : quelle place occupait le Père Angélus au sein de la communauté ? Etait-il parti pour le Congo ? Quand était-il décédé ? Je reste convaincu que si l'abbaye d'Achel n'avait pas été plongée dans la situation qui est la sienne actuellement j'aurais pu avoir ces quelques éléments d'information dès mon premier message.

- je préfère ne pas citer mon correspondant car lui-même n'est qu'un relais dans l'acheminement de l'information qui est qualifiée de sincère et fiable.

- s'agissant des armoiries, je ne suis pas revenu dessus car c'est l'impasse ! Pour la symbolique nous avons le chapeau rond à large bord avec une cordelière à "entrelacs" portant des "houppes" ou "glands", un blason, une mitre et une crosse episcopale. Le nombre de "houppes" est fonction du rang (fonction) : 6 pour un chanoine (ou supérieur couvent), 12 pour un évêque, 30 pour un cardinal ....; sur les photos la crosse est tournée vers l'intérieur , signe que l'autorité ne s'exerçait qu'à l'intérieur de l'abbaye (cette crosse a été supprimée récemment des armoiries ). Si l'on distingue bien les six houppes (3 de chaque côté) des armoiries du Père Emmanuel il semblerait qu'il y en ait un total de 12 (6 de chaque côté) sur les armes du Père Gabriël ... S'agissant d'un portait j'avais d'abord pensé que la main du maître avait pu manquer de précision quant à la reproduction de ces armes et puis en approfondissant un peu la question (très complexe !) j'ai lu que le "Supérieur majeur" d'une congrégation religieuse avait dans ses armoiries le chapeau de sable accompagné d'une cordelière, de chaque côté, à six houppes ...



~~o~~O~~o~~



Aujourd'hui 25 février 2008, j'ai reçu quelques éléments d'information du Père Jean Baptiste (ex-Prieur de Notre-Dame de l'Emmanuel à Kasanza, actuellement en Italie), cela était inattendu donc d'autant plus agréable (merci, mon Père). Lui non plus n'a pas le souvenir d'un Père Angélus parmi les pionniers mais il m'apporte une précision importante quant au Père Deshayes qui n'était pas un moine d'Achel ; il était Père Jésuite et en déplacement au Congo pour construire le monastère provisoire. Il y a donc peu de chances qu'il ait connu le Père Angélus et je le retire donc du petit montage ci-dessous ; je lui laisse cependant sa place dans les évocations faites supra.

N.B : suite à cette information concernant le Père Deshayes j'ai cherché à retrouver une trace de lui en tant que Jésuite. pour l'instant je n'ai rien trouvé mais j'ai compris une chose qui m'avait échappé lorsque j'avais découvert son nom : ".....leiding van Pater Deshayes S.J." , je n'avais pas prêté attention aux initiales "SJ". En fait elles signifient "Societas Jesu", ce sigle indique l'appartenance à la Compagnie de Jésus. Les Jésuites ont pour devise "Ad Majorem Dei Gloriam" : "Pour la plus grande gloire de Dieu". Les Jésuites ne vivent pas en "couvent" , ils prononcent en plus des voeux de pauvreté, chasteté et obéissance à leur supérieur , un quatrième voeu d'obéissance au Pape. Pour en savoir plus copier ce lien : http://www.jesuites.com/ignace/index.htm .




~~o~~O~~o~~



2 mars 2008 : pas de commentaires ces derniers jours. De mon côté j'ai pris en considération le fait que le Père Angélus a fait son noviciat avec le Frère Marinus , c'est à dire entre 1940 et 1945 et j'ai tenté de refaire un petit environnement à partir de ces dates.

A cette époque le Père supérieur de l'abbaye d'Achel était le Père Columbanus Tewes (supérieur du 29.10.1927 au 06.10.1952, son successeur a été le Père Gabriël van de Moosdijk). Le Père Columbanus est né le 30 août 1889 et il est décédé le 8 avril 1964, à l'âge de 74 ans. J'ai pensé que lui aussi avait sa place parmi ceux qui avaient connu le Père Angélus. Au cours de mes recherches j'ai eu la chance de découvrir un site de données historiques sur les Pays-Bas : " http://www.geheugenvannederland.nl / ", site sur lequel j'ai trouvé quelques photographies liées à ma quête ! Il y a un "copyright" , les photos qui m'intéressent sont la propriété du "' Katholiek Documentatie Centrum" ; j'ai cru comprendre que je pouvais utiliser quelques éléments si cela ne portait aucun préjudice et si je ne cherchais pas à tirer profit de cet usage ; ce qui est le cas pour cette page qui sera d'ailleurs d'une existence éphémère.

Ainsi, une photo du Père Columbanus prend-t-elle place dans le montage in-fine. De plus, et cela me semble important, j'ai trouvé d'autres photographies du Père Gabriël van de Moosdijk, je les utilise ci-dessous pour conforter les renseignements reçus par ailleurs et selon lesquels il n'était pas le Père dont j'ai reçu la photographie en 1956. J'ai trouvé également quelques photos de groupe et des portraits de plusieurs supérieurs de l'abbaye (mais point de Père Angélus).





~~o~~O~~o~~



04 mars 2008, un visiteur me dit que ce serait bien de voir sur cette page quelques unes des vieilles photos (1981) des "anciens" de l'abbaye. J'en suis personnellement convaincu mais j'hésite en raison du copyright ... Toutes ces photos sont visibles sur le site dont j'ai donné l'adresse, il suffit de la recopier ou de cliquer sur le lien que je mets ci-après :




07 mars 2008, pour le plaisir de partager plus commodément j'ai posé la question au "Katholiek Documentie Centrum" de savoir si je pouvais faire usage des photographies sur ma page. Pour illustrer de manière concrète ma demande j'anticipe leur réponse et je présente ci-dessous quelques unes des photos que je serais prompt à enlever dans le cas d'un avis défavorable de leur part.

Voici une photo de groupe, prise en l'Abbaye d'Achel... Le Supérieur est alors le Père Columbanus Tewes (au centre) ; cette photo n'est pas datée. Selon la légende qui l'accompagne Monsieur J.E. de Quay se trouve à gauche du Père Columbanus en regardant le cliché. Eminent homme politique, M. de Quay, né en 1901, a d'abord été enseignant au Collège Supérieur Catholique de Tilburg (1928-1939) où, dès 1933, il est professeur d'économie et de psychotechnologie. Est-ce dans le cadre de ces fonctions qu'il se trouve à Achel ? Où est-ce plus tard, après son entrée au gouvernement ... ? (Outre quelques ministères, M. de Quay a été Premier ministre des Pays-Bas de 1959 à 1963). Sur la photo se trouve également (à droite du Père Columbanus), le Professeur G.H.L. Zeegers, auteur d'enquêtes de sociographie du catholicisme aux Pays-Bas et le Limbourg belge... C'est grâce à lui que, depuis 1946, les catholiques néerlandais disposent du "Katholick sociaal-Kerkelifk Instituut".




Il se pourrait que cette photographie soit celle d'une visite faite au profit d'enseignants d'établissements catholiques, il est vrai aussi que la traduction de "vriendendring" indique qu'il y a là un "cercle d'amis" de l'abbaye d'Achel... Vu la notoriété évidente de M. de Quay et du Prof. G.H.L. Zeegers, il est possible de penser que la photo date du tout début des années 1950 (en octobre 1952 le Père Columbanus a mis fin à ses fonctions de père supérieur et c'est le Père Gabriël van de Moosdijk qui lui a succédé).






~~o~~O~~o~~







~~o~~O~~o~~



S'agissant de la présentation des portraits ou photographies des Supérieurs de l'Abbaye d'Achel, le montage est placé en bas de cette page , juste avant le regroupement des compagnons du Père Angélus. Cela permettra de compléter le tableau plus aisément si je parviens à trouver ceux qui manquent ; en effet je n'ai trouvé ni le portrait de Joseph-Maria Van Moock , ni la photo des Pères Stephanus Van Vinken et Depreitere Gaby, ce dernier étant l'actuel supérieur . Le Père Gaby est âgé de 72 ans, il est entré à Achel en 1977 alors qu'il était Salésien (Congrégation des Salésiens - Société de Saint François de Sales - fondée à Turin par Saint Jean Bosco...) et a fait profession solennelle en 1980. A-t-il connu le Père Angélus ?

~~o~~O~~o~~



Par ailleurs, une question m'a été posée quant à la signification de la notion de supérieur "Ad nutum"... Pour faire simple il pourrait être dit que celui qui nomme "ad nutum" garde la possibilité de révoquer à tout moment ; le supérieur "ad nutum" n'est pas un supérieur "majeur" et cela pose d'ailleurs des questions sur l'autorité qu'il peut exercer sur les "maisons - filles". Lors de mes recherches j'ai découvert un document de travail pour le chapitre général de 1999, réalisé par le Père Armand Veilleux, abbé de Scourmont. Ce document (en français) traite de la notion de "supérieur ad nutum" ou de "supérieur vicaire" ; ceux qui souhaiteraient le consulter peuvent copier ce lien : " http://users.skynet.be/bs775533/Armand/wri/ad_nutum.htm ".

~~o~~O~~o~~



19 mars 2008 : je n'ai pas reçu de réponse du "KDC", ce qui je pense équivaut à une autorisation tacite pour l'emploi des photos sur ma page perso. J'ai reçu par contre quelques commentaires dont l'un se montrait particulièrement énigmatique : " frere portier = Achter de kloostermuur".

J'ai tout d'abord pensé qu'il s'agissait de la traduction du français vers le néerlandais (ce qui changeait du broeder portier) ; mais, en traduisant en ligne cela donne "derrière les murs du couvent"... Il fallait donc chercher ailleurs. En entrant "Achter de kloostermuur" dans mon moteur de recherches préféré j'ai compris qu'il s'agissait en fait du titre d' un livre de Smulders Jan. Un site donnait même la couverture du livre et là j'ai compris l'intention de ce visiteur inconnu que je remercie. Je mets la photo de ce livre ci-dessous... Bien sûr l'allusion au Père Angélus, Père portier, est évidente. Nous avons là l'entrée de l'abbaye d'Achel ! Ce livre étant assez récent (2001), il s'agit d'un autre frère ; le Père Angélus, portier en 1955, était en "retraite" depuis longtemps en 2001, à moins qu'il ne fut déjà mort... Cela je ne le sais toujours pas, malheureusement.




Une traduction partielle permet de comprendre que l'auteur du livre, catholique non pratiquant mais encore croyant, a voulu vivre quelques jours au contact des moines de l'abbaye d'Achel. Il voulait comprendre ce qui pouvait pousser des hommes à vivre en communauté, avec des règles strictes, le travail, la prière, le silence...




~~o~~O~~o~~


Nous sommes le 28 mars 2008 ; la question m'a été posée de savoir si "l'enquête" était finie et si je laissais les choses en l'état jusqu'à mon voyage à Achel. A cela je répondrai que je dois bien admettre que sans une réponse de l'Abbaye d'Achel il me paraît bien difficile aujourd'hui de recueillir les éléments d'information qui me font défaut. Il me reste vraiment peu à apprendre , et ce peu constitue pourtant l'essentiel de ma quête : Qui était le Père Angélus ...? était-il Père ou Frère ? A-t-il passé l'essentiel de sa vie comme "frère portier" de l'Abbaye ? quel âge avait-il en 1955 ? Quand est-il mort ? Je dois bien avouer que je suis perplexe car je ne sais toujours pas ce qui a motivé son silence à partir de 1957 !

Il m'a également été demandé si Kasanza était en mesure de m'adresser les photos des trois pionniers qui me manquent encore. Je pense que cela n'est pas possible ; dès le 11 février 2008 le Père Franco, supérieur du monastère de Kasanza, à qui j'avais confié l'objet de ma quête, ne m'a laissé aucun espoir quant à une éventuelle photographie des pionniers ; il n' y a d'ailleurs pas eu de commentaires à ce sujet. Il m'est difficile d'insister davantage et je pense vraiment qu'il n'aurait pas vu d'objection à ce que je puisse compléter le montage photographique ci-dessous. Peut-être aurai-je satisfaction lors de mon passage à Achel.


~~o~~O~~o~~


Aujourd'hui 02 avril 2008 j'ai réussi à découvrir la trace d'un des compagnons du Père Angélus ; il s'agit justement de l'un des trois pionniers de Kasanza : le Père Lambertus Vandermeulen. En reprenant des recherches sur son nom je suis tout d'abord tombé sur un site qui traite de la 1ère guerre mondiale et qui présente, parmi de nombreux autres articles, "L'histoire de l'abbé Vandermeulen , un aumônier qui , en 1917, fut dégradé et envoyé comme simple brancardier dans la compagnie disciplinaire belge de l'île de Cézembre". L'île de Cézembre se trouve au large de Saint-Malo. Rien , toutefois, ne me permettait de voir dans cet abbé le Père Lambertus .

Poursuivant mes recherches je suis arrivé sur le site de "Monsieur Vandermeulen" et là, il était bien question d'un Père Lambertus Vandermeulen né à Bree dans le Limbourg (Belgique) et de sa "disgrâce" sur l'ile de Cézembre. Le trait d'union était alors fait sans doute possible entre Cézembre (un mauvais souvenir de l'abbé Vandermeulen) et le Père Lambertus. Mais s'agissait-il du "bon" Père Lambert , en effet il n'était évoqué, sur ce site, ni Achel ni les Trappistes ... Etait-il possible qu'il y ait homonymie ?

Pour en avoir le coeur net j'ai complété mes recherches en intégrant à celles-ci le nom de la ville de Bree et là j'ai eu la très agréable surprise de trouver un site présentant une fiche sur le Père Lambertus Vandermeulen ; tous les éléments se trouvaient réunis : ses fonctions d'aumônier en tant qu'abbé durant la Première guerre mondiale, Cézembre et l'abbaye d'Achel où il prend le nom de "Père Lambertus". La date d'entrée à l'abbaye n'est pas précisée mais on apprend qu'il était maître d'ouvrage lors de la reconstruction de l'abbaye qui sera une des plus belles de l'ordre. Cette reconstruction ayant coïncidé avec le centenaire de la fondation du monastère, une chose est donc sûre, il était présent à Achel en 1946. Peut-être y était-il même présent en 1942 car au travers d'une traduction partielle d'un autre document j'ai cru comprendre que lors de l'occupation de l'abbaye par les Allemands, des moines, qui avaient quitté l'abbaye, ont pu y retourner pour s'occuper des ateliers et de la ferme, sous les ordres d'un administrateur allemand... Le document indique que pendant cette période, le Père Lambertus Vandermeulen a été l'initiateur d'un transfert de biens dans l'intérêt de l'abbaye.


le Père Lambertus

Si vous souhaitez en savoir plus sur le Père Vandermeulen vous pouvez consulter les sites dont je mets les liens ci-après. A défaut, sachez que lors de la Première Guerre mondiale, en tant qu'aumônier, l'abbé Vandermeulen s'était élevé contre la façon dont les "Flamands" de la troupe étaient traités par les "francophones", il voulait une égalité de traitement et de considération. C'était un homme de conviction... Pour ces raisons, la ville de Bree a donné son nom à une rue et un petit monument à sa mémoire y a été érigé. Pour plus de renseignements : site 1 : Cézembre ; site 2 (rechercher article du 05.12.2007) : Monsieur Vandermeulen . Sur ce blog, M. Vandermeulen est l'avatar de David Vandermeulen) ; site 3 : Bree .




~~o~~O~~o~~


Aujourd'hui 11 avril 2008, après 9 jours sans le moindre commentaire ni le moindre signe, je dois admettre que Saint-Benoît vient de récompenser ma persévérance de fort belle manière (merci Saint-Benoît). Pour la première fois j'ai découvert sur le Web un lien entre un "pater Angélus" et l'abbaye d'Achel. Il s'agit d'un courrier, lequel date du 19 janvier 1957 et, fait incroyable, le signataire de cette lettre évoque des nouvelles d'Achel et la réception d'un calendrier adressé par les Pères Angélus et Amadeus. Je rappelle que moi aussi j'ai reçu un calendrier en 1957 ! La dernière mise à jour de ce site n'est pas récente puisque datant du 18 décembre 2006 ; il est en néerlandais et la traduction ne me permet pas d'être trop affirmatif mais j'ai quand même le sentiment qu'il s'agit là de la famille - ou pour le moins de proches - du Père Angélus. En effet, selon les termes de la lettre le calendrier semble mettre en relief certaines dates anniversaires des destinataires (il y a aussi mention de la célébration des 50 ans de profession de foi de l'abbé supérieur de l'abbaye, c'est à dire du Père dom Gabriël van de Moosdijk ). L'on se rend compte que la boucle est presque bouclée ... J'ai adressé un message au concepteur : Monsieur Louis Bogaerts ; il ne me reste plus qu'à espérer quelques nouvelles.



Ce 12 avril j'ai voulu situer Mortsel ; c'est de là, qu'en 1957, a été écrite la lettre dont je parle ci-dessus. Mortsel est une ville de Belgique chargée d'histoire, proche d'Anvers, dans la région flamande, à 74 km à l'Ouest d'Achel. Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir que ses armoiries comportent Saint-Benoît (Sint-Benedictus), le saint patron de l'ordre des Trappistes et nom porté par l'abbaye d'Achel. Je place la photo des armoiries ci-contre.
Le saint a été représenté sur l'écu dès 1477. En 1830 il a été remplacé par un lion mais sur demande des autorités communales les "vieilles armoiries" ont été confirmées par arrêté royal de 1880 et Saint-Benoît a retrouvé sa place sur l'écu. J'ai l'impression d'être dans une "chasse au trésor" digne de Philippe de Dieuleveult ! Se pourrait-il que le Père Angélus ait été originaire de cette ville ? Ou bien, est-ce là que je trouverai mes réponses ? Saint Benoît m'apparaît aujourd'hui bien moins austère que lorsque j'ai découvert ses règles ...

les armes de la ville de Mortsel (Belgique)


~~o~~O~~o~~


Je prends le temps, ce 14 avril 2008, de transcrire ici le résultat de quelques recherches. Mortsel - qui m'apparaît toujours comme un clin d'oeil de qui vous savez - ne semble pas devoir être la clé de l'énigme, mais une étape supplémentaire. Selon ce que j'ai pu comprendre sur son site grâce à une photographie de la famille datant de 1946, Louis Bogaerts était le 5ème d'une famille de 6 enfants ; Pier le signataire de la lettre semble être le frère aîné. Le 19 janvier 1957, il écrit à la famille sans doute restée à Overpelt qui est le berceau de cette branche des Bogaerts. Overpelt est une ville de Belgique située à 11 km au SSW de l'abbaye d'Achel. Aucun des autres frères de la fratrie, tels qu'ils étaient sur la photo de 1946, n'est susceptible d'être le Père Angélus qui m'envoyait sa photo 10 ans plus tard.

Voilà donc où j'en suis à ce jour ! Le Père Angélus est là, pas très loin, encore présent dans la mémoire de certains, était-il un oncle de Pier et Louis ? Un ami proche de la famille ? Louis lira-t-il mon mail ? Et pourra-t-il me comprendre ? Il y a la barrière de la langue, c'est vrai !


~~o~~O~~o~~


Aujourd'hui 16 avril, Louis Bogaerts a répondu à mon mail et , comme ça , tout simplement, avec beaucoup de gentillesse et de plaisir à m'aider, comme il l'écrit, " dans la mesure de ses possibilités", il m'a adressé une très belle photo qui date de 1955. Sur cette photo l'on voit deux Pères, dont le Père Angélus. Cette photographie m'a beaucoup touché , je "découvrais" le Père Angélus officiant et les incertitudes, enfin, s'envolaient, quant à l'utilité de mes recherches et aux motifs qui m'y ont poussé : j'ai le sentiment d'avoir recréé des liens et j'ai appris beaucoup sur la vie monastique.

Pas de précisions par contre quant à une date de décès ou autre renseignement ; le Père Angélus n'était donc pas de la famille et Louis - qui me souhaite bonne chance pour mes recherches - ne semble pas être en mesure de m'en apprendre davantage. Je lui ai demandé toutefois s'il me permettait de mettre ici la photographie sur laquelle se trouve un compagnon du Père Angélus ; serait-ce le Père Amadeus ? Tous deux célébraient une messe, en l'abbaye d'Achel, à l'occasion du mariage de Pier (frère de Louis), ainsi que le laisse deviner le nom du fichier joint : "1955-Achel Trouwmis Pier en Lies".

Le 24 avril 2008, Louis me fait savoir qu'il ne voit aucun inconvénient à ce que la photo soit placée sur ma page dans son intégralité. Peut-être sera-t-il possible à l'un des visiteurs de m'aider à identifier ce compagnon du Père Angélus. Pour mettre fin à une idée qui me trotte dans la tête, je vais poser la question à Théo den Otter afin d'être sûr qu'il ne s'agit pas là de son oncle , le Frère Marinus. Lui et le Père Angélus ont fait leur noviciat en même temps, il ne serait donc pas anormal qu'ils soient ensemble pour cette cérémonie. Merci à vous Louis , vous avez apporté beaucoup à ma quête.




le Père Angélus, au second plan . . .



~~o~~O~~o~~



Déjà le 27 avril 2008 ! J'ai repris ma souris de pèlerin du Web et je me suis replongé dans quelques textes que j'avais mis de côté afin d'essayer d'en percer le sens avec mon traducteur en ligne. Je me suis intéressé au frère Jo que je sais aujourd'hui bien malade et qui a été hospitalisé un long moment. D'après cet article du début 2008 le frère Jo est l'ancien portier de l'abbaye d'Achel... Dans un autre texte du 27 septembre 2000 il est également évoqué le frère Jo mais j'avoue que j'ai bien du mal à obtenir une traduction cohérente de cette phrase : """Broeder Jo (69) daarentegen trad pas in toen hij 64 was, al was hij vanaf 1967 wel dikwijls op bezoek gekomen. """ , il est alors âgé de 69 ans et s'occupe des visites depuis 1967 ? Bien sûr, vous l'avez bien compris, je voudrais en savoir un peu plus sur le frère Jo car il a sans doute été le successeur du Père Angélus dans les fonctions de portier.

Dans cet article de l'année 2000, une autre phrase a retenu mon attention et ne manque pas de m'intriguer ; la traduction me permet de comprendre qu'à cette époque, le Frère Johan, âgé de 36 ans, et plus jeune des moines de la communauté d'Achel, administrait le site web de l'abbaye, la galerie et le magasin de livres... Livres et Johan...Se pourrait-il que Saint-Benoît se soit déjà manifesté avec "humour" ce 06 février 2008 (voir chrono) lorsque j'avais établi un contact avec un très sympathique vendeur de livres en ligne prénommé Johan, via un site de vente sur le Web (www.YEZ.Be/). Je cherchais à savoir en effet - auprès du vendeur - si le livre "Fulomba" contenait des photographies susceptibles de m'intéresser. Frère Johan, était-ce vous ? J'aimerais bien qu'il en soit ainsi , cela me permettrait de prendre en compte ce premier contact avec un Frère de la communauté d'Achel...

~~o~~O~~o~~


J'ai profité de ce 1er mai 2008 pour trier un peu la documentation recueillie et faire un dernier point sur mes recherches. C'est ainsi que j'ai retrouvé deux compagnons du Père Angélus que j'avais identifiés à l'occasion d'une piste suivie sur ce qui me semble encore être (toutes proportions gardées) un "mouvement revendicatif" des moines au début des années 1960 .

Les Pères abbés avaient éprouvé, avant même 1960, le besoin de se réunir hors des Chapitres Généraux pour "discuter" et tenter de trouver ensemble des solutions à propos de la vie dans leur communauté … Ces réunions n'étaient pas interdites cf cet extrait d'un document de travail : """ Rien n'empêche les Pères abbés de se réunir pour discuter ensemble de leurs problèmes, mais ces rencontres doivent demeurer sur le plan de l'amitié. Le Chapitre Général déclare qu'il ne reconnaîtra aucun caractère officiel à ces assemblées et que celles-ci doivent s'abstenir de prendre des décisions et même de formuler des voeux pris en commun (CG 1960, p. 11)""".

Au cours du chapitre général de 1964 Dom Gabriël van de Moosdijk , supérieur d'Achel posa le problème " de l’urgence et de l’importance des questions qui préoccupaient alors beaucoup de jeunes et fervents moines" … Il parla de la situation créée dans sa communauté du fait qu’un groupe de six jeunes moines, parmi lesquels se trouvait son prieur, désiraient quitter Achel pour fonder une « communauté monastique simplifiée ». Dom Ignace Gillet, Abbé Général de l'Ordre, créa alors une petite commission pour étudier la situation de ces "Six d'Achel".

Cette fondation expérimentale a été faite le 6 août 1966 au Danemark (Myrendal Kloster - Ile de Bornholm) avec la permission de l’Ordre et du Saint-Siège. Elle fut incorporée à l’OCSO, et approuvée comme prieuré autonome par le Chapitre Général de 2002.



L'on se doute que la fin des années 1950 et le début des années 1960 ont dû être des "temps forts" dans la vie des moines trappistes. L'on ne parle pas de "grogne" mais manifestement certains avaient envie de faire bouger les choses, ils étaient en avance sur ce qui , en 1968, allait soulever d'autres jeunes et moins jeunes ! Mon Père Angélus pouvait-il être de ces "Six" ? Je ne le crois pas ; lorsque Dom Gabriël posa le problème, en 1964, le Père Angélus ne pouvait plus être considéré comme un "jeune" moine. (peut-être aurait-il pu être considéré comme un "jeune prieur" mais il était "portier"). Quoiqu'il en soit, il a connu et côtoyé ces "Six d'Achel" parmi lesquels j'ai pu identifier :

- le Père Dom Frans van Haaren. Né en 1933 à Herpen (Pays-Bas), entré à Achel en 1951, il a fait profession solennelle en 1956 et a été ordonné prêtre en 1965 . Supérieur de Myrendal Kloster, il en fut élu le Prieur Titulaire en 2002. Il est décédé le 17 juin 2007, à l'âge de 74 ans, il totalisait 53 ans de profession monastique et 41 ans de sacerdoce. Je n'ai pas trouvé de photographie de lui.

- le frère Bas van Vessum dont j'ai retrouvé la trace et une photographie dans un article d'une revue catholique danoise en date du 6 septembre 2007 (cet article évoque la mort du "prior Frans"). Le frère Bas compte alors 41 ans de présence à Myrendal (il est donc arrivé au Danemark en 1966 et faisait partie des "Six d'Achel") et totalise 54 ans de vie monastique , ce qui permet de préciser qu'il est entré à Achel en 1953. Je place quelques photographies ci-dessous et complète le montage in-fine.



Le Frère Bas van Vessum
Frères en prière chapelle Myrendal
La chapelle du prieuré de Myrendal
Le Frère Bo et vue prieuré


Je place ci-après deux vues aériennes pour compléter l'information sur Myrendal ; le Nord de l'île de Bornholm et le Prieuré de Myrendal.


Myrendal se trouve à 5,5 km de Allinge dans le Nord de l'Ile de Bornholm.



Dans le cercle se trouve la Chapelle dont on distingue le "clocheton" et son ombre portée....




~~o~~O~~o~~


En cette fin d'après-midi du 5 mai 2008 j'ouvre un paragraphe afin de remercier les visiteurs qui se sont manifestés depuis le début de ce mois et répondre à quelques points :

- s'agissant de mes recherches j'y ai passé, au début, 2 à 3 heures par semaine non compris le temps passé dans les traductions en ligne. A ce jour je ne suis pas en mesure de dire si j'ai épuisé les ressources du Web mais il est indéniable que j'alimente de moins en moins souvent mon moteur de recherche ; je relis et classe la documentation recueillie, parfois j'exploite une piste comme ce fut le cas récemment pour les "Six d'Achel" ...

- Le prieuré de Myrendal ne possède pas de site web, ni d'adresse où envoyer un courriel... J'ai par contre trouvé un site (en danois) où il est possible de contacter par e-mail le frère Bas. C'est ce que j'ai fait depuis quelques jours en ajoutant à mon message une traduction en anglais ! Il ne reste plus qu'à attendre . . .

- Je ne possède aucun élément sur l'identité du Père qui officie aux côtés du Père Angélus , les recherches effectuées sur "Amadeus" n'ont rien donné de concluant ! J'attends une réponse de Théo den Otter quant à la possibilité qu'il puisse s'agir du frère Marinus (n°9).

Enfin, pour répondre à une touche d'humour : il n'est pas question que je sollicite un "autre Benoît" !! Il faut savoir raison garder ! Merci pour ce clin d'oeil, merci à tous pour vos encouragements.


~~o~~O~~o~~


Ce 6 mai 2008, je suis allé sur le site de l'abbaye d'Achel ; chose que je n'avais pas faite depuis un moment. J'y ai appris le décès , le 16 avril 2008, du Père Herman-Jozef . C'était un neveu du Père Angélus. Je connaissais ce lien de parenté suite à une confidence d'un Père, mais en raison du grand âge de l'intéressé et des soins dont il était l'objet je n'ai pas envisagé de le solliciter dans le cadre de mes recherches. Le Père Herman-Jozef était âgé de 92 ans, il était entré à Achel en 1936 , avait fait sa profession solennelle en 1941 et avait été ordonné prêtre en 1944. Le neveu aurait donc devancé son oncle dans la vie monastique ? Souvenons-nous en effet que le Père Angélus a fait son noviciat avec le Frère Marinus (profession solennelle en 1945). Je n'ai tiré aucune conclusion sur l'âge possible du Père Angélus en fonction de l'âge de son neveu ; j'avais un ami d'enfance qui avait un neveu du même âge que lui à quelques mois près ! J'évoque aujourd'hui le Père Herman-Jozef pour qu'il prenne sa place, lui aussi, sur cette page et j'essaierai de trouver une photographie pour compléter le montage in-fine.




~~o~~O~~o~~



le 07 mai 2008, Louis Bogaerts m'a adressé une nouvelle photographie du mariage de Pier (son frère) et de Lies (sa belle-soeur) ; elle a été prise en l'abbaye d'Achel et c'est le Père Amadeus qui procéde à la bénédiction. Un autre Père est visible mais non identifié. Ainsi Louis me permet-il , avec cet envoi, d'obtenir une nouvelle photographie d'un compagnon du Père Angélus (la 11ème !).

Cela signifie aussi que le Père qui est aux côtés du Père Angélus (photo ci-dessus) reste à identifier !

Je remercie Louis pour la photo et ces mots :"""....tot wederhoren, "au revoir" veel succes !!! """" qui sont autant d'encouragements à poursuivre. Je dois avouer que le décès du Père Herman-Jozef m'a fait vraiment prendre conscience que le "cercle des vivants" ayant pu connaître le Père Angélus se resserrait de plus en plus ! Heureusement il y a encore quelques souvenirs ici et là et il serait dommage qu'ils s'éteignent comme on souffle une bougie ! En plaçant la photo de Pier et Lies ci-contre je pense à cette lettre écrite par Pier en 1957... Oui, les souvenirs ne demandent qu'à vivre...

1955 - Pier et Lies - bénédiction par le Père Amadeus


~~o~~O~~o~~



Je voudrais ici dire à nouveau que, malgré les apparences, ma quête tient en peu de choses ; 53 ans après l'envoi de ce ballon je cherche à en connaître un peu plus sur le Père Angélus . Grâce à la compréhension de certains Pères j'ai pu établir :

- qu'il aurait fait son noviciat avec le frère Marinus (entre 1940 et 1945, date de la profession solennelle) ;
- qu'il était le "frère portier" en 1955 ;
- qu'il n'est pas parti pour le Congo en 1958 ;
- qu'il est enterré au cimetière de l'abbaye d'Achel.

De plus, grâce à la gentillesse de Louis Bogaerts je possède désormais une seconde photo du Père Angélus et j'ai pu compléter la page récapitulative.

Pourrai-je obtenir sa date de naissance ? la date de sa mort ? L'hypothèse du Congo ayant été écartée, l'arrêt de la correspondance ne peut-être dû qu'à la maladie, la mort ou le désintérêt de poursuivre une relation épistolaire avec un "gamin". Bien sincèrement je souhaite que cette dernière hypothèse soit la bonne ! En effet, le Père Angélus était dans la force de l'âge en 1955 , c'est du moins ainsi qu'on le voit sur les photos qui datent de cette époque. J'espère qu'il a vécu de longues années encore et que je pourrai obtenir une autre photographie de lui datant des années 1990...

Je souhaite aussi que le Père Gaby (supérieur d'Achel) puisse retrouver suffisamment de santé et d'allant pour répondre à mon email ou au courrier postal que je lui ai adressé en février dernier. J'avoue que j'apprécierais beaucoup un petit signe d'amitié de l'abbaye d'Achel...



~~o~~O~~o~~


Le 10 mai 2008, j'ai reçu un courrier de l'Abbaye d'Achel ; le Père Gaby Depreitere a donné réponse aux questions que je me posais encore. Sentiments mitigés, joie d'avoir enfin des nouvelles de l'abbaye d'Achel, de sentir entre les mains cette enveloppe épaisse... et crainte aussi de découvrir des nouvelles définitives. Autant que vous le sachiez ma première réaction a été une forte émotion : 7 cartes postales de vues de l'abbaye, un texte retraçant la vie de moine trappiste du Père Angélus (en néerlandais et traduit en français) et puis une très émouvante photographie non datée (photocopie) de mon Père Angélus. Je sais maintenant qu'il a vécu longtemps mais peut-être pas ainsi que je l'espérais. Son visage traduit à la fois une grande bonté mais aussi, sinon une souffrance, une très grande tristesse. J'ai vraiment eu le sentiment de retrouver un être cher , joie et peine étaient mêlées.




le Père Angélus (1906-1994)


Le Père Angélus est né le 5 juillet 1906, à Weert (Pays-Bas), à un peu plus de 16 km à l'Est d'Achel. Son nom civil était Gerardus Scheepers. Il est entré à Achel le 14 août 1924, a été ordonné prêtre le 24 avril 1938 ; le document n'apporte aucune précision sur les dates de son noviciat et de ses voeux mais il est logique de penser qu'elles sont antérieures à 1938, il n'a donc pas fait son noviciat avec le Frère Marinus (1945). Le Père Angélus est décédé le 21 novembre 1994 , à l'âge de 88 ans, à l'abbaye.






Mon bon Père, que j'aurais voulu savoir au Congo - ou même au Danemark - n'avait pas suffisamment de santé pour participer à ces fondations. Très jeune (28/29 ans), il a été gravement malade, aurait dû mourir mais il est "revenu" de ce voyage qui l'avait emmené au bord de la tombe. Il vivra encore 60 ans, mais ne retrouvera jamais une bonne santé, le "corps reste faible". Le Père Angélus a laissé le souvenir d'un frère bon et silencieux qui priait beaucoup. Il avait des dispositions artistiques et une belle écriture ce qui l'a amené à réaliser des copies manuscrites de textes quand les moyens n'étaient pas ceux d'aujourd'hui ; il travaillait aussi sur les livres rares et reliés (dorures, enluminures). De son "jeune temps" il est même conservé un dessin (ou une peinture) remarquable sur "l'inhabitation de la Sainte Trinité dans l'âme" (1934). Au sein de la communauté il rendait service là où il le pouvait, avec dévouement et le souci de ne faire de peine à personne. En 1988 il a perdu son frère , le Père Henri, et cela l'a beaucoup affecté. Sa propre mort, 6 ans plus tard, aura été pour lui une délivrance.



En 1955, il était donc âgé de 49 ans lorsque j'ai reçu son premier courrier. J'étais trop jeune en 1958 pour vraiment me poser des questions sur le silence du Père Angélus ; je le regrette aujourd'hui , j'aurais tant voulu l'aider - comme la communauté l'a fait - à surmonter les moments difficiles qu'il a connus tout au long de sa vie. Je suis sans doute revenu bien trop tard à ces souvenirs de jeunesse.



*
* *



L'on pourrait croire que cette page touche à sa fin et pourtant il y a encore un peu à faire :

- essayer de retrouver quelques renseignements (et une photographie) sur le Père Henri , le frère du Père Angélus ;

- rechercher une photographie ou copie de ce dessin (ou peinture) que le Père Angélus a fait(e) en 1934 et qui aurait tellement sa place ici ;

- tenter de préciser s'il a effectivement fait son noviciat avec le frère Marinus (1945), il a été ordonné prêtre en 1938, est-il possible qu'il ait choisi la vie monastique après ou sa maladie l'avait-elle empêché de prononcer les voeux ?

Enfin, je compte toujours me rendre à Achel , je voudrais tant qu'une photo de la tombe du Père Angélus mette un terme à cette page.




~~o~~O~~o~~



11 mai 2008 : J'ai trouvé normal de vous présenter les cartes adressées par la Communauté d'Achel et le mot de sympathie du Père Gaby. Je le dis ici, cet envoi m'a soulagé d'une certaine culpabilité ; j'avais le sentiment que ma quête était déplacée eu égard aux difficultés vécues depuis quelques mois par la Communauté d'Achel . Je suis sincèrement heureux de vous présenter ci-dessous, ce qui constitue pour moi un beau témoignage d'amitié et je tiens à nouveau à remercier chacun des Pères et Frères d'Achel ....






..




..






Sur l'une de ces cartes l'on peut voir la salle d'étude et le réfectoire. Le Père Gaby , au verso de la carte, a souligné le fait que l'un des deux moines assis dans la salle d'étude était le Père Angélus. Il est à gauche sur l'agrandissement ci-dessous :




~~o~~O~~o~~




14 mai 2008. J'ai fait quelques ultimes recherches, sans succès , tant pour le Père Henri (Henricus) que pour le dessin du Père Angélus. J'ai par contre beaucoup appris sur la notion d'inhabitation ! Je ne ferai pas de développement ici car je ne pourrais me livrer qu'à un plagiat de ce que l'on peut trouver sur le Net à ce propos en entrant dans son moteur de recherches quelques mots tels : "l'inhabitation de la Sainte Trinité...". Ma conception à moi est beaucoup plus primaire j'ai toujours pensé - par exemple - que nous avions en nous la "capacité" d'être un génie ou un guérisseur , mais qu'il fallait une volonté divine, pour activer ces possibilités ! Le "Créateur" dort en chacun d'entre nous et, de temps à autre, il nous fait instrument de sa volonté... "Il" est un peu "chiche" et rares sont les élus ! Franchement n'avez-vous jamais souhaité pouvoir soulager la douleur d'un proche par une simple imposition des mains ? Penser que cela pourrait être possible c'est commencer à croire en Dieu , en un Dieu omniprésent ... Voilà, je n'irai pas plus loin mais je sais que le Père Angélus m'a déjà pardonné cette digression !



~~o~~O~~o~~




Ce matin 15 mai, un nouveau message de Louis m'attendait avec une autre photo de famille sur laquelle le Père Amadeus est de face ! Sur cette photographie de Pâques 1955 (mariage de Pier et Lies) l'on peut voir également Louis alors militaire et âgé de 20 ans ! Je place ci-dessous son message en néerlandais ainsi que la photo :




J'ai pu traduire et comprendre qu'il me souhaitait encore des "découvertes" dans mes recherches qu'il suivait chaque jour bien qu'il ait des difficultés à comprendre le français... Et c'est pourtant vrai que les Pères et frères que j'ai évoqués jusqu'alors étaient originaires de la région flamande de la Belgique ou des Pays-Bas. Pour Louis et ceux des amis Flamands ou Néerlandais qui suivent je place ci-dessous le document que j'ai reçu évoquant le Père Angélus :



~~o~~O~~o~~



Je ne sais pas trop ce qui m'a poussé à refaire un point ce 26 mai 2008 ... Le sentiment que je n'étais pas allé jusqu'au bout ? ou tout simplement le Père Angélus qui s'était habitué à ces moments de complicité lorsque je pensais à lui en faisant mes recherches ? Toujours est-il que je me devais de reprendre un peu ma documentation et de tenter de retrouver encore quelques uns de ses compagnons afin de compléter le tableau in-fine. C'est ainsi que j'ai retrouvé deux compagnons du Père Angélus :

- le premier est un lointain et éphémère compagnon qui avait fait un noviciat complet à Achel entre 1947 et 1949 avant de fonder une famille et de revenir à la vie monastique après le décès de son épouse. Il s'agit du frère Joop Kaptijn, né en 1927 à Harlem (NL). Il est entré à l'abbaye du Mont-des-Cats en 1988, a fait ses premiers voeux le 16 décembre 1990 et sa profession solennelle le 4 avril 1994. Il est décédé le 26 décembre 2004. Je n'ai pas trouvé de photo.

- le second n'a fait lui aussi qu'un passage à l'abbaye d'Achel. Il s'agit du Père Pierre-Paul Walraet qui a été le novice "Johannes" de septembre 1979 à février 1984 à Achel, avant de rejoindre l'Ordre de la Sainte Croix. J'ai une photo de lui, grâce à l'article de Marcel Quartel que j'avais conservé et que j'évoque supra... L'Ordre de la Sainte Croix a été fondé en 1211 par Théodore de Celles, chanoine de Liège. Pour en savoir plus vous pouvez copier l'adresse suivante : """ http://www.oscgeneral.org/ """



Le Père Pierre-Paul Walraet

Ces deux religieux auront été à un moment de leur vie des compagnons du Père Angélus et je ne doute pas qu'il tenait à ce qu'ils soient cités ici.

Bien sûr il manque d'autres photos et, pour répondre à un commentaire du 23 mai, je vais refaire un point et remettre en tout bas de page (sous la photo et les noms), la liste de ceux dont je recherche la photographie. Cela permettra à tout le moins d'avoir un état récapitulatif complet de ceux que j'ai retrouvés et qui ont eu l'occasion de côtoyer le Père Angélus à un moment de leur vie. Je profite de ce que ce point est abordé pour répondre à une autre question : je n'ai aucune nouvelle de Myrendal , donc peu de chance de recueillir l'identité des quatre autres moines partis d'Achel avec les Pères Frans Van Haaren et Bas Van Vessum.

~~o~~O~~o~~



le 13 juillet 2008 Louis Bogaerts m'a adressé une dernière photo du Père Amadeus qu'il a retrouvée dans un des albums de son frère Pierre...


le Père Amadeus, compagnon du Père Angélus...

Je le remercie pour cette marque d'intérêt et ce souhait ainsi manifesté de voir perdurer encore un peu l'évocation de la vie de l'abbaye d'Achel dans ces années 1955/1957, merci Louis !


~~o~~O~~o~~


Le 31 août 2008, l'été tire à sa fin ... et je ne suis pas encore allé à l'Abbaye d'Achel. Vous avez été plusieurs ces dernières semaines à me demander où j'en étais de mes intentions. Ce voyage reste programmé , il devrait se faire avant la fin de cette année, je l'espère. Je n'ai par contre aucune certitude quant à une rencontre possible avec des moines ayant connu le Père Angélus et il n'apparaît pas du tout évident que je puisse prendre quelques photographies (je pense notamment au dessin qu'il a fait dans ses "jeunes années" et au lieu où il repose). Merci à G, à M.C, à J.P, à FG et à ceux à qui je n'ai pu mailer directement. Quelques questions ont été posées ... je réponds ci-dessous :

- je n'ai reçu aucun signe du Danemark ;

- j'ai continué pendant quelque temps à rechercher des éléments sur le frère du Père Angélus (Frère Henri), sans succès ;

- je ne sais pas si le Père Angélus a encore de la famille ; je n'ai jamais recherché de contact en ce sens et je crois que c'est bien ainsi ;

- je ne sais toujours pas qui est ce frère officiant aux côtés du Père Angélus en 1955 ;

- Enfin, à une question plus personnelle , je répondrai que la quête me manque effectivement . Les recherches que j'ai effectuées au cours de ces quelques mois ont été des instants durant lesquels j'avais l'impression d'être proche du Père Angélus ; j'imaginais combien il pouvait sourire de mes tâtonnements et de mes fausses pistes ! L' "Ami si lointain" est devenu un compagnon de route et je crois qu'il l'est resté ; il m'est désormais bien plus proche qu'il ne l'a été durant ces dernières 50 années ! Bien sûr , je souhaiterais en savoir un peu plus sur lui , faire revivre sa mémoire au travers de quelques anecdotes ...C'est pour cela que j'ai bien conscience que malgré les difficultés liées à la langue (je ne pratique pas le flamand) , je dois aller à Achel pour y recueillir ce qui pourrait l'être, auprès des quelques frères qui s'y trouvent encore.

~~o~~O~~o~~


- 09 septembre 2008 :

Une nouvelle qui concerne la vie de l'Ordre : Dom Eamon Fitzgerald, Abbé de Mount Melleray (Irlande) est, depuis le 8 septembre 2008, le nouvel Abbé Général de l'Ordre Cistercien de la Stricte Observance (OCSO). Il a été élu à l'occasion des Chapitres Généraux qui se tiennent du 02 au 23 septembre 2008 à Assise (Italie) ; il succède à Dom Bernardo qui a été Abbé Général de l'Ordre ces 18 dernières années.


Dom Eamon (à gauche) et Dom Bernardo (à droite)


Quelques chiffres : au 1er janvier 2008, l'Ordre comptait 2185 moines et 1782 moniales , il était présent dans 47 pays (97 monastères de moines et 72 autres de moniales). Selon les données chiffrées de 1990 (2797 moines et 1876 moniales), il apparaît, qu'en 18 ans, le nombre de moines a diminué de 21,8% contre 5% pour les moniales. Si le nombre de moines diminue il n'en demeure pas moins que de nouvelles fondations voient le jour, comme au Nicaragua par exemple... Ce qui témoigne de la vitalité et du dynamisme de l'Ordre.

18 septembre 2008 : Toujours à l'occasion des Chapitres Généraux, j'ai appris que le Monastère de Kasanza va accéder au rang de Prieuré Majeur. Je me réjouis pour le Père Franco et la communauté ; je pense aussi aux fondateurs partis d'Achel...

Parmi des textes tous très intéressants, j'ai été particulièrement frappé par une homélie sur la Sainte-Croix (qui était fêtée le dimanche 14 septembre 2008). Ce texte, du Père Armand Veilleux , est placé ci-dessous (demande autorisation en cours) :




Dom Armand Veilleux
Supérieur de l'Abbaye de Scourmont (Belgique)


- 21 septembre 2008 : Il y a des messages que l'on reçoit avec grand plaisir , le dernier date de cette fin d'après-midi ! Il donnait l'autorisation de Dom Armand, contenait un zest d'humour , des mots d'amitié et d'intérêt qui - j'en suis persuadé - ont fait également le bonheur du Père Angélus . Ma quête est sans doute désormais plus spirituelle, et je ne doute pas qu'il m'ait poussé vers cette "voie" pour que je découvre ce que sont les Chapitres Généraux de l'OCSO ! Je remercie bien vivement Dom Armand pour son accord ainsi que Soeur Claire, pour sa gentillesse.

Je suis par contre peiné que l'état de santé du Père Gaby, supérieur de l'Abbaye d'Achel , ne lui ait pas permis d'être présent à Assise. Il est vrai qu'il avait subi une intervention chirurgicale au printemps dernier. . .

- 25 septembre 2008 : Oui, Assise c'est fini ! Tout au moins pour les Capitulants (es) qui ont rejoint leur communauté. Suite à quelques questions je précise ici que le blog de la RGM2008- OCSO peut-être consulté en se rendant à l'adresse suivante : http://rgm2008-ocso.over-blog.com/ . Il y est possible de lire (en 3 langues : français, anglais et espagnol) les comptes rendus journaliers , quelques textes et même de voir de belles photographies .

- 27 septembre 2008 : Un lien vient d'être ajouté qui permet d'avoir accès à la galerie des photos mises en ligne par le Père Dom Tommaso ; elles concernent quelques moments forts de ces Chapitres Généraux dont l'élection de l'Abbé Général et la messe de la dernière journée ; elles sont absolument superbes et émouvantes. Bravo mon Père ! Dans l'Assemblée je crois bien avoir reconnu Dom Albéric Bruschke, supérieur de l'abbaye de Sion, c'est plus une impression qu'une certitude !... Bien sûr je souhaiterais placer ici quelques unes de ces photographies mais le site est parfaitement accessible en cliquant sur l'icône ci-après (NB : faites un clic droit et choisissez "ouvrir le lien dans une nouvelle fenêtre") :



-29 septembre 2008 : C'est pourtant vrai ! Un visiteur s'est étonné fort justement - et avec humour - de l'absence de moniales dans les quelques clichés que je me suis autorisé à placer ci-dessus et relatifs à la RGM2008. Je répare donc et, quitte à me faire taper sur les doigts par Dom Tommaso, je place ci-après une photo où l'on voit moines et moniales échanger à l'occasion d'une pause. Pour ma défense je dirai que j'avais envisagé de demander à Dom Tommaso l'autorisation de placer ici la très belle photo de groupe prise sur les marches du sanctuaire... Je vais m'y employer !






~~o~~O~~o~~


Le 30 septembre 2008 : hier en fin de soirée j'ai reçu un message du Père Pierre-Paul Walraet, Chanoine régulier de l'Ordre de la Sainte Croix (OSC). Le Père Pierre-Paul a fait son noviciat et a été "frère" à l'Abbaye d'Achel entre 1979 et 1984, avant de rejoindre l'OSC. J'avais retrouvé la mention de son passage en exploitant et traduisant la documentation accumulée (voir ci-dessus mai 2008). Bien sûr j'avais alors effectué quelques recherches qui m'avaient permis de le "retrouver" mais ce n'est que fin août que je me suis décidé à lui adresser un message (je suis parfois un peu gêné de l'aspect "intrusif" de ma quête).

Le Père Walraet était absent de Rome car ces dernières semaines il était au Congo (RDC)... Son message a été un grand moment de joie, c'est en effet la première fois que j'établis un contact avec une personne qui me dit avoir connu le Père Angélus ! Le Père Walraet, natif d'Achel, précise même qu'il l'a "bien" connu et qu'il l'a rencontré alors qu'il était encore un enfant, puis en tant qu'étudiant et enfin comme membre de la Communauté. Il s'agit d'un premier message qui redonne à ma quête une impulsion nouvelle ; le Père m'écrira plus longuement dès qu'il pourra dégager un peu de temps ... Je l'avoue , je suis vraiment content de ce contact plein de chaleur ; Saint Benoit et Saint Augustin auraient-ils posé un oeil bienveillant sur ma page ? Je le crois ! En cliquant sur la photo du Père Pierre-Paul Walraet, ci-dessous, vous aurez accès au site de l'Ordre de la Sainte Croix :



Le Père Pierre-Paul Walraet


~~o~~O~~o~~


Le 1er octobre 2008, Louis m'a adressé un message dont je place ci-dessous la "partie néerlandaise" tant tout cela me paraît important dans la connaissance du Père Angélus.



"""Hier wat gegevens over de c.v. van pater Angelus
Geboren in Weert (Ndl) op 6 juli 1906 als Gerardus Henricus Scheepers
Ingetreden in bij Cisterciënsers(Trappisten) in de St Benedictus Abdij Achel (Achelse Kluis)in 1924
Overleden in de abdij te Achel op 21.11.1994
Zijn broer Henricus Wilhelmus Scheepers trad ook als trappist in de abdij te Achel in 1923
Samen met pater Tarcisius was hij verantwoordelijk voor de uitgeverij "Sinite Parvulos" (Wees zoals kinderen) welke kinderboeken uitgaf die ook in de abdij gedrukt werden.
Pater Angelus had veel kaktakten met scholen waar hij deze boeken verspreidde
Hij vertplaatste zich met een motorfiets (brommer)
Zijn hobby was "fotografie" zelf fotgraferen en foto's ontwikkelen
In sommige scholen was hij de schoolfotograaf in de jaren 1960-1980
Op het einde van zijn werkzaamheden was hij portier in de abdij ."""



Louis a donc eu accès à un document (curriculum vitae) qui apporte quelques précisions et donne une "image" très dynamique de ce que fut la vie de mon ami le Père Angélus :




- il avait beaucoup de contacts avec les écoles et, avec le Père Tarcisius, il était responsable de l'édition "Sinite Parvulos" (des paroles de Jésus : "Sinite parvulos venire ad me" , "laissez les enfants venir à moi") qui publiait des livres pour enfants , lesquels livres étaient imprimés à l'abbaye d'Achel ;

- pour ses liaisons vers l'extérieur le Père Angélus se déplaçait en vélomoteur ;

- il avait pour hobby la photographie et développait ses photos ;

- entre 1960 et 1980 il faisait les photos de classes dans certaines écoles...



Le "Sinite parvulos" de Nicolas Tournier (1590-1638)

J'apprends aussi que son frère, Henricus Wilhemus Scheepers était entré un an avant lui chez les Trappistes d' Achel, en 1923 ; le document, par contre ne fait aucune allusion à la maladie qui l'a frappé dans "ses jeunes années". Le Père Angélus a terminé sa vie active en tant que frère portier.

C'est donc toute une facette de la vie du Père Angélus que je viens de découvrir grâce à Louis à qui je témoigne ici ma profonde gratitude. D'autres pistes se sont ouvertes ; le Père Angélus, à qui l'on prêtait un sens du dessin et du goût pour les enluminures, a sûrement contribué à l'illustration de certains livres ... Peut-être existe-t-il dans quelques greniers de la région des traces de son art...

- o - o - o -

Je pense ici à ce que le Père Pierre-Paul Walraet pourrait me dire sur la façon dont il percevait Frater Angelus qu'il a côtoyé à différentes étapes de sa vie...Toutefois j'ai appris récemment la place que le Père occupe au sein de son Ordre. Je le sais très pris par ses responsabilités et un emploi du temps très chargé. Il a été élu - pour 6 ans - Conseiller Général du Maître Général des Croisiers , le Père Glen Lewandowski, lequel a également été élu lors du dernier Chapitre Général qui s'était tenu à Mario Campo, au Brésil, à l'été 2003. Le prochain Chapitre Général de l'Ordre de la Sainte Croix se tiendra en Indonésie, Province de Java Ouest , à Bandung, en 2009.


Le père Glen Lewandowski, Maître Général de l'OSC




~~o~~O~~o~~



Le 03 octobre 2008, j'ai pu procéder à quelques recoupements sur Internet et retrouver la trace du Père Tarcisius Passier dont le nom apparaît essentiellement dans des listes d'auteurs de livres pour la jeunesse (1947/1955/1957...). Dans le descriptif des ouvrages je n'ai pas retrouvé le nom du Père Angélus en tant que possible illustrateur ! J'ai sélectionné trois livres dont je vous montre ci-dessous la photo de la couverture . La traduction du premier titre donne approximativement : "Sous le charme d'un oiseau du paradis" ; le second livre est un album de coloriage "Bartje , le Héros" ; pour le dernier j'ai laissé le descriptif qui permet de "repérer" l'éditeur ...





Quelques précisions quant à "Bartje" :

Il s'agissait du héros du romancier néerlandais Anne de Vries (1904-1964).

La devise de Bartje était "Ik bid nie veur bruune boon'n" ce qui peut se traduire par "Je ne prie pas pour des haricots bruns" ...

Anne de Vries prêtait en effet ces paroles à Bartje lorsque son père appelait à prier au moment du repas et que sa mère servait ce plat !

L'original de la statue présentée se trouve à l'hôtel de Ville de Assen.


Bartje, une oeuvre du sculpteur Suze Berkhout


Le simple fait de savoir que le Père Angélus a - pour le moins - contribué au tirage et à la diffusion de ces livres pour la jeunesse me fait bien plaisir ! Je l'imagine volontiers sur son vélomoteur parcourant les communes alentours comme un VRP.


~~o~~O~~o~~


Le 08 octobre 2008 je n'ai pas obtenu d'éléments nouveaux quant aux fonctions du Père Angélus au sein des Editions Sinite Parvulos. J'ai retrouvé les noms de quatre illustrateurs différents des livres du Père Tarcisius, dont un moine cistercien : le frère Raphaël Reesink . J'ai donc écarté définitivement la possibilité que le Père Angélus ait pu participer aux illustrations ou aux dessins de couvertures. Je n'ai retrouvé aucune bibliographie ou photo, que ce soit du Père Tarcisius Passier PM ou des illustrateurs. Si on s'en réfère à la publication des livres du Père Tarcisius , l'éditeur ou "Uitgever" avait d'abord porté le nom de "Cistercienser-Abdij", ce nom apparaissant sur des ouvrages des années 1948 à 1953 . . . L'appellation "Uitgever Sinite Parvulos" apparaît en 1954 pour l'édition du livre "Het spook van de bungalow" du même auteur. A l'occasion de ces dernières recherches j'ai croisé à nouveau la route du Père Emmanuel van Gassel dont le livre "Fulomba, de neger jongen" a , lui aussi, été édité par "Sinite Parvulos", en 1960 (vu sur "Yez" , merci à "Johanneken").

S'agissant des Editions (uitgeverij) Sinite Parvulos, elles existeraient toujours. Selon un document récent, la personne à contacter se trouverait à Valkenswaard (10 km au Nord de l'Abbaye d'Achel, aux Pays-Bas), l'adresse indique "Abdijweg" , ce qui pourrait être traduit par "annexe de l'abbaye" , "abdij = abbaye" et "weg = partie".

Le 10 octobre 2008, j'ai retrouvé un titre du Père Tarcisius qui permet de dire qu'il écrivait déjà en 1938 et que les Editions d'Achel existaient également à cette époque. Le Père Angélus, âgé de 32 ans en 1938, était à l'abbaye depuis 1924. . . Je place ci-après la référence du livre en question , ainsi que la photo de la couverture :


PASSIER, P.M. Tarcisius. Mika-San de trotse en andere verhalen.
Cistercienser abdij, Achel, 1938. 94 p. ills., Missieboek No. 2. orig. omslag. Goed.


~~o~~O~~o~~



Ce 10 octobre 2008, en fin de journée, j'ai reçu des nouvelles de Louis Bogaerts qui m'a fait la surprise de 4 photographies prises par le Père Angélus ! Mon ami Louis, alors là : Vous êtes incroyable ! Pensez, il s'est rapproché de la commune d'Achel et a rencontré la famille Kauffmann qui avait conservé des photographies de communion prises et développées en 1969 et 1970 par le Père Angélus ; deux clichés ont été travaillés et décorés. Je vous présente ces photos qui témoignent de sa gentillesse et de son implication dans la vie locale (il était alors âgé de 63/64 ans).



Ces photos sont des souvenirs de communion de Guido et Rita Kauffmann
Je les remercie bien sincèrement, eux et Louis !





Ce groupe de communiants a été photographié à l'intérieur de l'abbaye.



Il y a pratiquement 11 mois que je me suis lancé dans cette quête ; je ne pensais pas qu'il m'aurait été possible de réunir tant d'éléments sur le Père Angélus et je ne m'attendais certes pas à pouvoir présenter ici des traces matérielles de ce qu'il a pu réaliser après sa maladie. Je suis parfaitement conscient que les choses se sont accélérées pour une bonne part après que je sois "arrivé" sur le site de Louis et sur cette lettre de son frère Pier, datée de 1957. Merci, Louis !



~~o~~O~~o~~



le 13 octobre 2008, j'ai reçu un message du Père Pierre-Paul Walraet de l'Ordre de la Sainte Croix. Il se souvient bien de son passage à l'abbaye d'Achel et cela lui a permis de m'apporter quelques éléments d'information qui confirment ou complètent ceux déjà obtenus. Le Père Angélus avant que d'être le portier responsable des communications téléphoniques, de l'accueil des visiteurs, de la distribution du courrier a parcouru les communes autour de l'abbaye où il allait dans les écoles . Le Père Walraet évoque les éditions "Sinite Parvulos" et, bien qu'il n'en soit pas sûr, se demande si le Père Angélus ne "produisait" pas lui aussi en tant qu'auteur ? Mes recherches autour de "Sinite Parvulos" n'ont jusqu'à présent dégagé aucune piste en ce sens.

Le message du Père Walraet me permet de préciser que le Père Henricus, frère du Père Angélus, était bien à l'abbaye d'Achel et qu'il en était le charpentier. Deux sensibilités différentes qui se complétaient. De son côté, le neveu du Père Angélus, le Père Herman-Jozef , était le chauffeur de l'abbaye et à ce titre était souvent sur les routes ! L'on se souvient que le Père Herman-Jozef est décédé récemment à l'âge de 92 ans (16 avril 2008), il devait avoir tellement de choses en mémoire...

Le Père Pierre-Paul communique également un lien où il est possible de découvrir, en langue néerlandaise, un reportage de Marcel Quartel , réalisé en 1982, sur l'abbaye d'Achel. Si vous ne comprenez pas le néerlandais prenez quand même le temps de faire le détour, il y a quelques belles images, un peu de chant grégorien et vous découvrirez le Père Walraet au temps où il était Johannes Maria, le novice... Cliquez sur l'icône ci-après :



Une nouvelle lecture de la vidéo m'a d'ailleurs permis de procéder à la "capture" , via mon APN, de deux nouvelles photos ; en fait j'ai photographié l'écran de mon moniteur. La première est celle du novice Johannes Maria, alors âgé de 22 ans, que je place ici avec plaisir ; la seconde est celle du Père Walter pour lequel je n'ai trouvé aucun autre élément. Le Père Pierre-Paul qui l'a connu sans aucun doute pourra peut-être dire quelques mots sur lui...



Le jeune novice Johannes Maria

Le Père Walter



~~o~~O~~o~~



Le 14 octobre 2008 j'ai reçu un troisième message du Père Pierre-Paul Walraet qui, vous allez le constater ci-dessous, m'apporte des éléments importants dans ma quête :

a) - j'ai d'abord eu la surprise de lire que mon site présentait deux photos de Pères que je recherchais encore ! Il s'agit du montage que je reproduis à nouveau ici dans un souci de clarté ; en janvier 2008 j'avais identifié trois Pères (1 - Père Emmanuel Van Gassel ; 2 - Père Edmond Mikkers ; 3 - frère Augustinus). Le Père Pierre-Paul m'apprend qu'en fait sur ce montage se trouvent le Père Stephanus van Vinken (n°4) et le Père Henricus (n°5).



Le Père Stephanus a été Supérieur de l'Abbaye de 1989 à 1994 , malheureusement nous ne pouvons que l'entrevoir, la photo n'étant pas parfaite en raison du cadrage. Le Père Henricus était le frère du Père Angélus, on le revoit également sur une photo que j'avais mise sur le site et que nous allons découvrir un peu plus bas.


b) - en mars 2008 j'avais mis sur ma page un ensemble de photos représentant des frères de l'abbaye sur leur lieu de travail, je n'avais aucun nom à l'époque. Le Père Pierre-Paul me permet de revenir sur ces photos avec l'identité de chacun. Là aussi pour un motif de clarté je m'appuie à nouveau sur les mêmes clichés pour vous citer les noms :




Il semblerait que le Frère Luc Lahaut soit encore présent à l'Abbaye, il serait âgé d'une soixantaine d'années... ; le Frère Titus a quitté l'abbaye d'Achel il y a quelque temps pour rejoindre l'abbaye de Caldey - île du Pays de Galles ; le Père Walraet me précise que le Supérieur de Caldey est un moine venant d'Achel, le Père Daniel Van Santvoort. Le Père Silvester est photographié dans la bibliothèque, dont une fois à son bureau. Le Père Mauritius est occupé à son imprimerie. Enfin, le Père Henricus se trouve dans la charpenterie de l'abbaye.

Le Père Pierre-Paul Walraet, en plus de toutes ces informations, me fait savoir que le prêtre qui officie aux côtés du Père Angélus en 1955 ne peut, en aucun cas , être le Frère Marinus qui ne pouvait pas célébrer l'Eucharistie car il n'était pas prêtre. Il me donne également des précisions sur le Père Walter (Père Walter Haazen), décédé ; A son entrée à Achel il venait de l'Ordre des Franciscains (Frères Mineurs) . Il possédait une voix exceptionnelle et était connu pour la qualité de sa liturgie et de ses homélies. Il a bien sûr connu le Père Angélus qui a dû apprécier - comme beaucoup de personnes - la qualité de ses "causeries" sur la spiritualité.

Voilà donc à nouveau un grand pas de franchi dans ma quête , mon Père Angélus doit être bien content de cette dernière intervention du Père Walraet qui resserre de manière significative les rangs de ses compagnons et m'a permis d'identifier son frère.





~~o~~O~~o~~




15 octobre 2008, je ne saurais faire sans chercher à établir un contact avec l'abbaye de Caldey, en Pays de Galles, et j'adresse aujourd'hui un e-mail. Il se pourrait en effet que le Père Daniel Van Santvoort, actuel supérieur et le Frère Titus Keet aient, eux aussi , connu le Père Angélus et qu'ils puissent me donner quelque anecdote à placer ici. Le Père Daniel a pris ses fonctions de Supérieur à Caldey en janvier 1997, je ne sais à quelle date il a quitté Achel exactement mais il y a probablement passé plusieurs années avant d'en partir...

S'agissant du Frère Titus Keet je dois ajouter que le 8 octobre dernier, en faisant des recherches autour de "Sinite Parvulos", j'étais arrivé dans un répertoire où étaient données les coordonnées de la personne à contacter à Valkenswaard (10 km au Nord de l'Abbaye d'Achel, aux Pays-Bas). Je n'avais pas alors jugé opportun d'indiquer le nom de cette personne, ce que je fais faire aujourd'hui en plaçant l'image ci-dessous. Se pourrait-il que "Titus L Keet" soit le frère Titus ? Ou alors y a-t-il homonymie ?



~~o~~O~~o~~


J'ai essayé de contacter l'abbaye sur deux adresses email différentes, mais cela n'a pas fonctionné : les messages sont rejetés. Je pourrais adresser un courrier postal mais je crois que je vais en rester là, non par facilité mais parce que j'estime que cette quête doit se mener principalement sur le Web, en raison du peu de contraintes qui en résulte pour les uns et les autres, cela passe ou cela ne passe pas ! J'ai par contre profité d'une "boîte" où il est possible de laisser une demande de prière et j'ai pensé à mon bon père Angélus qui devrait être sensible à ce qui lui parviendra de la ferveur de la communauté de Caldey.

En cliquant sur la photo ci -après vous aurez la possibilité de visionner un reportage réalisé en décembre 2004 (faire le choix du thème dans les sujets proposés) ; on y découvre l'abbaye de Caldey et le personnage très attachant qu'est le Père Daniel . Il sera même possible à partir de ce site de rechercher d'autres reportages sur d'autres abbayes et les images parlent souvent d'elles-mêmes...J'ai pu notamment voir le Père Albéric Bruschke (Abbaye de Sion) faire un petit footing en compagnie du reporter... :



Le Père Daniel Van Santvoort



~~o~~O~~o~~


16 octobre 2008, ce matin un visiteur a fait usage du formulaire pour me demander si j'avais des nouvelles de l'abbaye d'Achel car il lui semblait bien que depuis le 10 mai 2008 je n'avais fait référence à aucun fait concernant la vie de l'Abbaye...

Ce visiteur a parfaitement raison et je le remercie pour cette lecture attentive de ma quête ! En fait, je vais de temps à autre sur le site de l'abbaye et j'y apprends qu'il y a soit un concert, soit une exposition... Mais je n'ai rien de bien précis et il y a longtemps que je n'ai trouvé dans la presse (sur internet) une référence à une activité à l'abbaye, avec photo à l'appui.

La dernière photo dont j'ai gardé copie concerne une visite de l'ambassadrice de Chine en Belgique à l'Abbaye d'Achel, début avril 2008 ; cette visite concernait essentiellement la Brasserie et de possibles échanges commerciaux. Cette photo m'intéressait car s'y trouve le Frère Jules qui s'occupe de la brasserie. Frère Jules pouvait-il avoir été un compagnon du Père Angélus ? Les quelques éléments que j'ai trouvés m'ont convaincu que c'était non ... Frère Jules ne serait trappiste que depuis quelques années et aurait auparavant été artisan boulanger...


De G à D : M.Théo Schuurmans, bourgmestre - Mme Zhang Qiyue , ambassadrice - le Frère Jules et , à l'extrême droite, l'épouse du Bourgmestre
Source : Internetgazet Hamont-Achel (http://www.internetgazet.be/)

Quoiqu'il en soit, dans l'article il est précisé que c'est Frère Jules qui a accompagné l'ambassadrice non seulement dans la visite de la brasserie mais également dans la visite de l'abbaye ; cela établit bien l'absence du père Gaby Depreitere, malade mais aussi l'absence d'un Père plus ancien en mesure d'accueillir la visiteuse. Il semble donc que l'abbaye d'Achel continue à fonctionner avec quelques Frères et probablement sous le contrôle épisodique du Père Nathanaël Koninkx de l'abbaye mère de Westmalle.

Tout ceci explique pourquoi j'ai quelque peu différé mon voyage ; le seul dont je sois à peu pris sûr qu'il ait pu connaître le Père Angélus reste le Père Gaby et il est malade ; il n'était pas présent aux chapitres généraux d'Assise de septembre.




~~o~~O~~o~~



16 octobre 2008 (suite), j'ai procédé à de nouvelles recherches sur le Père Dominicus de Jong, archiviste de l'abbaye d'Achel, dont je croyais avoir découvert la photographie ... Une mauvaise traduction m'avait fait croire que le Père Dominicus de Jong était le signataire de ce que je pensais être une "convention" entre l'Abbaye et la ville d'Hamont-Achel ! En fait, un regard plus attentif m'a permis de mieux saisir le sens de cet article qui évoquait le transfert de la salle "Père Dominicus de Jong". Si une salle portait son nom cela ne pouvait que signifier qu'il était décédé ! J'ai donc essayé d'en apprendre davantage et j'ai pu obtenir ces quelques renseignements :

Le Père Dominicus de Jong est né le 2 janvier 1912 à Tilburg (NL) et il est décédé en 1990. A l'état-civil il était Josephus Wilhelmus Gerardus de Jong. Il est devenu l'archiviste de l' Abbaye d'Achel et a publié beaucoup d'articles et de livres à caractère historique tels : "Het kerkdorp Borkel en Schaft (Achelse Kluis, 1951), Kronijk van Heeze (Achelse Kluis, 1953), Onze Lieve Vrouw van Ommel en het klooster Mariaschoot (Achelse Kluis, 1960), het voor de geschiedenis van Tilburg belangrijke boek Grenskapellen voor de katholieke inwoners der Generaliteitslanden (Tilburg, Henri Bergmans, 1963) et Momenten uit drie eeuwen Kluishistorie (Achelse Kluis, 1973). Il a de plus constitué une collection fantastique (c'est ce qui semble être l'objet du transfert) de 700.000 "bidprentjes" (images pieuses ?) et 50.000 "rouwbrieven" (faire-part ?).

Ces recherches ne m'ont pas donné l'occasion de découvrir une photographie du Père Dominicus qui , j'en ai maintenant la confirmation, a bien côtoyé le Père Angélus.




~~o~~O~~o~~



19 octobre 2008, ce dimanche j'ai tenté de retrouver quelques éléments sur les compagnons du Père Angélus récemment identifiés comme tels ; pour deux d'entre eux j'ai quelques précisions :

- le premier est le Père Silvester ; il est né le 10 avril 1909 et il est décédé le 21 octobre 1983 à l'âge de 74 ans. Très jeune il avait choisi sa voie et il est entré à l'abbaye d'Achel le 1er octobre 1925, à l'âge de 16 ans. Il fait sa profession solennelle le 20 novembre 1930 et il est consacré prêtre le 29 avril 1934. Il totalisait 58 ans de vie monastique. Il était apprécié pour le travail fourni à la bibliothèque de l'abbaye ;

- le second est le Père Mauritius. Je n'ai pas découvert de dates le concernant mais curieusement j'ai été amené sur un site d'astronomie et le Président (section d'Achel ?), évoquait l'histoire de "Berke" qui - selon la traduction que j'ai pu faire en ligne - a attrapé le virus de l'astronomie très jeune. Il a été conforté dans cette passion dans les années 1960 (?) en fréquentant le Père Mauritius qui lui aussi aimait regarder le ciel et chercher à comprendre... Le Père avait une lunette (télescope) Newton de 100mm. "Berke" allait travailler à l'imprimerie pour aider le Père Mauritius lorsqu'il y avait beaucoup de travail et ensuite ils échangeaient sur leur passion commune... La traduction n'est jamais aisée mais, pour ceux qui lisent le néerlandais, ce récit peut être consulté en cliquant sur l'icône ci-dessous :




Je vais tenter un contact pour savoir si , à l'occasion de ses visites à l'abbaye, "Berke" n'a pas rencontré le Père Angélus.




~~o~~O~~o~~



Petit retour sur le passé ! le 22 octobre 2008, Louis Bogaerts m'a adressé une photographie prise pendant la 1ère Guerre Mondiale, en 1917. Les Allemands ont installé une clôture électrifiée (3000 volts) sur la frontière entre la Belgique et les Pays Bas pour empêcher tout passage. L'abbaye d'Achel, qui se trouve sur la frontière était donc traversée par ce réseau , un mur avait dû être abattu en partie. Sur la photo l'on aperçoit deux moines qui se trouvent dans les jardins de l'abbaye , côté néerlandais (ainsi que l'indique d'ailleurs le drapeau planté sur le mur). A l'époque, le Supérieur de l'abbaye était le Père Mauritius Lans ; Gérard Henri Scheepers, le futur Père Angélus , n'avait que 11 ans. . .


"de draad des doods" , "le fil de la mort"

23 octobre 2008, ce petit retour dans le passé m'a rappelé ces recherches que je faisais pour retrouver la trace d'un des compagnons du Père Angélus : le Père Lambertus Vandermeulen. Je suis tombé sur un site qui me semble être assez récent et très intéressant quant à la connaissance de ce que fut exactement le parcours de ce Père hors du commun qui a connu l'Ile de Cézembre ! Il s'agit d'un livre de Joos Florquin qui présente des "interviews" dont celle du Père Lambertus, réalisée en décembre 1974, soit quelques mois avant sa mort qui est survenue le 30 mai 1975. Le site présente l'intégralité de cette interview, en langue néerlandaise. La traduction en ligne permet de saisir l'essentiel et, pour ceux qui souhaiteraient lire la quarantaine de pages présentées je place ci-dessous le lien :



J'ajouterai simplement que le Père est entré à Achel en 1932 et qu'il pensait prendre le nom de Père Paul mais comme il y avait déjà un moine portant ce nom, il a alors choisi "Lambertus". Le Père supérieur de l'époque était Columbanus Tewes qui est d'ailleurs évoqué dans l'interview.




~~o~~O~~o~~



Nous sommes le dimanche 26 octobre 2008 ; ce matin m'attendait un message de Louis qui m'adressait plusieurs fichiers photos qui ont comblé le "quêteur" que je suis ! Ces photos proviennent d'un fascicule relatant l'histoire de la Commune d'Achel et c'est la fille de Louis qui les lui a remises. Merci donc à tous deux pour cet envoi que je présente ci-dessous avec grand plaisir :

- Un peu d'art d'abord avec ces statuettes que j'avais trouvées et conservées ne sachant pas alors ce que cet ensemble signifiait. La photo que m'adresse Louis est accompagnée d'une légende indiquant qu'il s'agit d'un bronze symbolisant l'arrivée des moines à Achel en 1846. L'oeuvre est un don fait par les habitants d'Achel et les sympathisants le 30 juin 1996 à l'occasion du 150ème anniversaire de la fondation de l'abbaye. Je place les deux photos car elles se complètent bien me semble-t-il.



Les fichiers de Louis comportaient entre autres deux photos de timbres postaux évoquant l'abbaye d'Achel (Année 1948) :

...


Les autres photos sont celles de moines de l'abbaye d'Achel ; certains sont déjà cités et figurent sur cette page mais je dois dire qu'elles sont un autre regard sur les Pères concernés :


......

- le premier est le Père Lambertus Vandermeulen dont je ne disposais jusqu'alors que d'un portrait de profil ;
- le deuxième est le Père Emmanuel Van Gassel, il ne porte plus la croix de Père Supérieur, fonctions qu'il a quittées en 1989 ;
- le troisième est le Père Marc Gallant , Supérieur de 1994 à 2006... Je ne crois pas qu'il soit resté à Achel .


Les plus attentifs se souviennent de ce document que j'avais commandé naguère chez "Duthmala" et qui concernait le Père Gabriël ; ce document avait été écrit par le Père Dominicus de Jong, l'archiviste de l'abbaye et je recherchais sa photographie ... Et bien, Il est là, parmi celles adressées par Louis, et j'en suis d'autant plus ému que le Père Dominicus est photographié dans la salle d'archives de l'abbaye. Cette salle je la connaissais en partie grâce à une photo que j'avais trouvée sur le Web il y plusieurs mois ; je vous représente cette salle puis la photo du Père Dominicus. Il y a des choses immuables à l'abbaye et je trouve formidable de pouvoir replacer le Père dans ce qui était son domaine !


...


Deux photos représentent de nouveaux compagnons du Père Angélus dont je n'avais jamais lu les noms jusqu'à ce jour :

- Le premier est le Père Balduinus , décédé le 21 décembre 1945. Il possédait un grand talent naturel pour le chant Grégorien qu'il a pratiqué dès 1892 ; était estimé au plan international.




Le second est le Père Mickaël Stumpel, lui aussi était réputé pour le chant grégorien; grand organiste il a formé beaucoup de choristes et d'organistes, a également composé dans l'anonymat. A été l'intendant de la "Schola cantorum" d'Achel qui a été créée en 1968. Il est décédé le 15 octobre 1988.



En faisant quelques recherches j'ai trouvé trace d'un CD évoquant le Père Michael Stumpel. Il s'agit de chants grégoriens """Gregoriaanse gezangen - Schola Cantorum ACHEL - sous la direction de Michael Stumpel et Bartel FOLLON""". Ce CD comporte 19 chants sur le thème "Louanges et prières" enregistrés en 1977 à l'occasion du jubilé de la Schola et 12 chants enregistrés en 1997 sur le thème "Christ, notre Sauveur".
En cliquant sur le logo ci-dessous vous pourrez visiter le site de M. Willy Schuyesmans consacré au chant grégorien et écouter sous Real Player quelques extraits ...




Enfin, la dernière photo se trouve être une photo de la communauté d'Achel prise le 29 octobre 1977. Le Père Supérieur de l'époque était le Père Emmanuel que l'on reconnaît aux côtés d'un autre Père Supérieur (?) ; Je ne peux en identifier beaucoup mais une chose est sûre, il y a là le Père Angélus ! Et je suis content de le voir ainsi parmi ses compagnons qui étaient nombreux ! Je ne vais pas le "cercler" , regardez bien !






~~o~~O~~o~~



02 novembre 2008, je suis content de savoir que d'autres ont reconnu le Père Angélus sur la photo de la communauté ! Un visiteur m'a même indiqué qu'il croyait avoir reconnu le Frère Titus à sa droite !

De mon côté j'ai tenté d' améliorer la photographie du Père Stephanus Van Vinken (c'est lui qui est en partie hors cadre sur une des photos ci-dessus et que le Père Walraet avait identifié) ; le résultat est mitigé mais en attendant mieux il a sa place sur le tableau des Supérieurs ci-dessous. Comme j'avais trouvé, il y a quelque temps, une photographie du premier Supérieur de l'abbaye, le Père Joseph-Maria Van Moock, le tableau se trouve ainsi presque complet, il n'y manque plus que le Père Gaby...

J'avais aussi un autre commentaire, plein d'humour, dont le rédacteur (J.L. L) se disait rassuré de me voir recadrer mes recherches sur l'Abbaye d'Achel et les compagnons directs du Père Angélus... il craignait de me voir me "disperser" !

En vérité, je pense surtout que - grâce à Internet et à la gentillesse de beaucoup de personnes (que je ne citerai pas ici) - j'ai désormais rempli les objectifs que je m'étais fixés. Le moment est peut-être venu de mettre un terme à cette quête ? Je me promets d'y réfléchir, mais ce n'est pas si facile !




~~o~~O~~o~~



04 novembre 2008, hier, en fin de soirée, j'ai trouvé dans ma BAL un message du Webmaster du site "Sterrenkundige verenigin - De Noorderkroon - Achel" dont j'ai déjà donné le lien. Il répond à ma demande du 19 octobre ; "Berke", le Président de cette association d'astronomes amateurs, à qui ont été transmis mes questions n'a malheureusement aucune indication ni aucune photographie à m'adresser. Il n'a jamais eu de contact avec le Père Angélus et lorsqu'il rencontrait le Père Mauritius c'était toujours dans le cadre sévère de la Règle de St Benoît que ce dernier appliquait scrupuleusement ; leurs échanges ne portaient que sur le travail à l'imprimerie et sur l'astronomie. J'ai beaucoup apprécié cette réponse fort aimable et amicale. Merci à la "Norderkroon d'Achel", merci à Lambert et Berke.




~~o~~O~~o~~



21 novembre 2008, je ne pouvais pas faire sans avoir une pensée pour le Père Angélus ce jour où, il y a 14 ans, il décédait. Mon cheminement sur le Web fêtera son premier anniversaire dans quelques jours et j'ai encore le sentiment qu'il y a toujours quelque chose qui me pousse à poursuivre encore un peu ma quête, dans l'attente de mon voyage vers Achel. Je viens de trouver un site où j'ai pu découvrir une trentaine de photos de l'abbaye d'Achel, des photos très belles et surprenantes. C'est un voyage au coeur même de l'abbaye auquel nous convie le photographe, Eek Mulder. Il a réalisé ses photos entre le 17 janvier et le 31 octobre 2008... Je ne peux les utiliser mais je place ci-dessous le lien vers le compte "Flickr" où est visible l'album sur l'abbaye. Il y a notamment une photographie du cimetière tout à fait émouvante et il est même possible de lire (après téléchargement de la photo la plus grande) quelques noms sur les croix , tels ceux des Pères Mauritius et Silvester (il n'y a pas le Père Angélus). Les plus attentifs pourront, par ailleurs, voir un Père qui prend appui sur une canne anglaise ! Se pourrait-il qu'il s'agisse de l'actuel Père Supérieur ? Sans doute, l'on se souvient que le Père Gaby avait connu quelques problèmes de santé ! Pour voir les photos, cliquer sur l'icône. Merci Eek !


http://www.flickr.com/photos/natcole/sets/72157603764436604/



22 novembre 2008, Eek Mulder - à qui j'avais envoyé quelques commentaires et mes remerciements - me précise que le Père photographié est bien le Père Gaby , il a d'ailleurs - de manière sympathique - rajouté le nom du Père dans le titre de la photo ! Il me reste à voir maintenant, avec Eek, dans quelle mesure je pourrais utiliser cette photographie qui me permettrait de présenter ci-dessous l'ensemble des Supérieurs. Afin qu'il puisse juger de l'usage que je ferais de cette photo, je mets en ligne le montage complet, avec le Père Gaby Depreitere. Bien sûr, si Eek ne voit pas d'inconvénients à ce que j'utilise cette photo , j'adresserai un message à l'abbaye d'Achel afin de recueillir le sentiment du Père Gaby quant à mes intentions, il est le principal intéressé !

En fin d'après-midi j'ai reçu quelques autres photographies de Eek Mulder, dont une autre vue du cimetière de l'abbaye sur laquelle l'on peut apercevoir la tombe du Père Dom Emmanuel Van Gassel (j'ai tellement lu de documents sur ce pionnier de Kasanza que j'ai l'impression de le connaître de longue date !). L'on voit que Frères, Pères et Pères Supérieurs ont tous la même croix posée sur un dé de pierre. Toutefois, Eek m'a appris que les noms et dates sont gravés sur une plaque ; lui-même n'a photographié que la liste de ceux qui sont décédés avant 1892, mais l'important est de savoir qu'un tel mémorial existe et que, sans doute, j'aurai moi aussi l'occasion de le photographier. Il est vrai que j'avais beaucoup d'incertitudes quant à la visite du cimetière et à la possibilité de découvrir les lieux où le Père Angélus a passé plus de 70 ans de sa vie ; je sais maintenant que cela peut se faire.


~~o~~O~~o~~



15 décembre 2008, ce soir j'ai reçu un message de Louis avec de nouvelles photographies, et , pour que vous compreniez mes sentiments, je place ci-après une partie de son message qu'il écrit en français :

""""....Jusque la, mes nouvelles aujourd'hui et encore une fois, je vous souhaite succes dans votre recherche. Vous pouvez être certain que votre website est bien lu dans les villages environ d' Achel . Continuez ! Jusqu'à la prochaine. Louis Bogaerts"""

Il est vrai que j'ai été silencieux un long moment et je ne pensais pas - bien sincèrement - que je pouvais encore intéresser quelqu'un avec cette histoire et surtout qu'il se trouvait encore "quelque part" des documents susceptibles de m'aider à retracer la vie du Père Angélus. Et pourtant ! J'imagine Louis menant lui-aussi sa quête et retrouvant des photos qu'il a plaisir à m'adresser. Je ne peux qu'être touché par une telle démarche et c'est avec plaisir que je place ce rappel historique de la vie de l'abbaye d'Achel lors de la seconde guerre mondiale , période que mon Père Angélus a connue et traversée...J'ai déjà évoqué cette période de l'occupation allemande ; dans un premier temps l'abbaye (qui se trouve à cheval sur la frontière belgo-néerlandaise) avait été considérée comme étant entièrement en Belgique occupée ; les moines (environ 120) avaient été obligés de quitter les lieux et l'abbaye avait été en partie pillée. Devant les protestations des autorités spirituelles de Belgique la frontière avait retrouvé son tracé et quelques frères avait été autorisés à revenir pour travailler à la ferme et aux ateliers de l'abbaye sous l'autorité d'un "Verwalter" (administrateur) allemand.

Les photographies de Louis me permettent de placer un nouveau compagnon auprès du Père Angélus : il s'agit du Père Amandus Bussels. La première photo - qui date du 1er avril 1943 - montre le groupe des frères autorisés à revenir travailler à l'abbaye sous la responsabilité du Père Amandus. La deuxième photo , non datée, nous montre le Père Amandus et sa belle barbe blanche.


. . .



Deux autres photographies ont un caractère historique ! Elles marquent le retour des moines à l'abbaye le 27 mai 1945 et je ne peux faire moins pour honorer Louis que de placer ici le commentaire qu'il m'a adressé en accompagnement de ces photos : """ ...Près de cinq heures et demie les frères arrivaient dans un bus et un camion à la cluse. La reçu etait une grande fête. Tous le monde etait heureux et on laisse sonner les cloches. L'avenue (eikenlaan) était garnie. Maintenant, l'ensemble de la communauté de nouveau etait ensemble. La vie monastique dans l'abbaye est de retour avec courage et de zèle.""". Ah ! que j'aimerais pouvoir m'exprimer en néerlandais aussi bien que Louis s'exprime en français...


. . .

Il est émouvant de penser que le Père Angélus était sans doute dans l'un de ces véhicules ...



La dernière photo que m'a adressée Louis est plus récente, elle date de 2001 et concerne le Père Joseph Moerdijk qui dirigeait la schola cantorum. Il est ici photographié de dos en train de jouer de l'orgue, accompagné par une violoniste. Je n'ai pas encore eu l'occasion, au cours des premières recherches faites sur son nom, de retrouver une autre photographie de lui.



Voilà, Louis, je me devais de placer ici cet ultime cliché. Je vous remercie de l'intérêt que vous portez à ma page ; je vous promets que "je continuerai" ma quête et qu'après les fêtes de fin d'année je ne manquerai pas de relancer quelques pistes afin de faire vivre encore le souvenir du Père Angélus, pour mon plus grand plaisir, le vôtre et aussi celui des visiteurs des environs d'Achel que je salue ici bien amicalement !






~~o~~O~~o~~



16 décembre 2008, en soirée j'ai reçu, via le formulaire de ma page web, un commentaire de Monsieur René de Vos résidant Victoria au Canada et né à Haarlem (NL) en 1946. Il me fait part de son intérêt pour l'OCSO, m'indique l'adresse d'un site danois sur lequel j'ai trouvé une photographie du Père Frans van Haaren avec qui il a correspondu par le passé. Il m'est donc possible de compléter le tableau des compagnons du Père Angélus. Merci, René !

Petit rappel : Dom Frans van Haaren faisait partie des "Six d'Achel" qui avaient quitté l'abbaye en 1966 pour fonder au Danemark "Myrendal Kloster", sur l' île de Bornholm.

Le visiteur intéressé peut lire, en danois, l'article "in memoriam" signé par le Frère Bo en cliquant sur l'image ci-dessous.


Dom Frans Van Haaren, supérieur de Myrendal dès 1966.
Décédé le 17 juin 2007.





~~o~~O~~o~~




17 décembre 2008, je dois dire que j'ai été assez surpris d'avoir ce contact depuis Victoria, surpris et ravi ! De mon côté j'ai cherché à faire rebondir les renseignements que Louis m'a communiqués récemment. J'ai notamment fait quelques recherches sur le Père Amandus Bussels. Le nom de "Bussels", bien sûr, m'a intrigué ; s'agissait-il d'un parent du Père Godfried (Gérardus Bussels) ? Il semblerait bien que oui, il y a sans doute un lien de parenté, tous deux sont nés à Neeroeteren (Limburg - Belgique - 28 km au Sud-Est d'Achel). Le Père Amandus (Christianus Bussels) est né en 1904 tandis que le Père Godfried est né en 1920 ; la différence d'âge pourrait laisser penser à un lien oncle - neveu toutefois elle ne permet pas d'écarter la possibilité qu'ils soient d'une même fratrie au sein d'une grande famille !

Ces recherches m'ont conduit à nouveau vers le monastère de Kasanza où il semble bien que le Père Amandus ait fait un séjour d'une dizaine de mois (traduction difficile) ; toujours est-il que dans le document exploité il est évoqué le départ de Kasanza et le retour sur la Belgique de certains Pères dont Amandus et Godfried... il n'y a pas de dates précises mais c'était avant 1990. A propos de Kasanza j'ai d'ailleurs pu - enfin - mettre de manière certaine un nom sur les pionniers ayant quitté Achel en 1958 :

...""" Les premiers moines d'Achel qui arrivent le 10 février 1958 au Congo sont les pères Lambertus, Emmanuel, Adelbertus et Raynaldus et les Frères Arnoldus et Marinus...."""

Il y a là trois nouveaux noms qui sont autant de nouveaux compagnons du Père Angélus dont je voudrais désormais trouver la photographie : 1 - le Père Adelbertus (Petrus Van Dijk, né en 1910 à Loosduinen - Pays-Bas) ; 2 - le Père Raynaldus (Erwin Werk, né le 27 mars 1917 à Petrograd - Saint Petersburg - Russie) , il est entré à Achel le 14 septembre 1936 et il y est décédé le 6 novembre 1991, il est inhumé dans le cimetière de l'abbaye ; 3 - le Frère Arnoldus (Martinus Van Hout), né en 1905 à Woensel - Pays-Bas.

Ces pionniers seront suivis, un an plus tard (1959) , par les pères Vitalis et Jacobus qui viennent renforcer les rangs. Vitalis en tant que responsable des ouvriers et du cheptel ; Jacobus en tant que chauffeur de la jeep et du camion du monastère de Kasanza... Père Jacobus, un nouveau nom également dans ma quête des compagnons du Père Angélus. Comme promis, Louis, il y a là matière à faire vivre encore cette page !



- - o - - O - - o - -


Sans vouloir trop évoquer ce que fut la vie des compagnons du Père Angélus , il pourrait être possible de faire figurer ici un texte du Père Amandus Bussels... Je ne parle pas de son livre : ""Sint-Lutgart Ter Ere! Bijdrage Tot Een Levensbeschrijving Van De H. Lutgart Van Tongeren 1182-1246"", publié par les Editions Achel Sinite Parvulos, mais plutôt d'un poème qu'il aurait écrit à propos de son village natal.

J'ai en effet retrouvé un commentaire de Jan Gerits présentant un ouvrage retraçant l'Histoire de cette commune rurale : "Neerotere in pertret - Wotra - Heem-en Kultuurkring".

Le rédacteur de ce commentaire regrette simplement que ne soit pas évoqué dans ce livre le Père Amandus Bussels qui a écrit des poèmes sur Neeroeteren ......" Waarom kreeg pater Amandus Bussels (1904-1998), die ook gedichten over Neeroeteren schreef, geen plaats ?"...

Y aurait-il parmi les visiteurs des villages des alentours d' Achel une personne qui aurait conservé un poème ? Zouden er onder de bezoekers dorpen van de omstreken van Achel een persoon zijn die een gedicht zou behouden hebben?





~~o~~O~~o~~



Le 29 décembre 2008, j'ai reçu de Louis 19 photographies d'anciennes cartes postales représentant l'abbaye d'Achel et 3 photographies de timbres anciens ayant pour thème la basilique de Chevremont (Belgique).

Merci Louis, ma collection de photos sur l'abbaye s'enrichit de nouvelles trouvailles et je sais que vous ne m'en voudrez pas si je présente - à l'intention des visiteurs intéressés - quelques unes de celles ci. Je dois avouer que j'ai été surpris de découvrir l'abbaye avant qu'elle ne soit reconstruite (début des travaux en 1946). Cette première photo montre en effet les lieux qu'a connus le Père Angélus lors de son entrée dans l'Ordre en 1924. Je place immédiatement à côté la deuxième photo qui est celle de la maquette de la nouvelle abbaye.

.



Dans l'attente de la nouvelle construction, les conditions de vie des moines étaient rustiques mais non dénuées de tout confort !

Sur les trois clichés suivants, l'on voit des locaux de vie : le dortoir, ci-contre, avec son alignement qui n'avait rien à envier aux chambrées militaires de ma jeunesse !

Le scriptorium (salle d'études) et le réfectoire, ci-dessous.

Le poêle, dans le scriptorium me rappelle le temps, qui ne me semble pas si éloigné, où j'ai connu moi aussi les "corvées de charbon" dans les locaux d'instruction...

S'agissant du réfectoire, la table est mise et l'on devine tout le soin qui a été mis à la dresser... je me serais volontiers assis aux côtés de mon Père Angélus pour partager le pain, mais aurais-je su faire sans parler ?



Pour l'avoir lu et relu - ne serait-ce que sur le site de l'abbaye d'Achel - je croyais vraiment avoir précisé sur ma page que pendant près d'un siècle les moines d'Achel furent des pionniers dans le domaine de l'agriculture et de l'élevage (ferme modèle dont le cheptel eut de nombreux prix...). Le changement de cap est intervenu en 1989, avec la vente de la majeure partie des terres et une reconversion dans le secteur tertiaire (alimentation, brasserie, hôtellerie et culture religieuse avec une librairie). Ces précisions apportées, la mise en place des deux photos anciennes ci-dessous prend toute sa signification ! D'abord le poulailler et ensuite l'étable...

.


La dernière photo que je souhaite présenter est celle de la sacristie de l'abbaye. L'on remarque une crosse et une mitre et cela me fait penser à nouveau à toute la symbolique des armoiries des Pères supérieurs. Les dernières armoiries trouvées sont celles de Dom Emmanuel Van Gassel (voir ou revoir ci-dessus), se pourrait-il que cela ne soit plus de mise ? Une question à revoir.




Voilà, Louis, grâce à votre envoi il a été permis de faire un nouveau retour sur le passé ... Je sais qu'il y a quelques visiteurs fidèles et quelques autres encore qui n'hésitent pas à se manifester via le formulaire... ne serait-ce que pour me dire qu'ils appréciaient le léger fond sonore du début ... A une demande plus précise je réponds que "Vulgum Pecus" tient à rester discret, sa musique est libre de droit !


~~o~~O~~o~~



30 décembre 2008, ce matin j'ai trouvé sur une ancienne page Web de "Hamontachel.com" , une mention du lien de parenté existant entre le Père Amandus (Christianus Bussels) et le Père Godfried (Gérardus Bussels). Ainsi, et malgré la différence d'âge (16 ans), ils étaient bien frères. Je reproduis ci-dessous le texte en Flamand tel que je l'ai découvert et j'ajoute en face un essai de traduction ; il s'agit de l'annonce du décès du Père Godfried (Gérardus Bussels) en octobre 2007 :




Pater Godfried was gedurende 15 jaar werkzaam in de stichting te Kasanza (R.D. Congo) en verschillende jaren novicenmeester in de Achelse Kluis.

Hij was de laatste decennia lang een zeer nauwgezette koster van de Achelse Kluis.

Samen met zijn broer Amandus Bussels gaf hij aan de Kluis een Vlaams karakter.

Hij overleed op 20 oktober en werd in de Achelse Kluis begraven op 26 oktober (2007).


Le Père Godfried a été pendant 15 ans à la fondation de Kasanza (RD Congo) et pendant plusieurs années, maître des novices à l'abbaye d'Achel.

Il a été ces dernières décennies un bedeau très méticuleux, chargé du bon fonctionnement de l'abbaye.

Avec son frère Amandus Bussels il a donné un caractère flamand au Kluis.


Il est décédé le 20 octobre et a été enterré dans le cimetière d'Achel le 26 octobre (2007).



Le Père Amandus et son frère, le Père Godfried

Par ailleurs, j'ai trouvé un lien entre Jan Gerits et le Père Amandus ; le premier s'était étonné que le second - qui avait écrit des poèmes sur Neeroteren - ne soit pas mentionné dans le livre "Neerotere in pertret". Jan Gerits connaissait bien la vie du Père Amandus et ses oeuvres puisqu'il en a écrit une biographie : "Amandus Bussels (1904-1998), trappist van de Achelse kluis", parue en 1999, aux éditions Geschied en Heemkundige Kring De Goede Stede Hamont. Il se pourrait bien que cet ouvrage comporte les poèmes écrits par le Père Amandus.


~ - - o - - ~



Evoquer les deux frères Christianus et Gérardus Bussels me fait penser que j'ai retrouvé une autre photographie du Père Henricus, frère du Père Angélus. Je la place ici avec plaisir. Le père Henri était charpentier - menuisier à l'Abbaye ; nous le voyons dans son atelier et nous découvrons qu'il avait un chien de compagnie...



De Vader Henricus, broer van de Vader Angelus, in zijn schrijnwerkerij aan Achelse kluis



L'année 2008 touche à sa fin, elle aura été source de contacts enrichissants donnant à ma quête un sens que je n'imaginais pas lorsque je m'y suis lancé !

L'année 2009 sera-t-elle celle de mon voyage vers Achel ? Aurai-je l'occasion d'en savoir un peu plus encore sur le Père Angélus ? Je ne doute pas que ce sera "oui" !

Je terminerai cette année 2008 par une question : Serait-il possible de savoir qui est ce Père ou ce Frère dont je place la photographie ci-contre ?


Ik beoog de naam van deze monnik




~~o~~O~~o~~




Nous sommes le 31 décembre 2008. Une question posée hier en soirée m'amène à évoquer ce qui semble être depuis quelques jours être un sujet de conversation sur certains blogs...

La question posée était la suivante : "Que pensez-vous du changement de cap de l'abbaye de Mariawald ?".

Je me suis livré à quelques recherches et suis allé ,avant tout, sur le Site de l'OCSO où la rubrique "Qu'est-ce qu'il y a de nouveau ?" est actualisée assez fréquemment. J'y ai trouvé - à la date du 29 décembre 2008 - la communication reproduite ci-contre ...

Manifestement l'Abbé Général connaît là les premières "turbulences" de son mandat !

Aurait-il été "court-circuité" ? Le Père Supérieur de Mariawald (jeune et entreprenant) aurait-il profité de relations privilégiées avec le Pape pour obtenir satisfaction ? Quoi qu'il en soit, il semble bien que l'Abbé Général soit en attente d'explications...



J'ai recueilli par ailleurs d'autres éléments d'information qui peuvent se résumer ainsi : """Par lettre en date du 21 novembre 2008, la commission pontificale Ecclesia Dei, fait connaître au Père Dom Josef Vollberg le privilège accordé par Sa Sainteté qui répond favorablement aux attentes du Supérieur de l'Abbaye de Mariawald. Ces attentes étaient de pouvoir faire un retour à la tradition liturgique et aussi à une vie monastique plus stricte, plus en accord avec les règles de Saint Benoît... Très rapidement le Père Vollberg aurait fait connaître à la presse cette décision papale en précisant que ce retour à la tradition était souhaité par les moines et que cela susciterait de nouvelles vocations....

Je reconnais que je ne dispose pas des connaissances suffisantes pour émettre une opinion ; j'ai "fouillé" un peu du côté de la formidable "banque de données" que Dom Armand Veilleux a mis en ligne ; j'ai trouvé un texte qu'il a écrit à Scourmont le 21 mai 2003 sur "La vie monastique dans un monde pluraliste" qui m'apporte quelques éclaircissements. Je n'en ferai pas l'analyse, Dom Armand me foudroierait ... mais quand même - après avoir évoqué le retard pris par l'Eglise alors que le monde bougeait, se modernisait, il évoque l'ouverture avec Vatican II, sans trop de conviction toutefois ... Plus loin, il pose la question : faut-il recréer la "Chrétienté" et amener ainsi des vocations... ou attendre une nouvelle ère d'imagination ? Je n'irai pas plus avant par crainte de détourner sa pensée. Si vous souhaitez lire ce texte, cliquer sur la photo !



J'ai conscience que je n'ai pas répondu entièrement à la question posée... S'agissant du retour à une vie monacale plus stricte , c'est un choix ; j'espère simplement qu'il y aura toujours des moines pour renvoyer les ballons qui viendraient à se perdre dans ces abbayes de "stricte observance".... Saint-Benoît ne s'y oppose pas formellement !





~~o~~O~~o~~









- Année 2009 -

Ma quête a commencé en novembre 2007 et près de 54 ans se sont écoulés depuis l'envoi de ce ballon ! Cette année j'aurai 62 ans, mon petit-fils 9 ans ... Tous deux espérons en apprendre davantage sur le Père Angélus, décédé il y a plus de 14 ans, à l'âge de 88 ans. Sommes-nous repartis pour 12 mois ? Je ne sais pas, mais pour l'instant je continue à exploiter tout ce qui me permettra de reconstituer ce qui aura été son environnement pendant ses 70 ans de vie monastique. Bien sûr, il y a aussi l' "après 1994"et je sens que là où il est, le Père Angélus est attentif au devenir de l'Abbaye où ses anciens compagnons - comme ceux des plus "jeunes" qui ne l'ont pas connu - continuent à oeuvrer et prier avec courage et Foi.




~~o~~O~~o~~


En ce jour du 1er janvier 2009, Louis s'est manifesté de façon tout à fait inattendue en m'adressant l'une des photos que je recherchais depuis plusieurs mois déjà. Il s'agit du Père Herman-Jozef , neveu du Père Angélus.

Je rappelle qu'un message m'avait appris (en février 2008) sa présence à l'abbaye d'Achel ; mon regret, lorsque j'ai eu connaissance de son décès (en avril 2008) a été de ne pas avoir tenté un contact avec lui... J'avais rejeté cette idée en raison de son grand âge et des soins dont il était entouré ; une telle démarche m'apparaissait déplacée. C'est le Père Pierre-Paul Walraet qui m'avait précisé, en octobre dernier, depuis Rome, que le Père Herman-Jozef avait été le chauffeur de l'abbaye et qu'à ce titre il avait été souvent sur les routes.

Louis, c'est un vrai bonheur que d'avoir reçu cette photo du Père Herman-Jozef et de pouvoir compléter encore le tableau in-fine ; je vous remercie de cette surprise du jour de l'An ! Je place ci-dessous la photo reçue et la traduction que Louis a faite du texte.




"""Le Père Herman Jozef est né le 10 novembre 1915 à Tilburg (Pays Bas). Sa vie à l'abbaye a commencé le 11 septembre 1936 et il a prononcé ses voeux le 19 octobre 1941. Le 4 juin 1944 il a été ordonné prêtre à Diepenveen (aussi aux Pays Bas), il est décédé le 16 avril 2008 à Achel."""


Je précise que Diepenveen c'est l'abbaye de Sion (abbaye fille d 'Achel) dont l'actuel Père Supérieur, Dom Albéric, avait été l'un des premiers Pères Trappistes à faire réponse à l'un de mes messages, c'était le 25 décembre 2007 ! L'ordination comme prêtre en 1944 à L'Abbaye de Sion -Diepenveen s'explique par le fait que les moines avaient été chassés d'Achel par les Allemands... Se pourrait-il que le Père Angélus ait , lui aussi, rejoint Sion durant la 2ème guerre mondiale ? C'est vrai que je ne me suis jamais posé la question de savoir où il avait séjourné durant ces années noires...




~~o~~O~~o~~


Le 02 janvier 2009, j'ai trouvé de vieilles photographies sur le site de la Bibliothèque universitaire de Gand. L'utilisation des photos est possible pourvu que l'on porte la source. Merci à eux !

L'on se souvient que Louis m'avait adressé, le 22 octobre une vue du fameux "de draad des doods" placé sur la frontière entre la Belgique et les Pays-Bas, lors de l'occupation de la Belgique par les Allemands, pendant la 1ère guerre mondiale. J'ai retrouvé une autre photo prise sous un angle différent ; les bâtiments sont dans la partie belge de l'emprise de l'abbaye, le mur détruit pour la mise en place de la clôture électrifiée se situe sur la gauche de la photo. La légende nous apprend que le clocher avait été abattu en partie ....




Je reviens sur le clocher en vous présentant une autre photographie de l'abbaye prise à la fin du 19ème siècle ou au tout début du 20ème ; cette photo nous permet de voir le clocher dans son entier !




Le 03 janvier 2009 j'ai trouvé une autre photographie de carte postale qui semble être plus ancienne encore que la précédente (aménagement à l'entrée et végétation). Bien que la définition de l'image ne soit pas excellente il faut bien admettre que sur cette seconde vue (ci-dessous) nous avons un clocher plus haut et différent de celui présenté ci-dessus. Se pourrait-il que nous ayons là le clocher de la construction initiale ? Cela signifierait donc que la photo trouvée sur le site de la Bibliothèque Universitaire de Gand aurait été prise au début du 20ème siècle après reconstruction du clocher abattu au début de la guerre 1914-1918 ? Quoi qu'il en soit cette seconde vue ancienne , prise avec davantage de recul, permet de mieux comprendre la nature des travaux entrepris en 1946 pour l'agrandissement de l'abbaye.





Une vue de l'abbaye d'Achel sans doute prise avant la Première Guerre mondiale (avant 1914) ....



Une autre vue prise un siècle plus tard (ou peu s'en faut !)....


Pour finir cette journée je place ci-dessous deux photos qui concernent plus directement la brasserie de l'abbaye : la première montre les travaux d'aménagement des bâtiments (fin des années 1990 ?), la seconde plus récente montre - dans le même cadre mais travaux finis - la terrasse où les promeneurs et randonneurs des environs aiment à faire une pause...


...


~~o~~O~~o~~


- 08 janvier 2009, j'ai pris un peu de temps, ces derniers jours de grand froid, pour classer un peu de documentation. A part quelques petites choses que j'espère encore pouvoir trouver je dois bien admettre que les pistes sont bien minces ! Je suis revenu sur deux interrogations que j'avais mises de côté :

- ce que pouvait dire l'écrivain néerlandais Cees Nooteboom lors de son interview sur le reportage sur l'abbaye d'Achel réalisé en 1982 et 1989 par Marcel Quartel ... ?

- ce qu'était devenu le musée de l'abbaye d'Achel dont j'avais conservé une évocation ?

N'étant toujours pas en mesure de comprendre le néerlandais, la vidéo commentée par Cees Nooteboom ne m'apportait que le poids des images ! La traduction de l'article me permettait de comprendre qu'il s'agissait d'un témoignage mais je n'arrivais pas à comprendre dans quel contexte cela était dit. Et puis , voilà, en me replongeant sur Internet j'ai retrouvé une traduction d'un extrait d'une de ses oeuvres et là j'ai compris et recollé les morceaux !

Il s'agit d'un texte : "Goethe, le monastère et le mouvement", traduit par Philippe Noble. Ce texte est extrait d'un livre paru chez Actes Sud (2006), "L'Atlas Nooteboom" ou "Un art du voyage", essais et récits de voyage accompagnés de photos du photographe Eddy Posthuma de Boer.

"""La première fois que je n'ai pu demeurer en repos dans une chambre, je ne connaissais pas encore cette pensée de Pascal, mais une chose était sûre, c'est que je voulais en sortir, et ce d'autant plus qu'il ne s'agissait pas d'une chambre mais d'une cellule, une cellule monastique pour être précis, car avec l'étonnante certitude des gens qui ne se connaissent pas encore, ou du moins pas encore assez, je m'étais mis en tête d'entrer à la Trappe. Les Trappistes menaient, en un sens, une vie extrémiste. Pas à leurs propres yeux sans doute, mais tout de même. Une fois entrés, ils n'avaient plus le droit de sortir, ni de parler, et en cas d'absolue nécessité de communiquer, ils avaient à leur disposition une sorte de langage des signes, comme les sourds-muets. Ils se levaient avant le jour, vivaient de la production de fromage et de bière, dans un monde cyclique rythmé par les saisons et par la répétition annuelle des temps forts du calendrier liturgique, un monde silencieux et statique qui, lentement et en décrivant de grands cercles toujours identiques, se mouvait à travers le temps sans que les moines eussent jamais besoin de franchir les murs de leur couvent. Cela me fascinait, je trouvais justement un caractère héroïque dans cet élément d'immobilité et cette éternelle répétition.

Dans le monastère où je vis tout cela pour la première fois, l'ermitage d'Achel, situé à la frontière entre la Hollande et la Belgique, les hôtes de passage n'étaient pas admis dans l'église elle-même, mais dans une sorte de balcon en surplomb, si bien qu'ils pouvaient voir d'en haut les silhouettes noir et blanc qui, dans les stalles, s'administraient mutuellement l'ondoiement alterné des phrases latines des psaumes ou demeuraient longuement agenouillées, immobiles dans leur méditation. Ermitage, le mot aurait dû me mettre en garde. En néerlandais c'est un monosyllabe, kluis, un mot qui claque comme un piège. Il vient naturellement de claustrum , mais cette unique syllabe lui donne l'air d'être cadenassé. Lorsque je déclarai au père abbé que je voulais entrer dans son ordre, il dut me percer à jour instantanément et voir en moi la volubilité et l'agitation, contraires exacts du silence et de l'immobilité, pour ne rien dire de la chasteté et du jeûne. Mais il n'en laissa rien paraître, il me donna un bloc-notes, un crayon, la vie latine d'Abélard et un dictionnaire, ainsi que la chambrette d'où j'allais bien vite m'éclipser, non sans avoir appris cependant une chose fondamentale sur moi-même. Mais auparavant il se passa encore autre chose. Le moine qui s'occupait des hôtes et était à ce titre dispensé d'observer le silence, me demanda une cigarette à un moment où personne ne nous voyait. Je savais naturellement qu'il n'en avait absolument pas le droit et savourai ce moment de complicité secrète. Je savais aussi que pendant la guerre il s'était conduit en héros, qu'il avait régulièrement fait passer la frontière à des pilotes anglais et américains, et lui-même parlait avec nostalgie de ces jours où il était libre de ses mouvements, où la règle millénaire avait été brièvement suspendue. Son histoire fut-elle l'occasion de ma bien peu héroïque palinodie, je l'ignore, mais ce que je sais, c'est que dans la grande mobilité qui caractérise ma vie, je ne cesse de revisiter ces lieux d'immobilité, pour troquer provisoirement - fût-ce un bien bref instant - la ligne zigzagante de mon parcours et le principe du détour contre cette forme de vie si opposée. ....."""


Cees Nooteboom photographié par son épouse.


Je n'ajouterai rien si ce n'est qu'il y a là des sentiments que je comprends parfaitement. Cees Nooteboom (né en 1933) avait probablement entre 18 et 20 ans lors de ce court séjour à Achel - séjour qui pourrait donc se situer entre 1951 et 1953 (rien de plus précis dans les bibliographies consultées jusqu'à présent) ! Le Père Angélus avait alors entre 45 et 47 ans, je ne sais pas précisément à quelle époque il était "frère portier" mais il l'était sans doute en 1955 (c'est à ce titre qu'il m'aurait écrit) et rien ne peut donc m'empêcher de penser qu'il fut ce héros amateur de cigarettes dont Cees Nooteboom a gardé le souvenir ! Bon, d'accord ! il ne faut pas que j'oublie que je suis en quête de vérité et il existe certainement une possibilité de contacter M. Cees Nooteboom , je vais voir ! Se pourrait-il qu'il se souvienne encore du nom de ce frère portier ? Ci-dessous la couverture du livre dont il est question, paru aux Editions Actes Sud.



- o - 0 - o -


Le deuxième point qui a retenu mon attention réside dans le fait qu'il y a déjà un bon moment j'avais trouvé une page "musée" de l'abbaye d'Achel en faisant des recherches plus spécifiques sur "historique" et autres. J'avais été surpris car en accès direct sur le site de l'abbaye je n'avais pas abouti sur cette page. Aujourd'hui encore cette page n'est manifestement plus accessible depuis la page d'accueil.




Ci-dessous la traduction (imparfaite) de ce qu'il était possible de lire sur la "page museum" du site de l'abbaye

"""Le musée est fermé provisoirement. La raison est un prêt du musée qui participe à l'exposition nationale sur le thème des abbayes à VIROIN.

Depuis l'été 1999, l'Achelse Kluis a un vrai musée. Suite aux nombreuses questions que les visiteurs posaient concernant la naissance et l'évolution du Kluis, un musée a été aménagé. Dans le musée, on peut faire connaissance avec la vie et le fonctionnement des moines dans les siècles passés. Notamment, dans le Kluis il y avait un frère fabricant de montres .... L'atelier est à visiter dans le musée. La vie dans le Kluis est reflétée par un grand nombre de photos, des objets et des articles de journaux.

Le musée héberge un grand nombre de reliques et d'objets liturgiques et religieux. Dans un espace séparé, le magasin de livres d'antiquité a été aménagé."""

S'agissant du transfert provisoire sur "Rivoin", je n'ai rien trouvé de particulier.





J'ai découvert une autre évocation du musée de l'abbaye qui date de mai 2004 (voir article en néerlandais et sa traduction partielle ci-dessous ; RKniews.net cite un article du journal "Het belang van Limburg"...).




Ce que dit cet article : """l'abbaye d'Achel a désormais son propre musée et espace d'exposition.
Au cours de l'année écoulée, il a été reçu plus de 8.000 visiteurs..."""



Il semble donc que la fermeture du musée soit intervenue après 2004.

~ o ~ 0 ~ o ~


Pour conclure aujourd'hui je place ci-après une vue aérienne de l'abbaye prise alors que l'avion est au-dessus des Pays-Bas , j'ai retracé la frontière aussi exactement que possible ; l'entrée par le portail se trouve à hauteur du cercle rouge. On voit bien le cimetière et l'ensemble des constructions plus récentes. (Merci à "www.delcampe.net") .






~~o~~O~~o~~



Ce 10 janvier 2009 j'ai cherché le livre de Cess Nooteboom à la FNAC , je ne sais pas encore si j'avais envie de l'acheter ou simplement l'envie de retrouver cet extrait et de le lire dans le livre. Hélas, il n'est plus en rayon, "épuisé, indisponible". J'avais le choix entre commander au magasin ou par Internet. Finalement je préfère l'avoir en mains avant , pour voir si je ressens la même émotion que lorsque j'ai découvert ce texte ! Et puis, je me dis qu'il serait bien aussi que je puisse mettre sur ma page un extrait en néerlandais pour tous ceux des villages aux alentours d'Achel (selon Louis !), qui suivent ma quête. Donc, je vais encore prospecter dans d'autres librairies et , en dernier recours, voir à la Médiathèque.

Je n'ai pas encore trouvé d'adresse où poser ma question à Cees Nooteboom ! Le plus fort c'est que cela ne me navre pas plus que cela tant il se pourrait qu'inconsciemment je préfèrerais ne pas refermer trop vite cette porte dont "l'entrebâillement" semble bien plaire à mon Père Angélus...



~~o~~O~~o~~



Le 21 janvier 2009, rien de nouveau dans ma quête. J'ai visité quelques librairies et bouquineries sans trouver l'ouvrage recherché. J'ai également fait quelques recherches sur le Web, notamment en direction de Viroin, je n'ai trouvé qu'une exposition susceptible d'expliquer la fermeture temporaire du musée d'Achel, mais c'était en 2006... Cela me paraît dater un peu.

J'ai également trouvé un site de généalogie sur lequel le "concepteur" évoque un membre de sa famille qui avait été moine à Achel, le Père Raynaldus ... Il ne semblait pas connaître une partie du parcours de ce Père qui avait été un Pionnier de Kasanza... Je me suis permis de lui apporter quelques renseignements, ce dont il m'a remercié !

Par ailleurs il m'a été demandé si je "voyais" vraiment le Père Angélus en train de fumer une cigarette ou faisant passer clandestinement la frontière à des aviateurs anglais ou américains. Je replace ici la réponse faite à ce correspondant ...""" Il est vrai que le Père Angélus était de santé fragile, silencieux et se recueillant le plus souvent dans la prière. C'est ainsi que nous le présente ce petit texte transmis naguère par le Père Gaby... Depuis, Louis m'a aidé à découvrir un aspect inattendu de la vie d'Angélus : il pratiquait la photographie et faisait des photos de classes dans les villages autour d'Achel ; il a eu aussi un rôle actif dans le cadre des Editions Sinite Parvulos... Il parcourait la campagne sur un cyclomoteur... De plus, il a été le "portier" de l'abbaye ! Si je ne l'imagine pas comme un "accro" de la cigarette, je n'écarte pas la possibilité qu'il ait eu l'envie de temps en autre de fumer un peu ! Pourquoi pas... Bref, dans la logique, on ne peut écarter l'idée que le Héros de Cees Nooteboom ait pu être le Père Angélus ! . """

S'agissant de la cigarette j'apporte la précision suivante, puisée dans le reportage fait par Marcel Quartel (voir supra) :"""Er is in 1982 ook een recreatieuur in het klooster: de monniken roken sigaren, lezen kranten, kijken tv en kunnen een potje biljarten... ce qui, traduit en français signifie : """....à partir de 1982 il a été instauré une heure de loisirs pour les moines, ils pouvaient alors fumer la cigarette (ou le cigare), lire les journaux, regarder la télé, jouer au billard....""". Cette "autorisation" de fumer prouve pour le moins qu'il y avait des fumeurs lesquels, en 1953, devaient se cacher pour sacrifier à leur envie !

Je terminerai cette journée en plaçant ci-après une très belle photo prise il y a moins d'un an (mars 2008) par Danny Van Tricht. Il m'a autorisé à utiliser cette photo et je l'en remercie encore ici bien vivement. Il s'agit de la célébration d'une messe dans l'abbaye d'Achel ; la lumière est superbe et la beauté du site est remarquable. J'imagine que les Frères et Pères encore valides se trouvant à l'abbaye étaient présents : sur la droite de la photo je crois que nous apercevons le Frère Charles , à côté de lui le Frère Jules que nous avons déjà vu à la brasserie lors de la visite de l'ambassadrice de Chine... En revenant vers la gauche (de la photo) je pense reconnaître le Père Gaby puis le sonneur de cloche qui illustre la page de la musique "Tribute to pater Angelus" by vulgum pecus...



Cette photo se trouve sur le blog dont vous avez le lien ci-contre. . . .


Manifestement Danny Van Tricht a une grande connaissance de la fabrication de la bière Trappiste ; deux sites sont à voir si vous souhaitez en savoir davantage sur le Label Trappiste. En cliquant sur le premier logo vous pourrez d'ailleurs apercevoir la terrasse de la brasserie d'Achel, j'ai été surpris par l'affluence ! En cliquant sur le second logo vous découvrirez une très belle étiquette portant le portrait de Dom Marc Gallant !

. . . . .




~~o~~O~~o~~



22 janvier 2009, cette belle photo de la célébration d'une messe dans l'abbaye m'a donné l'idée de retourner sur le site de "Katholick Documentie Centrum" dont j'ai déjà donné le lien ... Il m'est revenu en mémoire des photos de moines en prière à Achel et après tous ces mois il m'apparaissait intéressant de tenter de nouvelles recherches sur ces clichés datant de 1981. La taille des fichiers ne permet pas d'agrandir commodément les photos et il bien difficile de reconnaître des visages. Toutefois je suis à peu près convaincu d'avoir pu situer sur l'une des photos ci-dessous le Père Angélus qui, à l'époque était âgé de 75 ans ....

Les photos sont de la même date et ont été prises durant la même cérémonie religieuse ; les deux premières photos sont prises sous le même angle ; sur la première je crois reconnaître , au premier rang, celui qui à l'époque était le novice Johannès (Le Père Pierre-Paul Walret, de l'OSC) ; pour la deuxième photo le photographe a utilisé le zoom (cadre plus resserré et davantage de netteté sur les visages), pour ma part je crois reconnaître le Père Dominicus ? Mais je vous l'accorde, ce n'est pas évident !

.....


Sur la troisième photo, c'est pire ! Et pourtant c'est là que je devine le Père Angélus ... Je n'ai pas simplement procédé par élimination, me disant que si je ne l'apercevais pas du côté de l'orgue c'est qu'il était de l'autre côté, non, j'ai laissé cours à mon intuition ! Il est là, sur la gauche de la photo, au premier rang, devant. Pour les plus sceptiques j'ajouterai un autre intérêt à cette photo : nous voyons ce que Cees Nooteboom évoquait dans son récit ...."Les hôtes de passage n'étaient pas admis dans l'église elle-même mais dans une sorte de balcon en surplomb si bien qu'ils pouvaient voir d'en haut les silhouettes.....". Manifestement c'est de ce balcon que le photographe a pris les deux premiers clichés.





~~o~~O~~o~~



23 janvier 2009, sur les photos placées hier l'on peut apercevoir l'orgue de l'abbaye ; il s'agit là de l'ancien instrument qui a depuis été changé comme le montre la photographie que je place ci-dessous.




L'abbaye d'Achel a un orgue neuf de 42 jeux qui a été installé en 1998 par l'Atelier Bernard Hurvy de La Chapelle sur Erdre (44). Parmi sa clientèle en Belgique, cet atelier compte les abbayes d'Orval, de Westmalle, de Clairfontaine et d'Achel... L'atelier fait partie du Groupement Professionnel des Facteurs d'Orgues (GPFO). Pour en savoir plus cliquez sur la 1ère icône.

Il est possible d'écouter cet orgue au travers de quelques extraits interprétés par Vincent Grappy , il suffit de cliquer sur la 2ème icône.

. . .

Comme toujours lorsque j'insère un lien, j'ai adressé un message à l'Atelier Bernard Hurvy en demandant s'il était possible d'obtenir quelques renseignements sur cette installation à Achel.



25 janvier 2009, Monsieur Bernard Hurvy, facteur d'orgue, a répondu à mon message avec beaucoup de gentillesse, m'apportant quelques précisions et une "fiche d'identité musicale" de l'orgue que je me fais un plaisir de reproduire ci-dessous. J'ai même eu la surprise - dans le cadre direct de ma quête - d'avoir des nouvelles du Père Marc Gallant qui était le supérieur de l'abbaye lors de l'installation de l'orgue ; il s'est retiré à l'abbaye d'Orval... Merci Monsieur Hurvy.



Message de M. Bernard Hurvy :

"""Je joins ici une rapide présentation de cet instrument que nous avons construit en 1998...

Sachez que les "jeux" dans un orgue, aussi appelé "registres", sont différents timbres mis à la disposition de l'organiste et qu'il peut faire sonner sur différents claviers, en solo ou en les mélangeant pour obtenir des couleurs sonores ou de la puissance progressive, comme l'on ferait avec les instruments d'un orchestre. Pour obtenir des "jeux" différents dans un orgue, on construit et on installe dans l'instrument des séries de tuyaux de formes différentes. Plus un orgue est important plus il a de "jeux", donc de tuyaux intérieurs, tous différents en forme et en longueur : ainsi plus de 2300 tuyaux dans l'orgue d'Achel, cachés par les quelques grands tuyaux visibles en façade...

Les plus grandes orgues de France possèdent un peu plus de cent jeux sur 4 à 5 claviers et un pédalier (clavier pour les pieds), par exemple N.D. de paris, St-Eustache, St-Sulpice à paris, et quelques autres. Les petits instruments usuels : de 3 à 25 jeux environ, sur 2 claviers. Celui d'Achel est donc déjà d'une certaine importance...

De nombreux enregistrements de cet orgue existent, en vente au magasin de l'abbaye, dont plusieurs CD réalisés par des organistes français connus et que l'on peut trouver aussi en France : œuvres de Bach par F.H. Houbart (disques BNL, dans le commerce ou par internet), Bach par Vincent Warnier (même éditeur que le précédent), Bach-Vivaldi-Mozart par Vincent Grappy (aussi un très beau CD, disponible directement auprès de : vincent.grappy(arobase)free.fr ou de l'association Jules Brosset, à Blois)."""



Aujourd'hui 26 janvier 2009 j'ai adressé un message à l'abbaye d'Orval ; je ne pense pas que le Père Marc Gallant ait eu l'occasion de connaître longtemps le Père Angélus mais il est vrai qu'il pourrait peut-être prendre quelque intérêt à la découverte de ma page et apporter quelques éléments nouveaux à ma quête.




~~o~~O~~o~~




Nous sommes déjà le 08 février 2009 ! Ainsi que je l'ai précisé à ceux qui m'ont posé directement la question, les choses sont en "stand by". Je sais que mon dernier message est bien arrivé dans la Bal de l'Abbé d'Orval car j'ai eu une réponse automatique invitant à la patience, pour cause d'absence du bureau jusqu'à fin janvier.

Il n'est donc pas encore trop tard pour une réponse mais je dois dire que je ne l'espère plus. En effet, j'imaginais volontiers le Père Marc Gallant plus disponible depuis sa "retraite" mais il semble bien que je me sois trompé !

J'ai découvert un site où il est question de lui. C'est ainsi que j'ai appris qu'il venait de fêter son 80ème anniversaire , qu'il collaborait à la réalisation d'un livre et écrivait encore des homélies (en suivant le lien ci-après, lire la chronique du 27 décembre 2008 où H-C évoque son travail d'auteure et celle du 24 décembre 2008 sur l'événement de Noël par le Père Gallant.).



Je referme donc doucement cette porte et m'apprête à prendre la difficile décision de clôturer ma quête. Le Père Angélus lui-même semble favorable à cette idée, à moins que je n'interprète mal le petit sourire (ironique ?) qu'il m'adresse !



~~o~~O~~o~~


Le 11 février 2009, je place ci-dessous des nouvelles d'Australie, prises sur le site de l'OCSO.

"Nouvelles de Tarrawarra (Australie)"


Suite aux incendies qui dévastent actuellement une partie du sud-est australien, nous avons pu avoir quelques nouvelles du monastère de Tarrawarra qui se trouve dans l’état de Victoria sérieusement touché par les flammes.

Quelques débris enflammés ont commencé à se poser sur la propriété le samedi 7 février, vers 4 heures de l’après-midi. Cela a pu être contrôlé facilement. Mais le vent ayant tourné, le feu a été relancé et a couru rapidement jusqu’à la porte même du monastère, prenant au piège et tuant 70 génisses d’élevage. Le feu n’a pu être maîtrisé que vers minuit.

Les frères n’ont pas quitté le monastère ; ils sont tous en bonne santé et désormais hors de danger. L’électricité a été rétablie seulement lundi après-midi mais pour l’instant le téléphone et la connexion internet ne fonctionnent pas.

Deux petits villages proches du monastère, Kingslake et Marysville, ont été complètement détruits par les flammes et comptent plusieurs morts. La Communauté de Tarrawarra était très proche de leurs habitants et demeure très affectée par ce drame.

Le dernier bilan provisoire s'établissait à 181 morts mais selon les autorités "il risque de s'alourdir à mesure que les secours progressent dans les zones sinistrées"... Environ 500 personnes ont été blessées, près d'un millier d'habitations détruites et 365.000 hectares sont partis en fumée... Il n'y a pas si longtemps quelques photographies de l'abbaye de Tarrawarra étaient visibles sur la page d'accueil de l'OCSO, j'avais été frappé par le paysage vallonné et verdoyant et l'aspect paisible qui se dégageait de ces vues...



.

photos abbaye Tarrawarra (Australie)... Cliquez sur 2ème photo pour dernières nouvelles



~~o~~O~~o~~


le 12 février 2009, une très grande surprise en découvrant dans mon courrier une large et épaisse enveloppe , postée depuis Overpelt (Belgique) par Louis Bogaerts... Il m'adressait un opuscule d'une trentaine de pages sur l'abbaye d'Achel, constitué d'un rappel historique sur l'oeuvre de l'architecte Jos Ritzen , de plans et de photographies réalisées par Martien Coppens. Ce document , daté de 1949, est absolument magnifique et traduit parfaitement ce qui caractérise l'Art cistercien : la pureté des lignes et la sobriété de l'architecture et des ornements... Merci Louis pour ces moments d'émotion , merci de m'avoir communiqué ce document par voie postale.

. .


Les photos sont en noir et blanc et mettent en valeur la lumière qui partout semble régner ; c'est impressionnant, c'est beau, c'est sans aucun doute propice à la méditation. Dans la lettre qui accompagne cet envoi Louis a parfaitement résumé ce que l'on peut ressentir et j'insère ci-dessous ce qu'il écrit à ce sujet :

""" Mon opinion est que . . . La beauté dans l'architecture est aussi l'âme du bâtiment.
Cette beauté nous aide à trouver le sens de la vie quotidienne.."""



Je vais placer ci-après quelques photos, mon apn a fait ce qu'il a pu mais le "rendu" n'est pas aussi "magique" que le travail de M.Coppens Martien, couché sur papier fort... Autre précision, je place également une photo de l'un des deux plans (rdc) sur laquelle j'ai indiqué l'endroit d'où les quatre vues présentées ont été prises.






Photo n°1, prise depuis sacristie




Photo n°2 prise vers auditorium


. .

Photo n°3, à droite de la porte, au fond, on aperçoit la statue du Christ (oeuvre de P. Raaymakers). La photo n°4 est une vue rapprochée ; comme pour quelques
autres vues d'ailleurs, cette dernière photo a été reprise en carte postale, le Père Gaby me l'avait adressée en mai 2008.


En évoquant la lumière il m'est revenu cette chanson de David Portelance, Tenir debout, dans laquelle il chante " C'est dans la pénombre que la lumière est belle...". J'imagine ce que peuvent être les vitraux ci-dessous traversé par la lumière. Il y a quelque temps j'avais trouvé le vitrail de la Vierge Marie en couleurs (je n'ai malheureusement pas conservé la source), cela m'a donné la possibilité de faire le petit montage ci-dessous.


le premier vitrail est de Frans Slijpen (1923-1994), les deux autres sont de Jos Hendrickx (1906-1971).

Voilà, vous avez eu un aperçu de ce qui a fait mon bonheur ce jour. Il me reste à traduire un article que Louis a joint à son envoi. Il s'agit même d'un reportage pleine page de Toon Osaer (Kerk + Leven - 4 février 2009) consacré au Père Pierre-Paul Walraet qui m'a fait l'amitié de quelques correspondances. Je reviendrai sans doute sur cette traduction.




~~o~~O~~o~~




13 février 2009, c'est toujours un exercice difficile que de traduire une langue que l'on ne connaît pas ! Pour résumer, Toon Osaer est allé à Rome pour y rencontrer, in situ, le Père Pierre-Paul. Après avoir évoqué son passage à l'Abbaye d'Achel puis son départ pour l'Ordre de la Sainte-Croix , celui-ci parle de ses activités. Bientôt il sera au terme de son deuxième mandat de conseiller du Maître général de l'Ordre ; non rééligible, il est à un tournant crucial de sa vie de religieux : retournera-t-il en Flandre ? Quelles autres responsabilités pourrait-il exercer au sein de l'Ordre après ces 10 années durant lesquelles il a tant voyagé ? Il évoque une année sabbatique, une année de réflexion...

J'ai cru comprendre que son lieu favori à Rome est la place de l'Eglise du Jubilé et il semble être très impressionné par l'attrait qu'exerce sur les fidèles l'église construite par l'architecte Richard Meier. Cette oeuvre se distingue par son béton, son stuc, son albâtre, ses claires-voies de verre élancées et trois coquilles ou arcs qui évoquent l'envol libre de voiles blanches. La hauteur des arcs en béton est graduée de 17 à 27 mètres...

Les deux photos qui suivent sont donc un petit clin d'oeil amical à l'intention de celui qui a connu le Père Angélus à différentes étapes de sa vie et qui a su "me parler" un peu de lui.


. .
L'église du Jubilé (25ème anniversaire du Pontificat), appelée Dio Padre Misericordioso (Dieu, notre Père miséricordieux)
par sa Sainteté le Pape Jean Paul II, a été consacrée le 26 octobre 2003.




~~o~~O~~o~~




Le 17 février 2009, je croyais vraiment que Louis - pour des raisons techniques - m'avait communiqué cet opuscule de 1949 afin que je puisse en prendre connaissance plus commodément. Je lui avais donc précisé que je le lui retournerais dans les meilleurs délais et qu'en j'en prendrais grand soin ... Eh bien, non, j'ai mal compris. Je n'aurai pas à retourner ce magnifique document , il est pour moi ! Merci de tout coeur, Louis !

C'est là un sacré cadeau, qui m'apporte beaucoup , et dans lequel je me suis plongé sous le regard ravi du Père Angélus. Ah, ne vous gaussez pas ! Il n'est jamais bien loin quand je me consacre à ma quête... Avec le document de Louis, il y a de quoi observer ! Par exemple, le photographe, Martien Coppens, nous fait découvrir que la nouvelle construction est encore entourée de gravats et de ruines. Ainsi, la première photo est extraite d'une vue plus générale d'un couloir ; le photographe s'est ensuite rapproché pour nous faire mieux découvrir , sur la deuxième photo, le motif du vitrail de Frans Slijpen ; dans le même temps l'on distingue, à travers le verre dépoli , des gravats et un bâtiment en cours de rénovation ou de démolition. C'est de la photo d'art !

. .


Autre type d'observation à laquelle nous invite le photographe. Les deux photos suivantes sont prises depuis la cour intérieure (Pandhof) ; la première photo nous montre un moine qui me semble être occupé à confectionner un sac avec de la toile de jute ; il est assis au soleil, l'ombre envahit les marches derrière lui ; sur le mur du fond l'ombre portée nous indique la hauteur du soleil.... La seconde photo nous offre les mêmes repaires , les moines prient... L'ombre s'est retirée de l'escalier et sur le mur du fond l'angle de l'ombre portée nous indique que le soleil est maintenant plus haut... C'est encore de l'art ! Le temps de travail, le temps de prière , le "Ora et labora" de l'Ordre. A votre avis, ces moines se sont installés de quel côté du Pandhof ?

. .


Et puis il y a ce vitrail qui symbolise l'abbaye d'Achel avec les armoiries et la Vierge Marie. L'oeuvre est de Jan Wouters (1908-2001) ; dans les armoiries qu'il représente, la crosse est dirigée vers l'intérieur , ce qui en terme de symbolique signifiait que l'autorité de l'Abbé s'exerçait à l'intérieur de l'abbaye, ce qui était le cas . La seconde photo représente les armoiries telles qu'elles figurent sur la page de garde du document, la crosse est dirigée vers l'extérieur... Y a-t-il une explication ?

. .




~~o~~O~~o~~


Le Mot de la Fin !
Het woord van het eind !




Le 9 mars 2009, j'avais écrit :

""""Je viens de prendre la décision de terminer ma quête . Le Père Angélus m'y a poussé ! Se disant satisfait par les dernières reconnaissances faites à partir des plans adressés par Louis, il estime que j'en sais désormais suffisamment sur son cadre de vie et sur ce qu'auront été ses 70 années de vie monastique.

Craignant qu'il ne m'inspire que pour me libérer et que je cesse de tenter d'ouvrir des portes qui restent le plus souvent closes, j'ai essayé vainement de le convaincre que je n'avais pas fini, qu'il restait quelques points qui me paraissaient devoir être approfondis mais il a estimé que l'essentiel avait été évoqué ! J'ai cherché à l'attendrir avec le souhait que j'avais de retrouver une trace de ce "fameux dessin", qu'il a fait étant jeune, à propos de "l'inhabitation de l'âme par la Sainte Trinité", mais il a évoqué l'humilité, arguant que son "oeuvre" est bien maladroite et qu'elle ne vaut que par l'idée que l'on s'en fait ! ...

J'ai voulu lui dire combien j'aurais souhaité marcher là où il a marché, découvrir la salle d'étude, m'asseoir là où on le voit assis et enfin, combien j'aurais aimé me recueillir sur sa tombe. Rien n'y a fait ! Il m'a dit que cela était de la vanité et que je devais me contenter de ce "bout de chemin" que nous avions fait ensemble !

J'ai presque envie de crier que ce n'est pas juste , mais je me tairai ! Je me tourne simplement vers Saint-Benoît, lui laissant le soin d'interpréter mon silence !""""




~~o~~O~~o~~


Eh bien ! Nous sommes le 17 mars 2009 et il me faut reconsidérer ma position (et celle du Père Angélus) quant à la clôture annoncée de cette page. En effet, Louis - à qui j'avais adressé un tirage de ma quête pour des raisons qui n'échapperont pas aux plus fidèles lecteurs - vient de me faire part de ses regrets suite à cette annonce et il se montre d'autant plus navré que lui et sa fille Yvonne viennent de découvrir une photographie sur laquelle apparaît, au milieu d'une photo de classe d'écolières, le Père Tarcisius...

Que feriez-vous à ma place ? Comment rester insensible à ce qui touche l'essence même de ma quête ? Le Père Angélus lui-même ne me suggère aucune dérobade et je le sens bien heureux de ce rebondissement ! Quant à Saint-Benoît il est en train de me considérer d'un air goguenard , je dirai même "doucement goguenard", ce qui est pire !. Qu'à cela ne tienne ! Je vous présente avec plaisir la photo que Louis et Yvonne ont trouvée :




J'ai demandé à Louis s'il était possible d'avoir quelques précisions afin de "raconter" un peu l'histoire de cette photo qu' il pense prise par le Père Angélus lui-même. Il s'agit probablement d'une classe au début des années 1950 ; sans doute une visite de l'abbaye, voire de l'imprimerie, ce qui expliquerait la présence du Père Tarcisius Passier.

Petit rappel: le père Tarcisius Passier PM est l'auteur de livres pour la jeunesse édités par Sinite Parvulos (Editions d'Achel). Le Père Angélus a travaillé avec lui et a parcouru la campagne aux alentours d'Achel, sur son vélomoteur, pour assurer la diffusion de ces livres. C'est donc un "personnage" important dans la vie du Père Angélus qu'il nous est donné de découvrir. A cette occasion je place ici deux nouvelles photos de couvertures de livres du Père Tarcisius que j'avais conservées dans mes archives.


..


Dans ces mêmes archives j'ai également une photo d'un moine trappiste portant en référence le nom : "Passier CBA", sans aucune autre indication. J'avais découvert cette photographie à l'occasion de recherches autour du Père Tarcisius et des Editions Sinite Parvulos mais rien ne me permettait alors de penser que ce moine pouvait être le Père Tarcisius Passier PM que je recherchais alors... Aujourd'hui, si je compare cette photographie à celle que vient de m'adresser Louis je vois une ressemblance certaine ... Et vous, ami lecteur, qu'en pensez-vous ?


..




~~o~~O~~o~~


Nous sommes le 2 avril 2009, ce matin j'avais un message de Louis m'apportant quelques précisions sur la photographie du Père Tarcisius. Ce cliché date de 1951, il s'agit d'une classe de jeunes filles de 13 et 14 ans de l'école de "Grote Heide", village de la commune de Neerpelt. Le professeur de cette classe, Madame Mommen, organisait chaque printemps une visite de l'Abbaye d'Achel. La classe se rendait sur place à bicyclette (Grote Heide est situé à 6,5 km au SSW de l'Abbaye). Le groupe était accueilli par le Père Tarcisius qui assumait les fonctions de guide pour la visite des lieux, dont la ferme et l'imprimerie. Cette photo a été remise à Louis par sa belle-soeur qui se trouve sur la photo de la classe, 2ème à partir de la droite (je la remercie de sa gentillesse).

Louis me rapporte une anecdote concernant cette visite : à l'issue de celle-ci le Père remettait à chacune des élèves un crucifix lumineux dans l'obscurité, elles étaient invitées à le placer au dessus de leur lit pour ne pas oublier la prière du soir ! C'était bien dans l'esprit de l'époque ... J'ai d'ailleurs conservé dans ma boîte à trésors de gamin une petite vierge qui devait être sur un socle, je ne pourrai plus dire dans quelles conditions exactes je l'avais eue mais c'était un cadeau souvenir... Bref je me souviens que je m'enfermais dans la pièce la plus sombre de la maison pour la voir émettre cette faible lumière qui m'intriguait tant alors. Puisque cette page est terminée je peux bien vous le dire, je viens d'essayer et ça marche encore... J'ai même pris une photo qui rappellera sans doute des temps lointains à quelques visiteurs.







~~o~~O~~o~~

06 juillet 2009 ! Aujourd'hui la presse fait beaucoup état de ce qui a fait la Une du Figaro de ce jour : les confidences d'un général en retraite, sur l'assassinat des 7 moines trappistes de Tibhirine (écrit parfois Tibéhirine), au printemps de 1996. C'est ce qui m'a poussé à reprendre le clavier pour ces quelques lignes.

Bien évidemment dès lors que j'ai débuté mes recherches sur l'Ordre Cistercien j'ai eu l'occasion de découvrir sur le Web des articles et commentaires sur les moines martyrs de Tibhirine ; je n'avais pas oublié ce qui avait soulevé tant d'émotion en 1996. La thèse de la bavure avait déjà été évoquée par le Figaro dans un article du 15 octobre 2007 : """
...Selon une autre version, les moines de Tibhirine auraient été victimes d'une bavure de l'armée algérienne. Reprise par le père Armand Veilleux, le procureur général de l'ordre des Cisterciens, la piste d'une fin tragique des sept moines français dans un ratissage militaire a été ouverte en 2002 ....""". Plus haut sur ma page (voir vers fin décembre 2008), il y a un lien qui conduit sur le site de Dom Armand Veilleux, père Abbé de l'abbaye de Scourmont , il est possible d'y lire quelques textes sur ce sujet.



les moines de Tibhirine...


Voilà, je tenais à cette insertion ; elle a mis un terme à trois mois de silence au cours desquels j'ai reçu quelques messages de sympathie et quelques autres m'encourageant à faire le voyage vers Achel ! Il se fera, c'est sûr, mais je recule sans cesse cette ultime échéance. Se pourrait-il , après toute cette "agitation" (mesurée) , que j'éprouvasse le besoin d'un temps de réflexion (ou de méditation, je ne sais pas exactement...) ? Toujours est-il que je me retrouve confronté avec ce que j'éprouve lorsque j'arrive à la fin d'un livre qui m'a véritablement captivé... Je voudrais qu'il ne finisse pas ! Le Père Angélus me rejoint souvent lors de mes marches et cela me suffit pour l'instant.



~~o~~O~~o~~

11 octobre 2009 , plus d'un trimestre s'est encore écoulé et ce n'est pas Saint Benoît - habitué qu'il est au silence - qui est venu me tirer par la manche pour que je retrouve le chemin du clavier ! En fait, je viens d'apprendre que la cérémonie élevant au rang de Prieuré Majeur la Communauté de Notre-Dame de l'Emmanuel à Kasanza (RDC) avait eu lieu le 24 août 2009. Je connaissais la décision prise à l'occasion du Chapitre Général de 2008 (voir supra , au 18 septembre 2008) mais je ne savais pas pour la récente célébration.

Kasanza ! J'avoue que les recherches entreprises fin 2007 pour en savoir plus sur les "pionniers fondateurs" partis d'Achel en 1958 m'avaient bien intéressé. J'ai quand même le regret de n'avoir pas retrouvé la photographie de tous ceux qui étaient partis avec le Père Lambertus Vandermeulen. J'ai une pensée pour eux , pour le Père Franco et la communauté, là-bas.

Et puis, autre aveu, cette nouvelle m'a naturellement poussé vers le site de l'abbaye d'Achel que je n'avais pas visité depuis bien longtemps. Et bien, même le Père Angélus - qui me poussait naguère à cesser d'importuner l'Ordre - a manifesté plaisir et émotion ! Frère Johan est en train de changer le site ; pour l'instant seule la page en néerlandais a été modifiée et elle comporte des photos ! Si vous souhaitez voir ces photos , cliquez sur l'icône ci-dessous et choisissez "Nederlands" sur la page d'accueil du site de l'abbaye. Vous trouverez notamment une photo de la Communauté d'Achel que je trouve bien émouvante ; ils sont six ! Je n'utiliserai pas cette photo ici mais , bien sûr, je l'ai prélevée pour mon album !


Frère Johan a également inséré une photo aérienne de Google Earth ; j'ai tout de suite remarqué qu'elle était plus récente que celle que j'avais placée en tête de cette page en 2007. La saison n'est plus la même (ça se voit à la densité de végétation), le soleil est toujours au SW (c'est l'après-midi) mais il n'y a plus ce reflet dans les serres qui m'avait fait penser à l'époque à un signe du ciel... Je ne savais pas alors où se situait l'abbaye ! Je suis allé sur Google Earth afin d'avoir un agrandissement bien lisible, ce qui m'a frappé c'est la soixantaine de véhicules que l'on peut dénombrer sur les aires de stationnement autour de l'abbaye (S - SE et route vers l'Est); pour le moins cela prouve qu'elle constitue un pôle d'attraction et que les activités ne doivent pas manquer ! J'ai extrait sur Google la photo que je place ci-dessous :



A défaut de la photo de la communauté, je ne résiste pas au plaisir de vous en présenter une autre , il s'agit de la statue de Saint Benoît. Je ne l'avais jamais vu aussi expressif et j'imagine assez bien ce qu'il doit penser de mon bavardage actuel ; cet appel au silence est mon problème mais je comprends qu'il soit observé par ceux qui ont choisi ce difficile parcours ! Quelques mots encore pour vous dire que cette statue se trouve vraisemblablement au centre de la demi-rotonde que l'on aperçoit à l'angle NW de l'abbaye ; c'est non seulement ce que laisse supposer une vue rapprochée depuis Google Earth , mais c'est aussi le fait que les lieux me semblent assez écartés du coeur même de l'abbaye, et de ses jardins intérieurs, pour expliquer l'absence de cette photo parmi les nombreuses vues d'Achelse Kluis que l'on peut découvrir sur le Web ... Merci à Frère Johan.





~~o~~O~~o~~

Nous sommes le 16 octobre 2009, celui qui m'a parlé de Kasanza devait se douter que je n’aurais pu résister à la tentation de relancer quelques investigations... Surtout après avoir retrouvé le chemin de l'Abbaye d'Achel ! On ne se refait pas !

Ainsi , je ne sais par quel hasard, j’ai retrouvé le « guestbook » qui était naguère accessible sur le site de l’abbaye. Ce dernier a rapidement été envahi par des « pourriels » et le lien menant vers lui a dû être supprimé ( ?). Avec sans doute beaucoup de chance je suis arrivé sur ce message qui date du 28 mai 2002, message où apparaît le nom du Père Angélus. Imaginez ma joie, depuis que j’ai débuté mes recherches sur le Web, c’est la deuxième fois seulement que je retrouve son nom dans un texte évoquant un morceau de vie ! La première fois était cette lettre de janvier 1957 écrite par Pier Bogaerts… Je ne reviendrai pas sur ces moments formidables mais j’ai ici une pensée amicale pour Louis , son frère, qui m’a tant apporté par la suite dans ma connaissance du Père Angélus et de l'abbaye...J'espère bien d'ailleurs qu'un jour nous nous retrouverons là-bas.

Ce message du 28 mai 2002, je le place ci-dessous en ayant pris le soin de ne laisser que les initiales du prénom et du nom du rédacteur ainsi que celles de l'ami qu’il cite dans ses souvenirs de jeunesse… :







Mon traducteur en ligne m'a permis de comprendre que : "B.I.", étonné d'arriver par hasard sur le site Web d'Achelse Kluis, faisait savoir qu'à l'âge de 12 ans il était allé à l'abbaye pratiquement tous les jours durant les vacances d'été , avec son ami "P.L.", dont le père travaillait à la ferme de l'abbaye. Il avait été essentiellement au contact de trois moines : le Frère Bonaventura - qu'il aidait dans le travail avec le cheval et la charrette ; le Père Angélus (pour la collection de timbres et les photos) ; le Père Stefanus qui était alors portier et cuisinier à temps partiel. ... Il a heureusement conservé des photos de ce temps là (photos faites par le père Angélus)... Il regrette qu'il ne puisse visiter l'abbaye car il aurait bien voulu la faire découvrir à ses enfants et il espère qu'un jour cela sera possible , même une partie seulement !

Je ne sais pas à quelle époque ce témoignage nous ramène, il nous faudrait l'âge de B.I. ... Je vais voir s'il est possible de le situer dans le temps et l'espace... Je dirai que si BI avait en 2002 des enfants en âge de visiter l'abbaye cela pourrait signifier que ceux-ci avaient entre 8 et 10 ans, cela pourrait donner à penser que l'âge du "papa" était compris entre 32 et 35 ans en 2002, ce qui situerait entre 1979/1982 ces vacances passées à l'abbaye d'Achel. Le Père Angélus aurait donc eu entre 73 et 76 ans, ce qui expliquerait qu'il n'était plus le portier ... Mais bon, quelque soit la date, c'est un élément de plus qui concerne mon bon Père Angélus ! Je sais maintenant qu'en plus de la photo il aimait les timbres. Ce n'est pas rien.

Evidemment je me suis montré un peu intrusif sur "BI", mais je ne donnerai pas suite aux pistes ouvertes. Je voudrais simplement que "BI" sache que nous sommes au moins deux en dehors de l'abbaye (c'est à dire non religieux) à avoir gardé depuis notre enfance un bon souvenir du Père Angélus.

*
* *

Nous sommes le 21 décembre 2009, j'ai eu la surprise de recevoir par mail un grand nombre de photos. Louis - qui décidément ne veut pas me voir mettre un terme à cette page - a eu la patience de m'adresser en pièces jointes, dans une dizaine de messages, plus de 63 fichiers de photos différentes de celles que j'avais pu obtenir ici et là. Des photos qui marquent le temps qui passe, tant pour les lieux que pour les "gens"...

Où va-t-il chercher tout cela ? C'est une question que je me pose depuis longtemps, mais Louis est très discret ! Il habite à quelques kilomètres de l'Abbaye, et j'ai longtemps pensé qu'il avait de la famille - ou de bonnes relations - dans l'Ordre cistercien ! Quoiqu'il en soit, j'ai désormais de quoi évoquer une cérémonie du marquage de la frontière qui coupe l'abbaye, une autre cérémonie qui célèbre la Schola cantorum de l'abbaye et quelques traductions à faire. Pour le plaisir j'ai déjà complété le tableau photographique des compagnons du père Angélus en y ajoutant la plupart des pionniers de Kasanza dont j'avais vainement recherché la photo. C'est avec plaisir que je place ici le Frère Arnoldus, les pères Adelbertus, Raynaldus, et Vitalis, pionniers de la première heure. Le Père Albericus, qui avait rejoint Kasanza en 1963, en a été le supérieur de 1963 à 1972, est resté sur place et y a été Prieur de 1985 à 1993.




Une bien belle photographie du Père Vitalis et d'un enfant...



~~o~~O~~o~~

22 décembre 2009. Une partie des photographies adressées par Louis étant identifiées par le nom de leur auteur : "René Winters" j'ai fait une recherche sur ce nom et j'ai découvert ainsi un site très intéressant et récent. René Winters était un reporter régional pour le "Belang van Limburg" , il rédigeait ses articles qu'il accompagnait de ses propres photos, s'intéressant à tout ce qui touchait à la vie des habitants de cette région entre les années 1976 et 2004. Il vient de mettre en ligne - sur le site du "Grevenbroek museum" de Hamont-Achel - sa vaste collection de photos qu'il a patiemment numérisées. Le résultat est impressionnant... et il y a, bien sûr, plusieurs photos sur différentes périodes de l'abbaye d'Achel. Pour les amis du Limbourg je place le texte suivant :




Pour vous rendre sur le site cliquez sur l'image , ensuite, dans le menu, choisissez :

Bien sûr je vais adresser un message à René Winters, je voudrais son accord pour placer ici quelques photos, pas toutes certes, mais juste quelques unes pour continuer à faire vivre cette page et ravir ainsi mon ami Louis !




~~o~~O~~o~~

23 décembre 2009, René Winters m'a répondu ! Un message fort sympathique par lequel il m'autorise à utiliser ses photos d'archives. Il m'en a d'ailleurs renvoyé en me précisant qu'il connaissait ma page perso, ce qui m'a plutôt fait plaisir !



Je ne veux pas faire un usage abusif de ces photos, je n'en placerai ici que quelques unes à commencer par celle de la communauté d'Achel, prise en 2003. Au premier rang, au centre, le Père Marc Gallant, supérieur ; à sa droite le Père Emmanuel Van Gassel, âgé de 89 ans, précédent supérieur ; à sa gauche, le Père Gaby Depreitere, actuel supérieur. J'ai reporté quelques autres noms dont celui du Père Herman-Jozef (décédé en avril 2008) il était le neveu du Père Angélus. Quant au Frère Titus il serait actuellement à l'abbaye de Caldey (île du Pays de Galles). Il y a aussi des lettres A, B, C.... N'hésitez pas à me communiquer le nom de ceux que vous connaissez , je les reporterai sur la photo au fur et à mesure...





Prochainement j'évoquerai quelques événements qui ont marqué la vie de l'Abbaye et qui avaient alors été immortalisés par René Winters.


*
* *

Dès à présent, il faut quand même que je revienne sur l'idée première de cette quête qui était de savoir ce qui avait amené le Père Angélus à cesser sa correspondance avec le gamin que j'étais alors. Je crois que je viens de découvrir l'une des raisons possibles...


Dans le dernier envoi de Louis, il y a - entre autres photographies de documents en néerlandais - un rappel de ce qu'a été la vie de Tarcisius Passier, ce moine qui écrivait des livres pour la jeunesse et avec qui le Père Angélus travaillait pour la diffusion des ouvrages dans les écoles... Le Père Tarcisius est né le 10 mars 1900 et a commencé sa vie monastique à l'abbaye des Dombes (France - département de l'Ain), le 21 novembre 1919. C'est à l'abbaye d'Achel qu'il prononce ses voeux solennels, le 6 janvier 1927, et qu'il est ordonné prêtre, en avril 1929. Il décède à l'âge de 57 ans, le 5 avril 1957 et il est inhumé au cimetière de l'abbaye d'Achel.

Le père Tarcisius voulait se consacrer dès son plus jeune âge à une vie contemplative dans une abbaye du Proche-Orient mais Dieu et la maladie en ont décidé autrement et il a du abandonner cette idée, c'est ainsi qu'il est arrivé à Achel. Jusqu'à la fin de sa vie il a déployé une très grande activité et une incroyable persévérance. Rapidement il a été connu en tant que "Chinapater" en Belgique et aux Pays-Bas, pour ses nombreux livres à destination de la jeunesse (Editions Sinite Parvulos que j'ai déjà évoquées).

N'oublions pas que le Père Angélus avait travaillé avec le Père Tarcisius aux éditions Sinite Parvulos (*) et que lui-aussi avait été confronté à la maladie en tant que jeune moine ; il devait être très proche du Père Tarcisius et l'on peut penser que la mort de ce dernier, en 1957, l'a vraisemblablement cruellement frappé. Je veux voir là une explication possible au fait qu'il n'ait plus donné suite à notre correspondance. J'ai sans doute, de mon côté, manqué de persévérance !

(*) En Octobre 2008, Louis m'apprenait : """Hier wat gegevens over de c.v. van pater Angelus... Samen met pater Tarcisius was hij verantwoordelijk voor de uitgeverij "Sinite Parvulos" (Wees zoals kinderen) welke kinderboeken uitgaf die ook in de abdij gedrukt werden. Pater Angelus had veel kaktakten met scholen waar hij deze boeken verspreidde Hij vertplaatste zich met een motorfiets (brommer)..."""



Le père Tarcisius entouré d'enfants



~~o~~O~~o~~

26 décembre 2009, à partir des photos que René Winters m'a autorisé à utiliser j'ai réalisé deux petits montages qui marquent deux instants remarquables de la vie de l'Abbaye d'Achel :

- le premier remonte à l'année 1979 et concerne l'inauguration d'un monument érigé dans l'enceinte de l'abbaye en l'honneur de la "Schola Cantorum" et du Père Balduinus (décédé en 1945) dont la renommée en matière de chants grégoriens dépassait largement les frontières de la Belgique et des Pays-Bas. On remarque la présence du Père supérieur : Dom Emmanuel Van Gassel. Sur la photo prise dans le choeur de l'abbaye on distingue près d'une vingtaine de moines ; j'ai usé de tous les moyens possibles de grossissement pour obtenir la certitude de la présence parmi eux du Père Angélus (alors âgé de 73 ans), je ne reste qu'avec le sentiment qu'il est bien là, assis, mais ce n'est qu'une impression.



- le second, qui date de l'année 1981, marque toute la solennité qui a entouré la matérialisation de la frontière entre les Pays-Bas et la Belgique... L'abbaye d'Achel en effet est à cheval sur la frontière !








~~o~~O~~o~~








- Année 2010 -

Ma quête a commencé en novembre 2007 et près de 55 ans se sont écoulés depuis l'envoi de ce ballon ! Cette année j'aurai 63 ans... Le Père Angélus est décédé il y a maintenant plus de 15 ans, à l'âge de 88 ans. Je crois avoir désormais exploré toutes les pistes qui menaient vers lui ; elles m'ont permis de mieux le connaître et de recréer - partiellement - l'environnement qui fut le sien pendant ses 70 ans de vie monastique.

Que me réserve cette année 2010 ? Vais-je enfin faire le voyage vers Achel ? Rien n'est moins sûr , le Père Angélus ne m'y pousse pas et j'avoue ne pas être si pressé de mettre un terme à ma quête.





~~o~~O~~o~~


04 janvier 2010, j'ai reçu un courrier de Louis, avec quelques cartes postales de l'Abbaye d'Achel. Il y avait des cartes anciennes et puis deux cartes plus récentes qui montrent les activités commerciales actuelles sur lesquelles je suis brièvement passé ! Sans doute trop brièvement, soucieux que j'étais de me plonger dans les années 1955/1957 puis 1924/1994 afin d'élargir le champ des recherches sur ce qui avait constitué le cadre de vie de mon Père Angélus.



Pendant ce temps la vie continuait à Achelse Kluis ! Avec une communauté réduite à moins d'une dizaine de moines et sans doute l'aide de quelques laïcs, il semble que les activités soient multiples et largement ouvertes sur le monde extérieur : expositions, concerts... mais aussi activités commerciales avec la brasserie et le renom sans cesse grandissant de la bière Trappiste d'Achel ! Comme le montre le montage que j'ai réalisé ci-dessous, les visiteurs ont à leur disposition terrasse, salle, commerces (objets religieux, souvenirs, livres, disques... épicerie). Il fallait que cela soit mieux précisé en ce début d'année. Les photographies insérées datant un peu je pense que la communauté d'Achel ne me tiendra pas rigueur de faire figurer également une photographie de septembre 2009.











~~o~~O~~o~~

Je ne veux pas user abusivement ici des photos récemment reçues mais il y en a que je souhaite partager avec vous. Elles représentent les Père Godfried et Amandus Bussels. Le Père Godfried est aux côtés d'une dame que j'imaginais bien être de la famille... Il se trouve qu'à l'occasion d'un passage sur le site de "Hamontachel.com", j'ai appris que cette dame était décédée le 28 décembre 2009. Elle était la tante des Pères Bussels (Godfried et Amandus), née le 2 décembre 1903, Elisa Bussels était âgée de 106 ans et était la doyenne des habitants du Limbourg ! Je suis admiratif de savoir que sur la photo ci-dessous, prise par René Winters en 2002, elle avait 98 ans ! J'espère que la famille - à qui je fais part de ma sympathie - ne me tiendra pas rigueur de l'insertion de la photo sur ma page...




Le Père Godfried aux côtés de sa Tante Lisa à Hamont,lors d'une visite au
"Documentatiecentrum Dr Mathieu Bussels".


Le Père Amandus en 1996, alors âgé de 94 ans. L'une des toutes dernières
photographies de lui prises par René Winters.



~~o~~O~~o~~

En ce 9 janvier 2010, je suis revenu sur un point qui me tracassait ; il s'agit du monument érigé dans l'abbaye au souvenir du Père Balduinus et de la Schola cantorum et dont j'ai inséré un peu plus haut la photo prise par René Winters en 1979 ... Je me demandais pourquoi je n'avais pas encore eu l'occasion de présenter cette oeuvre malgré toutes les photos de l'abbaye que j'avais pu recueillir jusqu'alors. En fait, je n'avais aucune vue - de face - de ce monument. J'ai pu le situer sur quelques clichés mais sans que l'on puisse vraiment reconnaître la nature de l'oeuvre. Il m'a fallu revenir sur des photos prises par Eek Mulder pour retrouver de plus près ce monument, il est photographié par l'arrière et j'avoue que je ne lui avais pas prêté une attention particulière, la vue sur la cour intérieure et le bâtiment "hébergement" avait capté toute mon attention.



Cette fois j'ai été attentif et sur cette photo de Eek Mulder j'ai remarqué un élément ne figurant pas sur la photo de René Winters... Manifestement "quelque chose" avait été rajouté ! J'ai trouvé ! Sans doute avec l'aide de St-Benoît car ce n'était pas si évident ! Le site sur lequel j'ai trouvé l'info est : """http://www.bloggen.be/bier_in_beeld/archief.php?ID=246534""". Je n'ai pour l'instant pris aucun contact et je me suis donc contenté de prendre un "morceau" de la photo qui présente le monument ; une plaque au nom du Pater Michaël a été rajoutée. Le Père Mickaël Stumpel, était lui aussi réputé pour le chant grégorien ; grand organiste il a formé beaucoup de choristes et d'organistes. Il a été l'intendant de la "Schola cantorum" d'Achel qui a été créée en 1968. Il est décédé le 15 octobre 1988. Je regroupe ci-dessous quelques photos pour éclairer mon verbiage ...






Sur la première photo, de Eek Mulder, on devine la plaque rajoutée...


Bien sûr je vais prévenir les auteurs des photos de ces insertions ; je précise qu'il y a sur le site "Bloggen.be/bier" quelques photos d'Achelse kluis qui m'ont beaucoup intéressé dont un Père ou un Frère que je ne connaissais pas et une vue du cimetière tout à fait émouvante ...




~~o~~O~~o~~

15 janvier 2010, allez savoir ce qui vous pousse quelquefois à parcourir à nouveau des chemins déjà parcourus avec l'espoir de découvrir des choses non encore vues... Ce fut le cas aujourd'hui sur le site du "Grevenbroek museum" dont j'ai mis le lien un peu plus haut. Je suis tombé sur quelques belles photographies de 1989 concernant la cérémonie de la pose de la plaque du Père Michaël Stumpel. Il s'agit de photographies de René Winters mises sur ce site tout récemment, René m'avait d'ailleurs dit, en décembre, qu'il était encore occupé à numériser des photos. Je me fais un plaisir de vous en présenter ci-dessous. Je remercie René et je vais me replonger dans sa formidable collection de photographies... Il se pourrait bien que d'autres surprises m'attendent !




1989 : cérémonie pour célébrer les 20 ans de la Schola cantorum d'Achel et la pose
de la plaque du Père Michaël décédé le 15 octobre 1988.


Je me suis autorisé à sélectionner deux clichés de l'année 1989 relatifs à la célébration du 850ème anniversaire de l'église de la paroisse d'Achel. Un moment fort comme l'on peut s'en douter, marqué par une messe concélébrée par l'Evêque Paul Schruers, le prêtre de la paroisse et par le Père Emmanuel Van Gassel de l'Abbaye (Dom Emmanuel est alors âgé de 75 ans et il sera bientôt en retraite, retraite qu'il passera à l'abbaye d'Achel, jusqu'à sa mort à l'âge de 91 ans). A l'arrière il est possible de reconnaître le Père Dominicus de Jong. Je ne vous cache pas que j'ai bien regardé si parmi les prêtres que l'on voit en arrière plan il n'y avait pas le Père Angélus, il avait alors 83 ans !




Autre événement à l'occasion de cette célébration : un lâcher de ballons ! L'on voit des enfants se préparant ainsi que je l'avais fait 34 ans auparavant ... Sur la photo que je place ci-après il ne s'agit pas d'enfants mais de l'Evêque et du père Emmanuel qui semblent se prêter au jeu avec bonne humeur ; Monseigneur Paul Schruers écrit sur le carton tandis que le Père Emmanuel tient et le ballon et la crosse de l'Evêque...(à gauche se trouve le Père Dominicus). Où est-il allé ce ballon ?






~~o~~O~~o~~

- 16 janvier 2010, un retour sur l'actualité plus "brûlante" de l'abbaye. Vous êtes sans doute quelques uns à vous souvenir de cette affaire d'oblat indélicat qui avait trahi la confiance des Pères et Frères de la Communauté de l'abbaye d'Achel (pour se remettre la situation en mémoire il faut remonter cette page jusqu'au 3 janvier 2008...). Je viens d'apprendre que le tribunal correctionnel d'Haaselt a rendu son jugement : 8 mois de prison avec sursis, 550 euros d'amende et versement d'une indemnisation de 96.200 euros au profit de l'abbaye. Ci-dessous l'avis de condamnation en néerlandais.






~~o~~O~~o~~

- 28 janvier 2010, je souhaite relancer ma quête avec l'espoir de retrouver quelques témoignages sur la vie du Père Angélus, et pourquoi pas, d'autres photos de lui. Le message que j'avais retrouvé et mis sur cette page en octobre 2009 n'a eu aucun écho. Il s'agissait d'un témoignage laissé sur le site de l'Abbaye d'Achel le 28 mai 2002, son auteur évoquait sa jeunesse et ce mois passé avec un camarade à l'abbaye ... Il citait le père Angélus ! A l'époque je n'avais pas laissé les noms ; aujourd'hui je le fais en mettant l'intégralité du texte rédigé par Ben Ieven :


"""Het verbaasde mij toevallig op een website terecht te komen van de Achelse Kluis. Toen ik een jaar of 12 was kwam ik tijdens de zomervakantie praktisch elke dag met een vriend (Pierre Lucas) naar de Achelse Kluis. De vader van die vriend werkte op de boerderij. Wij hadden vrij intensief contact met Broeder Bonaventura (met paard en kar helpen op het veld), Pater Angelus (postzegels en foto's) en Pater Stefanus toen als portier en deeltijds kok. Ik heb hier een bijzonder fijne herinnering aan en heb veel levenservaring opgedaan in die dagen op velerlei gebied. Ondertussen heb ik begrepen dat alle drie deze broeder en paters reeds overleden zijn.Gelukkig heb ik nog foto's van die tijd (gemaakt door Pater Angelus). Jammer dat ik mijn kinderen niet meer kan laten kennismaken met de Achelse Kluis vanwege het gesloten karakter heden ten dage (waarvoor ik alle begrip kan opbrengen). Als er ooit een mogelijkheid bestaat om uw klooster (deels) te bezoeken zou ik dat erg op prijs stellen en graag van u vernemen. Met vriendelijke groet. Ben Ieven (28.05.2002) """


Un visiteur se rappellera peut-être de Pierre Lucas ou de Ben Ieven ?

J'avais entrepris quelques recherches et j'avais trouvé quelques éléments sur Ben Ieven, dont ces deux pistes :

- la première sur le site de "Internetgazet" à la date du 17 Novembre 2006 - il s'agissait d'une photo prise d'hélicoptère au dessus de Neerpelt (quelques km d'Achel) par Ben Ieven.

- la seconde est cette photo ci-contre, j'ai découvert qu'en 1967 quelques jeunes du Nord Limbourg avaient créé un groupe de musique appelé "black hills" devenu par la suite "Black hills country band" ; parmi ces musiciens il y avait aussi une personne se nommant "Ben Ieven"...

S'agit-il de la même personne ? S'agit-il de deux personnes distinctes ? Est-il possible de retrouver "le" Ben Ieven qui a connu le Père Angélus ?


Il me paraissait important de tout tenter pour essayer - malgré le temps qui passe - de retrouver des "morceaux de vie" du Père Angélus. Il aurait pu avoir 104 ans cette année ! Ceux qui ont des souvenirs de lui commencent à prendre de l'âge eux-aussi et ceux qui ont pu le rencontrer, dans la campagne autour d'Achel, sont sans doute de moins en moins nombreux. A un ami qui m'a récemment écrit "Tempus fugit" je répondrai "Tempora mutantur nos mutamur in illis". Il faut se dépêcher !




~~o~~O~~o~~

Ce dimanche 7 février 2010 je suis retourné sur le site de l'abbaye de Caldey Island et j'ai ainsi pu obtenir la confirmation que le Frère Titus était bien là-bas ! Il est debout, à l'extrême gauche de la photo ci-dessous. Vous vous souvenez sans doute - tout au moins pour les quelques inconditionnels de cette page - que la première photographie que j'ai trouvée de ce bon Frère date de 1981... On le voit même d'ailleurs dans la menuiserie du Père Henri lequel était le frère du Père Angélus.




Le Frère Titus fait partie des derniers de ceux qui ont connu le Père Angélus ; il se pourrait même qu'il ait en mémoire quelques souvenirs à raconter ... Mais voilà, les Trappistes écrivent peu ! Je sais toutefois qu'ils peuvent se manifester quelquefois !


En vérité, ce dimanche m'aura surpris à plus d'un titre ! Poussé par St Benoît sans doute je suis aussi retourné sur le site du KDC (Katholiek Documentatie Centrum) des Pays-Bas... De nouvelles photos ont été mises en place. Je savais qu'il y en avait un peu plus de 240 mais là, je ne pouvais faire autrement que de découvrir ces photos prises en 1946 par Wiel van der Randen. En effet, je ne sais par quel hasard ou quel petit problème technique (?) seuls ces clichés étaient visibles parmi tous ceux que l'on voit habituellement en faisant des recherches sur les Trappistes (merci St Benoît)!


Allez ! Je ne vais pas vous faire languir plus longtemps, il y a de très belles photos qui sont autant de témoignages de la vie des Pères et des Frères de la Communauté d'Achel en 1946. Oui ! j'ai reconnu le Père Angélus, d'abord sur une première photo que je vais placer ci-dessous en attente d'une réponse à la demande d'autorisation faite au gestionnaire du copyright. Cela a été un vrai bonheur de le découvrir ainsi au milieu de ses compagnons, en 1946 ! Le Père Angélus était alors âgé de 39 ans !


Je l'ai reconnu également sur une seconde photo et, si sur les autres il n'est pas directement visible, je le devine au moins sur une troisième et toutes ces photos sont d'extraordinaires moments de vie , qu'il s'agisse du moment du repas, de la "causerie" du Père Abbé ou même de la "classe en salle d'études" ... Bref, je suis vraiment content !



- 8 février 2010, cela a été très vite, j'ai été , fort aimablement, autorisé par le détenteur du copyright à utiliser la photo placée ci-dessous. Je me dois de faire figurer sur celle-ci la mention du copyright indiquant que la reproduction n'est pas autorisée sans l'accord des Collections Spaarnestad. Le lien vers le KDC, mis en place ci-dessus au 4 mars 2008, est toujours opérationnel et vous permet d'accéder à la collection (dans le cadre "recherches" taper "trappisten" ou "Achelse kluis").








~~o~~O~~o~~

- 11 février 2010, un contact aussi inattendu que surprenant qui prouve que la persévérance est toujours récompensée ! Il se trouve que le hasard a amené le Père Johannes Baars sur mon site. Le Père Baars est un ancien de l'abbaye d'Achel ; postulant puis novice dans les années 1954-1956 en tant que Frère Lucas, il a connu le Père Angélus qui était bien le "Gastenpater" de l'abbaye (c'est à dire le Père portier, celui qui s'occupait des visiteurs, du courrier, des relations avec l'extérieur). Lui aussi en garde le souvenir d'un homme affable et très discret. Les quelques mots que j'avais écrit au début de mes recherches à propos de la photo du Père Angélus et de sa tonsure l'ont amené à me préciser qu'à cette époque (1955), contrairement à ce que je pouvais supposer, la tonsure était toujours pratiquée ! je le cite """... Je peux vous assurer que tous les moines-prêtres et tous les Frères étaient régulièrement rasés de près (moi même le 18 octobre 1954)...""" . Il fallait que cela soit précisé ici !


Ce témoignage me touche particulièrement car ce n'est que la deuxième fois qu'un "ancien" de l'abbaye d'Achel se manifeste ainsi. Le premier avait été le Père Pierre-Paul Walraet de l'Ordre de la Sainte-Croix, lui aussi ancien novice d'Achel. Le Père Baars a quitté Achel pour entrer au Postulat des Frères chez les Pères Blancs. Il a servi comme Frère Père Blanc plus de 35 ans (Sahara algérien, Jérusalem, Liban) et a été ordonné prêtre en 1994 à Beyrouth...Il a alors été plus de 6 ans aumônier des Soeurs grecques-catholiques à Aubazine (Corrèze), avant un retour au Proche Orient en Syrie (enseignement). En 2002 il est dans une paroisse à Argentat (Corrèze), et une année plus tard chapelain au Sanctuaire de Lourdes où il est au service des Moniales Visitandines comme leur aumônier. Un bref aperçu d'une vie déjà indiscutablement bien remplie.



Le Père Johannes Baars a eu l'extrême gentillesse de faire numériser quelques photographies que je suis très heureux de placer ci-après ; d'abord quelques photographies le concernant directement :

.

Le frère Lucas était âgé de 17 ans lors de son entrée à Achel. A ses côtés à droite, sur la photo de groupe, on reconnaît le Frère Robertus qui
passera sa vie à Achel. Au premier rang, de G à D, le deuxième est le Père Emmanuel alors Maître des Novices ; au centre se trouve
le Père Gabriel Van de Moosdijk (Père supérieur) et, à l'extrême droite le Frère Marinus qui fera partie des pionniers de Kasanza...



Marqué par ses séjours en Orient chrétien, c'est durant une année sabbatique (1983) que le père Johannes suit un stage d'iconographie au Foyer Oriental de Lyon. Depuis il ne cesse d'écrire des icônes et a appris cet art aux visitandines qui en tirent une source de revenus pour la communauté. J'ai copié la photo ci-dessus sur le site du monastère, pour vous y rendre il suffit de cliquer sur l'image.

Ci-contre, le Père Johannes Baars bénit des icônes écrites au monastère des Visitandines de Lourdes.



Et puis, vous vous en doutez, il y avait des photos qui concernaient des Frères et Pères de l'abbaye d'Achel. Je vous présente d'abord une photo dont je connaissais l'existence mais dont je désespérais avoir une copie un jour ! Il s'agit de la photo des pionniers de Kasanza... Ni plus, ni moins ! Merci mon père !

Il est vrai que cette photo représente beaucoup pour moi, et pas uniquement parce que pendant longtemps je m'étais imaginé que le Père Angélus faisait partie de ces pionniers (leur départ pour l'Afrique correspondant avec l'arrêt de la correspondance) ; il y a maintenant le plaisir de voir ensemble ces Pères et Frères dont je reporte le nom sur la photo avec une pensée particulière pour le Frère Marinus, parti trop tôt, dans des conditions dramatiques (incendie brousse 1970).


A côté je place une photo du Père Emmanuel qui date sans doute du jour où il a pris ses fonctions de Père supérieur de l'abbaye, le 1er août 1965. C'est la première fois qu'il m'est donné de voir la photographie d'un Père supérieur portant la mitre et la crosse ; l'on se souvient aussi des armoiries de Dom Emmanuel qui figurent sur cette page...



Je terminerai cette série de photos avec celle de la communauté d'Achel où j'ai pu retrouver à nouveau le Père Angélus ; il se trouve à l'extrême gauche de la photo. Il n'y a pas de date précise mais l'on s'aperçoit qu'il paraît plus âgé que sur les photos prises en 1955 ; il porte des lunettes et tout comme certains de ses compagnons il porte les cheveux plus épais ! Il ne semble plus que la tonsure soit obligatoire. Au centre, portant la croix nous reconnaissons le Père Gabriël, supérieur. A ses côtés, vers la droite de la photo se trouve celui qui lui succédera au mois d'août 1965 : le Père Emmanuel, qui a lui-même à ses côtés le Père Lambertus. Nous savons que le Père Emmanuel était à Kasanza du 7/01/1958 au 31/7/1965, quant au Père Lambertus un retour dans "mes archives" m'a rappelé qu'il avait quitté Kasanza pour raison de santé et rejoint Achel en 1963... Tous deux paraissant également plus âgés que sur la photo prise avant le départ pour le Congo il semble donc que cette photographie de la communauté d'Achel date du début août 1965.




Voilà, je remercie à nouveau le Père Johannes Baars qu'un hasard heureux a poussé vers ma page. Que manque-t-il maintenant à ma quête ? Que pourrais-je savoir de plus sur mon vieil ami ? C'est vrai que l'on pourrait se satisfaire aujourd'hui des éléments recueillis. Mais je rassure tout de suite Louis, il n'est pas question de laisser le Père Jacobus hors du cadre des compagnons ! Et puis je n'oublie pas ce dessin fait par le Père Angélus vers 1936, un dessin sur "l'inhabitation de l'âme par le Saint Esprit" qui a été conservé et que je voudrais bien faire figurer ici.



~~o~~O~~o~~

Nous sommes le 17 février 2010, ce midi en relevant mon courrier j'ai remarqué tout de suite cette enveloppe blanche qui portait comme nom d'expéditeur " Père Pierre Schilling". Avant d'aller plus loin je prends le temps de quelques lignes pour vous expliquer.

La semaine dernière le Père Johannes m'avait notamment indiqué que - dans le cadre de mes recherches - je pouvais m'adresser au Père Aumônier du Monastère de l'Epiphanie à Eygalières (13810) ; il n'était pas certain qu'il soit toujours présent mais cet aumônier était un ancien moine d'Achel et, dans les années 54/56, le socius du Maître de Novices qui était alors le Père Emmanuel Van Gassel....""".


J'ai fait quelques recherches en direction de ce Monastère mais je n'ai pas trouvé de site ; j'ai donc écrit au Père aumônier, aujourd'hui j'ai eu sa réponse !


Quelle formidable surprise ! Le Père Pierre Schilling est cet ancien d'Achel que m'indiquait le Père Johannes. Agé de 84 ans, il me fait l'amitié d'une correspondance et de plusieurs photographies (une de lui, d'autres du monastère et de la chapelle). A Achel il était le Père Raymundus, il a été le socius du père Emmanuel de 1954 à 1956, puis étudiant à Rome de 1956 à 1960 et, de retour à Achel il a été professeur en Ecriture Sainte, Prieur et Maître de novices de 1960 à 1966. Ce n'est pas tout ! Je n'en croyais pas mes yeux mais pourtant... Il était un de ces "Six d'Achel" qui préoccupaient tant le Père Gabriël ! Pour vous aider je replace les quelques éléments ci-dessous :


"""...Au cours du chapitre général de 1964 Dom Gabriël van de Moosdijk , supérieur d'Achel posa le problème " de l’urgence et de l’importance des questions qui préoccupaient alors beaucoup de jeunes et fervents moines" … Il parla de la situation créée dans sa communauté du fait qu’un groupe de six jeunes moines, parmi lesquels se trouvait son prieur, désiraient quitter Achel pour fonder une « communauté monastique simplifiée ». Dom Ignace Gillet, Abbé Général de l'Ordre, créa alors une petite commission pour étudier la situation de ces "Six d'Achel"...."""


Ainsi, le Père Raymundus était ce prieur qui aspirait à une autre forme de communauté monastique. Les 6 de ce groupe ont fait pendant 2 ans des expériences partielles en Belgique, en France et en Angleterre. Le Prieuré de Myrendal sur l'Ile de Bornholm (Danemark) a été fondé par 5 des compagnons du groupe, le Père Pierre (Raymundus) étant à Eygalières où il se trouve depuis déjà 44 ans. Juridiquement il est resté Trappiste, Dom Emmanuel l'ayant "donné" (et non pas "nommé") à Eygalières jusqu'à la fin de sa vie...


Le Père Pierre Schilling se souvient du Père Angélus en tant que photographe de la communauté et aussi comme le "portier" dont il assumait souvent les fonctions. Le Père Pierre a également conservé un excellent souvenir du frère du Père Angélus, le Père Henricus (charpentier de l'abbaye).


Tout cela n'est pas rien ! Je suis content de ce que j'ai appris en une semaine. Je sens bien aussi que le Père Angélus ne m'en veut plus trop d'avoir relancé ma quête, je l'ai deviné plutôt attentif et satisfait ces derniers temps et la main qu'il a posée sur mon épaule ce midi était comme un encouragement ! Merci à vous, Père Johannes et Père Pierre.





La Photo ci-dessus est celle de l'habitation du Père Pierre, il l'appelle son "ermitage".




Le Père Pierre Schilling est le Père aumônier des Soeurs du monastère de l'Epiphanie sis à Eygalières.




Localisation du monastère de l'Epiphanie et vue de ce dernier.



Voici une vue de la chapelle du monastère de l'Epiphanie ; le Père Pierre ne me l'a pas précisé mais il se pourrait bien que les soeurs écrivent des icônes.



~~o~~O~~o~~

Nous sommes toujours le 17 février et j'ai reçu quelques photos de la part de René Winters. Il y a peu de temps je faisais part du plaisir que j'avais eu de retrouver le Frère Titus sur la photo de l'abbaye de Caldey Island. René me fait savoir que le Frère Titus va très bien et joint une photo prise sur l'Ile en 2009 ; il ajoute également une photo de 2002. Je sais qu'il sera agréable à beaucoup de retrouver ainsi cet ancien d'Achel. Bonne continuation au Frère Titus à qui j'adresse un signe amical.


_
Le Frère Titus à l'abbaye d'Achel (2002) et à l'abbaye de Caldey (2009)


Et puis, la journée aura décidément été bien remplie, René m'adresse entre autres deux photographies de la cérémonie religieuse consacrant le Père Marc Gallant comme supérieur de l'abbaye et une photographie du Frère Martinus :


Dom Marc Gallant aura 82 ans en décembre ; il est en retraite à l'Abbaye d'Orval, j'ai essayé d'entrer en contact avec lui mais sans succès. Je pense qu'il a peu connu le Père Angélus. Je suis heureux toutefois de pouvoir placer ces photos qui rappelleront bien des souvenirs à ceux qui me font aussi l'amitié de suivre cette page ! Les homélies du Père Marc Gallant étaient réputées ...


.

Le Père Marc Gallant a succédé au Père Stephanus Van Vinken le 10 octobre 1994


Quant au Frère Martinus, j'avais déjà eu l'occasion de lire son nom ; il est connu dans la région d'Achel pour être celui qui s'occupe - ou s'occupait - du magasin de l'abbaye.

La photo ci-contre que m'adresse René date déjà de 2001 ! Je ne sais pas si le Frère Martinus est toujours présent et si son âge lui permet encore d'être actif dans son commerce.

René me permet aussi de reporter des noms de Frères sur la photo de la communauté prise en 2003 (voir ci-dessus, au 23 décembre 2009) : j'ai pu rajouter les Frères Jo, Simon-Jozef, Joris, Leonardus et Luc.

Tous ces Frères ont-ils pu connaître le Père Angélus ?


Le Frère Martinus


~~o~~O~~o~~

Ce 18 février 2010, je suis revenu sur une phrase du Père Pierre Schilling : """Je ne me suis pas trouvé sur les photos de votre Web-site""". Il n'y a pas beaucoup de photos d'avant 1966, et selon toute vraisemblance il devrait être sur l'une des photos adressées par le Père Johannes. Il y a celle des novices avec le Père Gabriël et le Père Emmanuel ; serait-il anormal de penser que le "Socius" du Maître de novices soit sur cette photo ? Le temps nous change, certes, mais je ne serais pas autrement surpris qu'il soit assis à gauche de la photo.





J'ai réalisé ce petit montage car il me semble bien que ce jeune moine (en "A"), d'à peine trente ans, pourrait être le Père Pierre...

Et puis il y a cette photo de la communauté que je pense être de 1965. Le Père Schilling était alors âgé de 40 ans, prieur, maître des novices, il devrait être là ... mais j'avoue que je n'arrive pas à me déterminer sur un visage ! Se pourrait-il que cette photo ait été prise avant le 1er janvier 1958 ? Il est vrai que le Père était à Rome de 1956 à 1960 ; mais je ne le crois pas ! Il y a l'âge apparent des personnes et cette place qu'occupe le Père Emmanuel van Gassel, était-il déjà pressenti pour succéder au Père Gabriël en 1958 ? Souvenons-nous que c'est le Père Lambertus qui était le Supérieur du premier groupe de fondateurs partis pour Kasanza... Père Pierre, ne pouvez-vous vraiment vous identifier sur cette photo ?

Personnellement je crois avoir reconnu quelques visages parmi les 63 Pères et Frères ; par exemple le Père Frans Van Haaren (l'un des "Six d'Achel" décédé à Myrendal le 17 juin 2007), il serait le premier du dernier rang à gauche de la photo... Il y a d'ailleurs à proximité un moine caché, dont on ne voit que le sommet du crâne et un morceau d'oreille et en qui je verrais volontiers le Frère Bas Van Vessum (un autre des "Six" d'Achel dont j'ai la photographie) parce que je ne le distingue pas parmi les autres !

Je trouve cette photo très parlante - surtout depuis que le Père Pierre m'a écrit que le Père Angélus était le photographe de la communauté ! Il ne photographiait pas que les classes d'élèves dans les écoles ! Cela m'a ouvert les yeux sur cette photo où je voyais mon Père Angélus discret et réservé à l'extrême gauche. Et bien non si nous le voyons là c'est en raison de sa mission de photographe... Je l'imagine cadrant l'assemblée en se laissant une place sur la gauche, déclenchant le retardateur et disposant alors de 10 secondes pour rejoindre sa place ! Je le vois se hâter et c'est formidable.

Un autre élément de cette photo qui me pousse à penser que le Père Angélus officiait en tant que photographe, c'est l'attitude du Père Amadeus. Oui, le Père Amadeus est là sur la droite, en haut, et il suit du regard son ami Angélus qui se dépêche de gagner sa place. On devine la complicité dans le sourire... Tous deux devaient travailler ensemble et c'est pour cela finalement que leur nom apparaît dans la lettre de Pier, écrite en 1955 (revoir narration à la date du 11 avril 2008 ci-dessus).

Je sais ce n'est pas facile à suivre... j'ai fait un extrait de photo pour illustrer mon propos, il faut - bien sûr - replacer cela dans le contexte !


(De foto werd zeker door de Vader Angelus genomen. Hij is aan de linkerkant op de foto. Na retardateur op gang gebracht te hebben heeft hij gelopen om met zijn plaats overeen te komen. Hij werd door de geamuseerde blik van de Vader Amadeus gevolgd.).







Cela ressemble fort à petit moment de vie et depuis plus de 2 ans j'ai appris à collectionner les choses les plus infimes. Puisque nous sommes sur un agrandissement j'ai indiqué quelques noms : le Père Edmond Mikkers (revoir au 29 décembre 2007 ce que j'avais recueilli sur cet historien de la tradition cistercienne), le Père Henricus (frère du Père Angélus) et le Père Herman-Jozef (chauffeur de l'abbaye et neveu d'Angélus et Henricus)... Il faudrait quand même que je sois sûr de la date de cette photo !



~~o~~O~~o~~

- 20 février 2010, en effectuant quelques recherches afin de savoir à quel ordre étaient attachées les soeurs du monastère de l'Epiphanie, je suis tombé par hasard sur un livre dont Google présente quelques dizaines de pages. Ce livre a pour titre "Les Communautés nouvelles" (Nouveaux visages du catholicisme français) ; il a été écrit par Olivier Landron qui enseigne l'histoire à la faculté de théologie de l'université catholique de l'Ouest (Angers - France). Le livre retrace les origines des communautés fondées en France après le concile Vatican II, leur développement et leur rôle dans l'Eglise catholique. Je dois dire que la lecture de ces quelques pages m'a permis de mieux comprendre ce qui avait pu pousser de "jeunes et fervents moines" d'Achel à rechercher une autre forme de vie communautaire. Et puis, l'auteur évoque l'Epiphanie et Eygalières, c'est aussi pour cela que je place ci-dessous un lien qui vous permettra de prendre connaissance de l'aperçu du livre et deux courtes copies de texte.




Cliquez sur la couverture du livre de Olivier Landron.








Ainsi il se pourrait bien que la communauté du monastère d'Eygalières soit constituée de laïcs et de religieux (dont le Père Pierre qui en est l'aumônier).

J'ai trouvé une photo de Soeur Odile qui participait en 2009 au "Festivart" de Nîmes. il s'agit d'un festival alliant l'art sous toutes ses formes particulièrement dans sa dimension spirituelle chrétienne et le développant au cours d'activités musicales, manuelles, visuelles.





~~o~~O~~o~~


- 21 février 2010, j'ai pu échanger un peu avec le Père Pierre Schilling ; je suis impressionné par la force de la foi qui l'habite. Il m'a précisé que la communauté de l'Epiphanie - qui comporte encore une deuxième "petite maison" avec quelques ermites dans le Gard, est une fondation qui est sous la juridiction de l'Archevêque d'Aix en Provence. Le Père Emmanuel Van Gassel ne pouvait pas le "nommer" à Eygalières, mais il a "donné" son accord à l'archevêque afin qu'il y soit pour toujours. Le Père Pierre est retourné deux fois à Achel ; la première fois pour parler avec Dom Emmanuel sur son orientation de vie et une deuxième fois pour un séjour d'une semaine qui lui a apporté la conviction qu'il se devait à Eygalières. Rien ne l'empêcherait de vivre sa "retraite" à Achel mais il préfère rester et finir sa vie là où il est, sans vouloir faire de peine à personne.


Le Père Pierre ne m'apprendra rien de plus que je ne sache déjà sur le Père Angélus ; et, selon lui, l'abbaye d'Achel ne compte plus désormais que 8 moines.


~~o~~O~~o~~

- 25 février 2010, en fin d'après-midi j'ai reçu un message de René Winters portant en pièce jointe une superbe photographie de la communauté d'Achel prise en 1996, à l'occasion du 150ème anniversaire de l'arrivée des Trappistes à l'Abbaye. Il a pris le soin de m'indiquer les noms des Frères et des Pères et leur décès éventuel. Cette photo va me permettre de compléter le tableau in-fine des compagnons du Père Angélus, j'imagine que la plupart de ceux qui se trouvent sur la photo (mis à part l'abbé de Westvleteren et les postulants) l'ont connu. Je ferai cela au plus vite !


Beaucoup de noms que je n'avais jamais rencontrés au cours de mes recherches... Et aussi le plaisir de découvrir le Père Stefanus van Vinken qui fut Supérieur de l'Abbaye (1989/1994). René vient de me permettre de faire un nouveau pas qui m'amène pratiquement au bout du chemin. Je le remercie une nouvelle fois ici.





J'ai regardé à nouveau toutes les photos se rattachant à ma quête car j'avais le souvenir d'une vue sur couloir qui permettait de voir un cadre portant une photo de la communauté.

A l'époque j'avais bien la conviction qu'il s'agissait de moines et qu'ils étaient assez nombreux mais j'avais eu beau user de tous les moyens à ma disposition pour essayer de deviner davantage en agrandissant cette photo, je n'arrivais pas à distinguer les visages. Je me disais que - peut-être - le Père Angélus était là.

Eh bien non ! La photo que l'on remarque dans le cercle ci-contre date de 1996, c'est celle prise à l'occasion du 150ème anniversaire. Le Père Angélus était décédé depuis 2 ans. Je suis désolé de ne pouvoir indiquer le nom de l'auteur de cette "vue sur couloir" dont je ne retrouve pas l'origine...




~~o~~O~~o~~


S'agissant de l'année 1996, M. René Winters m'a adressé de nouvelles photos de ce qui fut une année riche en événements pour l'abbaye d'Achel ; les premières concernent la visite du Cardinal Godfried Danneels. J'ai plaisir à vous présenter quelques unes de ces photos ...



.

Le Cardinal Danneels, ci-dessus photographié en 1996, lors de sa visite à l'abbaye, vient de prendre sa retraite ;
une célébration d'adieu a eu lieu le dimanche 10 janvier 2010 en la cathédrale Saint Rombaut à Malines (Belgique).



Les photos ci-dessous prouvent si besoin était l'attachement de la population d'Achel et des environs à l'Abbaye Notre-Dame de Saint Benoit d'Achel. Le service culturel de la ville a organisé une exposition et publié un livre à l'occasion de ce 150ème anniversaire. Par ailleurs les habitants ont offert à l'abbaye un superbe bronze symbolisant l'arrivée des moines à Achel et déjà vu sur cette page...



.

.

Le moine que l'on voit dans sa bure marron (Ordre des Capucins) et le Frère Trudo Van den Boomen, frère des Frères Simeon et Martinus Van den Boomen d'Achel.







~~o~~O~~o~~


- 27 février 2010, il faut que je rapporte ici quelques nouvelles que le Père Johannes Baars vient de me faire connaître.

Vous vous souvenez des Editions Sinite Parvulos de l'Abbaye d'Achel et des livres pour la jeunesse du Père Tarcisius Passier mais moins, sans doute, des recherches que j'avais faites afin de retrouver ceux qui avaient illustré ces livres. Je croyais alors que le Père Angélus avait pu faire oeuvre en ce domaine. J'avais retrouvé quelques noms : Irène Nagy, Antoon Heijn, Hans Baars, Nini Kaiser ... et un Frère Trappiste : Broeder Raphaël Reesinck. J'avais bien sûr resserré mes recherches sur le Frère Raphaël sans rien trouver de plus.

Et bien, le Père Johannes m'apprend qu'il a illustré certains livres du Père Tarcisius au temps où il était le frère Lucas, postulant et novice à Achel ! Le Père Johannes Baars - à l'état-civil Hans Baars - a donc marqué de son empreinte une partie des Editions de l'Abbaye. Je ne résiste pas au plaisir de replacer ci-contre l'un des titres du Père Tarcisius avec la mention du nom de l'illustrateur.

Il ne peut rien me dire de plus sur le Père Angélus. Il se souvient avoir travaillé au jardin avec le Frère Robertus et - tout comme Cees Nooteboom (écrivain néerlandais qui a été un postulant éphémère à Achel - voir au 8 janvier 2009) - il a connu l'estrade d'où l'on voyait les moines prier...








Le Père Johannes Baars, monastère de la Visitation à Lourdes...



~~o~~O~~o~~



Nous sommes le dimanche 21 mars 2010 et je n'ai ni trouvé ni reçu d'éléments nouveaux au cours des semaines écoulées. Un visiteur m'a fait part de sa surprise lorsqu'il a découvert le "petit topo récapitulatif" de ce que j'avais appris sur le Père Angélus et que j'ai placé in-fine il y a quelques mois. Il avait l'habitude d'arrêter sa lecture à hauteur des montages photos de fin ... Ah, c'est pas bien ça ! Les visiteurs sont donc priés d'aller jusqu'au bas de la page !



Un autre visiteur m'a dit qu'il aurait souhaité que je parle davantage des Pères Johannes Baars et Pierre Schilling qui sont - il est vrai - parmi les derniers témoins d'une période révolue. Je crois pourtant sincèrement que tout a été dit, tout au moins dans le cadre des objectifs de cette page qui étaient de mieux connaître le Père Angélus et de retrouver quelques uns de ses anciens compagnons. Maintenant, je ne nie pas que certains de ces compagnons ont marqué cette quête en raison même de leur personnalité, de leur aura ou de leur destinée. Je me suis sans doute trop attaché à évoquer l'un ou l'autre, aidé en cela par une documentation généreuse. Mais où est la limite ?



Bien sûr je pense au Père Pierre qui, à 84 ans, a choisi de terminer seul sa vie dans son ermitage. Je pense à ce qu'il fut au sein de la Communauté d' Achel après son retour de Rome ; je ne peux m'empêcher de rapprocher son "chemin" de celui de Dom Gabriël van de Moosdijk revenu lui aussi de Rome après 4 ans d'études (docteur en théologie)...




Le Père Pierre Schilling, jeune Prieur d'Achel, et sans aucun doute appelé à de hautes responsabilités, a choisi une route différente. Je peux dire pourtant qu'il s'est investi par ailleurs et, sans trahir de secret, écrire ici qu'il a été un des piliers de l'association "Davar" de 1985 (date de création) à 1997. Qu'est-ce que Davar ? C'est un lieu de dialogue, d'échanges et d'étude de la Parole de Dieu entre croyants, Juifs et Chrétiens. Vous pouvez cliquer sur le logo ci-contre pour en savoir plus.






~~o~~O~~o~~


Ce 23 mars 2010, je souhaite revenir sur l'évocation de ce moine héroïque faite par Cees Nooteboom (revoir au 08 janvier 2009). De son court séjour à l'abbaye, qu'il fit sans doute dans les années 1951-1953, l'écrivain a gardé le souvenir de ce frère portier qui lui avait demandé une cigarette et il écrit à ce propos : """"... Je savais naturellement qu'il n'en avait absolument pas le droit et savourai ce moment de complicité secrète. Je savais aussi que pendant la guerre il s'était conduit en héros, qu'il avait régulièrement fait passer la frontière à des pilotes anglais et américains, et lui-même parlait avec nostalgie de ces jours où il était libre de ses mouvements, où la règle millénaire avait été brièvement suspendue..."""".


Je m'étais alors posé la question : Et si ce héros était le Père Angélus ? Je savais qu'il était le "gastenpater" en 1955 et je me disais qu'il aurait pu l'être depuis quelques années déjà... Cela me plaisait bien de l'imaginer oeuvrant dans la clandestinité. Mais voilà je n'ai jamais perdu de vue que je suis à la recherche de vérité.


Guidé par je ne sais quelle intuition j'ai, ce matin, rendu toute sa sérénité au Père Angélus qui n'aimait sans doute pas trop la parenthèse que j'avais ouverte. J'ai découvert que le "gastenpater" qu'a connu Cees Nooteboom était fort probablement le Père Nivardus. Selon le texte que j'ai traduit , il exerçait ces fonctions en 1947 et était toujours gastenpater en 1952. Le Père Nivardus est né le 5 avril 1906 à Woensel (NL) et décédé à Achel le 29 juin 1970.

Source : (http://dare.ubn.kun.nl/bitstream/2066/18796/1/18796_kostvaonb.pdf)


J'ai découvert également le nom d'un Père qui a eu une conduite héroïque en 1943/1944. Il ne s'agit pas du Père Nivardus mais d'un autre Père d'Achel. L'on se souvient qu'après l'occupation allemande, les moines avaient été obligés de quitter l'abbaye, la communauté (120 moines) s'était scindée pour rejoindre d'autres communautés aux Pays-Bas. Une cinquantaine d'entre eux avait rejoint l'abbaye fille de Diepenveen (NL), d'autres le monastère de Mariadal à Roosendaal... Parmi ceux-ci le Père Alphonsus-Maria (Gérardus , Aloysius, Averdieck), né le 6 février 1899 à Alphen ann den Rijn (NL), entré à l'abbaye d'Achel en 1920. Après l'arrivée à Mariadal, il devient vite un membre actif et un chef de la section locale de la Résistance. Il assiste les familles dans la clandestinité ; aide les pilotes alliés dont les avions avaient été abattus et également les prisonniers de guerre français évadés à passer la frontière. Il avait des contacts avec les services secrets néerlandais, ceux de Londres et avec la Brigade blanche de Belgique. Arrêté le 19 juillet 1944, interné au Camp de Vught, il est fusillé le 11 août 1944. Une stèle à sa mémoire a été placée sur un mur à l'entrée du monastère de Mariadal à Roosendaal.

(sources : http://www.nmkampvught.nl/index.php?id=911 ;
http://www.bndestem.nl/regio/roosendaal/3075115/Pater-was-held-in-verzet.ece)


Il reste que Cees Nooteboom savait que le Gastenpater auquel il a offert une cigarette avait eu - lui aussi - une conduite héroïque pendant la guerre. Selon le document exploité, le Père Alphonsus aurait été aidé par "deux autres"... : """Hij zoekt contact met het georganiseerde verzet, en krijgt - samen met twee anderen - de leiding van de hulp aan onderduikers in Roosendaal""". D'autres moines auraient donc pu s'associer aux actions dont il était le chef. Je n'ai rien trouvé à ce sujet.



La stèle à la mémoire du Père Alphonsus qui a reçu à titre posthume - entre autres décorations -
la "Croix de Guerre avec étoile de vermeil" (document signé par le général Charles de Gaulle).


A l'occasion de mes recherches sur le Père Alphonsus j'ai également découvert qu'il figure parmi les victimes de la guerre, militaires ou résistants, du mémorial de Waalre. Cette commune des Pays-Bas, dans la province du Brabant-Septentrional, se situe à environ 10 km au NNW de l'abbaye d'Achel. Le nom du Pater Averdieck y est gravé sur une planchette en bois qui trouve sa place parmi beaucoup d'autres... (source : http://4en5mei.nl/mmbase/attachments/225747/boek_willibrorduskerk.pdf)


. .


Le 14 avril 2010, pour répondre à une demande je place ce qu'il est possible de lire à propos du "Pater Averdieck G.A." sur le site du Camp de Vught (NL) et dans un article de presse de 2008 ; ces textes - en néerlandais - ont été traduits pour l'essentiel ci-dessus. Enfin, il suffit de cliquer sur chacun d'eux pour aller directement sur les sites correspondants ...











~~o~~O~~o~~

Nous sommes le 21 avril 2010, René Winters m'a adressé une belle photo du Père Alphonsus-Maria Averdieck.

Il est toujours agréable de recevoir des éléments qui se rattachent à ma quête et je crois que le Père Angélus, qui est entré à Achel 4 ans après le Père Averdieck, est sensible à l'évocation de l'héroïsme de ce dernier.

La photo, de la collection de John Braat, n'est pas datée mais elle a probablement été prise alors que le Père était déjà entré dans la Résistance, à Roosendaal.

Le nom de John Braat est cité dans l'article qui est juste ci-dessus.



~~o~~O~~o~~

Je dois dire que j'espérais bien qu'un jour il serait possible de "découvrir" sur le Web une photo prise dans cette église-mémorial de Waalre et montrant le nom gravé du Père Gérardus Averdieck ! René Winters vient de mettre fin à cette attente en m'adressant, le 29 avril 2010, deux fichiers photos et un lien ... Je le remercie bien vivement ici car j'ai le sentiment persistant qu'il ne reçoit pas mes messages. J'ai tout de suite suivi le lien qu'il m'indiquait et, malgré une difficile traduction, je pense avoir saisi l'essentiel de ce qu'il est possible de lire maintenant sur le site du museum de Hamont-Achel concernant le Père Averdieck Gérardus.


L'article est intitulé " Wie was Pater Averdieck" ... René Winters et ses collaborateurs du muséum ont fait là un bon travail.

Il est vrai que l'on peut se poser la question de savoir pourquoi dans aucun texte d'archives de l'abbaye n'apparaît le rôle héroïque du Père Averdieck au cours de la deuxième Guerre mondiale. L'intervention de John Braat aura été déterminante pour la reconnaissance de ce passé glorieux ; grâce à lui le nom du Père Averdieck Gérardus va être bientôt gravé sur le monument aux Morts d'Achel.

En cliquant sur l'image ci-contre vous aurez accès directement à l'article et aux nombreuses photos qui l'accompagnent.


La première des photos adressées par René Winters a été prise à Waalre par Evert Meijs, on y distingue parfaitement la plaque du Père Averdieck.



La deuxième photo est celle d'un document signé par le Général De Gaulle.

Ce document ne figure pas dans l'historique, il serait pourtant logique pour la mémoire du Père Averdieck, qu'un tel témoignage y trouve sa place...

Peut-être s'agit-il d'un problème de traduction en cours de résolution. C'est sans doute pour cette raison que René Winters m'a fait parvenir cette pièce que je place sur ma page avec plaisir.



Par ailleurs, j'ai cru comprendre, au travers de la traduction d'un article en néerlandais que j'avais mis de côté, qu'un "stolpersteine" au nom du Père Averdieck avait été placé dans une rue de Roosendaal :
Selon ce qu'il est possible de lire sur "Wikipédia", un Stolpersteine (mot allemand) se traduit en français par " obstacles, pierres d'achoppement, pierres sur lesquelles on peut trébucher". Le "stolpersteine" est une création de l'artiste Gunter Demnig. Ce sont de petits dés de béton ou de métal de 10 cm de côté, sur lesquels des plaques en laiton honorent la mémoire des victimes du nazisme qui étaient internées, déportées, et assassinées dans les camps de concentration ou dans les camps de la mort.
Ci-contre une photo de "Stolpersteine" ; si ce type d'oeuvre ne fait pas trébucher le piéton, elle accroche pour le moins l'attention...






~~o~~O~~o~~

Le 02 mai 2010, j'ai obtenu confirmation que le Père Nivardus avait été très longtemps le Gastenpater de l'abbaye d'Achel après la guerre. J'ai appris également que c'était un homme remarquable et plein d'humour et qu'il avait été distingué par une remise de décoration après la guerre. Ces quelques renseignements donnent tout leur sens au témoignage de Cees Nooteboom : c'est le Père Nivardus qui lui a demandé une cigarette et qui lui a parlé de ses actions héroïques, celles qui sans doute lui ont valu cette décoration...

Dès lors on peut supposer que lorsque Cees Nooteboom passe quelques jours au "kluis", le Père Nivardus n'a pas encore reçu sa décoration ; dans le cas contraire il en aurait très certainement parlé et le récit de M. Nooteboom aurait comporté cette précision.


Je ne sais pas si l'attitude héroïque du Père Nivardus est évoquée dans les archives d'Achelse Kluis mais ce serait bien car l'on pourrait ainsi apprendre quel type de décoration lui a été remise et surtout à quelle date. Et puis l'on se souvient que le Père Averdieck bénéficiait du soutien de "deux autres"... Il en manquerait donc un ! MM. René Winters et Evert Meijs vous avez encore des pistes à suivre !

N.B : J'allais oublier de placer cet extrait d'une liste nécrologique qui permet de découvrir le nom de famille du Père Nivardus. A savoir que la commune de naissance : Woensel, a été intégrée à Eindhoven le 1.1.1920...



*
* *

Nous sommes le 16 mai 2010 et je m'étonne encore de ce qui m'a poussé à vérifier certaines petites choses se rapportant au Père Nivardus. Je n'ai pas d'accès aux archives nationales néerlandaises, ni à celles du Centre de documentation catholique (KDC) mais par deux fois j'ai retrouvé le nom du Père Nivardus dans ce qui constitue des références d'enregistrement de courrier. Pour mes amis de langue néerlandaise et flamande, je place ci-dessous ce qui a retenu mon attention :



- Archief F.G.C.J.M. Teulings "...Correspondentie met pater Nivardus OCR over het erelidmaatschap van het comité Vrienden van de Achelse Kluis - 1952". Il s'agit d'une correspondance avec le Père Nivardus par un membre d'honneur de l'association des Amis de l'Abbaye d'Achel, datée de 1952....



- La deuxième référence concerne un courrier de M. J.E de Quay (j'y reviens ci-après) :

"... Correspondentie als mede-voorzitter Stichting Vrienden Sint-Benedictusabdij "Achelse Kluis" in Achel met Nivardus, pater in Rochefort (België)". Il apparaît que la correspondance a été adressée au Père Nivardus par le coprésident de la fondation des Amis de l'Abbaye d'Achel. Ce courrier concerne l'époque 1958-1967 mais je n'en ai pas la date exacte. Il semble qu'à cette époque le Père Nivardus ait rejoint l'Abbaye trappiste N.D. de St Rémy de Rochefort (Belgique)...



Et alors ? Me direz-vous ! Et bien cela m'a ramené au 7 mars 2008 - vous pouvez prendre l'ascenseur pour aller à cette date ou alors vous satisfaire de ce que je rappelle ci-dessous après avoir replacé certaine photo et sa légende.




In het midden op de voorste rij Dom Columbanus Tewes in de gastentuin van de Achelse kluis. Links van hem JE de Quay, recht van hem prof, Zeegers. Tweede rij links pater Montanus Versteeg OFM, zelfde rij rechts pastoor L. de Gruyter van de H. Hartparochie te Eindhoven. Rechts boven prof, Oldendorff. Vriendenkring van de Achelse Kluis.


La légende de la photo nous précise quelques noms de personnalités et nous permet d'identifier 3 religieux dont, au centre, le Père Supérieur de l'Abbaye. J'avoue qu'en Mars 2008 cela avait suffit à me satisfaire ; aujourd'hui, suite aux renseignements recueillis, j'ai posé un autre regard sur cette photo. Ainsi, M. J.E. de Quay qui a été (entre autres) Premier Ministre des Pays-Bas était - dans les années 1950 - le Coprésident de la Fondation des Amis de l'Abbaye d'Achel. Il est donc là en cette qualité et les personnes présentes font partie de la Fondation. J'ai regardé aussi d'un tout autre oeil les deux moines trappistes que l'on voit sur la droite de la photo ! L'un est assis , l'autre est debout à ses côtés... Il nous faut bien admettre que la mission du Gastenpater Nivardus ne s'arrêtait pas à l'échange de courrier ; il se devait d'être présent lors d'une telle réunion ! Ainsi je pense qu'il est là et que c'est lui qui est debout à droite ...


Pour en terminer, aujourd'hui, je dirai que le Père Angélus était fort probablement lui aussi concerné par cette réunion des membres de la Fondation des Amis de l'Abbaye ; la photo ci-dessus a été remise au KDC, ce n'est donc pas une photo de presse ! Il y a de fortes chances pour que celle-ci soit l'oeuvre du Père Angélus, photographe de la communauté. Il savait que cela me ferait plaisir de découvrir cette évidence !


~~o~~O~~o~~

Le 30 mai 2010, j'avoue que j'ai cherché à en savoir un peu plus sur le Père Nivardus : aurait-il pu faire partie des 10 moines qui avaient été autorisés à revenir à l'abbaye en 1943, après que la Gestapo a obligé la communauté à quitter l'abbaye ? En fait, cela posait la question de savoir si le Père Nivardus s'était illustré à Achel ou ailleurs...


Je me suis replongé dans quelques documents archivés et je me suis efforcé de traduire ce qui ne l'avait pas encore été ; j'ai également fait quelques recherches et j'ai eu la chance de trouver un ouvrage me permettant d'apporter quelques précisions. Pour faire simple je vais présenter mes "trouvailles" sous forme de tableau en donnant la possibilité aux inconditionnels de cette page de se plonger avec délectation dans les textes sources.



L'extrait de gauche concerne une interview du Père Lambertus Vandermeulen réalisé en décembre 1974 par Joos Florquin (déjà évoqué sur cette page voir 23 octobre 2008) ; ce passage concerne plus spécialement la deuxième guerre mondiale.

Ce qu'on apprend :

- le 10 janvier 1943, la Gestapo a fait évacuer toute la communauté d'Achel sans raison apparente.

- Selon le Père Lambertus les moines d'origine belge sont allés à l'Abbaye de Rochefort (B), les autres sur Sion Diepenveen (NL).

N.B : Le Père Desiderius Geijsen, de l'abbaye de Sion, qui a retracé l'historique de l'abbaye, évoque l'accueil de 50 moines d'Achel.

- Après intervention de Gérard Romsée (ancien gouverneur de la province du Limbourg devenu secrétaire général de l'intérieur en 1941), 10 frères et les Pères Amandus et Lambertus sont autorisés à revenir pour assurer les charges de travail.

- Ce groupe sera porté à 20 en 1944, année où la Gestapo revient à l'abbaye (pas de date précise mais l'on sait que l'administration militaire de la Belgique prit fin le 13 juillet 1944, lorsque Hitler remplaça la Militärverwaltung par une Zivilverwaltung. L’autorité militaire fut transférée à un Wehrmachtsbefehlshaber tandis que les compétences civiles relevèrent d’un Reichskommissar) (1). Ils examinent tout et semblent rechercher quelqu'un ; finalement le Père Lambertus est emmené au camp de Vught. Il y restera peu de temps (quelques jours ?) mais quand il rentre à Achel tout a été saccagé et pillé, sauf la bibliothèque et la sacristie.

N.B : Ainsi, au cours de sa vie le Père Lambertus aura connu deux internements (Cézembre 1917 et Vught 1944) !

L'extrait de droite a été pris dans un ouvrage de APM Cammaert : Le Front secret, histoire de l'illégalité organisée dans la province du Limbourg au cours de la deuxième guerre mondiale.

Ce qu'on apprend :

- Sans être tout à fait sûr de la traduction faite, il semble bien que déjà depuis 1942 l'abbaye d'Achel était le site propice pour le passage discret de la frontière pour les prisonniers de guerre évadés et les pilotes abattus...

- Un rôle éminent a été joué par le Père Nivardus (dont le pseudonyme était oncle Faan) et par le Belge AHG Van Driel qui été employé en tant que menuisier à l'abbaye.

- le 14 janvier 1943 la communauté d'Achel a quitté les lieux ; les plus âgés des moines ont été dirigés sur l'abbaye de Tegelen (NL).

N.B : Il semble donc que les moines d'Achel aient été répartis sur plusieurs abbayes ou autres établissements religieux (seul Tilburg trop proche d'Achel a été écarté).

- le Père Nivardus a également rejoint Tegelen et y a poursuivi ses activités "illégales" de résistance (aide aux clandestins et aux réfugiés alliés).

- le Père Nivardus a oeuvré en collaboration avec le Père Bleijs (Lodewijk) dont je ne suis pas sûr de l'endroit où il servait habituellement (problème de traduction !).

N.B. : S'agissant de l'abbaye d'Achel, l'auteur a recueilli, le 6 janvier 1993, le témoignage du Père Stephanus Van Vinken (Supérieur 1989-1994).




Vous pouvez lire la totalité de l'interview du Père
Lambertus Vandermeulen en cliquant sur l'image ci-dessous.

Vous pouvez lire la totalité de l'ouvrage de APM Cammaert
en cliquant sur l'image ci-dessous...
Si vous souhaitez n'avoir accès qu'au seul Chapitre 4,
une fois sur le site cliquez sur "Hoofdstuk IV".



(1) Source :

http://www.cegesoma.be/docs/media/Acquisit_Projets/SourcesSGM_fr.pdf).




~~o~~O~~o~~

Le 1er juin 2010, il y a quelque temps j'étais surpris de constater, sur le site de l'OCSO, que l'abbaye d'Achel n'avait plus envoyé d'étudiants à Rome depuis 1964. Le dernier à avoir suivi un cycle long (4 ans) a été le Père Raymundus - l'actuel Père Pierre Schilling d'Eygalières - en 1956-1960. J'ai retrouvé sur cette liste deux autres noms de moines ayant fait partie des "Six d'Achel" (voir le tableau ci-dessous). Ainsi la baisse continuelle des effectifs depuis les années 1950 s'est également traduite par une absence d'étudiants ; l'abbaye d'Achel qui a connu jusqu'à 120 moines à son effectif connaît depuis des décennies un manque de vocations étonnant.




Cette liste des moines d'Achel ayant été étudiants à Rome est extraite d'un état mis à jour en 2009.

La situation de la communauté d'Achel au 1er janvier 2010, telle qu'elle figure dans les statistiques de l'OCSO mises sur leur site en mai 2010, est reportée ci-dessous.






~~o~~O~~o~~

16 juin 2010. Habité par je ne sais quel scrupule j'ai hésité à évoquer ici la "commission centrale" que l'OCSO tient en ce moment à Tilburg (NL). Et puis je me suis convaincu qu'il était idiot de ne pas citer cet événement qui se déroule à une quarantaine de kilomètres d'Achel !

Ci-contre je place le logo de circonstance, en cliquant dessus vous aurez directement accès à l'ensemble des photos parmi lesquelles je me suis permis de puiser celles que je place ci-dessous. Dom Eamon, Abbé Général de l'Ordre me pardonnera !







~~o~~O~~o~~

08 août 2010, je l'ai déjà écrit : je me demande quelquefois ce qui peut me pousser à revenir sur tel ou tel point de ma quête ! Hier, 7 août, j'ai relancé quelques recherches sur Myrendal (Danemark) et le Frère Bas Van Vessum. L'on se souvient que ce dernier faisait partie des "Six d'Achel" (voir Père Franz Van Haaren et Frère Bas van Vessum, année 2008 et Père Pierre Schilling, année 2010). Au travers de la traduction d'un texte assez récent (avril 2010), découvert sur le site de "Kristendom.dk", j'ai appris qu'en fait le Frère Bas avait quitté Myrendal et n'était plus moine trappiste depuis quelques années. Pour autant je ne sais pas qu'elle est sa situation exacte. Tout au plus je sais qu'il écrit des articles sur la religion et qu'il intervient comme "consultant" ... C'est ainsi que j'ai trouvé un article titré "Pourquoi les moines sont-ils silencieux ?" ; c'est là que j'ai pris conscience que cet ancien compagnon du Père Angélus avait quitté l'Ordre.

J'ai réalisé un petit montage autour de la présentation de cet article et place également une photo trouvée sur le même site. Quelques rares lecteurs voudront sans doute se rendre compte par eux-mêmes ; le site "Kristendom.dk" est en danois, il y a possibilité d'user de la fonction "traduire cette page"...

J'ai essayé de faire passer un message au Frère Bas van Vessum afin d'obtenir son accord pour l'évocation que je fais ici et éventuellement en savoir un peu plus sur celui qui est - ne perdons pas cela de vue - une des rares personnes à pouvoir me dire encore quelques mots sur le Père Angélus ou sur Achel...







~~o~~O~~o~~

le 10 août 2010, dans la soirée, j'ai reçu - avec grand plaisir - une réponse de Bas van Vessum. Il m'autorise à placer sa photographie sur ma page et à parler de ses articles. Fort gentiment il m'a précisé qu'il avait demandé et obtenu de Rome , en 2007, la dispense de ses voeux solennels. Il est donc un "laïque croyant" qui toutefois se pose des "questions prudemment critiques" à propos de la tradition ecclésiale et monastique. Il s'intéresse toujours à la vie contemplative actuelle et au commencement du mouvement monastique dans l'église ancienne.

Bas semble se souvenir davantage du Père Henricus, frère du Père Angélus, que du Père Angélus lui-même. Ce n'est pas la première fois que je constate ce fait. Ce fut aussi le cas avec le Père Pierre Schilling en ce début d'année 2010 et, il y a plus longtemps (2008) avec le Père Walraet de l'OSC qui m'avait permis d'identifier le Père Henricus parmi quelques photos... La discrétion du Père Angélus l'aura sans doute emporté sur ses fonctions de "gastenpater" et de "photographe de la communauté" ? Il se peut aussi que le Père Henricus, menuisier-charpentier de la communauté, se soit trouvé davantage au contact de ses compagnons. Quoiqu'il en soit je remercie beaucoup Bas Van Vessum pour sa réponse en excellent français. En cliquant sur l'icône ci-dessous vous aurez un accès direct à l'un de ses articles en Danois...







~~o~~O~~o~~

Nous sommes le 19 août 2010, hier j'ai reçu un nouveau message de Bas Van Vessum. Suite à une question posée il m'indique les noms des trois autres moines qui constituaient les "Six d'Achel"...Je lui ai demandé une petite précision avant de les nommer ici !

Bas m'a aussi parlé d'une rencontre avec le Père Angélus, entre 1964 et 1966, alors que ce dernier était le "Portier du monastère" ; mon ami était physiquement éprouvé par la maladie. Ces quelques mots m'ont beaucoup touché. Bas me précise qu'avant 1964 (date de son départ de l'Abbaye) il n'avait eu avec mon ami que des contacts très superficiels ; il ajoute que """Les Trappistes, avant le Concile de Vatican II, menaient une vie très silencieuse, échangeant des signes plutôt que des mots pour des messages simples... De plus les rencontres entre anciens et jeunes moines étaient très rares."""



Ce 21 août 2010, après une réponse rapide de Bas, je suis en mesure de citer ici la totalité de ceux qui constituaient les "Six d'Achel". Outre les moines Pierre Schilling, Frans van Haaren et Bas van Vessum il y avait le Frère David Fransen (qui a quitté l'Ordre dès 1966), le Frère Niek (Titus) Werkhoven (qui a quitté l'ordre vers 1971, Bas n'est pas sûr de la date, il indique 1971 ?) et enfin, le Frère Clemens Vialle qui est le seul à être resté membre de l'OCSO. Ce dernier se trouve encore à Bornholm - Prieuré de Myrendal - avec le Frère Bo Nyström, d'origine suédoise, lequel est entré plus tard dans l'Ordre (il est possible de l'apercevoir sur une photo en 2008). Leur situation à tous deux n'est pas facile !

Ainsi et selon la liste des étudiants de Rome, sur les "Six d'Achel" 5 avaient été étudiants à Rome !



Pour savoir personnellement combien il peut être difficile de reconnaître sur une photographie des personnes que l'on a perdues de vue depuis 50 ans et plus, j'ai adressé à Bas une photo que m'avait adressée le Père Johannes Baars et que j'avais gardée sans la mettre sur ma page web. Celui qui fut en 1954/1956 le Frère Lucas avait manifestement été au contact du Frère Bas, et vice-versa. En effet, cette photo a permis à Bas de bien reconnaître certains de ceux qu'il a connus lors de son noviciat en 1955/1956... Pour ne pas trop compliquer je place à la fois la photo et les quelques identités qui s'y rattachent. Je sais que cela sera de nature à intéresser quelques uns de mes fidèles visiteurs ! La mention "parti", indique que l'intéressé à quitté l'Ordre cistercien.







*
* *

Ce 26 août, j'ai eu le plaisir d'un nouveau message de Bas qui, je dois le dire, a fait preuve d'une grande gentillesse à mon endroit en voulant bien apporter d'autres informations me permettant de "fermer quelques portes". Ainsi, je sais désormais qui officiait aux côtés du Père Angélus sur la très belle photo que m'avait adressée Louis Bogaerts en 2008 ; je n'avais jamais pensé à lui et je ne l'aurais jamais reconnu sans l'aide de Bas... Il s'agit en fait du propre frère du Père Angélus, le Père Henricus. Je replace cette photo ci-dessous


Le Père Angélus et son frère, le Père Henricus. Achel 1955.


Ensuite, on se souvient des recherches entreprises afin de retrouver une photographie du Père Jacobus. Il était parti pour le Congo, monastère de Kasanza, avec le Père Vitalis, en 1959, pour renforcer les pionniers de 1958. Le Père Jacobus était le chauffeur de la jeep et du camion du monastère. Il est visible sur la photo ci-dessous (noviciat 1954-1955).

On y voit aussi le frère Vitalis et le Père Albéricus. Enfin, Bas, le Frère Basile de ce noviciat, a bien identifié le socius du Père Emmanuel ! Le Père Raymundus (Pierre Schilling) est donc bien sur cette photo; c'était avant son départ pour Rome où il allait étudier 4 ans... Je suis vraiment content pour le Père Pierre car comme il le disait : il ne se "reconnaissait pas sur les photos" de mon site !



N'oublions pas que cette photo, comme beaucoup d'autres, a été prise par le Père Angélus !



~~o~~O~~o~~


Voilà, il se peut que Bas soit le dernier intervenant dans ma quête ; je vais toutefois rester persévérant encore quelque temps , ne serait-ce que par amitié pour ceux qui m'ont aidé et encouragé !

Il se pourrait aussi que d'autres "intuitions" viennent à nouveau me surprendre pourvu que je sois patient ... Intuitions qui m'aideraient à retrouver quelque "ancien d'Achel" de cette époque qui s'enfonce inexorablement dans le passé ! Je pense bien sûr aux années 1930/1940/1950 ... J'aurais souhaité pouvoir ajouter la photo du Père Nivardus parmi les Compagnons du Père Angélus et, pourquoi pas, illustrer cette page avec une photographie du dessin que mon "vieil" ami a réalisé dans sa jeunesse :





~~o~~O~~o~~



Ce 23 septembre 2010, j'ai reçu un message de Bram Spee. il m'indique qu'il a vécu à l'abbaye d'Achel dans les années 1983/1985 et qu'il y a connu mon ami. Il possède une collection de cartes postales émises par l'abbaye en 1947 ; parmi la dizaine de cartes de cette collection il en a sélectionné deux qui concernent plus spécialement la vie des Moines.

Bien sûr j'ai demandé à Bram de me parler un peu de lui et aussi de me donner quelques souvenirs sur les contacts qu'il a pu avoir avec le Père Angélus qui était alors âgé de 77/79 ans. Dans l'attente d'une réponse je suis heureux de placer ci-dessous ces deux cartes ; elles ne sont ni datées ni signées, l'on distingue dans le bas à gauche l'attache "Abdij Achel". Bram me donne ici l'occasion de compléter ma quête, je le remercie bien sincèrement.



On remarquera, sur la seconde carte, qu'il est écrit "Ausculta" plutôt que "Obsculta" (Ecoute).






~~o~~O~~o~~



Nous sommes le 05 octobre 2010, Bram ne m'a encore apporté aucune précision et peut-être ne souhaite-t-il pas le faire, ce qui serait parfaitement compréhensible. Hier Arte a diffusé une très belle vidéo sur l'abbaye trappiste d'Oelenberg, en Alsace. Un moment que j'ai grandement apprécié... J'ai visionné à nouveau cette vidéo aujourd'hui sur le site Arte, toujours avec la même émotion ... N'hésitez pas , cliquez sur l'image ou si vous le préférez notez la date de rediffusion mentionnée ci-dessous !







~~o~~O~~o~~



06 octobre 2010, Bram s'est manifesté aujourd'hui avec le récit de souvenirs qu'il a gardés du Père Angélus mais surtout en m'adressant une photo où j'ai découvert mon ami à l'âge de 21 ans. Il était alors novice à l'Abbaye d'Achel, la photo date de 1927 ! Ce n'est rien de dire que j'ai été ému... Je ne peux laisser s'écouler cette journée sans présenter ici cette photo, je reviendrai un peu plus tard sur les "souvenirs" de Bram qui me précise d'ailleurs que les cartes qu'il m'a adressées sont l'oeuvre du Père Mauritius que j'ai eu l'occasion d'évoquer en 2008... Il travaillait à l'imprimerie de l'Abbaye et aimait observer le ciel la nuit avec son télescope !



En n°1 Dom Vitalis Klinski, Abbé de 1919 à 1927, en n°2 se trouve le Frère Henricus (Henri Scheepers),
le Frère Angélus (Gerardus Scheepers) se trouve en n°3 !


En fait cette journée du 6 octobre aura été peu ordinaire. J'ai d'abord eu un contact très sympathique avec le Frère hôtelier de l'abbaye d'Oelenberg dont je salue ici l'humour et la pertinence du propos ! Il a ranimé en moi cette envie d'aller "y voir de plus près" et de découvrir, au travers d'une retraite, quelques aspects de la vie des moines trappistes. Ensuite, il y a eu cet envoi de Bram...

Bram a effectivement été postulant et novice mais a quitté l'abbaye à l'approche de la "Profession simple", préférant rejoindre la société civile (il ne m'a rien dit d'autre à propos de lui). Il a conservé du Père Angélus le souvenir d'un moine calme et très fidèle à sa vocation, regrettant sans doute le temps de la stricte observance d'avant le début des années 1960 ! Bram souligne toutefois que le Père Angélus partageait volontiers les temps de loisirs avec la communauté et qu'il savait même apprécier, en de rares occasions, une rencontre de football à la télévision ! Bram évoque aussi la maladie qui a profondément marqué le Père Angélus et j'apprends qu'il était si proche de la mort qu'il avait reçu les derniers sacrements, il n'avait pas 30 ans !




~~o~~O~~o~~



Ce 11 novembre 2010 la ville d'Achel a célébré l'Armistice avec une émotion toute particulière... Le nom du Père Alphonsus-Maria Averdieck, de l'Abbaye d'Achel, fusillé à Vught le 11 août 1944 pour actes de résistance, figure désormais sur le monument aux Morts de la ville. Les faits ayant déjà été évoqués je limiterai l'insertion de ce jour au montage photo suivant, il suffit de cliquer dessus pour retrouver l'article relatant l'événement en langue néerlandaise (A voir également, sur le même site, un article daté du 8 novembre qui retrace la vie du Père Averdieck).



Le monument aux Morts d'Achel avec la plaque du Père Alphonsus-Maria Averdieck. Le Maire d'Achel déposant
une gerbe à la mémoire des morts des deux dernières guerres. J'imagine la fierté de René Winters et de
Jean-Pierre Sleurs qui ont oeuvré pour que le Père Averdieck soit ainsi sorti de l'oubli, Bravo à eux !



Vous avez été quelques uns, ces dernières heures à me signaler que le lien précédent ne devait pas être bon car il n'aboutissait pas... J'ai vérifié, déjà hier il avait eu un temps sans possibilité de se connecter sur le site, puis cela est revenu. Sans doute un problème de serveur (?)... Cela devrait fonctionner à nouveau bientôt. En attendant ceux qui vraiment souhaiteraient en apprendre plus sur le Père Averdieck peuvent consulter le site du Grevenbroekmusuem d'Hamont-Achel ; il suffit de cliquer sur l'image ci-dessous :




Le 13 novembre j'ai reçu deux messages porteurs de nouvelles agréables :

- Le premier était de Louis Bogaerts. Je sais maintenant pourquoi il ne répondait plus à mes messages depuis quelques mois... Des ennuis de santé ; mais il va bien maintenant ! Il renouvelle son souhait de me voir poursuivre ma quête et m'annonce quelques nouvelles à venir.

- Le second message émanait du Webmaster du site du Grevenbroekmuseum, il m'apprenait que l'adresse url vers ma page "Père Angélus" était placée sur la "page liens" de leur site. J'avoue avoir été sensible à cette marque d'amicale confiance.


~~o~~O~~o~~



Le 29 novembre 2010 j'ai découvert un article faisant état de la prochaine cessation de l'activité hôtellerie de l'abbaye d'Achel (fin année 2011). Il est vrai que seuls 6 moines sont encore présents dont 3 sont âgés de plus de 80 ans. Les activités de la brasserie se poursuivront cependant ainsi que celles de la boutique et du restaurant attenants à l'abbaye. Ci-dessous l'article correspondant.



L'abbaye d'Achel devrait mettre un terme à l'activité hôtellerie fin 2011...A noter que cette fermeture n'est pas évoquée
sur le site de l'abbaye ; en cliquant sur l'image ci-dessous vous aurez accès à la page d'accueil de l'abbaye, en français.







En fait cette annonce de la fermeture de l'hôtellerie de l'abbaye, mise en ligne sur de nombreux sites a été démentie, dès le 25 novembre 2010 par le Père Supérieur de l'Abbaye de Westmalle, père immédiat de l'abbaye d'Achel. Dans l'article ci-dessous il nie la rumeur et précise que le séjour d'invités à Achelse Kluis sera maintenu aussi longtemps que l'autorisation officielle sera accordée...

<




~~o~~O~~o~~



Le 03 décembre 2010, j'ai reçu un message de celui qui est à la fois le Frère hôtelier et le Webmaster du site de l'abbaye d'Oelenberg. Aujourd'hui est jour de prière pour les vocations et bien sûr je ne manquerai pas - comme il me l'est demandé - de m'unir par le coeur à cette prière. Je ne doute pas qu'il en sera de même pour certains de mes visiteurs ! Je place donc ci-dessous le contenu du message reçu :

""" Ce vendredi 3 décembre 2010, mémoire de saint François Xavier, premier vendredi du mois : Prière pour les vocations à 19h30 . Merci de vous unir par le coeur à notre prière""".


Il est 19h35 ! Frère Théophane, je me suis joint par la pensée et le coeur à tous ceux qui souhaitent longue vie à l'abbaye d'Oelenberg.
J'ai également ajouté l'abbaye d'Achel à ma prière, ils ont tant besoin, là bas aussi, de vocations ...





~~o~~O~~o~~

- Année 2011 -

Voilà plus de 3 ans je me lançais dans cette quête afin de découvrir qui était ce bon Père Angélus dont j'avais conservé quelques correspondances bien brèves des années 1955/1957 ! Je l'ai dit par ailleurs, je n'envisageais pas d'ouvrir une page pour l'année 2011 mais voilà il y a toujours des petites choses qui contribuent à faire revivre certains souvenirs liés à l'abbaye d'Achel et au Père Angélus. Les plus fidèles des visiteurs (j'en connais qui ont réussi à tout lire...) trouveront ci-après ce qui me semble devoir constituer une sorte d'épilogue à mes recherches.



~~o~~O~~o~~


Autant le dire tout de suite en ce début d'année, selon ce que j'ai appris dans un message du Père Pierre Schilling du monastère de l'Epiphanie à Eygalières (F-13), la communauté de l'abbaye d'Achel est désormais réduite à quatre moines ; l'administration est assurée par Dom Nathanaël de l'abbaye de Westmalle (NL), père immédiat d'Achel. Le Père Gaby Depreitere serait donc âgé de 75 ans, l'âge de la "retraite".



*
* *



Le 23 janvier 2011 j'ai appris qu'un ancien membre de la communauté d'Achel, le Père Daniel Van Santvoort, supérieur de l'abbaye de Caldey (GB) a été réélu Abbé, le 17 janvier 2011, pour un troisième mandat consécutif de 6 ans. Je n'ai jamais pu savoir si Dom Daniel avait connu le Père Angélus.


Dom Daniel Van Santvoort



*
* *




Le 11 février 2011 j'ai reçu un message de Bram Spee, il m'adresse en pièce jointe la photo d'un document au nom du Père Malachius Verstraaten qui fut abbé d'Achel de 1891 à 1912. Il s'agit de l'authentification d'une relique de Sainte Gudule signée en 1899. La curiosité me poussant j'ai fait quelques recherches sur le Web et j'ai retrouvé la trace de ce document sur un site marchand où la relique se trouvait en vente. Selon une traduction du texte de l'authentification signée à l'abbaye d'Achel, la relique est constituée d'un fragment de tissu provenant d'un vêtement porté par la Sainte. Par ailleurs, il est possible de lire une évocation de Sainte Gudule en cliquant sur l'image ci-dessous (Merci à Bram) :



Les armoiries du Père Malachius m'ont rappelé celles de Dom Gabriël et Dom Emmanuel,
c'était une autre époque !



*
* *


Les 19 et 20 février 2011, Bram me donne quelques nouvelles et il évoque la composition actuelle de la Communauté d'Achel.

Il est vrai que ci-dessus je ne parle pas des plus "anciens" toujours en vie : Frère Léonard, Frère Jo (80 ans) et Frère Luc (82 ans)... Sont-ils encore à Achel ou ont-ils rejoint un autre lieu de retraite ? Je me souviens avoir lu dans un article de l'an 2000 que le Frère Luc s'occupait avec dévouement des plus âgés des moines, qu'en est-il 11 années plus tard ?



Le petit montage ci-dessus comporte le "dernier carré" des moines d'Achel en ce début 2011...



Par ailleurs, Bram m'a adressé quelques photos prises à l'abbaye ; la première montre le Frère Joris dans ses fonctions de "Gastenbroeder" en 1998. Je le découvre là avec plaisir et je sais que l'insertion ci-dessous touchera également quelques visiteurs.

Le Frère Joris, frère Portier en 1998.



Pareillement j'insère les autres photos que m'adresse Bram : il s'agit des Pères Amandus et Godfried, qui étaient frères à l'état civil sous le nom de Bussels; décédés tous deux, l'un en 1998 et l'autre en 2007. Il y a aussi un petit montage photo du Frère Simeon qui se trouve dans le verger de l'abbaye, en 1992. Je pense que ces photos émouvantes ont leur place ici, bien sûr chacun a déjà été évoqué mais les photos sont différentes et font découvrir d'autres aspects de la vie à l'abbaye... Et puis, pour le moins cela traduit l'esprit de ma quête qui s'appuie certes sur des recherches mais surtout sur des témoignages et des contributions de ce type. J'aime ce cheminement chaotique ! Tout ce qui peut m'apporter un éclairage sur l'abbaye et sa communauté est bienvenu !





*
* *


La question que l'on peut se poser reste malgré tout de savoir si je peux encore recueillir des éléments sur la vie du Père Angélus...

Sachez qu'en cette mi-février 2011 je me suis replongé dans quelques archives, m'intéressant plus précisément à une période difficile pour la vie de la communauté d'Achel. Où est allé le Père Angélus lorsque les moines ont été chassés de l'abbaye par la Gestapo, en janvier 1943 ? Dans quelle abbaye a-t-il- été accueilli jusqu'à son retour à Achel en mai 1945 ?

J'ai déjà évoqué cette période de 1943 à 1945 - voir l'année 2008, au 02 avril et au 15 décembre puis l'année 2010, au 30 mai. Selon les documents exploités, il semblerait que les moines aient été répartis sur les abbayes de Rochefort (Belgique), Sion (NL) essentiellement pour les moines néerlandais et Tegelen (NL) pour les plus âgés (et les malades). Dans un historique de l'abbaye de Sion le Père Desiderius Geijsen fait état de l'accueil de 50 moines en provenance d'Achel ; il est logique de penser que le Père Angélus se trouvait dans ce groupe. Au cours de récentes recherches j'ai trouvé sur le site de l'abbaye de Sion, une photographie de ce groupe où l'on peut dénombrer 44 moines.

Bien sûr je me suis employé à user de tous les moyens dont je dispose pour essayer de reconnaître parmi ces Frères le Père Angélus, hélas, la définition de la photo ne le permet pas bien qu'il soit possible de n'en retenir que quelques uns comme pouvant être lui ! Le Père Angélus était alors âgé de 37 ans ...

Le Père Angélus était-il à l'abbaye de Sion entre janvier 1943 et mai 1945 ? C'est probable et c'est pour cela que je place ci-dessous la photo d'époque.





Les moines d'Achel accueillis à Sion après avoir été chassés par la Gestapo, en janvier 1943. Sur les
44 moines visibles sur la photo, il y en a 42 dont je suis sûr qu'ils ne peuvent pas être le Père Angélus !


*
* *


Nous sommes le 29 mars 2011 et vous avez été quelques uns à ne pas croire que je pouvais laisser en l'état cette quête si passionnante ! Je me suis en effet tourné vers l'abbaye de Sion, le 16 février dernier, après avoir quelque peu hésité à solliciter le Père Abbé, Dom Albéric Bruschke.

En fait je voulais savoir s'il était possible d'établir de manière formelle la présence du Père Angélus à l'abbaye de Sion durant cette période 1943/1945. Je sais que ma demande a été accueillie favorablement par le Père Albéric qui a saisi l'archiviste de l'Abbaye de Sion, M. Ruerd de Vries. C'est ce dernier qui a pris contact avec moi une première fois et qui, ce jour, m'adresse le résultat de ses investigations :

Le Père Angélus Scheepers, figure bien sur la liste des moines d'Achel qui sont arrivés à l'abbaye de Sion en janvier 1943...

Se trouve ainsi complété le "parcours terrestre" de ce bon Père. Parmi les 44 moines de la photo ci-dessus il y a donc le Père Angélus et je ne cacherai plus maintenant le sentiment qui est le mien en précisant que j'ai l'impression qu'il est là, sur la gauche de la photo, en 5ème position !

Monsieur Ruerd de Vries m'a en outre apporté une précision importante qui touche au prononcé des voeux du Père Angélus. Je savais quand il était entré à l'abbaye d'Achel et quand il avait été ordonné prêtre mais je n'avais aucune date quant à ses voeux de moine trappiste. Selon les renseignements détenus à Sion, le Père Angélus a prononcé ses "voeux provisoires" (Profession simple) le 19 octobre 1926 et ses "voeux solennels" (Profession solennelle) le 19 octobre 1929. Ces dates correspondent bien à la photo du noviciat du Père Angélus prise en 1925 (envoi de Bram du 6 octobre 2010), et à la date de son ordination comme prêtre, le 24 avril 1938.

Tous ces éléments sont désormais inscrits dans le "récapitulatif" de ce que j'ai pu recueillir sur la vie du Père Angélus et je renouvelle mes remerciements au Père Albéric et à M. Ruerd de Vries, archiviste de l'Abbaye de Sion.





L'abbaye de Sion telle qu'a dû la connaître le Père Angélus entre janvier 1943 et mai 1945...


*
* *



28 avril 2011, je viens de découvrir sur le site de l'OCSO une très belle photographie de la communauté de Kasanza. Je suis heureux de la placer ici en pensant aux fondateurs qui - en 1958 - quittaient l'Abbaye d'Achel. Cette photo d'une communauté pleine de vie et de promesses fait plaisir à voir !





le Père Franco NDULAMA et la communauté de Kasanza.


*
* *



05 mai 2011, comme je le fais depuis longtemps déjà je vais régulièrement consulter les pages Internetgazet et le site de Hamont-Achel (http://www.hamontachel.com/) ; c'est sur ce dernier que j'ai eu la surprise de découvrir la relation d'une cérémonie du 27 avril dernier qui consacre l'aboutissement d'un projet touchant à l'Histoire et au patrimoine de Hamont-Achel et de l'Abbaye d'Achel. Cela s'inscrit dans le cadre de la revalorisation du paysage et de l'histoire locale afin de promouvoir un tourisme culturel. Une chapelle frontalière chargée d'histoire, dont il ne subsiste plus que la trace des fondations sur un terrain appartenant à l'Abbaye , s'inscrit désormais dans l'itinéraire touristique de la région.

J'avais placé deux photographies prises sur le site dont l'une représentait le Père Gaby et les Frères Jules, Charles et Joris... mais il se trouve qu'aujourd'hui 06 mai 2011, j'ai reçu un message de Monsieur René Winters. Il a vu le message que j'avais laissé sur Hamontachel.com et il me fait l'amitié de m'adresser une nouvelle photo du groupe qui est bien plus lisible. Cette photo a été réalisée par son successeur, freelance comme il l'avait été, Mme Linda Theunissen. René me joint également une photographie représentant l'emplacement de l'ancienne chapelle. Je les remercie tous deux bien vivement.




de G à D, le Frère Jules, le Père Gaby, les Frères Charles et Joris.
Il semble bien que le Père Gaby Depreitere, en tenue civile, soit désormais un retraité !



Le Maire et les responsables Nature Tourisme, dévoilent le panneau portant l'historique de la chapelle.



On distingue sur le sol les fondations de l'ancienne chapelle, des bénévoles ont enlevé la végétation qui les recouvrait.


Petit historique succinct : la chapelle avait été construite en 1656. En ce temps là les Provinces du Nord des Pays-Bas, protestantes, avaient interdit l'exercice du culte catholique ... Les catholiques des Provinces Nord ont alors construit une chapelle à la frontière avec les Provinces du Sud Catholiques - côté "Sud". Cette chapelle, utilisée jusqu'en 1670, mesurait environ 30 mètres x 8,5 mètres, elle se présentait comme une grange à 3 nefs et était construite en argile, bois et paille. C'est le Père Dominique de Jong, de l'abbaye d'Achel, qui a eu à coeur de retrouver trace de cette chapelle qui avait disparu du paysage depuis des siècles ! En 1955, à l'occasion de fouilles réalisées par le Père et les services techniques de Hamont-Valkenswaard, les fondations de cette chapelle ont été découvertes et mises au jour avant d'être à nouveau envahies par la végétation. La volonté de valoriser l'aspect historique de cette chapelle a conduit à la récente inauguration ; le site est donc désormais inscrit dans le patrimoine culturel de la commune et s'inscrit parfaitement dans les projets liés au tourisme dans la région.





Le Père Domien de Jong (pour en savoir plus sur lui voir page année 2008).

*
* *




14 mai 2011, il m'est donné l'occasion d'évoquer l'Abbaye d'Achel et le frère Jules, grâce à un article du 11/05 que je viens de découvrir sur Internetgazet Hamont-Achel... Cet article rédigé et illustré (photographies) par Marcella Stappers évoque la bière d'Achel et le savoir-faire du Broeder Juul ! Je m'autorise à placer un lien sur cet article en néerlandais via une photo du Frère Jules.




Une traduction en ligne de cet article nous apprend qu'une nouvelle bière blonde titrant 9,5% est produite à Achelse kluis, abbaye qui cette année a produit 3800 hectolitres de bière trappiste et dont la réputation gagne encore en notoriété.




*
* *



30 mai 2011, en parcourant l'"Internetgazet de Hamont-Achel", j'ai appris qu'une cérémonie avait été organisée, hier 29 mai 2011, à l'abbaye d'Achel, en l'honneur de Monsieur Anton van Kalmthout qui depuis 60 ans est organiste pour l'Eglise catholique. A ce titre il s'est vu remettre la médaille "Pro Ecclesia et Pontifice". Monsieur Van Kalmthout avait découvert l'orgue de l'abbaye d'Achel en 2004 et l'avait trouvé tellement remarquable qu'il avait demandé au Père Abbé d'en être l'organiste ! Cette demande favorablement reçue, il avait alors quitté Breda pour s'installer à Achel.

Quelques belles photos de Marcella Stappers illustrent le compte rendu de la cérémonie ; je n'en placerai qu'une ici, pour ne pas abuser. Si vous souhaitez découvrir quelques autres vues il vous suffit de cliquer ci-dessous pour accéder au site "Internetgazet" (voir alors au 29 mai 2011).


M. Anton van Kalmthout décoré par le Chanoine Rijcken

S'agissant de l'orgue, sa construction date de 1998 et a été assurée par l'atelier de Monsieur Bernard Hurvy de la Chapelle sur Erdre (France). Il est possible de voir une évocation de cet instrument sur la page "année 2009" - 23 et 25 janvier - pour un accès direct cliquer ci-après :




*
* *


10 septembre 2011, quelques longs mois de silence ! Très peu de contacts et surtout rien de nouveau susceptible de s'inscrire dans ma quête. En fait, c'est le Chapitre Général de l'Ordre qui m'amène à nouveau sur cette page. Je tenais à signaler l'événement et à mettre le lien vers le blog ouvert par l'OCSO à l'occasion de cette RGM2011 (7 au 28 septembre).



Il y a une galerie photos où il est possible de reconnaître quelques visages...


Je dois dire que la 1ère conférence de Dom Eamon , Abbé général, portant sur "l'état de l'Ordre aujourd'hui" m'a particulièrement intéressé. Il y est question d'effectifs, je place ci-dessous un extrait du texte qui peut être lu sur le blog (à la date du 8 septembre).



Dom Eamon évoque la charge de travail qui pèse sur ceux qui sont confrontés à cette baisse d'effectifs...


Commentaire du 17 septembre 2011 : Je ne sais pas si un jour il y aura davantage de moniales que de moines, ainsi que le suggère un visiteur plein d'humour, mais une chose demeure certaine c'est que le constat fait par Dom Bernardo Olivera lors de la RGM 2008 s'est encore aggravé.

Dom Bernardo évoquait la baisse des effectifs entre 1990 et 2008, ces 18 années pendant lesquelles il avait été Abbé Général de l'Ordre. L'effectif moines était passé de 2.797 à 2.185 (-612, soit -21,88%) tandis que celui des moniales passait de 1.876 à 1.782 (- 94, soit -5,01%).

Dom Eamon, dans sa conférence sur l'état de l'Ordre donne les effectifs au 01/01/2011 : moines = 2.083, moniales = 1.736. En considérant les chiffres au 01/01/1990 il apparaît donc qu'au cours des 21 dernières années l'effectif moines a baissé de 714 (-25,53%), celui des moniales de 140 (-7,46%).

En fait on observe que la différence entre le nombre de moines et le nombre de moniales est passée de 921 au 1/1/1990 à 403 au 1/1/2008 et à 347 au 1/1/2011 ! On pourrait donc être enclin à penser qu'à terme il y aura plus de moniales que de moines.

Toutefois, s'il est possible d'obtenir une moyenne annuelle stable pour les baisses d'effectifs moines, on note une augmentation de celle-ci pour les moniales. Le calcul est fait avec les chiffres connus entre 1990 et 2011. Pour les moines la baisse des effectifs est de -34 moines /an en moyenne ; pour les moniales cette baisse qui était de -5/an en moyenne entre 1990 et 2008, passe à presque -7/an entre 1990 et 2011 ... Ramenée aux trois dernières années elle est de -15/an en moyenne ! Bien sûr cette approche arithmétique est absurde mais elle me permet de répondre au trait d'humour : ... si les choses restaient en l'état il faudrait une vingtaine d'années pour que les moniales soient plus nombreuses que les moines !



*
* *



22 septembre 2011, une nouvelle importante concernant justement les moines et moniales a été annoncée ce jour à Assise. Dom Timothée, Procureur Général de l’Ordre, a appris à l'assemblée que la Congrégation pour les Instituts de vie consacrée et les Sociétés de vie apostolique a accepté que les Abbés et Abbesses se réunissent, non plus en Chapitres séparés, mais en un seul Chapitre. Cette décision est effective depuis le 14 septembre 2011. La RGM va donc, dès le 23 septembre changer son mode de fonctionnement !

Dom Timothée annonce également que la Congrégation a rejeté une autre demande qui lui avait été faite à savoir qu’un frère non-prêtre puisse être Supérieur dans les communautés monastiques. Cela je le savais depuis le début de ma quête, au temps où il ne me paraissait pas impossible que le Père Angélus ait pu être le Père Supérieur ... Il n'empêche que ce rejet risque de poser bien des difficultés au sein des Communautés "vieillissantes".



*
* *



Suppression de la Communauté d'Achel




26 septembre 2011, sur le blog de la RGM2011 OCSO je viens d'apprendre - avec une certaine tristesse - la nouvelle de la suppression de la communauté d'Achel. Le Chapitre Général s'est en effet prononcé hier en faveur de cette mesure, je place ci-dessous un extrait du compte-rendu de la journée ...



Cette nouvelle de la fin de la communauté d'Achel était prévisible en raison du non renouvellement des effectifs ...
Je pense aux anciens encore sur place et à tous ceux que j'ai eu l'impression de connaître un peu lors de ma quête.


Cela ne remet pas en cause l'existence même de l'Abbaye , la brasserie, la galerie et le commerce seront toujours opérationnels. De même, l'organisation de retraites de groupe, les manifestations culturelles (expositions, concerts) continueront à donner vie aux lieux. Ce qui est devenu "officiel" c'est la fin de la Communauté d'Achel en tant que telle ! Une page est tournée, Père Angélus ...



La Communauté d'Achel en 1963... Le renouvellement des effectifs (vocations) était déjà insuffisant ;
en 1977, la baisse était d'une quinzaine de moines. Le phénomène s'est accéléré de manière irréversible.


Se pourrait-il qu'un jour, l'abbaye de Westmalle puisse essaimer de nouveau et être en mesure de fournir suffisamment de moines pour redonner une Communauté à Achel ? En écrivant cela je me rends compte que j'ai peu évoqué l'historique de l'abbaye d'Achel ; il est vrai que je me suis surtout attaché à retracer la vie du père Angélus ! J'avais bien indiqué des liens ici et là mais en raison des circonstances je me permets de placer ci-après un extrait significatif de ce qu'il est possible de découvrir sur bien des sites :

"""Dès 1838, les très nombreuses vocations dont bénéficient les cisterciens-trappistes de l'abbaye de Westmalle contraignent celle-ci à essaimer. Début mai, des moines de Westmalle viennent s'installer dans l'ancien couvent des Capucins de Meersel sous la direction d'Yves Bor puis de Joseph-Marie De Moock (premier supérieur d'Achel).

L’abbaye n’offre cependant pas le calme nécessaire à la vie religieuse, et l'ancien ermitage Saint-Joseph d'Achel est acquis en 1845 pour y transférer la communauté (1846).

Dom Joseph-Marie de Moock gouverne la communauté de 1839 à 1868. Pendant cette période, les vieux bâtiments de la nouvelle abbaye sont restaurés. L’hôtellerie (1852), les ateliers et une brasserie (1850) sont ajoutés.

Dom Bonaventure Hoes, deuxième prieur, est élu premier abbé d'Achel en 1871 (Achel est érigée en abbaye).""""


Enfin pour être complet je situe géographiquement - sur cette carte de la Belgique - l'abbaye de Westmalle (province d'Anvers) ainsi que l'abbaye d'Achel (province du Limbourg), elles sont distantes d'une soixantaine de kilomètres à vol d'oiseau. La brasserie de l'abbaye de Westmalle est la plus grande brasserie trappiste de Belgique.



La Région flamande et la Région wallonne sont divisées chacune en cinq provinces, la Région de Bruxelles-Capitale n'en comporte aucune.



*
* *


09 octobre 2011, je profite de la présence de la carte ci-dessus pour évoquer mes racines ! En effet au début de ma quête il m'a souvent été demandé si j'avais de la famille dans la province du Limbourg, la réponse est non. En fait mon père, né à LILLE (59) est, sans conteste, d'origine belge. En son temps j'ai recherché les traces d'une famille que je n'ai pas connue et que mon père avait quittée bien jeune. Ces recherches m'ont d'abord amené à Ploegsteert en Belgique, juste au Nord de Lille (Cette commune a été transférée de la province de Flandre-Occidentale à celle du Hainaut en 1963). J'ai également retrouvé des arrière-grands-parents nés dans les années 1840 à Voormezele et Wijtschate en Flandre occidentale, et des arrières arrière-grands-parents nés au début du 19ème siècle à Oostnieuwkerke et Hollebeke, toujours en Flandre occidentale. Tout cela nous tient éloignés du Limbourg ! (NB : voir additif en bas de page - 9 mars 2012).

En me lançant dans ma quête je n'avais donc aucun autre objectif que celui de faire revivre un vieux souvenir. Je suis sans aucun doute allé plus loin que je ne l'imaginais, emporté par le besoin de mieux connaître la vie monastique cistercienne et aussi soutenu par les marques de sympathie rencontrées lors de mes recherches sur le Web.


*
* *


24 octobre 2011, depuis quelques jours j'étais intrigué par le fait que Bas Van Vessum, cet ancien moine d'Achel qui avait fondé avec quelques compagnons le prieuré de Myrendal au Danemark, n'avait pas répondu à mon dernier message sur la suppression de la Communauté d'Achel. Respectant son silence, je voulais malgré tout savoir s'il avait écrit récemment un article pour le site "religion.dk". Je suis tombé sur un "Hommage" que lui rendait un ami... Bas Van Vessum est mort, à son domicile de Rodovre, au Danemark, le 9 août 2011, à l'âge de 78 ans.

Bas avait eu la gentillesse de correspondre un temps avec moi et les quelques messages qu'il m'a adressés prouvaient combien il restait attaché à sa Foi. Je pense à lui avec amitié. Ci-dessous, je place un extrait de l'hommage rendu (cliquer sur l'image pour accéder au site et obtenir une traduction en ligne).



A l'état-civil Bas était Hendrikus Theodorus van Vessum ; né à Utrecht (NL),
aîné d'une fratrie de quatre enfants, il est rentré à l'abbaye cistercienne d'Achel en 1953...


De mon côté je souhaiterais laisser un petit témoignage sur Bas Van Vessum ; bien sûr je ne le connaissais pas physiquement mais à la relecture de ses messages il m'apparaît que les quelques extraits ci-dessous traduisent bien ce qu'il était : un homme bon et infiniment croyant.





A la mémoire de Bas Van VESSUM,
moine cistercien pendant plus de 50 ans
Ancien d'Achel et de Myrendal
A quitté l'OCSO en octobre 2006


J'ai reçu de Bas quelques messages toujours accompagnés d'un document Word dans lequel il apportait quelques précisions relatives à ma quête mais aussi sur la Foi qui l'habitait. J'ai choisi quelques extraits en souvenir de lui :

"""Ce que me tiens dans l’Église comme croyant ”prudemment critique” apres ma vie comme religieux, c’est ma connaisance de Jesus de Nazaret, telle comme je l’ai recue dans mon foi de jeunesse et plus tard dans le monastère, comme tant d’autres. L’histoire de ce profète-lá, ”Fils de Dieu”, racontée dans les évangiles, spécialement son discours sur la montagne, son débacle et son mort, et sa ressurrection, vu comme le document du solidarité de Dieu avec nous dans nos jours bons et mauvais, - tout cela est le compas de ma vie, pratiquée et approfondie dans une petite lecture et prière quotidienne. La messe dominicale à la paroisse est pour moi partage au notre souvenir commune de lui, qu’il nous a donné cela: ”Fais ceci en commémoration de moi”. C’est l’une aspect de Dieu, et l’autre c’est qu’il lui aussi se cache dans la étonnante beauté et les mystéres de la nature ou dans les katastrophes de la nature (parmi des autres maintenant les grandes incendies en Russie ou la pluie en Asie, et maintenant aussi un peu ici..."""(*).

(*) Bas faisait allusion aux pluies diluviennes qui se sont abattues sur le Danemark en août 2010.Dans un message du 18 août 2010 il écrivait :

""" La pluie nous a fait vivre quatre jours sans téléphone et Internet...""".

"""...pour le terrible mystére du mal au monde et dans notre histoire, (le roc, sur le quel on a battu et l’athéisme et la religion!) Dieu n’a pas nous donné une solution, mais dans la vie de Jésus, dans son activité bienfaisante et son accept d’être refusé et mis à mort, le Mystère de Dieu nous a montré son solidarité avec nous tous dans notre essais de faire ce qu’il est bon pour notre prochain comme pour nous mêmes, nous tous, qui aussi rencontrons cette mystère du mal, - une solidarité divine avec la promesse d’une mystérieuse résurrection."""

L'ami qui qui a rendu hommage au Danemark évoque l'importance que Bas attachait à l'amitié, je le rejoins en plaçant ici ce qu'il m'écrivait dans son avant dernière correspondance :

"""Avec cette pensée je finis cet billet en restant encore un peu aussi pour vous un compagnon de route, parmi les choses admirables et les autres choses du notre terre, et avec un petit mot dune cistercien anglais du douzième siècle, Ælred de Rielvaux, "Deus amicitia est", en amitié, Bas."""

Oui, Bas, vous avez été un compagnon de route et vous le resterez ! J'espère que vous avez désormais la réponse aux questions que vous vous posiez et je ne doute pas que celui qui a été le Phare de votre vie vous a accueilli en toute amitié auprès de lui.



*
* *


03 novembre 2011, Louis m'a donné des nouvelles ! Il a passé des moments difficiles avec sa maladie mais aussi avec la mort d'un frère et surtout celle d'une petite-fille de 6 ans décédée accidentellement. Je pense à la peine des parents, des grands-parents et de toute la famille. Dieu nous envoie quelquefois des épreuves d'une extrême cruauté et parfaitement injustes !

Il y quelques mois Louis avait eu l'occasion de rencontrer le Frère Luc Lahaut, de l'abbaye d'Achel. Le 2 novembre 2011 il était attendu par ce dernier pour une visite du cimetière de l'abbaye. Je suis particulièrement touché par cette démarche de Louis ; pour l'occasion il a emporté le tirage de ma quête que je lui avais adressé en remerciements, en mars 2009. Ci-dessous on voit ce document dans les mains du Frère Luc que je suis content de savoir encore présent à l'abbaye !

Au message de Louis étaient donc jointes des photographies du cimetière que je trouve propice au recueillement, c'est tout bête de le dire mais le cadre est vraiment beau ! J'ai été frappé par la photo prise de la tombe du Père Angélus, frappé d'émotion ; je savais qu'il était là, dans ce cimetière, depuis bientôt 17 ans mais de voir ainsi son nom sur cette croix est assez émouvant. Le Frère Luc témoigne de sa sympathie, j'apprécie beaucoup qu'il soit ainsi aux côtés de la tombe du Père Angélus, je lui en suis reconnaissant. Merci à vous Louis, merci à vous Frère Luc. J'ai bien conscience qu'un jour il me faudra aller vers Achel et vous avez raison Louis, il ne me manque plus que cela , ou presque...



Plusieurs tombes sont identifiables : Pères Emmanuel, Henricus, Adelbertus, Amandus et Godfried ...



Le Frère Luc Lahaut et la tombe du Père Angélus



16 novembre 2011, il me faut rapporter ici que suite au message de Louis j'avais trouvé normal de faire parvenir au Frère Luc, par voie postale, quelques mots de remerciements et un tirage de la photo où on le voit à côté de la tombe du Père Angélus. Le Frère Luc a donné suite et je viens d'avoir le plaisir de recevoir une carte postale de l'abbaye d'Achel... Je suis certain que là où il est le Père Angélus a, tout comme moi, apprécié ces marques de sympathie.





Frère Luc s'exprime en français bien qu'il ne l'ait pas pratiqué depuis l'école, il y a quelques décennies ! Il est très content de m'avoir donné la possibilité de mettre la photo de la tombe du Père Angélus sur ma page et me remercie chaleureusement pour la photo que je lui ai adressée.




*
* *


L'année 2011 est terminée depuis quelque temps déjà et pour répondre à l'interrogation d'un "fidèle visiteur" je précise que je n'envisage pas de poursuivre ma quête, il me faut bien faire une "fin" ! Je sais qu'il y a déjà eu des rebondissements mais, en toute objectivité, je crois qu'il m'a été donné de réunir tout ce qui pouvait l'être sur mon ami et cela bien au-delà de mes premières attentes !

Bien évidemment je continuerai à m'intéressser à ce qui touche à la vie cistercienne et le Père Angélus restera un "compagnon de route" . De même, je n'oublierai pas ceux qui se sont manifestés au cours de ma quête. Il reste possible de me contacter et, les nouvelles à venir feront l'objet d'une page annexe.





~~o~~O~~o~~








Quelques nouvelles des années 2012 - 2015...





Depuis septembre 2012 il n'est plus possible d'être hébergé à l'Abbaye d'Achel. Au grand regret des moines encore présents, il a été mis fin à une longue tradition d'accueil pour cause de non conformité des bâtiments dédiés à l'hébergement. L'accueil à la journée est toujours possible pour un moment de recueillement dans le silence.




*
* *


- 18 novembre 2012, j'ai eu le plaisir de découvrir un message quelque peu surprenant. Monsieur J.T - bibliothécaire en Belgique - a fait récemment l'acquisition d'une vieille carte postale représentant la bibliothèque de l'abbaye d'Achel. Cette carte a été adressée à Dom Columbanus, Liefdegesticht, Gasthuisstraat à Eindhoven le 22 octobre 1928 depuis Borkel en Schaft. Mon correspondant, pensant - à juste titre - que je serais intéressé, a recopié dans son message le texte de la correspondance qui commence par "Eerwaarde vader" et qui est signée "uw zoontje Silvester"...

1928 ! Nous sommes encore loin de la construction de la nouvelle Abbaye ; le Père Columbanus Tewes est le Père supérieur de l'abbaye d'Achel depuis 1 an, selon les termes de la correspondance il semblerait qu'il ait connu quelques ennuis de santé et il lui est souhaité un prompt rétablissement et un rapide retour ... S'agissant du rédacteur de la carte, je n'ai retrouvé au cours de ma quête qu'un seul Silvester. En 1928 il était encore novice, entré à l'abbaye le 1er octobre 1925, à l'âge de 16 ans. Est-ce qu'un novice de 19 ans écrivait à son Abbé à cette époque ? C'est possible, celui qui deviendra le Père Silvester, responsable de la bibliothèque, se voyait sans doute déjà confier quelques responsabilités en tant que novice.

En tout cas merci à JT pour cette information, je trouve formidable que l'on puisse trouver sur le marché de la carte postale ce type de document.


- 19 novembre 2012 : LS a raison ! Elle a cherché sur mon site la photo de la "vieille bibliothèque" d'Achel et ne l'a point trouvée... j'ai vérifié tant je croyais l'avoir insérée en 2008 ou 2009 ! Je répare donc et la place ci-dessous.



Il est probable que cette carte ressemble à celle utilisée par le novice Silvester en 1928 ...





Cette fin d'année 2012 est l'occasion de contacts sympathiques ; nous avons été quelques uns à goûter le plaisir de revoir sur ARTE cet excellent film réalisé en 2008 à l'abbaye d'Oelenberg. Depuis quelque temps, la communauté d'Oelenberg connaît un nouvel élan et compte, en décembre 2012, 2 novices et 3 postulants ! Il y a aussi de nombreux candidats qui passent des "temps de stage" destinés à conforter leur souhait de rejoindre la vie monastique. Je place ci-après une photo récente "empruntée" sur le site de l'OCSO.


La communauté d'Oelenberg, le Père Marie Théophane (sous la Vierge) a succédé en septembre 2012 à Dom Antonio





21 janvier 2013, c'est pourtant vrai que cette page est terminée depuis fin 2011 ! Je ne peux toutefois taire ce qui fait depuis peu le bonheur de Frère Jules, brasseur émérite. Récemment, la brasserie de Achelse Kluis a fait l'acquisition d'une toute nouvelle machine à étiqueter. C'est un réel progrès lorsque l'on sait que jusqu'à présent les étiquettes étaient collées à la main ...


le Frère Jules, satisfait de la mise en oeuvre de cette étiqueteuse...





1er mars 2013, j'ai reçu un grand nombre de photos de Marcella Stappers que j'ai déjà citée sur cette page, elle intervient beaucoup pour des reportages dans les abbayes, c'est elle qui a d'ailleurs réalisé la photo ci-dessus, le Frère Jules et son étiqueteuse ! Bien sûr j'ai été particulièrement sensibles aux photos d'Achel ! Père Gaby, Frère Joris, Frère Charles, Frère Luc, Frère Jules... je ne les placerai pas ici mais je remercie Marcella pour cet envoi. Dans le lot de photos il y en a deux qui sont des vues aériennes d'Achelse Kluis, je les trouve très belles ... Je m'autorise à les placer ici ; Ces photos ne sont pas l'oeuvre de Marcella Stappers, c'est le Bourgmestre de Hamont Achel qui les lui a adressées...


J'ai essayé de tracer la frontière entre Belgique et Pays-Bas le plus fidèlement possible !



Comparées aux photos plus anciennes, il est certain que le terme "écrin de verdure" s'applique parfaitement...
On remarquera à droite de la photo l'emprise de la terrasse de la brasserie (parasols blancs)




5 mars 2013, Marcella Stappers qui m'apporte encore quelques nouvelles vient de me permettre d'identifier deux personnes sur une photo que j'ai déjà insérée sur ma page. Je la replace ci-dessous ! Ainsi il est prouvé que la persévérance porte ses fruits ! Je croyais qu'il s'agissait de deux moines, en fait l'un est Oblat - l'autre est un laïc, Chef de Choeur, maître en chants Grégoriens.



Marcella m'a également adressé une photographie prise chez elle, d'un cadre portant la photo du noviciat du Père Angélus (photo 1927), elle a pris soin de photographier également le verso du cadre sur lequel figure un rappel du nom des moines présents ! L'on se souvient que Bram, ancien novice d'Achel, m'avait adressé cette même photographie en 2010, il manquait juste un moine à droite de la photo. Je ne peux faire sans placer à nouveau sur ma page cette source de renseignements. Il paraît toutefois un peu difficile de redonner son nom à chacun, il y a 27 noms à trouver, l'étiquette porte 23 noms et 4 "?". Je reviendrai plus tard sur certains noms... Celui de Nivardus, par exemple, s'agit-il du frère portier - qui avait partagé, vers 1950, une cigarette et quelques confidences avec l'écrivain Cess Nooteboom ?



Au verso du cadre se trouve l'étiquette portant le nom des moines. Elle a dû être rajoutée après 1927, le
rédacteur avait oublié quelques noms... Marcella me dit n'avoir connu aucun des moines de la photo.




J'ai essayé de faire pour le mieux en utilisant la photo que Bram Spee m'avait adressée, j'ai rajouté une silhouette à droite pour remplacer le moine manquant et j'ai tenté de replacer les noms. Il y en a 4 dont je suis sûr, ils sont inscrits en noir. Pour les autres c'est moins évident car il peut y avoir des interprétations différentes quand au rang occupé et à la position assise ou debout ! S'agissant du novice Nivardus il est sans doute à sa place mais il me manque cette certitude qui me donnerait la possibilité de le placer dans le récapitulatif en tant que compagnon identifié du Père Angélus. Le temps a fait son oeuvre !







- = - = - = - = -


- 27 avril 2013, ce jour en consultant le site de l'OCSO j'ai appris que le Père Jacobus (Jacques) Ter Steege, un ancien d'Achel, était décédé à Latroun le 20 avril 2013. Né en 1929 à Rotterdam (NL) il était entré à Achelse kluis en 1951. J'avais retrouvé son nom dans une documentation en néerlandais. Après sa prêtrise il avait rejoint, en 1959, les fondateurs du monastère de Kasanza, il y était le chauffeur de la jeep et du camion.

En 1994 il avait été hospitalisé à Anvers pour de graves ennuis de santé excluant un retour vers l'Afrique, le texte ne précisait pas ce qu'il était devenu. C'est le Frère Bas van Vessum qui m'avait aidé à l'identifier sur la photo du noviciat 1954-1955... (Photo adressée par le Père Johannès Baars). L'annonce du décès du Père Jacques Ter Steege nous apprend qu'il était à Latroun (Israël) depuis 1994.



Le Frère Jacobus Ter Steege (Père Jacques à Latroun) était alors âgé de 26 ans...


Lorsque j'avais évoqué les actes de vandalisme commis à l'abbaye de Latroun, le 4 septembre 2012, j'avais "emprunté" quelques clichés du Patriarcat Latin de Jérusalem. J'avais remarqué que sur Picasa il y avait un grand nombre d'albums photos retraçant les activités du Patriarche. J'ai retrouvé un album du 26 janvier 2011, concernant le prononcé des voeux temporaires du Frère Filippo Rossi. Le Patriarche Fouad Twal avait présidé la célébration eucharistique et la cérémonie se déroulait en présence de la communauté des moines trappistes de Latroun. Je n'ai sélectionné qu'une seule photo qui regroupe les moines les plus anciens... Je crois que le Père Jacobus est là !




L'abbaye de Latroun, à qui j'avais posé la question, a eu la gentillesse de me répondre, le père Jacques est effectivement présent sur la photo ci-dessus ; les indications données me permettent de placer une autre photo, prise à l'occasion de la même cérémonie. Merci à la communauté de Latroun à laquelle je pense avec amitié.


A gauche, le Père Paul, ancien père Abbé de Latroun ; à droite, le Père Jacques Ter Steege alors âgé de 82 ans...


Parmi les nombreux albums qu'il est possible de consulter il y a également celui réalisé à l'occasion de l'accueil, à l'abbaye de Latroun, du reliquaire de Sainte Thérèse de l'enfant Jésus. Le Père Jacques est également sur la photo suivante :


Accueil des reliques de Sainte Thérèse à Latroun (avril 2011),
le père Jacques est aux côtés de l'actuel père Abbé de Latroun, Dom René Hascouet


- = - = - = - = -


- 29 avril 2013, Amis visiteurs, peut-être pourriez-vous m'aider à répondre aux attentes d'un ancien , passé par Achel dans les années 1950/1960, qui cherche à savoir ce qu'est devenu le Frère Léo Vorst que l'on voit également sur la photo du noviciat 1954-1955. Je sais qu'en 1967 il était encore à Achel et y avait fait quelques traductions en néerlandais... Il aurait quitté l'Ordre depuis.





Leo Vorst aurait quitté l'OCSO après 1967...?
Ken jij wat werd broer leo vorst?


En ce 1er mai 2013 j'ai découvert l'évocation d'un article du Père Edmundus Mikkers, bibliothécaire et historien à l'abbaye d'Achel. Cet article écrit après 1964 a pour titre "Jean de Heisterbach" (14ème siècle) lequel Jean serait l'auteur de "l'auditorium monachale", un guide destiné aux cisterciens chargés d'entendre les confessions. Heisterbach était une abbaye cistercienne (Allemagne) , Jean en était le Père Abbé. Comme le souligne le père Mikkers il y a eu quatre Jean abbés d'Heisterbach, d'où une incertitude sur le rédacteur de l'auditorium monachale. Pour ce qui nous intéresse plus précisément, il apparait que le frère Léo Vorst avait son opinion... En 1961 il a écrit un article sous le titre de "Arnoldus van Monnikendam" (Monnikendam ville au Nord des Pays-Bas). Il pensait que Arnoldus était l'auteur de "l'auditorium monachale". Selon le Père Mikkers cette hypothèse de Vorst ne semble pas pouvoir être retenue...

Je reconnais n'avoir aucune opinion sur la question ! Je retiendrai simplement qu'il y avait sûrement confrontation d'arguments à l'époque, à l'abbaye d'Achel, les jeunes moines ne partageaient pas forcément les mêmes convictions que leurs aînés ! On le sait d'ailleurs, il y a eu les "Six d'Achel" ! Il aurait pu y avoir les "Sept" ! Plus sérieusement, qu'est devenu le Frère Léo Vorst ?



- = - = - = - = - = - = -



- 13 juillet 2013, ce matin j'ai découvert le blog de Frère Donald de l'abbaye de Nunraw (Ecosse - Royaume Uni) et j'ai pu y lire une très belle évocation du Père Jacques Ter Steege décédé à Latroun le 20 avril dernier. Cliquez sur la photo ci-dessous pour découvrir cet article (j'ai bien sûr informé Frère Donald que je mettais ce lien vers son blog...) :


La photographie du Père Jacques visible sur le blog de Frère Donald...



- = - = - = - = - = - = -


- 17 juillet 2013, allez ! Il faut que je le dise ... Début Juillet j'ai adressé un mail au Prieuré de Myrendal (Danemark). Je voulais le faire depuis longtemps mais ce n'est pas toujours évident - d'abord à cause de la langue et ensuite en raison même des motifs du contact souhaité ! Je ne recherche pas la performance, non, juste le plaisir de retrouver la trace d'un "ancien d'Achel" et d'imaginer que c'est une main de plus qui se pose sur l'épaule de mon Père Angélus...


Le prieuré de Myrendal, île de Bornholm, Danemark


Dom Clemens Vialle est l'un des "Six d'Achel" , le dernier à Myrendal, avec le Frère BO d'origine suédoise (revoir année 2008 - mai et année 2010 - Février et août). J'aurais souhaité que le Frère Clemens puisse s'identifier sur l'une des photos et savoir s'il avait conservé quelques souvenirs du photographe (Père Angélus était le photographe de la communauté et aussi le "portier" pendant un certain temps) !

Hier, 16 juillet, j'ai reçu un message du Frère BO ... Il serait souhaitable que je m'adresse au Frère Clemens en néerlandais, en allemand ou en encore en danois. C'est toute la difficulté de ma quête : se comprendre ! Mais la porte n'est pas fermée.

*
* *


Je voudrais aussi profiter de cette insertion pour parler de ce contact avec "Léo" ! Ce n'est pas Leo Vorst mais Léo Dupont ! Nous avons échangé quelques messages qui m'ont permis d'apprendre que Léo n'est pas en Belgique, qu'il n'est pas moine, ni religieux d'ailleurs, qu'il a une grande connaissance de la vie monacale et qu'il est sensible au fait que l'OCSO ait connu une "véritable hémorragie" dans les années 1960... Léo m'a suggéré la lecture de "La nuit privée d'étoiles" de Thomas Merton. J'avais lu quelques résumés et extraits de ce livre au début de ma quête ; l'on ne peut en effet faire de recherches sur l'OCSO sans rencontrer Thomas Merton et sa Fondation. Bref, Léo D. m'a donné l'envie de me procurer ce livre que je suis en train de lire avec grand intérêt et plaisir !



Léo D. pourrait-il être Leo Vorst ? Je me suis posé la question en raison de la similitude des prénoms et surtout en raison du livre recommandé (Leo Vorst a traduit des écrits de Thomas MERTON - cf supra). Je pense que si cela était le cas mon correspondant eût évoqué Achelse Kluis ; il réagissait à la découverte de ma quête qu'il trouvait émouvante... Il n'aurait pas manqué de me dire quelques mots sur la communauté d'alors, ne serait-ce qu'il n'avait aucun souvenir concernant le Père Angélus ! Léo D. n'est pas Leo Vorst et je le remercie une nouvelle fois ici de l'intérêt qu'il a porté à ma quête.


*
* *


- 1er août 2013, en feuilletant la toile j'ai découvert une autre trace de présence du Père Leo Vorst à l'abbaye d'Achel. Il semblerait qu'en 1972 il était Père, secrétaire de la Fondation des Amis de l'Abbaye d'Achel. J'ai eu l'occasion de parler de cette fondation en évoquant Dom Columbanus Tewes qui fut Père Abbé d'Achel d'octobre 1927 à octobre 1952...(voir mes pages mars 2008 et mai 2010). L'on voit en effet, sur l'extrait de document ci-dessous que M. de Quay, co-président de la Fondation, a adressé un courrier en 1972 au Père L. Vorst, secrétaire de la Fondation. Ainsi, si le Père Léo Vorst a bien quitté l'OCSO comme me l'indiquait le Frère Bas, ce serait après 1972, après avoir été ordonné prêtre.







*
* *


- 7 août 2013, je me décide enfin à considérer que le Frère Nivardus de la photo du noviciat (datée de 1927) est bien le Père Nivardus que l'on retrouve sur deux autres photographies de 1946 et du début des années 1950. comme vous pouvez le constater sur le petit montage ci-dessous il existe une ressemblance et des concordances, liées notamment aux fonctions de portier !





Le Père Nivardus portier des années 1950, est bien le novice des années 1925/1927.
Il est donc le 52ème compagnon du Père Angélus identifié à ce jour (nom + photo).

Je n'ai rien trouvé à propos de la décoration que le Père Nivardus aurait reçue pour sa conduite héroïque durant la seconde guerre mondiale. C'est le Père Pierre Schilling qui m'avait indiqué cette récompense, il se souvenait parfaitement de Nivardus pour sa bonne humeur et son dynamisme. Saint Benoit viendra sans doute m'éclairer sur le chemin à suivre. (revoir en mai 2010 ce que j'avais pu trouver sur le comportement du Pater Nivardus PAS (alias oncle Faan) durant la seconde guerre mondiale).



*
* *


- 14 août 2013, je reviens un court instant sur Thomas Merton ; je me suis livré à quelques recherches car depuis plusieurs jours un point me tracassait... On peut le voir ci-dessus au 29 avril, Thomas Merton avait écrit à propos de Dom Vitalis de l'abbaye de Gethsemani. A l'époque j'avais pensé qu'il s'agissait du supérieur de l'abbaye et j'avais consulté le site de l'OCSO. Il n'y a pas eu de Dom Vitalis supérieur à Gethsemani. J'avoue que je n'avais pas insisté plus avant. Mais voilà, Je me suis récemment aperçu que dans son livre "La nuit privée d'étoiles", Thomas Merton parle de son confesseur à Gethsemani : "Dom Vital". Si une fois encore je n'avais pas spécialement cherché à en savoir plus sur le moment je dois admettre que le sentiment d'être "passé à côté" de quelque chose me taraudait.

J'ai trouvé ! Les plus persévérants de mes lecteurs se souviendront sans aucun doute de celui qui fut Supérieur à Achel de 1919 à 1927 : Dom Vitalis Klinski. J'ai retrouvé l'indication de correspondances entre T. Merton et Dom Vitalis Klinski avec quelques repères sur la vie de Dom Vitalis. Ce dernier est né en Pologne (1886), il est entré à l'abbaye d'Achel en 1904. Il a quitté Achel pour les USA et a rejoint l'abbaye de Gethsemani (1927), il y a été le confesseur de Thomas Merton (1945).






Ainsi on comprend mieux ce qui a amené Léo Vorst de l'Abbaye d'Achel à traduire des textes de Thomas Merton. D'autant plus qu'en 1966 le Père Abbé d'Achel, Emmanuel van Gassel, a reçu un courrier de Thomas Merton concernant Dom Vitalis Klinski ; il est fort probable que la correspondance de cette époque était liée à la mort de Dom Vitalis ; peut-être s'agissait-il d'une biographie ou d'un "in memoriam".



Dom Vitalis Klinski (1886-1966)
de Achel (B) à Gethsemani (USA)




*
* *


15 août 2013, au cours de mes dernières recherches je suis tombé sur le site de "Digibron.nl" où il m'a été possible d'imprimer un article datant de 1995 , paru dans le périodique Terdege (auteur H. de Vries, photographies de Cees Buys). Il est en langue néerlandaise et fait une dizaine de pages avec des photographies. Cela concerne l'Abbaye d'Achel et son lent déclin ; il se dégage du texte un sentiment de nostalgie surtout que sont évoqués les frères et Pères Emmanuel Van Gassel, Marc Gallant, Robertus, Willibrordus, Léonardus, Stefanus, Martinus, Simeon, Adelbertus, Joris, Gaby et Amandus... La communauté, aujourd'hui disparue, ne comptait déjà plus qu'une vingtaine de moines. Dom Marc Gallant n'a malheureusement rien pu faire pour inverser la tendance. C'est à découvrir en cliquant sur l'image ci-dessous.



Au potager, le Frère Robertus et le Père Willibrordus (article: H. de Vries, photos: Cees Buys- 1995)



*
* *

http://www.digibron.nl/search/detail/dfe97bf46c27e72238e0407fa3a2958f/de-trappisten-van-de-achelse-kluis/0

02 octobre 2013, ce matin, comme je le fais de manière régulière, j'ai consulté le site de Internetgazet (Hamont Achel) et j'y ai appris une nouvelle assez déconcertante : le Frère Jules a quitté l'abbaye d'Achel il y a quelques jours ! Coup de colère, amertume, déception ? Après le report de sa profession solennelle il semble avoir été notifié au Frère Jules que la présence d'un moine non profès à l'abbaye n'était pas souhaitable.

Ainsi celui qui s'est employé à faire le renom de la bière trappiste d'Achel - et qui s'occupait du chant et de la musique - a fait ses adieux à l'abbaye. Par solidarité Wilko Brouwers, maître de choeur en chants grégoriens (évoqué ci-dessus au 5 mars 2013), a indiqué qu'il cessait son activité à l'abbaye d'Achel.

Que va faire l'abbaye de Westmalle qui administre Achel ? En attendant, tout cela est bien triste pour celui qui est parti et pour les quelques anciens qui sont encore là et à qui j'ai adressé un message de sympathie (Père Gaby, les Frères Luc, Leonardus, Joris, Charles et André).



L'annonce du départ de Frère Jules de l'abbaye d'Achel


Le Frère Jules a réagi à cet article et le 02 octobre ont été ajoutés les commentaires ci-après :


Commentaires de Jules van den Bossche à propos de son départ d'Achelse Kluis


Il n'y a ni colère, ni amertume, mais une grande tristesse. (Traduction partielle): Jules van den Bossche avait rejoint l'abbaye d'Achel en 2001. Veuf, ayant exercé durant 45 ans le métier de boulanger il a tout de suite trouvé ce qu'il recherchait. Dom Marc Gallant l'avait "poussé" vers la brasserie arguant du fait qu'il y était question de "levure" comme pour la fabrication du pain !



Il y a moins d'un an, en novembre 2012, Le Frère Jules avait fait part de son sentiment sur les projets liés au développement du tourisme ; sa préoccupation était le nécessaire maintien d'une zone de silence autour de l'abbaye , évoquant les personnes qui recherchaient le calme pour se ressourcer et aussi les moines encore présents.

Je place un lien vers l'article pour ceux qui seraient intéressés (cliquez sur l'image ci-contre).







Frère Jules a désormais retrouvé ses enfants et petits-enfants,
je lui souhaite beaucoup de bonheur.

Broer Jules heeft nu gevonden haar kinderen en kleinkinderen,
Ik wens hem veel geluk.




*
* *


6 Octobre 2013, j'ai trouvé la photo de Dom Vincent Hermans et l'ai placée dans le "récapitulatif" en tant que 53ème compagnon du Père Angélus. Il y a plus de 3 ans déjà que j'avais recueilli son nom sur la liste de ceux d'Achel qui avaient été étudiants à Rome. Je n'avais rien retrouvé de plus sur lui à l'époque et c'est aujourd'hui que j'ai eu accès à sa photo , grâce au site Cistopedia.org que je remercie au passage !

En fait, ce sont deux photographies, l'une datant du 15 novembre 1980, prise à Achel, on y voit le Père Emmanuel Van Gassel et trois autres moines dont Vincent Hermans à l'occasion d'une manifestation de sympathie, on aperçoit des cadeaux et le Père Edmond Mikkers remet sans doute son dernier livre à son père Abbé. L'autre photo ne concerne que Dom Vincent Hermans.







Manifestement le Web s'enrichit de renseignements touchant à la vie cistercienne !

Dom Vincent Hermans est entré à Achel le 14 septembre 1927, 3 ans après le Père Angélus ! Après ses études à Rome, il a exercé de hautes fonctions au sein de l'OCSO : a été Définiteur de 1946 à 1977 et Procureur général de l'Ordre de juin 1967 à mai 1977. Il a aussi beaucoup écrit et j'ai découvert qu'il avait consacré quelques pages de l'un de ses ouvrages à Thomas Merton qu'il considérait comme un moine déterminant pour l'Ordre en ce 20ème siècle...

Dom Hermans est décédé à Achel le 21 décembre 1993.



Dom Vincent Hermans



Je me suis aussi posé la question de savoir s'il était possible de situer Dom Vincent Hermans sur des photos de la communauté d'Achel ; on l'aperçoit sur celle de 1963 que je replace ici, il est aux côtés du Père Edmond Mikkers, ce qui apparaît logique vu leur activité d'historiens de l'Ordre. Sur la photo le Père Angélus, photographe de la communauté, est dans le cercle jaune ! Il vient juste de regagner sa place après avoir appuyé sur le retardateur... Sur l'agrandissement : en 1 le Père Vincent, en 2 le Père Edmond Mikkers, en 3 le Père Amadeus (proche du Père Angélus), en 4 le Père Herman Joseph (chauffeur de l'abbaye, oncle d'Angélus), en 5 le Père Henricus (charpentier menuisier, frère d'Angélus).


_
La communauté d'Achel en 1963 et un gros plan sur le Père Vincent Hermans et quelques moines



*
* *



7 octobre 2013, puisque la question m'a été posée il y a peu, je précise que pour faire suite au message du Frère Bo (voir 17 juillet 2013), j'ai effectivement écrit à Dom Clemens Vialle du Prieuré de Myrendal, au Danemark. Un message en date du 22 août dernier que j'ai traduit en danois (traducteur en ligne). Je n'ai pas eu de réponse pour l'instant... Je me doute que ma demande a de quoi surprendre ! Il est peut-être visible sur la photo de la communauté en 1963 mais rien n'est moins sûr, je crois que désormais il n'y a plus que lui pour en apporter la confirmation.




*
* *


Le 19 octobre 2013 j'ai reçu un message de l'abbaye d'Oelenberg annonçant : " Notre monastère d’Oelenberg doit faire face, dans les prochains temps, à de grands travaux. Pour désencombrer notre bibliothèque d’un surplus de livres qui s’y entasse depuis de nombreuses années, tout en initiant un mouvement de soutien, nous avons démarré une Vente de livres d’occasion en notre Grande Salle, doublée d’une exposition sur la vie monastique. Nous avons besoin de votre aide pour faire connaître cette initiative, qui n’est pour l’instant pas limitée dans le temps. Pour ce faire, vous trouverez, joints à ce mail, deux affiches. Tous les renseignements sont également sur notre site internet :
www.abbaye-oelenberg.com



C'est avec plaisir que je réponds à la demande de Dom Théophane et de la communauté des frères d'Oelenberg. J'ai bien conscience que tout n'est pas bien lisible sur les affiches mais il vous suffit d'aller sur le site pour en savoir davantage et découvrir, par exemple, les deux articles de l'Alsace relatifs à cette opération...




*
* *


13 novembre 2013, j'ai reçu un message de Louis Bogaerts m'annonçant le décès, le 12 novembre 2013, du Frère Leonardus de l'abbaye d'Achel. Il me renvoyait sur le site de Internetgazet. Le Frère Leonardus, né en 1929 à Veldhoven (NL) était entré à Achel en 1947, il avait fait profession solennelle en 1955 et était sans doute l'un des tout derniers à avoir connu le Père Angélus. Ci-après, l'annonce faite par l'OCSO et l'article de Internetgazet.


Le frère Leonardus dépendait de Westmalle depuis la suppression de la communauté d'Achel, en 2011.
Il est au centre de la photo ci-dessous.






*
* *


10 décembre 2013, il y a quelques jours j'ai eu la surprise d'un contact de M. René de Vos (Victoria - Canada). En décembre 2008, il m'avait permis de retrouver la photo du Père Frans Van Haaren sur un site danois. Il me dit visiter ma page de loin en loin avec l'espoir que j'aurais pu avoir quelques nouvelles du prieuré de Myrendal. On se souvient qu'il avait correspondu avec le Père Frans et qu'il manifestait un intérêt particulier pour l'OCSO. Faute d'éléments nouveaux de mon côté, c'est lui qui souhaite m'apporter des informations concernant Myrendal ! Hier il m'a adressé par voie postale quelques documents que j'évoquerai ici après réception.

M. René de Vos a commencé à s'intéresser aux Cisterciens après la lecture de Thomas Merton suivie de la visite de l'abbaye de Gethsemani en 1970. Plus tard, lors d'un voyage en France, il a eu l'occasion de visiter l'abbaye ND de Sénanque dans le Vaucluse, cette visite l'a profondément marqué (Pour le comprendre vous pouvez copier le lien ci-après qui vous permettra de visionner une vidéo de qualité : " http://education.francetv.fr/videos/provence-moines-cisterciens-de-l-abbaye-de-senanque-v110096 "). Cela a été véritablement un moment fort qui l'a conduit à en apprendre davantage sur les abbayes de Le Thoronet et Silvacane (bien connues avec Sénanque comme les Soeurs provençales) et d'autres abbayes à travers l'Europe. Il s'est intéressé à ce qui faisait la grandeur d'une abbaye ou à ce qui l'amenait au déclin ; tout naturellement il en est venu à étudier les petites communautés telles celle de Myrendal.


18 décembre 2013, c'est hier que j'ai reçu le courrier de René de Vos, j'y ai trouvé un document en langue danoise réalisé à l'occasion d'un reportage vidéo de 1989 sur "Myrendal kloster" ; une lettre en anglais de Frans van Haaren, adressée en octobre 1992 à René de Vos et enfin un rapport de 1996, de Dom André Louf, sur la communauté de Myrendal. Ce rapport de six pages, en langue anglaise, a prioritairement retenu mon attention car il évoquait ces "Six d'Achel" auxquels j'avais consacré quelques recherches et - pour deux d'entre eux - avec qui j'avais eu le plaisir de quelques correspondances (Frère Bas van Vessum et Père Pierre Schilling). J'étais loin d'imaginer les difficultés rencontrées, l'indifférence manifestée durant tant d'années et l'attitude si négative de l'abbaye d'Achel envers ces Frères.

Le visiteur trouvera ci-après le rapport traduit aussi fidèlement que possible ; j'ai essayé de ne pas déformer les explications de Dom André Louf, surtout lorsqu'il regrette certaines interprétations...



Rapport sur la communauté de Myrendal de Bornholm (Danemark)

André Louf, Mont-des-Cats, Fille-Dieu

Septembre - octobre 1996

-=-=-=-=-=-=-=-

Le jour de la fête de la transfiguration, le 6 août 1966, il y a trente ans, une petite communauté de frères cisterciens de l'abbaye d'Achel a été établie sur l'île de Bornholm, une île danoise à mi-chemin entre le sud de la Suède et la Pologne, dans le diocèse de Copenhague.

À l'origine de cette initiative, qui remonte à 1964, étaient six jeunes moines de cette abbaye, qui, sous la direction Prieur de l'époque, ont demandé, d'abord de leur abbé, puis de l'abbé général et enfin de la Congrégation des religieux, l'autorisation d'expérimenter, dans le cadre de la procédure, "une fondation originale avec des structures moins rigides où la pauvreté serait plus réelle et la séparation d'avec le monde moins absolue ".

A cette occasion, une commission spéciale a été convoquée à Westmalle du 12 au 16 avril 1964, par dom Ignace Gillet, qui venait d'être élu abbé général. tout en se montrant ouverte aux expériences possibles, cette commission a jugé le projet des « Six d'Achel », comme on les appelait alors, pas encore suffisamment mûr et leur a demandé de quitter Achel en attendant et de rejoindre temporairement différents monastères. Deux ont été reçus au Mont Saint-bernard, deux à Scourmont et deux au Mont-des-cats. Leur temps d'attente a duré un peu plus de deux ans.

Pendant ce temps, ils avaient envoyé un plaidoyer à la congrégation des religieux qui a transmis leur dossier au Saint Office. Ce dernier ayant donné son "Nihil Obstat", (à l'étonnement de certains et à la stupéfaction des autres, en particulier la communauté d'Achel qui, dès le début, avait été opposée à ce projet), le Cardinal Antoniutti autorisa Dom Ignace Gillet "à assumer la responsabilité devant Dieu de décider si l'expérience pouvait être tentée" et si nécessaire "de donner toutes les autorisations que cette décision pourrait demander" et prendre des "mesures pour garantir en même temps le respect de la vie religieuse trappiste" (08/05/65).

Dès que cette autorisation a été connue, l'administrateur apostolique d'Achel, à cette époque dom Emmanuel van Gassel, afin d'éviter des mouvements de mauvaise humeur au sein de la Communauté, a délégué tous ses pouvoirs en tant qu'abbé sur les six religieux concernés à dom André Louf, abbé du Mont-des-Cats. La communauté d'Achel, dans son ensemble, en fait, ne voulait pas conserver de lien avec les frères concernés, ni prendre aucune responsabilité dans la création de la fondation projetée.

Lors de sa réunion du 9 novembre de la même année, le Définitoire approuva une règle de vie pour les « six », dans laquelle étaient fixés les points considérés comme essentiels à l'observance cistercienne. Un des points chauds consistait au travail salarié en dehors du cloître et éventuellement dans une usine. Cette règle de vie évidemment ne permettrait pas ce dernier point, elle spécifie: "le travail ne sera pas accompli au milieu des laïques, mais à part de ceux-ci, en évitant dans la mesure du possible les contacts avec le monde". Cinq des six frères ont accepté cette limitation imposée à leur projet initial. Seul, l'ancien prieur de Achel, a trouvé en elle une raison pour quitter le groupe et construire un autre projet.

Dans une autre réunion du Définitoire, 3 décembre 1965, cette règle de vie a été précisée sur un point, faisant ressortir les conséquences de la délégation de compétence que l'administrateur apostolique a donnée à l'abbé du Mont-des-cats: "ce même révérend père abbé est également considéré juridiquement comme l'Abbé de ces six religieux". C'est en vertu de cette délégation, que l'abbé de Mont-des-Cats un peu plus tard, fit appeler à la prêtrise un des frères, le père Frans van Haaren, puisque, après le départ de l'ancien prieur d'Achel, il n'y avait plus de prêtre dans le groupe. Cette ordination lui a été conférée dans l'église de Mont-des-Cats, par Mgr Gran, alors évêque d'Oslo.

La Fondation expérimentale a été ainsi autorisée par l'Ordre, sur l'avis favorable de la Congrégation pour les religieux et avec le consentement de l'évêque de Copenhague, qui a accepté de la recevoir dans son diocèse. Un rapport devait être remis "à un futur chapitre général...(qui) déciderait si l'expérience devait se poursuivre". Dans une lettre du 12 octobre 1965, Dom Ignace Gillet a demandé à l'abbé du Mont-des-Cats, sur l'avis favorable de l'administrateur d'Achel et de son père immédiat, l'abbé de Westmalle, s'il accepterait de parrainer le projet de Fondation (et)... d'en prendre la responsabilité ". Je ne trouve aucune trace de ma réponse, mais elle a dû être affirmative. Aidé par Mont-des-Cats, les frères ont alors pu acquérir un bien modeste, situé dans un endroit isolé sur l'île de Bornholm. En plus de l'abbé de Mont-des-Cats, conformément à la procédure prévue par le chapitre général de 1965 concernant les demandes de nouveaux modes de vie monastique, deux autres abbés sont alors désignés pour accompagner la Fondation : Dom Ambrose de Mont St Bernard et dom Guerric de Scourmont, les abbés des deux maisons qui avaient accepté de recevoir provisoirement les futurs fondateurs.

Un rapport auprès du Saint-Siège a été élaboré par moi-même en juin 1968, il a donné suite à un renouvellement de l' autorisation accordée "pour une nouvelle période de trois ans", à l'issue de laquelle l'abbé général devait recontacter le Saint-Siège. Cet autre contact n'a jamais eu lieu, et la Congrégation n'a jamais relancé le sujet. Depuis un quart de siècle, je les ai visité régulièrement, une fois par an. Par suite d'un malentendu, chaque année, j'ai délégué d'autres abbés afin de maintenir le contact. En outre, dom Ambrose, abbé général, les a visité deux fois, ainsi que dom Jean Eudes Bamberger, lorsqu'il était Secrétaire général et aussi dom Vincent Hermans et dom Bruno Gooskens aux postes de conseillers permanents pour la langue néerlandaise. D'autres frères, du Mont-des-Cats ou d'ailleurs, ont fait aussi des visites de longue ou de courte durée. Depuis environ dix ans, à la demande express des frères qui en ont ressenti le besoin, je fais une visite régulière en bonne et due forme, assisté par mère Benedicta de Nazareth. Durant les premières années de leur existence, leur situation était mentionnée chaque fois au chapitre général, généralement dans le contexte du rapport sur Achel, mais ces interventions n'ont, malheureusement, pas été consignées dans le procès-verbal.

Il a été tenté à plusieurs reprises de régulariser leur position au sein de l'ordre. Pour ce faire, ils doivent trouver une maison-mère et un abbé qui acceptera de les parrainer, mais chaque fois, ces tentatives n'ont donné aucun résultat. D'une part, quelques maisons et quelques abbés se sont proposés comme candidats pour ce service. D'autre part, les frères ont été légitimement inquiets de perdre leur indépendance. Lors de la dernière visite de dom Ambrose à Myrendal, la question de leur statut a été une fois de plus étudiée en profondeur, et l'abbé général est convenu avec eux d'un provisoire modus vivendi, que je ne peux pas mieux définir qu'en citant une lettre récente portant l'accord préalable de Myrendal: "la conclusion finale de dom Ambrose sur ce qui nous préoccupe était que nous ne pouvions pas trouver un meilleur statut juridique que celui qui était le nôtre en ce moment, puisque ce statut garantit notre indépendance, laquelle est considérée à juste titre par dom Ambrose comme très importante pour nous. Les autres statuts possibles emporterait cette indépendance. Il a ajouté que nous pourrions recevoir un statut normal dans l'avenir, pour cela nous devrions éventuellement compter six frères profès ».

Nous devons maintenant essayer de répondre à certaines questions qui se posent à leur sujet.

Qui est le supérieur (dans le sens de l'ordinaire) des trois Frères qui restent membres de l'Ordre? Il semble que cela a toujours été l'abbé du Mont-des-Cats, en vertu de la délégation reçue au moment de l'administrateur d'Achel, laquelle n'a jamais été révoquée. Seul l'abbé d'Achel pourrait changer cette situation, s'il souhaitait le faire. Qui était responsable de la Fondation ? Lors d'une réunion du Conseil permanent en janvier dernier, à laquelle l'abbé général m'avait demandé de participer, j'ai assuré « bona fide » que la Fondation comme telle n'appartenait pas à l'Ordre, mais était sous l'autorité de l'évêque de Copenhague. Cela était mon avis depuis plusieurs années, et j'avais essayé d'adapter ma conduite à mes convictions dans mes relations avec le groupe. Ayant revu mes archives aux fins de la préparation de ce rapport, je dois avouer que je me trompais. En particulier, la lettre du 12 octobre 1965, que m'a adressée dom Ignace Gillet, explicitement il m'a demandé d'assumer la responsabilité de la Fondation. Par ailleurs, dans une lettre récente, du 24 avril de cette année, le prieur de Myrendal conteste cette interprétation que j'ai donnée au Conseil permanent, me rappelant un certain événement au cours duquel ils s'étaient compris et s'étaient clairement "exonérés" de l'autorité de l'évêque de Copenhague. Je me souviens parfaitement de cet événement, et je dois admettre qu'il avait raison, et que le fait de leur exonération était alors très précieux pour le groupe.

Mon erreur peut sans doute s'expliquer. Pendant tout le temps où j'ai accompagné les frères, malgré mes visites relativement fréquentes, je n'ai jamais voulu me comporter comme leur supérieur, me contentant la plupart du temps de m'assurer que leur style de vie correspondait à la règle de vie que leur avait proposée le Définitoire et pour essayer d'améliorer l'atmosphère fraternelle, qui est facilement mise à l'épreuve dans un petit groupe. En outre, l'évêque de Copenhague à l'époque, Mgr Hans Martensen, avait toujours été très proche de la Fondation, avec la discrétion nécessaire, mais aussi avec une grande préoccupation pastorale pour chacun des frères personnellement. Sa collaboration a toujours été extrêmement agréable et instructive pour moi et m'a souvent aidé.

Cette Fondation a-t-elle quelque importance pour l'ordre aujourd'hui ? En toute sincérité, je pense que oui. Parmi les nombreuses tentatives de « vie monastique simplifiée » qui surgissent au moment du Conseil, c'est l'une des rares qui ait survécu jusqu'à ce jour. Dans l'ordre, c'est peut-être la seule. Sans être parfaite à tous égards, certainement, cette tentative a toutefois réussi sur beaucoup de points importants qui faisaient partie du projet initial et qui conservent une valeur allégorique pour l'Ordre aujourd'hui. Les frères ont réussi à transplanter leur vie cistercienne à petite échelle, à accentuer certains traits qui sont essentiels à toute vie cistercienne. Ils vivent par le travail de leurs mains (reliure), mais très simplement et pauvrement. Ils se contentent de peu, dans tous les domaines. Leur régime alimentaire est très "frugal" et plus j'ai appris à connaître l'Ordre, plus je pense que leur régime est vraiment "frugal". Leur liturgie est profonde, l'atmosphère est « intérieure » et contemplative. Ils vivent dans une véritable solitude et même, en raison de leur situation géographique, dans un isolement réel et parfois douloureux. Le supérieur a toujours été préoccupé de favoriser un climat évangélique de liberté spirituelle. Ajoutons que les frères ont persévéré malgré les crises qui ont secoué parfois sévèrement leur groupe, des crises auxquelles on pouvait s'attendre, mais dont on peut dire que personne ne peut leur avoir survécu sans l'aide évidente du Seigneur.

Cette fondation a-t-elle un avenir ? Dieu seul le sait. Cependant, humainement parlant, les frères ne sont pas dans une situation pire qu'un certain nombre de maisons de l'ordre aujourd'hui. Ils ont commencé à six. Trois frères ont abandonné. Trois ont persévéré. Un aspirant est depuis longtemps dans le groupe : il est suédois. Jusqu'à présent, la vie semble avoir eu ses épreuves. La vie ne peut-elle pas parfois l'emporter sur le droit ?

Sous quelle forme cette Fondation peut-elle survivre dans l'ordre ? C'est aux canonistes de répondre, au chapitre général. C'est ce que le prieur de Myrendal m'écrit lorsque je lui ai récemment posé la question : " notre conclusion naturelle, c'est que nous ne trouverons jamais un statut mieux adapté à notre présente situation qui résulte du statut que nous avons en ce moment. C'est pourquoi nous aimerions beaucoup le garder, même s'il semble étrange et vague en ce qui concerne le respect du droit de l'Ordre. En fait, ces exceptions aident à prouver la règle. Au cours de notre histoire le statut d'indépendance nous a souvent sauvés... Après tout, notre existence juridique n'est pas si importante à nos yeux. Il est même possible qu'aux yeux de la loi nous n'ayons jamais existé. Dans tous les cas, nous aimerions beaucoup rester dans l'Ordre, étant donné que notre identité est là et l'a toujours été".

Quel que soit l'avenir de Myrendal, et quelle que soit la décision qui sera prise ou non, en ce qui les concerne, je crois que l'aventure de ces frères constituera un jour une page précieuse dans l'aggiornamento de notre Ordre, lorsqu'un historien écrira son histoire.


Dom André Louf (1929 - 2010)




-=-=-=-=-=-=-=-

La lettre du Père Frans van Haaren, datée du 29 octobre 1992, raconte l'origine de Myrendal et fait état de la vocation profonde de la communauté qui vit dans la simplicité et la solitude en essayant de suivre l'essentiel de la règle de vie cistercienne. Est-ce de l'humilité ou un peu d'humour? Toujours est-il que le Père Frans indique qu'il est facile de vivre dans la simplicité dans un pays où 0,5% des habitants sont catholiques et 90% font partie de l'Eglise luthérienne danoise. Cette lettre précise également qu'ils gagnent leur vie grâce à la reliure dont l'atelier a été installé dans l'ancienne écurie de la ferme qu'ils ont occupée dès 1966... Une lettre que je trouve émouvante finalement, surtout après avoir lu le rapport de Dom André Louf ! Le chemin qui mène à Dieu n'est pas un chemin facile. Je comprends que René soit attaché à cette lettre.


Enfin, il y a ce document qui est en fait le script de ce qui est dit dans la vidéo que la "Katolsk Videoproduktion (KVIP)" a réalisé en 1985 : "Broder Frans fortæller" . J'ai commencé à traduire ce texte qui débute sur les origines de la communauté et de la découverte de la vie à Myrendal où il y avait beaucoup de choses à faire et d'autres auxquelles il fallait s'adapter... Je n'ai trouvé que le nom de 3 moines : Frans, Bo et Basileus (Frère Bas). Il s'agit d'une brève présentation qui précise que le Frère Frans avait une expérience de 10 ans dans un grand monastère (Achel) ; il savait fixer les priorités et répartir les tâches ; dès son arrivée à Bornholm il a été formé comme relieur...Le second nommé est Bo, un jeune Suédois arrivé au monastère depuis quelques années, il était employé de banque avant de vouloir être moine ; il travaille à l'atelier de reliure. Le troisième nom à apparaître est celui de Basileus (frère Bas), arrivé à Myrendal en même temps que Frans. Il semblerait que le Frère Clemens n'apparaisse pas dans ce script.

Le texte est articulé en plusieurs paragraphes : - Travail des moines (en plus de l'atelier de reliure il y a un grand jardin potager.) - La Prière (le Père Frans parle de la contemplation qui est la forme la plus élevée de la prière...) - Les invités (la visite de personnes extérieures est autorisée que ce soit pour la détente ou la retraite. Les invités s'il le souhaitent mangent, prient et travaillent avec les moines. Le Frère Frans est conscient des risques mais il pense que l'absence de contacts serait comme d'écarter les difficultés et que le moine ne serait pas confronté aux exigences réelles de la miséricorde de Dieu).


La traduction - ou plutôt l'interprétation de la traduction faite en ligne - n'est pas aisée ! Je me garderai bien d'aller trop loin dans l'analyse de ce texte mais l'on comprend bien malgré tout que les Frères Frans et Bas ne pouvaient concevoir leur quête de Dieu dans une abbaye trop importante. Le Père Frans reproche aux grosses structures d'institutionnaliser le Christ, de l'attacher aux succès, au pouvoir, à l'honneur, alors que le Christ se tient éloigné de tout cela ! Il craint que les communautés importantes ne voient comme une fin en soi que leur rôle au sein de l'Eglise : "Og det er det, jeg er bange for: at vi begynder at betragte os selv eller fællesskabet, eller vores mulige funktion som Kirkens hjerte, som et mål i sig selv.Så glemmer vi, hvad vi egentlig er: bedende eksistenser, hvilende i Guds barmhjertighed".

Ce n'est que 36 ans après sa création que Myrendal est incorporé à l'OCSO et approuvé comme prieuré autonome par le Chapitre Général de 2002 ; Le Père Abbé de Zundert (NL) est désigné comme "Père immédiat". Aujourd'hui il ne reste que 2 frères (Frère Clemens Vialle et Frère Bo, moyenne d'âge 68 ans !). je n'ai aucune(s) nouvelle(s) et je le regrette bien.


*
* *


21 décembre 2013, la joie de recevoir un mail de Dom Marie-Théophane et de la communauté d'Oelenberg ! Nouvelles accompagnées de photos dont quelques unes sont visibles ci-dessous.

Il s'agit en quelque sorte du bilan de l'année écoulée, lequel traduit le dynamisme d'une communauté confrontée aux joies, aux peines, aux espérances et aux difficultés.

Cette année 2013 a vu le départ de deux novices et d'un postulant ! D'autres demeurent : le postulant autrichien, Frère Josef (57 ans) et le jeune frère alsacien, Frère Marie-Nicolas (19 ans), qui est entré en noviciat (prise d'habit le 20 août). Ils sont source d'espérance, d'audace et de dynamisme. L'abbaye d'Oelenberg connaît des réorganisations, des ajustements et beaucoup de travaux qui ont été évoqués ci-dessus, en octobre 2013.

Il faut savoir que la vente de livres d'occasion a permis l'achat des machines outils qui permettront de fabriquer les quelque 300 fenêtres dont le monastère a besoin ; l'atelier du menuisier en produira les premières dès cette fin décembre ! Des travaux sont finis tels ceux concernant la salle du chapitre que l'on voit sur la photo, pendant et après les travaux !

Et puis il y a ce désir de ce soutenir mutuellement entre communautés de la même "famille" : """Nous avons reçu la visite de nos soeurs de Baumgarten au mois d’avril, peu avant la nomination de leur nouvelle Mère Supérieure : Mère Marie ; nous leur avons rendu la visite, pour fêter avec elles, au jour de la Solennité de la Saint Bernard, le 20 août, la prise d’Habit de notre Frère Novice, mais aussi, l’anniversaire de Profession de notre Père Supérieur Dom Marie-Théophane, et l’anniversaire de la naissance de Mère Marie !""". Cette visite a permis cette très belle photo de deux communautés partageant les mêmes valeurs.




Les communautés d'Oelenberg et de Baumgarten ; le novice Marie-Nicolas ; la salle du chapitre pendant et après les travaux.



*
* *


Année 2014


8 janvier 2014, cette année verra le 20ème anniversaire de la mort du Père Angélus ; c'est sans doute pour cela que je me suis quand même décidé à faire une demande à l'abbaye d'Achel... Sur l'une des nombreuses photos prises à l'abbaye que m'avait adressées Marcella Stappers, j'avais été frappé par un tableau que l'on voit sur un mur, un extrait (détail) de cette photo est joint ci-dessous...

Il semble ne faire aucun doute que le dessin a pour thème la Sainte Trinité. Je n'ai pu m'empêcher de penser à ce dessin (ou peinture) que le Père Angélus avait réalisé en 1934, une oeuvre remarquable conservée à l'abbaye comme le précise le "in memoriam" le concernant. J'ai fait de multiples recherches sur le Web avant d'adresser mon message, j'ai retrouvé d'innombrables tableaux, peintures, gravures sur la Sainte-Trinité mais aucun d'eux ni aucune d'elles ressemblant à ce tableau d'Achel. J'ai hésité à déranger les Frères, mais c'est fait : j'ai posé la question : s'agit-il de l'oeuvre du Père Angélus ?


Se pourrait-il que cette représentation de la Sainte Trinité soit l'oeuvre du Père Angélus ?



*
* *


12 janvier 2014, René de Vos m'a adressé quelques photographies de cette vidéo réalisée à Myrendal. Elles sont regroupées ci-dessous et permettent de reconnaître les Frères Frans van Haaren, Bas van Vessum et Bo. René m'a précisé que cette vidéo date de 1985 ainsi qu'il l'a découvert en revisionnant ce film (mention droit d'auteur et copie), une autre date figure sur le couvercle de la cassette - 1989 - elle est sans doute celle de la réalisation de la copie que détient René. Par ailleurs il est apparu que la qualité du film ne permettait pas d'envisager un transfert sur Dvd.



La vidéo ne montre que 3 frères (Franz, Bas et Bo)




*
* *


Nous sommes le 5 février 2014, je n'ai rien de nouveau à relater si ce n'est que pour donner satisfaction à un correspondant, je vais parler un peu de moi ! C'est vrai que plusieurs fois déjà il m'a été demandé si le Père Angélus avait suscité en moi une vocation pour la vie religieuse. La réponse est non ! A l'âge de 15 ans, en 3ème, j'ai choisi ma voie : l'Armée et plus précisément la Marine nationale. J'ai établi une demande pour entrer à l'Ecole des Mousses, à Brest même ! Mes parents n'y étaient pas opposés et, lorsque quelques mois plus tard mon père reçut la décision ministérielle ci-dessous, il était plutôt fier de moi ! J'allais avoir 16 ans et j'allais découvrir le monde ...



Voilà, il n'y a ni séminaire ni noviciat ! Par contre je n'ai jamais oublié le Père Angélus, ce qui explique ma quête. Comme me l'a fait remarquer un jour un correspondant : " Partir d'un ballon pour en arriver à tout cela, c'est complètement fou !"; je suis d'accord cela paraît un peu démesuré mais vous savez, le gamin lanceur de ballon que je fus a toujours conservé durant sa vie active et de commandant d'unité, d'excellentes relations avec les aumôniers : une forme d'amitié qui ne s'explique pas ! Et puis, pour vous faire sourire, ce même lanceur de ballon a reçu , le 31 décembre 1986, Monseigneur JF, Evêque aux Armées, lequel effectuait un voyage pastoral aux Antilles ; une soirée formidable pour tous ! Oui, c'est assez classique mais j'ajoute que deux mois plus tard , ce même Evêque, en partance pour Rome venait remercier l'unité qui se trouvait alors à Paris ! Nous avons déjeuné sur le terrain, dans le PC-Trans ! Ce n'est pas si banal ! C'était là aussi un moment fort sympathique.

Je ne suis pas un catholique pratiquant mais une chose est sûre , j'ai quelques repères que je ne renierai jamais !


*
* *


9 mars 2014, d'ici quelques semaines je devrais recevoir deux livres que René de Vos a tenu à m'adresser par courrier du 23 février, depuis Victoria (Canada) ; il m'a prévenu : "ils sont écrits en néerlandais", tous deux évoquent Achel et comportent des photographies. C'est vraiment très sympathique de sa part et je ne manquerai pas de rapporter ici le fruit de mes futures traductions, avec peut-être quelques photos sur l'abbaye et de sa communauté d'alors ! Dans l'un des ouvrages il est question du Frère Titus Keet qui a quitté Achel il y a plusieurs années pour rejoindre l'abbaye de Caldey (Ile du Pays de Galles). J'ai le souvenir d'un document où était évoqué le passé de coureur automobile de Frère Titus, ces souvenirs sont-ils évoqués dans ce livre ?

*
* *


23 avril 2014, j'ai reçu l'envoi de René !

Un réel plaisir que de feuilleter ces deux livres, j'y est découvert bon nombre de photographies que je ne manquerai pas de placer ici dès lors que j'aurais avancé un peu dans la traduction de quelques textes.

Un grand merci à René pour les moments d'émotion que vont me procurer ces livres !

_
Trappistes de l'Abbaye d'Achel - une histoire mouvementée


_
Un moine raconte...


*
* *


27 avril 2014, je me doutais bien que "l'histoire mouvementée de l'abbaye d'Achel" (livre édité en 1996 par les soins de la commune d'Achel, à l'occasion du 150ème anniversaire de l'abbaye) allait faire revivre en moi ces moments d'exaltantes recherches qui ont marqué les premières années de ma quête ! Bien que n'étant pas capable de traduire le néerlandais directement, dans le texte, j'arrive toutefois - grâce à quelques traductions en ligne - à me situer dans le temps et à suivre les différentes étapes de ce livre.

Je l'ai déjà précisé ma quête n'avait pour seule ambition que de faire revivre le souvenir du Père Angélus ... Je me suis certes écarté, un peu, mais le plus souvent ce n'était que pour faire sortir de l'oubli ou de l'anonymat quelques uns des moines qui furent des compagnons de mon ami. Assez peu de rapport finalement avec l'oeuvre de A. van Heijst (avec le concours de M. Derks) qui s'est livré à un travail exhaustif concernant les Trappistes et l'Abbaye d'Achel (premières racines et histoire de l'Ordre de Cîteaux, l'ancien ermitage d'Achel et enfin, les trappistes d'Achel au 19ème et au 20ème siècles).

A. van Heijst ne manque pas d'évoquer "les 6 d'Achel" (cliquez) et le Concile de Vatican II (1962-1965). Une courte allusion est faite à la diminution des vocations mais la traduction imparfaite à laquelle je me livre ne m'a pas permis jusqu'à présent de percevoir une réelle inquiétude sur le devenir de la communauté de l'abbaye laquelle, en 1996, était déjà fortement réduite ! Bien au contraire, ce 150ème anniversaire se voulait porteur d'espoirs ... (revoir quelques photos sur cette "célébration").

D'autres photographies empruntées au livre :


Moines occupés à écosser des haricots ou des petits pois ...
Les photos ne sont pas datées mais sur l'une d'elles on aperçoit la nouvelle construction de 1949

_
Cuisson du pain, fabrication de chaussures, cordonnerie...



Les Foins ... Sur la charrette, à gauche, je crois reconnaître le frère Marinus den Otter, entré à Achel en 1940.
Prières aux champs

Le retour vers l'abbaye.



Les obsèques de Dom Columbanus Tewes, Abbé de 1927 à 1952, décédé le 8 avril 1964. Lorsqu'il succéda à Dom Vitalis, il prit pour devise :
"Christo nihil omnino Praeponere" - "Ne rien placer avant le Christ" (cf recommandation de Saint Benoît, dans sa Règle).



Election du père Abbé, Dom Emmanuel van Gassel, en 1967.
Auparavant il a été administrateur apostolique du 1er Août 1965 au 14 septembre 1967



La première messe du Père Emmanuel après son ordination comme Abbé de l'abbaye d'Achel.


Le second livre que m'a adressé René de Vos est de Frère Titus, avec la participation de Fred J.Lammers ; le titre est parfaitement évocateur puisque le Frère Titus Kent y raconte ce qui l'a conduit vers Achel, on découvre quelques extraits de son journal intime et des réponses à des questions posées. La traduction est plus difficile puisqu'il est le plus souvent question de sentiments et de ressenti.

Le Frère Titus était un coureur automobile ; en septembre 1970, la saison des courses tirant à sa fin, il a pris conscience qu'il avait besoin de silence, de trouver un endroit calme pour se retrouver face à lui-même et s'interroger. A 22 ans, il va faire un saut dans l'inconnu et choisir de devenir postulant. Il agit alors avec foi et confiance, c'était comme si quelqu'un l'avait appelé (Alsof Iemand mij riep).

En fait, il pense que l'origine de sa vocation tient à cette course sous une pluie battante au cours de laquelle il a quitté la piste, à 150 km/h, et fait voler la barrière en éclats... Il a vu là un signe du Seigneur. Un nouveau défi à relever. Il fait part de ses doutes, de ses phases dépressives mais aussi de ces moments où il était en parfaite harmonie avec la difficile règle qu'il devait suivre. Rentré à Achel le 3 octobre 1971, il reçoit une semaine plus tard son habit et son nom de moine : Titus.

Il me reste beaucoup à traduire pour tenter de mieux comprendre son chemin ; je ne pense pas faire davantage état ici de cette démarche personnelle mais je place quelques photos empruntées, elles aussi, à l'ouvrage - avec l'autorisation écrite de "Boekencentrum Uitgevers à Zoetermeer (NL)" que je remercie à nouveau ici -.





De l'univers bruyant des circuits au silence d'une abbaye trappiste

11 avril 1977, Dom Emmanuel reçoit la promesse du frère Titus ...

Auprès de Titus je crois reconnaître le Frère Augustinus




Humilité ! le frère Titus se déplace en bicyclette et non plus en bolide ! Au centre on reconnaît le jeune novice Johannes (Pierre-Paul Walraet) qui est resté à Achel de 1979 à 1984 avant de rejoindre l'ordre de la Sainte Croix (voir 30.09.2008). A droite de la photo je pense qu'il s'agit du frère Siméon van den Boomen.




*
* *


2 mai 2014, en poursuivant la lecture de "l'histoire mouvementée des trappistes de l'abbaye d'Achel", je me suis demandé si le Prieuré de Myrendal n'aurait pas mérité de figurer dans cet ouvrage tout comme Echt, Sion-Diepenveen, Rochefort ou Kasanza qui sont des fondations d'Achel , ou pour le moins - puisqu'il s'agit d'un prieuré autonome - d'y être cité comme le résultat de la volonté et de la foi de quelques moines issus d'Achel. Après tout, il y a bien eu autorisation de mener l'expérience !

Il est vrai cependant que la communauté d'Achel a été opposée à ce projet dès le départ. Ainsi il est possible de le lire dans le rapport du Père André Louf (1996), que suite à l'exposé de la situation par le Père Abbé d'Achel, """...une commission spéciale a été convoquée à Westmalle du 12 au 16 avril 1964, par dom Ignace Gillet, qui venait d'être élu abbé général. Tout en se montrant ouverte aux expériences possibles, cette commission a jugé le projet des « Six d'Achel », comme on les appelait alors, pas encore suffisamment mûr et leur a demandé de quitter Achel en attendant, et de rejoindre temporairement différents monastères. Deux ont été reçus au Mont Saint-Bernard, deux à Scourmont et deux au Mont-des-Cats. Leur temps d'attente a duré un peu plus de deux ans. On découvre dans ce même rapport que l'autorisation accordée pour cette expérimentation n'a pas amené de changement quant à la position de la Communauté d'Achel qui "ne voulait pas conserver de lien avec les frères concernés, ni s'impliquer dans la fondation".

Il semblerait cependant que l'éloignement des "Six d'Achel", en 1964, n'avait rien d'irrémédiable ! Dans l'un des messages qu'il m'a adressés, le Frère Bas Van Vessum, l'un des "Six" - qui avait été "éloigné" à l'abbaye du Mont Saint Bernard (Leicester - Angleterre), fait état de visites à l'abbaye d'Achel entre 1964 et 1966, année du départ pour le Danemark. C'est d'ailleurs au cours de l'une de ces visites qu'il a eu l'occasion de discuter avec le Père Angélus. Apparemment ce dernier n'éprouvait pas de ressentiment envers le frère Bas et ses "idées révolutionnaires" ! Je pense qu'ils étaient nombreux comme lui, au sein de la communauté.

Je ne saurais revenir sur les "Six d'Achel" sans évoquer le Père Pierre Schilling, celui qui fut le Père Raymundus, prieur à Achel, et qui avait tant contrarié le Père Abbé Gabriël van de Moosdjik en ces années 1960 ! Il est aujourd'hui âgé de 88 ans et toujours dans son ermitage d'Eygalières (voir ou revoir). C'est le Père Emmanuel, successeur de Dom Gabriël, qui a donné son accord à l'archevêque d'Aix en Provence pour que le Père Pierre soit pour toujours à Eygalières. C'était en 1966... Ce qui me paraît important de souligner ici c'est que le Père Pierre est "juridiquement" toujours Trappiste et qu'au cours de sa vie d'ermite il est retourné deux fois à Achel : la première pour trouver conseil auprès de Dom Emmanuel et la seconde pour un séjour d'une semaine qui l'a convaincu que sa vie était à Eygalières.

On le voit, dans l'un et l'autre des exemples cités, si la communauté d'Achel a fait part de son intention formelle de ne conserver aucun lien avec les frères concernés, il en a été différemment dans les faits. Il est dommage que l'expérimentation au Danemark n'ait pas été accompagnée par le "bienveillant soutien" d'une communauté alors encore forte de près de 60 moines. En 1996 Dom André Louf terminait son rapport sur ces mots : """ Quel que soit l'avenir de Myrendal, et quelle que soit la décision qui sera prise ou non, en ce qui les concerne, je crois que l'aventure de ces frères constituera un jour une page précieuse dans l'aggiornamento de notre Ordre, lorsqu'un historien écrira son histoire""". Je le rejoins sur cette conclusion, en espérant que l'histoire pourra s'appuyer sur les témoignages de ceux qui sont encore de ce monde.

*
* *


10 mai 2014, je ne sais pas si cela pourra contribuer à retracer l'histoire de Myrendal mais aujourd'hui, en faisant quelques recherches j'ai découvert un site intéressant : "Fultonhistory.com" qui propose des numérisations de journaux datant pour certains de plus d'un siècle ! C'est dans le Times de New York, daté du 20 février 1968, que j'ai pu lire un article sur cette expérimentation que 4 moines trappistes menaient à Myrendal ! L'article figure ci-dessous, regroupé sur 3 colonnes pour les commodités de la mise en page, il est accompagné d'une traduction et de quelques commentaires. En cliquant sur l'image vous pourrez accéder au site FultonHistory et à la page montrant l'article.





Traduction : 4 Néerlandais forment le plus petit ordre religieux

Frans, Nils, Clemens et Bas composent ce qui est peut-être la plus petite structure du Saint Ordre. Ces quatre Néerlandais, catholiques, âgés d'une trentaine d'années, ont été transplantés d'un grand monastère de moines cisterciens, situé à la frontière des Pays-Bas et de la Belgique, à cette ferme paisible, blanchie à la chaux, près d'Allinge, sur l'île balte de Bornholm.

Nils (Nils : transcription scandinave du prénom "Nicolas"), est le frère Niek Werkhoven (Niek : forme du prénom Nicolas en néerlandais), il quittera Myrendal au début des années 1970 ; les frères Frans et Bas sont décédés ; le frère Clemens est toujours à Myrendal avec le frère Bo, d'origine suédoise.

Le Frère Frans van Haaren précise que tous quatre sont trappistes, sous le contrôle du Vatican à Rome. Ordonné prêtre, il est responsable du groupe. Ils ont quitté l'abbaye belge (Achel) afin de concilier la Règle ancienne et la société moderne, hors des murs de l'abbaye.

Cette expérience est suivie avec beaucoup d'intérêt dans les milieux catholiques.

Les moines ont des cigarettes, des cigares et de la bière. La fumée du tabac gagne le plafond blanchi tandis qu'ils sont assis en buvant de la bière. Le salon est spartiate, sans ornement inutile. Un crucifix est accroché au mur ; sur les étagères des livres : Sartre, Steinbeck, Faulkner sont bien représentés.

Cette "allusion" à la cigarette et à la bière permet de replacer la réalité de certaines attentes ; on se souvient des confidences de Cees Nooteboom à qui le frère portier avait demandé en secret une cigarette dans les années 1950 ; ces petits plaisirs ont été aussi accordés à toutes les autres communautés à partir de 1982 ; il a alors été instauré une heure de loisirs pour les moines, ils pouvaient fumer cigarette ou cigare, jouer au billard, regarder la télé, lire les journaux...

A la question qui lui est posée : Pourquoi rompre avec le "grand monastère", le frère Frans répond :

"Nous voulions montrer qu'un moine peut s'insérer au sein de la société moderne et vivre de son labeur tout en restant fidèle à ses voeux de célibat, de pauvreté et d'obéissance. La vie dans les monastères n'a pas évolué depuis le XIème siècle. C'est cela que nous avons voulu changer en nous éloignant. Cela nécessite courage et jeunesse. Au départ nous étions 6 mais deux ont choisi une autre voie...

Les moines évoluent en pantalons de velours côtelé ou en jeans, portant chemise ou T-shirt. Pourquoi revêtir l'habit de moine quand des vêtements ordinaires sont plus adaptés aux activités ? Ce n'est que pour la messe, dans la chapelle qui était auparavant une étable, que l'on peut les voir revêtus de leur tenue de moines cisterciens, blanche et noire.

Sur l'île depuis plus d'un an, les frères ont pu mettre en pratique cette indépendance qu'ils recherchaient ; le frère Frans précise toutefois "qu'ils sont certes autonomes mais toujours sous le régime de l'ascèse"...

S'agissant de l'ascèse, je replace ici un court extrait de ce qu'écrivait Dom André Louf en 1996 : """Ils vivent par le travail de leurs mains (reliure), mais très simplement et pauvrement. Ils se contentent de peu, dans tous les domaines. Leur régime alimentaire est très "frugal" ..."""

*
* *


Le 12 mai 2014, j'ai pensé qu'il serait juste de tenter de retracer un peu le cheminement des "Six d'Achel" entre 1964 et 1966. Je sais que le Frère Bas était à l'abbaye du Mont Saint-Bernard mais où étaient les 5 autres frères ? Pour essayer de savoir j'ai adressé un message aux 3 abbayes concernées : Mont Saint-Bernard, Mont des Cats et Scourmont. J'ai demandé s'il était possible de savoir s'il a été conservé dans leurs archives respectives une trace de l'accueil de ces moines d'Achel.

Le même jour je recevais une réponse du Père Armand Veilleux, supérieur de Scourmont. Il m'indique que pour répondre à ma question il devrait consulter une documentation abondante, ce qu'il n'a malheureusement pas le temps de faire dans l’immédiat. Par ailleurs, il précise dans quelles conditions les "Six" ont été amenés à quitter Achel :

"""... C’est la Commission réunie à Westmalle en avril 1964 qui demande aux six d’attendre un certain temps avant qu’on puisse leur permettre de réaliser leur projet. On les laisse libres de rester ensemble à Achel ou d’aller dans d’autres monastères, mais pas tous les six ensemble ; plutôt 2 par 2. Ce sont eux, les six, qui choisissent d’aller dans d’autres monastères, plutôt que d’attendre à Achel, et ils choisissent eux-mêmes Mount Saint Bernard, Mont des Cats et Scourmont. (Tout ceci est très clair dans le compte rendu de cette réunion rédigé par Dom André Louf et qui se trouve dans les Archives de la Maison Généralice).

Je remercie bien vivement Dom Armand pour ces précisions contenues dans le compte rendu de 1964 ; il faut admettre que cette notion de choix n'apparaît pas clairement dans le rapport de Dom Louf rédigé en 1996 ("""...cette commission a jugé le projet des « Six d'Achel », comme on les appelait alors, pas encore suffisamment mûr et leur a demandé de quitter Achel en attendant, et de rejoindre temporairement différents monastères."""). Cette formulation pouvait donner à penser que l'éloignement avait plutôt un aspect "sanction" ! Ce qui n'était certes pas le cas.

*
* *


14 mai 2014, je ne pouvais pas continuer à citer le Père Pierre sans le tenir informé de cette récente évocation de l'histoire des "Six d'Achel". C'est ce j'ai fait aujourd'hui et qui m'a valu le bonheur d'un signe amical ! Le Père Pierre de l'Epiphanie, 88 ans, est toujours là, en bonne santé et à jamais convaincu que son choix vers Eygalières, béni par Dom Emmanuel, était le bon choix ! Il a pris note de ce qui me préoccupe actuellement et me souhaite à la fois inspiration et discernement. Je reconnais volontiers que les contacts du Père Pierre font du bien à l'âme.

le 15 mai 2014 le Père Pierre me fait parvenir quelques photographies récentes - que je me fais un plaisir de placer ci-dessous - et, à l'occasion d'un échange de mails, il me propose de l'appeler téléphoniquement en fin de journée, ce que j'ai fait avec une certaine émotion. Ces 45 minutes ont été un moment très fort !

Bien sûr nous avons abordé ces événements de 1964/1966... Le Père Pierre garde un très bon souvenir de la commission de l'Ordre qui s'est tenue à Westmalle en avril 1964. Cette commission n'a rien rejeté mais la conclusion a été qu'avant d'aller plus loin il fallait que 'les Six' acquièrent la certitude que leurs aspirations ne résultaient pas de problèmes spirituels liés à la communauté de l'abbaye d'Achel. Il leur a été proposé d'aller, deux par deux, dans des monastères de l'Ordre à haute qualité spirituelle où ils décideraient peut-être de rester.

C'est ainsi que le Père Pierre a rejoint - avec le frère Bas van Vessum - l'abbaye du Mont Saint Bernard (Leicester GB). Les Frères Titus Werkhoven et David Fransen ont rejoint l'abbaye du Mont des Cats (Godewaersvelde - F 59 ) tandis que les Frères Frans van Haaren et Clemens Vialle rejoignaient l'abbaye de Scourmont (Forges - B - Province de Hainaut).

Pour leur part le Père Pierre et le Frère Bas van Vessum ont ainsi vécu un temps au sein de la communauté du Mont Saint Bernard et aussi mené des expériences partielles dans le monde laïque sur le plan du travail et de la vie en petite communauté. Pour ce faire ils étaient sur Leeds (100 km au Nord de l'abbaye) où tous deux travaillaient comme ouvriers pour gagner leur vie ; ils avaient loué un appartement où ils menaient une vie communautaire.

Après 2 années les Six ont fait un "retour d'expérience", en commun, sous l'autorité de Dom André Louf du Mont des Cats. Tous sont arrivés au constat qu'ils étaient toujours animés par la volonté de créer une "communauté simplifiée" plus ouverte sur le monde.

Le Père Pierre m'a bien expliqué ce qui l'a amené à choisir une autre voie. Au cours de ces deux années passées au Mont Saint Bernard et à Leeds, il s'est de plus en plus intéressé à la découverte de l'orient chrétien plus juste dans sa conception "verticale" du monde. L'occident chrétien a une conception plus "spatiale" ou "horizontale" du monde,ce qui crée de faux problèmes : il y a les religieux (les moines) et les laïques, ils ne peuvent vivre ensemble... Cela n'est pas le cas dans l'orient chrétien où les moines sont au sein de la population, ils vivent leur foi dans leur coeur.

Ainsi, quand les restrictions à l'expérimentation ont été exprimées :

"""le Définitoire approuva une règle de vie pour les « six », dans laquelle étaient fixés les points considérés comme essentiels à l'observance cistercienne. Un des points chauds consistait au travail salarié en dehors du cloître et éventuellement dans une usine. Cette règle de vie évidemment ne permettrait pas ce dernier point, elle spécifie: "le travail ne sera pas accompli au milieu des laïques, mais à part de ceux-ci, en évitant dans la mesure du possible les contacts avec le monde...""".

le Père Pierre a fait savoir que ce qu'il recherchait avant tout c'était d'être dans le monde, au milieu des laïques. Il me précise avoir essuyé quelques moqueries de la part de ses camarades lorsqu'il a évoqué "l'horizontalité" et la "verticalité". Le Père André Louf l'a compris et lui a dit : "Pierre, je sais ce que tu as dans le coeur ; je connais une communauté qui vit cette expérience à Eygalières". C'est ainsi que Pierre a pris le chemin que l'on sait.

Plus tard le Père Pierre s'apercevra qu'en découvrant le christianisme de l'Orient il découvrait aussi le Judaïsme...il s'y est investi et je rappelle qu'il a été un des piliers de l'association Davar (voir supra) de 1985 à 1997.

_
Le Père Pierre à son ermitage et dans la communauté de l'Epiphanie dont il est à la fois membre et moine-prêtre.


Je suis content d'avoir eu ce contact téléphonique avec le Père Pierre de l'Epiphanie, il a permis de préciser certains points importants qui font partie eux-aussi de l'histoire d'Achel ! Il me faut prévenir les Pères des 3 abbayes que le Père Pierre m'a communiqué le nom de ceux qui y ont été reçus de 1964 à 1966 et peut-être retenter un contact vers Myrendal. Je voudrais bien pouvoir placer ici un court témoignage du Frère Clemens - et aussi du Frère Bo - concernant l'installation et la vie de la communauté sur l'île de Bornholm !

J'ai adressé un message au Prieuré de Myrendal le 17 mai, cette fois je me suis abstenu de le traduire en danois, je pense qu'il sera plus compréhensible en anglais !

*
* *


Le 30 mai 2014, pas de nouvelles de Myrendal; J'espère toujours ! En reclassant certains fichiers j'ai retrouvé quelques photographies qui concernent le Prieuré, je n'ai malheureusement pas les dates mais elles sont sans doute du tout début des années 2000.

_
Le Frère Bas en prière dans la chapelle du Prieuré de Myrendal et le Père Frans van Haaren



Je songe à contacter Dom Armand au sujet de Myrendal. Je trouve en effet que ce que l'on peut lire de cette fondation sur le site de l'Ocso est assez sommaire ! Même le nom du Père Frans van Haaren n'apparaît pas en tant qu'ancien Supérieur. Il devrait pouvoir être possible de placer un court historique évoquant les "Six d'Achel" et l'installation sur Bornholm. Je pense que le Père Armand sera en mesure d'apprécier comme il se doit mon étonnement.

Le 1er juin 2014, le Père Armand a répondu avec une grande gentillesse à mes préoccupations concernant la fiche sur le Prieuré de Myrendal. Il ne s'agit pas d'un oubli ; il se trouve que l'élaboration de ces fiches sur les différents monastères visait essentiellement à fournir des renseignements pratiques tels que n° de téléphone et adresse. Les autres points abordés (histoire, revenus du travail, possibilités d'accueil) sont fragmentaires ; l'intention n'est pas de retracer systématiquement l'historique de chaque fondation. Par ailleurs, le secrétariat étant actuellement très occupé par la préparation du prochain Chapitre Général il n'est pas possible de le distraire de sa tâche.

*
* *


Le 2 juin la réception d'un courrier tout à fait inattendu en provenance du Canada ! René de Vos, très intéressé par mes récentes insertions sur le Prieuré de Myrendal, me fait le plaisir de m'adresser quelques passages de livres qui sont en fait des commentaires relatifs à cette fondation de communauté simplifiée.


Le premier extrait provient du volume 2 des mémoires de John, Willem, Gran - "A hand on my shoulder" - "Monk and Bishop". "Une main sur mon épaule", "Moine et évêque". Le nom de John Gran est déjà apparu sur cette page ; il figure dans le rapport de Dom André Louf ; John Gran est l'évêque d'Oslo (Norvège) qui procède à l'ordination du Frère Frans van Haaren, en l'abbaye du Mont des Cats, peu avant le départ pour Bornholm.





John Willem Gran, ancien moine de l'abbaye cistercienne de Caldey, ancien économe à la maison généralice de l'OCSO à Rome, évêque d'Oslo.

Avant de placer l'extrait je situe l'action ... Dom James Fox, abbé de Gethsemani, s'est engagé à faire une fondation en Norvège. L'évêque ayant trouvé une possible zone d'installation, Dom James souhaiterait faire une visite à l'occasion d'un voyage en Europe et demande à l'évêque de préparer sa visite.
Extrait des souvenirs : While I am still in the course of doing just that, a monastery in Belgium initiates a small experimental foundation with four young monks on the Danish island of Bornholm. Telegram fr om Kentucky : Cancel plans regarding foundation STOP One monastery of our order in the North is Enough STOP Sorry STOP Dom James.
No effort on my part could alter his decision, once taken. When I went to Gethsemani two years later to try to persuade him to resume his plans, I met with great friendliness, but non response. The Cistercians are still on Bornholm. ...
Traduction partielle : Tandis que je travaillais sur ce projet, un monastère en Belqique initiait une petite fondation expérimentale avec quatre jeunes moines sur l'île danoise de Bornholm. Un télégramme du Kentucky : "Annuler les projets concernant la fondation STOP Un monastère de notre ordre dans le Nord est suffisant STOP Désolé STOP Dom James." Tous mes efforts ont été vains pour modifier sa décision. Quand je suis allé à Gethsemani, deux ans plus tard, pour tenter de le persuader de redonner vie à son projet, il m'a parlé avec une grande gentillesse, mais sans donner de réponse. Les Cisterciens sont toujours à Bornholm...



Ainsi, l'annonce de l'expérimentation à Myrendal a eu pour conséquence de suspendre la réalisation d'un projet du Père abbé de Gethsemani ! S'agissant du nombre de moines, Mgr Gran parle de 4 jeunes moines. Ils sont effectivement partis à 5 d'Achel mais le Frère David Fransen aurait quitté le groupe très rapidement, pratiquement dès l'arrivée sur place ; c'est ce que m'avait précisé le Frère Bas van Vessum.

Les deux autres extraits proviennent du journal tenu par Thomas Merton déjà évoqué supra. L'un est daté du 21 avril 1964, il est inséré ci-dessous à l'aide d'un petit montage.



On le voit, dès le 21 avril 1964, le Père Louis (Thomas Merton) qui est alors maître des novices à l'abbaye de Gethsemani estime qu'il est peut-être porté trop d'attention au projet des six moines cisterciens d'Achel qui envisagent de former une nouvelle communauté, plus ouverte sur le monde, vivant des revenus de son travail, jugeant que la pratique spirituelle dans un grand monastère va à l'encontre de l'idéal monastique en créant trop de pression. Ce que regrette le plus Thomas Merton c'est que soit rendu public un projet non encore approuvé et qui a peut-être été refusé, il ne sait pas ! Il suppose toutefois que la dernière chose qu'aient voulue les "Six" c'est la publicité faite sur leurs intentions. Il ne rejette pas l'idée qui pourrait être bonne. Rapportée au contexte américain l'idée se heurte toutefois au problème de l'automatisation qui supprime des emplois... Un moine contemplatif pourrait-il prendre le travail de quelqu'un qui en a besoin pour soutenir une famille ? La question essentielle pour lui est : un moine peut-il devenir un salarié ? Il évoque aussi le nouvel abbé général , dom Ignace, et trouve qu'il a certainement été plus tolérant que Dom Gabriël a pu l'être.

Il a parlé avec les novices et les "juniors" de cette "révision de vie" qui ne serait pas effective dans l'immédiat. Il se pourrait que quelque chose bouge. Il pense que la véritable crise et dans la définition de la place du moine dans le monde, de sa propre réalité, de ses aspirations à savoir clairement ce qu'il est là où il se trouve... Le moine n'a pas d'attache, il est un étranger de passage sur terre, sans réelle identité...


Le dernier extrait est daté du 1er mars 1966, soit près de 2 ans après la divulgation par la presse du projet des "Six d'Achel". Je me trompe peut-être mais il y a comme une certaine ironie dans les propos du Père Louis ...



Point n'est besoin de tout traduire... Je me concentre sur ce qui concerne Bornholm ! Les moines d'Achel n'ont pas encore rejoint le Danemark (installation août 1966) mais les choses semblent parfaitement en place dès mars puisque Thomas Merton écrit :

"""... une fondation d'un type expérimental nouveau a été faite "tranquillement et en douceur" au Danemark par l'un des plus progressistes abbés de l'Ordre, Dom André Louf..."""



*
* *


La Fondation de cette communauté simplifiée que les "Six d'Achel" avait appelée de leurs voeux ne s'est pas faite sans soulever des difficultés et des problèmes d'ordre interne. A t-on cherché à les dissuader ? C'est probable ! Je pense que le Père Pierre de l'Epiphanie ne m'en voudra pas de rapporter ici que Dom Gabriël van de Moosdjik - père Abbé d'Achel - a supplié les Six de ne pas quitter la communauté ...

En décembre dernier, après la lecture du rapport de Dom André Louf, je jugeais "négative" l'attitude de la communauté d'Achel ! Là aussi le Père Pierre m'a appelé à un jugement moins définitif et moins sévère et il a justifié l'attitude des frères d'Achel : "Il était normal qu'ils nous en veulent, ils ne voulaient pas que l'on s'en aille, ils avaient besoin de nous... Quelques années après mon départ je suis retourné à Achel pour rencontrer le Père Emmanuel , je lui ai demandé de me pardonner pour le mal que j'avais fait à la communauté""". Tout cela ne peut pas laisser indifférent.

A mon sens, moi qui ne suis qu'un modeste observateur extérieur, je trouve que cet "épisode" des "Six d'Achel" a sa place dans l'Histoire de l'Ordre. C'est pourquoi je trouve important de compléter la fiche de renseignements de Myrendal sur le site de l'OCSO. Je propose ce qui suit, en toute amitié, bien sûr !


Sur la partie gauche ce qui peut être lu sur l'actuelle fiche ... Sur la partie droite ce qui pourrait y figurer,
dont le nom du Père Frans van Haaren, en tant que supérieur de 1966 à 2007.



*
* *


10 juin 2014, depuis quelques jours j'ai relancé des recherches sur les "Six d'Achel" et Bornholm. J'avais le sentiment que quelque chose manquait ... Bien sûr en 2008 - dès lors que j'ai eu connaissance de l'histoire des "Six d'Achel" - j'avais fait quelques recherches, mais je reconnais être resté alors assez superficiel, ma préoccupation essentielle étant de "récupérer" des photographies de ceux qui furent des compagnons du Père Angélus ! Il est vrai aussi que jusqu'à ce que je prenne connaissance du rapport de Dom André Louf je ne savais pas - ou n'avais pas réalisé - que la volonté des "Six d'Achel" n'était pas seulement de fonder une communauté simplifiée mais que celle-ci devait être également plus largement ouverte sur le monde ! C'est cette notion d'ouverture au monde que j'avais en tête ; inconsciemment - ou non - je ne comprenais pas que cette volonté de fonder une communauté simplifiée et plus ouverte sur le monde se soit finalement traduite par une installation sur l'Ile de Bornholm, une île de 589 km2 comptant environ 40.000 habitants, au milieu d'un habitat dispersé ! L'île, qui comptait près de 50.000 habitants en 1960, se dépeuplait lentement. L'insertion ci-dessous explique mon incompréhension :


Comment de jeunes moines soucieux d'une ouverture au monde ont-ils pu rejoindre une île qui se dépeuplait ?




J'avais besoin d'une réponse ! Au cours de recherches plus orientées, je suis arrivé sur un texte évoquant l'histoire des trappistes dans le Nord ; un paragraphe y est consacré aux "Six d'Achel". Je crois que j'ai - en partie - la réponse que j'espérais. Je place ci-dessous un montage de ce que j'ai découvert (et toujours, imparfaitement traduit !).



Traduction partielle : En 1964, a commencé à Achel une expérience intéressante, menée par six jeunes moines du monastère qui avaient demandé de vivre autrement. Ils aspiraient à une vie monastique adaptée à l'époque moderne. Au début, ils voulaient s'installer dans une maison du Randstad (*) mais l'évêque de Rotterdam se demandait si leur expérience monastique pour un tel changement était suffisante. Il a été démontré qu'ils agissaient en réaction contre les usages anciens et qu'ils avaient idéalisé la situation locale et les possibilités. Il apparait toutefois intéressant de connaître leurs objections aux structures existantes, parce qu'elles étaient partagées par d'autres jeunes moines dans d'autres monastères ......

(*) le Randstad est une conurbation réunissant les villes d'Utrecht, Amsterdam, la Haye et Rotterdam.

Le point important - et nouveau - c'est que les "Six d'Achel" avaient formé leur projet initial autour d'une installation dans une région fortement peuplée ! L'ouverture au monde était indiscutable. Ce projet initial prévoyait sans aucun doute le travail "au milieu des laïques" ; il est regrettable que l'évêque de Rotterdam se soit montré réticent, ce qui a conduit les Frères à mener leur expérience séparément. On l'a vu ci-dessus, pour les Frères Raymundus et Basileus (Bas) ce fut à Leeds où ils avaient loué un appartement et travaillaient comme ouvriers. On peut imaginer que les autres Frères vivaient leur expérience à l'identique là où ils se trouvaient. La séparation des moines pendant les deux années d'attente n'a sans doute pas été favorable à l'amélioration du projet initial, cependant on notera que lors du "retour d'expérience", fait au Mont des Cats, les Six avaient confirmé leur volonté de poursuivre dans leurs intentions. C'était sans compter sur la position du "Définitoire" qui, en novembre 1965, a imposé des restrictions drastiques dans la "règle de vie" que devraient observer les "Six" : pas de travail au milieu des laïques ! Pourquoi une telle décision deux ans après le début de l'expérimentation ?

L'installation sur Bornholm résulterait donc d'un "pis aller" ? Peut-être le Père Pierre de l'Epiphanie sera-t-il en mesure de donner quelques indications sur ce projet initial et les motifs qui ont amené l'évêque de Rotterdam (à l'époque Monseigneur Martinus Antonius Jansen) et la commission de Westmalle à le déclarer comme insuffisamment mûr. Quoiqu'il en soit et malgré les difficultés le Prieuré de Myrendal a survécu à celle qui aurait pu être sa Maison mère, mais là c'est un autre débat ! Quant à ma proposition pour l'histoire de Myrendal, je pense qu'elle est toujours d'actualité.

Par courtoisie et pour l'informer de la présente insertion, j'ai essayé de contacter Herman Lenting, l'auteur de ce qui me paraît être un mémoire, mais l'adresse figurant sur le site est obsolète ; de même, une seconde tentative à partir d'une autre adresse trouvée sur Internet s'est elle aussi soldée par un "échec".



*
* *


11 juin 2014, René me fait part de recherches infructueuses qu'il a menées pour tenter de retrouver un livre auquel aurait contribué le Père Frans van Haaren en 1976. Ce livre sur "la vie monastique et la Foi hier et aujourd'hui" comporte 7 à 8 pages sur Myrendal. Il serait intéressant de découvrir ce qu'écrivait alors le Père Frans.



Lorsque j'avais traduit le "in memoriam" que le frère BO avait rédigé lors du décès du Père Frans, j'avais noté que ce dernier s'était impliqué dans la littérature et qu'il écrivait des articles pour des revues ou autres lorsqu'on le lui demandait... Ainsi, sur le site de Cistopedia.org, le Père Franz apparaît également comme auteur d'un ouvrage intitulé " Logum Kloster". Il s'agit d'une ancienne abbaye cistercienne du XIIème siècle située dans le Sud du Danemark. Cette abbaye a été fermée en 1548... L'église abbatiale est devenue église paroissiale en 1739. Le Père Franz en a sans doute retracé l'histoire.



J'ai retrouvé aussi quelques contributions sur le site "Esenby.dk". Le Père Frans a écrit des articles religieux pour la revue "Ånd og liv" : Den leven tradition (1978), Hvor tornebusken brænder. Jesus caritas (1979), I tog imod mig (1979), Gud er venskab (1980), Tilgivelse (1980), Barmhjertighed (1981), Lydighed (1982), Fred (1984).

Sur ce même site, j'ai également découvert que le Frère Bas van Vessum avait écrit pour la même revue deux articles en 1980 (thème amitié et pardon) et un autre en 1983 "Det levende Ord.".

Il y a probablement d'autres textes du Père Frans entre 1984 et 2007... Ainsi en 2004 il a écrit la préface du livre sur le moine Charles de Foucauld ("Sur les pas de Jésus de Nazareth"), de Soeur Annie, des Petites soeurs de Jésus. Ce livre édité en France en 2001 a été traduit du français au danois (édition du 18.3.2004) ; le Père Frans a sans aucun doute été sollicité car Charles de Foucauld a fait son noviciat à l'abbaye cistercienne de Notre-Dame des Neiges dans l'Ardèche, il a été Trappiste de 1890 à 1901, année au cours de laquelle il a quitté l'ordre pour devenir ermite.

Dans son in memoriam le frère Bo avait en outre précisé que le Père Frans avait apporté, pendant de nombreuses années, une aide fraternelle comme bibliothécaire à Östanbäcks, monastère bénédictin au sein de l'Eglise suédoise. C'est ce dernier point qui m'a poussé à essayer un contact. Il se pourrait que soient conservés en ce lieu les livres auxquels a contribué le Père Van Haaren.

N.B :En cliquant sur l'image ci-dessous vous pourrez revoir (sur le site Katolskorientering.dk) le in memoriam signé par le Frère Bo




12 juin 2014, en recherchant l'adresse en Suède, j'ai trouvé deux Pères susceptibles de me renseigner : le Père Caesarius Cavallin, supérieur au monastère luthérien d'Östanbäcks et le Père Ingmar Svanteson, un ancien d'Östanbäcks, converti au catholicisme, et depuis 2009 au monastère Saint Benoît de Tomelilla. Je les ai contactés.

Ma demande ne portait que sur le seul livre Klosterliv : serait-il possible d'obtenir une numérisation et un envoi par mail des quelques pages écrites par le Père Frans et concernant Myrendal ?

J'ai eu très rapidement une réponse sympathique. Aucun n'a le souvenir de ce livre ; le Père Ingmar me suggère de prendre contact avec le monastère de "Mariavalls" qui dispose d'un "Bookbindery" (atelier de reliure), ce que j'ai fait en espérant une réponse.


Le Père Caesarius Cavallin, monastère luthérien d'Östanbäcks (Suède)





Le Père Ingmar Svanteson, seul moine du monastère St-Benoît de Tomelilla (Suède).




*
* *


15 juin 2014, de mon côté j'ai entrepris quelques recherches pour tenter de me procurer l'ouvrage. Pour l'instant je suis arrivé à une certitude : le livre - ou plutôt la brochure de 56 pages - existe bien ! J'ai trouvé cette dernière dans un inventaire sur un site qui n'est pas un site de vente. La brochure porte le nom de l'auteur principal (J.Chr. Myrhøj) et celui des religieux qui présentent sans doute leur monastère : Broder Frans, Søster Hildegard et Søster Birte.


L'illustration de couverture présente le monastère
de Sainte Catherine à Ribe (Danemark)



16 juin 2014, j'ai trouvé un site au Danemark qui proposait un exemplaire de cette brochure de 1976 ; après confirmation j'ai passé commande ! Il ne reste plus qu'à attendre quelques jours ... Se pourrait-il que cet écrit du Père Frans puisse comporter des éléments d'information nouveaux, autres que ceux figurant dans le script de la vidéo réalisée en 1985 ?



19 juin 2014, j'ai reçu la brochure ! Pour l'instant disons que je suis surpris de ne découvrir aucun nom ! Les Frères ne sont pas nommés et le nom de l'abbaye d'origine des moines n'est pas précisé. Dans la partie traitée par J. Chr. Myrhøl, il y une photographie où l'on reconnait le Choeur de l'abbaye d'Achel, cette photographie a été remise par Myrendal (cf indications portées sur la brochure) ; il est simplement indiqué "Grand-Messe" alors que les autres photographies de monastères insérées sont toutes identifiées !

Cette "Grand-messe" est difficile à dater ! En regardant attentivement on remarque une sonorisation qui n'est pas visible lors des obsèques de Dom Columbanus (avril 1964) voir supra. Sur la droite l'un des visages semble avoir été "flouté", pourrait-il s'agir du Père Frans ? Sur la gauche, je crois reconnaître le Père Angélus ...


Le Père Abbé assis à l'arrière plan est-il Dom Gabriël ou Dom Emmanuel ?


Le Père Frans indique qu'ils viennent d'une abbaye située à la frontière Belgo-néerlandaise mais il n'en donne pas le nom ! Pour accompagner le texte sur Myrendal kloster, il y a quelques photographies mais aucune ne présentant un moine de face. Je place ci-dessous un montage des pages écrites par le Père Frans van Haaren, la photo de l'atelier de reliure et une vue du prieuré...


la couverture de la brochure et les 9 pages consacrées à Myrendal Kloster




L'atelier de reliure de Myrendal en 1975 (sans doute le Frère Bo et le Père Frans)



Une vue du Prieuré de Myrendal (1975)

Les observations ci-dessus émises - et concernant l'absence de référence à l'abbaye d'Achel - pourraient être interprétées comme du ressentiment ; il faut toutefois souligner que le texte écrit par le Père Frans reste purement objectif.

S'adressant essentiellement à des Danois, il fait allusion à l'abbaye de Vitskøl (Nord Danemark), qui de 1158 à 1536 a été occupée par des moines cisterciens ; cela lui permet de parler de l'implantation actuelle de l'Ordre, sur tous les continents et de la diversité des évolutions et de l'adaptation des moines au monde moderne... Il tente de répondre à la question de "l'utilité" des moines qui ont eu "au travers des siècles une grande influence dans de nombreux domaines" (agriculture, architecture, travaux manuels, plantes médicinales...). J'ai trouvé plaisant que pour "illustrer" la raison des différentes réformes au sein du monde monastique, le Père Frans ait cité "Le Petit Prince" de Saint-Exupéry ; la parabole de la cinquième planète et l'allumeur de réverbère... Cette planète qui tourne de plus en plus vite !

N.B. :Au cours de récentes recherches j'ai découvert que les moines cisterciens avaient fondé à Leeds (Angleterre), vers 1200, une fonderie qui est devenue "Kirkstall Forge". L'usine, reconstruite à la fin du 18ème siècle s'est diversifiée par la suite ... En 1930 pratiquement chaque camion et autobus fabriqué en Angleterre, avait un essieu arrière provenant des forges Kirkstall. l'usine a été fermée en 2002...

Le Père Frans évoque bien sûr l'installation sur l'île de Bornholm ; le départ de deux frères pour les Pays-Bas et l'arrivée de Bo (1974 ou 1975). Il décrit une journée entre prière et travail ; il y a la reliure mais aussi le jardin potager, l'entretien des bâtiments, les travaux à réaliser pour aménager la chapelle, l'atelier, les chambres et les lieux de vie... Il y a des visiteurs qui quelquefois restent plusieurs jours...

La communauté est pauvre et vit chichement. En raison même du petit nombre de moines, chacun doit gagner sa vie par le travail et les dépenses sont limitées au strict nécessaire. Le bien commun est mis au dessus des propres désirs de chacun. Le Père Frans écrit que "bon nombre des anciennes formules manque mais que l'essentiel de la vie monastique a été conservé ; ils forment une famille de chrétiens où tout est partagé, en s'abstenant de courir après la richesse, le confort ou le luxe et en ne recherchant pas le pouvoir personnel".

Voilà donc un très bref résumé de ce qu'écrivait le Père Frans van Haaren en 1975. Il décédera 32 ans plus tard, en 2007, à l'âge de 74 ans, à la suite d'une longue maladie. Je place ici l'annonce de ce décès faite par le Père Caesarius du monastère d'Östanbäcks, en Suède :




ÖSTANBÄCKS KLOSTER Midsommar 2007 (extrait)...
Två sorgebud har nått oss de senaste dagarna: vår trofaste visitator, rådgivare, retreatledare och vän, med minst ett årligt besök från 1988 till 2002, prior Frans v.Haaren i Myrendal kloster på Bornholm, insomnade i frid den 17 juni. Han var i början av 60-talet den självklare ledaren för en grupp unga munkar i det nederländska trappistklostret Achel som tog till sig Andra Vatikankonciliets kallelse till källorna, Evangeliet, som han själv sade, ännu mer än den monastiska traditionen före klostrens klerikalisering. I denna anda tog han emot prästvigningen för nygrundningen med ett par medbröder i den gamla bondgården i Olsker på Bornholm, som efter decennier accepterades officiellt av orden. Kloster Erlach, då i Österrike, som betydde mycket för oss, var ett parallellfenomen och kontakten mellan våra kommuniteter etablerades tidigt. För mig var det var mycket gott om än smärtsamt med tanke på hans tillstånd och dess innebörd för Myrendals framtid att ännu få lov att se honom där med de två medbröderna i slutet av april. Och hans sista ord till mig då med möda men med smilet och den typiska vinken På gensyn är ett minne för hoppet i tron och ett slags underpant på gemenskapen tvärs över den stora gränsen.
Era bröder i Östanbäck genom br.Caesarius

Traduction partielle : ..Le Père Caesarius annonce deux décès, dont celui du Prieur Frans van Haaren, qui s'est éteint paisiblement le 17 juin 2007 ; il évoque le fidèle visiteur, le conseiller, le chef de retraite et ami dont il a reçu au moins une visite annuelle entre 1988 et 2002... Le Père Caesarius a rendu une dernière visite au Père Frans en avril 2007.



Suite à une question posée je pense utile d'apporter quelques précisions quant à la localisation du Monastère d'Östanbäcks. Si cela ne pose pas trop de problèmes pour les utilisateurs de Google Earth , il peut paraître moins évident pour les autres de le situer précisément sur une carte.


Östanbäcks kloster - 733.96 SALA (Suède) - se trouve à plus de 530 km au Nord du Prieuré de Myrendal.



Le monastère d'Östanbäcks est situé à un peu plus de 7 km à l'Ouest de SALA.



Une vue arrière du monastère prise depuis la route qui le longe.

A l'occasion d'un échange par mail, le Père Caesarius m'a précisé que les premiers contacts avec Myrendal et le Père Frans dataient des années 1968/1969 et qu'ils ont perduré au fil des ans.





*
* *


25 juillet 2014, j'ai demandé une autorisation au site "saintansgars.com" pour placer sur ma page quelques éléments d'information relatifs au Prieuré de Myrendal que j'ai découverts en "feuilletant" leurs bulletins... En attendant une éventuelle réponse vous trouverez ci-dessous l'essentiel de ce qui a retenu mon attention : extraits de 1966 (création de Myrendal), 1967 (lettre du Père Frans adressée à la Ligue), 1972 (compte rendu d'une rencontre)...

NB : Saint Ansgar (Anschaire, Ansgarius ou Oscar) - né à Amiens (F80) en 801, décédé à Brême (Allemagne) en 865. Appelé l'apôtre des peuples du Nord. Moine de l'abbaye de Corbie (F80), premier évêque de Hambourg, il évangélisa le Danemark et la Suède où il prit le nom d'Ansgar.




L'annonce de la fondation à Myrendal. Il est précisé que sur Bornholm, les Soeurs d'Hedwige ont dû fermer leur institution faute de vocations...


Sur les 4 moines, trois travaillent comme ouvriers agricoles dans des fermes voisines. Le commentaire ajouté par l'éditeur indique que face
aux difficultés rencontrées, des moines bénédictions américains désireux de s'installer au Danemark
étaient pour la plupart déjà rentrés dans leur abbaye d'origine...


Six ans après leur installation deux Frères travaillent toujours à l'extérieur. Les visites
annuelles du Père André Louf sont évoquées et l'humour du Père Frans est souligné...



La Ligue catholique scandinave de Saint Ansgar, à New-York, a cessé l'édition des
bulletins en 2010, année du centenaire de sa fondation. Les Eglises
catholiques des pays concernés assurent désormais l'information.




*
* *


03 août 2014, il y a bien longtemps que je n'avais pas donné de nouvelles de l'abbaye d'Achel ! Elle accueille l'exposition pour la commémoration de la Première guerre mondiale de 1914/1918, organisée avec le concours des associations et municipalités proches. Au cours de cette guerre, l'abbaye connut cette fameuse clôture électrique " de draad des doods", fut prise sous le feu allemand et les moines obligés d'habiter des cabanes non loin de là. Un arrêté allemand de saisie de l'étain et du cuivre conduisit au démantèlement de la brasserie... Le Père Gaby Depreitere a rappelé ces faits lors du discours inaugural.

.
Le bourgmestre et le Père Gaby lors de l'inauguration de cette exposition



*
* *


15 août 2014, par hasard je dois le dire, j'ai découvert une photo récente, mise en ligne le 25 juillet 2014. Il s'agit de l'intérieur de la chapelle de Myrendal. L'auteur, ayant accompagné cette photographie d'un commentaire précis sur le prieuré, ne pouvait pas n'être qu'un simple touriste ! Il s'agit d'un Prêtre, ami de l'ordre cistercien. Je vais prendre contact avec lui afin d'obtenir son accord pour l'insertion de cette vue sur ma page et aussi pour savoir s'il n'aurait pas profité de son passage à Myrendal pour s'entretenir avec les deux Frères et - pourquoi pas - faire d'autres photographies ! En attendant, comparez la photo suivante avec celles qui figurent ci-dessus - vue 1967 - et vues 1975 et début années 2000 (où l'on peut apercevoir le plafond de la chapelle (1975) et aussi l'aspect extérieur avec son clocheton (ca 2000).


En 1975 la chapelle présentait déjà cet aspect, la couleur permet de mieux apprécier...



*
* *


2 septembre 2014, certes je n'ai pas encore de réponse à mes précédentes demandes mais les insertions faites ces derniers temps m'ont amené à de nouvelles recherches. C'est ainsi que j'ai eu le grand plaisir de découvrir une photographie sur laquelle sont présents les deux Frères du Prieuré de Myrendal, Frère Clemens et Frère BO. Cette photo a été prise à l'occasion d'une cérémonie (jubilé d'une religieuse).


Je ne ferai pas de traduction mais vraiment cette photo fait tellement plaisir à voir
que j'en place ci-dessous un agrandissement plus net !



D'après ce qu'il est possible de comprendre les participants à cette cérémonie de sympathie (sept 2013) ne se doutaient pas que les Soeurs Ansvera et Carina auraient rejoint leur maison mère (Soeurs du Précieux-Sang) à Neuenbeken (Allemagne) en février 2014. La mission de Rønne, sur l'île de Bornholm, a été fermée faute de vocations (cf autre article). On ne peut s'empêcher de penser à Myrendal et à ce que va décider le prochain Chapitre général de l'OCSO...




*
* *


7 septembre 2014, aujourd'hui j'ai reçu la confirmation que j'ai bien retrouvé un autre Frère des "Six d'Achel". Mais revenons à la chronologie ! Fin juillet 2014 , j'ai découvert sur un site de vente de livres un ouvrage écrit par Niek Werkhoven et Jan Renkema. Sur la quatrième de couverture de ce livre je pouvais lire quelques mots sur chacun des auteurs et j'ai alors pensé que ce Niek Werkhoven ne pouvait être que cet ancien d'Achel parti en 1966 pour fonder Myrendal qu'il avait quitté au début des années 1970. Le montage photo ci-dessous présente le livre "Vermoeden van volheid - Wat bijbelverhalen verhalen" et reprend lisiblement la présentation de Niek Werkhoven.


Agé de 78 ans, a prononcé des voeux de moine en 1962, est entré dans la communauté de Hooge Berkt en 1974...

Il me fallait prendre contact et savoir. Soucieux toutefois de ne pas commettre d'impair, j'ai préféré m'adresser à lui par voie postale plutôt que d'adresser un mail à la communauté de Hooge Berkt (Bergeijk NL). En effet je ne savais pas quelle était la situation exacte de Niek et je pensais qu'il avait quitté l'OCSO.

Dans sa réponse le Frère Niek me confirme qu'il a bien été l'un des "Six d'Achel"; qu'il a quitté Myrendal en 1972 "déçu et désillusionné". Il est alors retourné vers l'abbaye du Mont des Cats (rappel) et après quelque temps, en 1974, il s'est engagé - avec la permission du Père abbé, Dom André Louf - dans la communauté de Hooge Berkt. Comme il le précise : il n'a jamais quitté l'Ordre.

Après ce contact il m'est permis d'évoquer ici le Frère Niek Werkhoven et de placer ci-après des photographies trouvées sur le Web :


Niek Werkhoven lors de la remise du livre (à gauche)


Une photographie de Niek Werkhoven, datée de 2012 et trouvée
sur une présentation de la communauté de Hooge Berkt



Par courtoisie, il me paraît important de dire quelques mots sur le co-auteur ! Monsieur Jan Renkema est le Président de la communauté De Hooge Berkt qui me semble être un centre d'accueil et une école de la Foi (catholique), des retraites ou séminaires y sont organisés. Jan Renkema est également professeur émérite (linguiste) de l'université de Tilburg ; il est spécialisé dans la conception de documents et dans la recherche et la résolution de problèmes en matière de communication organisationnelle.

S'agissant de la communauté de Hooge Berkt elle dispose d'un site web que vous découvrirez en cliquant sur la photo ! Le Frère Niek a trouvé en 1974 ce qu'il recherchait : une façon de vivre sa foi dans une communauté largement ouverte sur le monde. Je ne sais pas si je développerai davantage un jour mais sachez que le Frère Niek anime des séminaires et des retraites, ses commentaires sur la Bible sont appréciés. A Hooge Berkt interviennent des membres de l'OCSO, de l'OSC et des Prémontrés. J'ai également trouvé plaisant le fait que cette communauté soit implantée à une douzaine de kilomètres de l'abbaye d'Achel !






*
* *


Septembre 2014, c'est déjà le temps du Chapitre Général ! Comme le temps passe vite...


La messe d'ouverture du chapitre genéral, le 11 septembre 2014.


Le rapport de Dom Eamon - Abbé général OCSO - sur "la fragilité croissante dans l'Ordre" est à découvrir absolument ...Tout comme l'intervention de Dom Mauro lors de sa visite du 16 septembre 2014 (Dom Mauro-Giuseppe Lepori Abbé général de l'Ordre cistercien). Cliquez sur photos.

__
Dom Eamon et Dom Mauro



J'espérais voir sur le site du CG2014 - OCSO - le texte de la conférence faite le 18 septembre par Mgr José Rodriguez Carballo, secrétaire de la Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée et les Sociétés de Vie Apostolique (CIVCSVA) ; ce ne sera pas le cas, le document n'a pas été laissé par l'intéressé. Peut-être a-t-il évoqué les "plus de 3000" religieux et religieuses qui quittent chaque année la Vie consacrée... Il avait soulevé ce point en octobre 2013 au cours d'une conférence, à Rome, intitulée "la fragilité vocationnelle : quelles responsabilités pour les institutions de vie consacrée ?". Il a aussi probablement évoqué l'année 2015 qui sera l'année de la Vie consacrée ; année qui s'inscrit dans le contexte des célébrations commémoratives du 50ème anniversaire de Vatican II.

Au fil des jours le site s'enrichit de quelques textes sans qu'il soit possible toutefois d'obtenir des informations sur les différents votes et décisions prises (souhait de communication préalable en interne avant que de mettre en ligne et en lecture publique ce qui concerne avant tout les Frères). Il reste que de belles photos sont visibles, et aussi un film plein de poésie et de grâce, à visionner via "You tube" (Bravo à Mère Maria-Gratia pour l'accompagnement musical !).

Les plus attentifs des visiteurs du site de ce CG2014 n'auront pas manqué de remarquer que des orientations nouvelles sont données le dernier jour cf l'extrait suivant : """ Les travaux du jour commencent par la lecture des orientations sur l’utilisation d’internet, des Mass Média et des nouveaux moyens de communication, et se poursuivent par la présentation de votes...""".

Dans son homélie, lors de la messe de clôture du Chapitre général, Dom Eamon, abbé général de l'OCSO, ouvre toute grande la porte vers cette prise en compte des moyens de communication nouveaux. C'est pratiquement un "OSEZ" ! :

(extrait homélie) """...L'Evangile d'aujourd'hui nous rappelle, une fois de plus, le danger inhérent à la vie religieuse ou monastique, institutionnelle. Nous vivons dans un monde séparé de la plupart des épreuves de l'existence humaine ordinaire. Nous avons nos structures, notre foi, nos traditions, enracinées dans l'Evangile, approuvées par l'Eglise comme expression authentique de la vie évangélique. Et pourtant, même là, alors que nous renonçons à la plupart des biens légitimes de ce monde et que nous "jeûnons deux fois la semaine et payons la dîme de tous nos biens", nous pouvons ne pas entendre la voix de Dieu et manquer les "signes des temps" - sa présence à nous, dans notre monde...""".


Le site est accessible en cliquant sur l'image ci-dessus



*
* *

4 octobre 2014, j'ai appris que M. Anton van Kalmthout, organiste de l'abbaye d'Achel, était décédé le 3 octobre 2014. J'avais eu l'occasion de l'évoquer lorsqu'il s'était vu remettre la médaille "Pro Ecclesia et Pontifice", en mai 2011 (cliquer sur photo ci-dessous pour retrouver l'événement dans cette page).


M. Anton van Kalmthout, sur l'orgue Hurvy d'Achelse kluis



*
* *

Le 18 juin 2015, l'émotion ressentie lorsque j'ai découvert la tombe du Père Frans van Haaren, supérieur du Prieuré de Myrendal (OCSO) de 2002 à 2007 m'a fait comprendre que - peut-être - ma quête n'était pas tout à fait terminée ! Dois-je dire que je ne cherchais rien de particulier ? Que seul le hasard m'a amené sur cette page "facebook" ou depuis quelques années son auteur avait raconté en photos un voyage au Danemark ? Je ne sais pas et je n'ose plus parler d'intuition ! Toujours est-il qu'il y avait là, parmi d'autres vues, cette tombe de l'un des "Six d'Achel" ! L'auteur est celui qui avait mis en ligne l'an dernier (août 2014) une photographie de l'intérieur de la chapelle de Myrendal.


La tombe est dans le cimetière de Sankt Ols Kirke, église de Olsker, à 1,8km du Prieuré de Myrendal

*
* *

10 septembre 2015, aujourd'hui j'ai découvert l'article ci-dessous sur le site de "InternetGazet". J'avais eu l'occasion d'évoquer la place que l'abbaye d'Achel tenait dans l'essor touristique de la région ; il semblerait que l'association des "amis de l'abbaye d'Achel" annonce des dispositions visant à confirmer le maintien du caractère spirituel des lieux. A titre expérimental quatre journées "Nature et jour de silence" ont été programmées, dont la 1ère le 15 octobre prochain. Cet article nous apprend aussi que 5 frères (dont 4 très âgés) sont toujours à l'abbaye.


Vue de l'abbaye d'achel prise à l'intérieur du site, le cimetière où reposent les moines se trouve derrière le photographe
(voir insertion de nov2011).




*
* *

- Année 2016 -

07 février 2016, j'ai retrouvé sur le Web deux évocations du Père Angélus dont une qui répond à une question que je me posais depuis bien longtemps... Il s'agit de la photo ci-dessous que Louis m'avait adressée en 2008.

>

Certains se souviendront peut-être que c'est l'ex-Frère Bas Van Vessum qui, en 2011, m'avait permis d'identifier le Père qui se trouvait au premier plan. C'est le Père Henricus, frère du Père Angélus... Bas ne pouvait pas préciser à quelle occasion cette photo avait été prise, en 1955. Je viens de retrouver la photo suivante sur un site d'archives (cliquez sur image) :



Ainsi cette célébration en commun marque le jubilé des 25 ans de vie religieuse du Père Henricus et du Père Angélus. Il fallait que cela soit précisé sur cette page !

Cette photographie est archivée au titre de la commune de Weert (NL) - lieu de naissance des frères -. A ce propos l'on remarque une erreur dans l'attribution des prénoms. Le Père Henricus avait pour prénoms henricus wilhelmus ; le Père Angélus avait pour prénoms : Gérardus, Henricus (cf faire-part de Achelse Kluis et arbre généalogique des intéressés).

Ma deuxième trouvaille est une nouvelle photographie du Père Angélus prise lors d'une visite d'une classe de jeunes élèves de Borkel en Schaft (NL) à l'abbaye d'Achel. J'ai demandé au webmaster du site son accord pour placer ici cette photo qui date de 1974 ; autorisation accordée, ce dont je le remercie bien sincèrement. Les visiteurs intéressés pourront éventuellement faire une recherche sur le site "beeldbank.weerderheemvalkenswaard.nl" ; ils pourront y obtenir le nom des élèves et institutrices ...


Le Père Angélus, portier de l'abbaye, est ici âgé de 68 ans



*
* *

8 février 2016, je me doutais bien que ce "quelque chose" qui m'a ramené vers ma quête ne s'arrêterait pas comme cela ! Cette fois c'est au Centre régional d'Histoire de EINDHOVEN (NL) que j'ai trouvé une photo de la communauté d'Achel sur laquelle je reconnais le père Angélus. Cette photo ne porte aucune date précise mais il est indiqué la période 1925-1935. Difficile d'être précis sur la date mais - sans aucun doute - il s'est écoulé quelques années depuis les photos du noviciat d'Angélus (1925-1927).

C'est toujours un moment d'émotion que de retrouver ainsi des témoignages de la présence de ce bon Père à l'abbaye d'Achel. J'ai demandé au RHC de Eindhoven leur accord pour placer la photo ci-dessous.


Le Père Angélus est à droite, dans le cercle jaune. Je crois reconnaître aussi les Pères Silvester et Nivardus...


Le 11 février 2016, j'ai reçu une réponse fort sympathique du Centre régional d'Histoire (RHC) de Eindhoven sous forme d'une photo haute définition ! Vraiment un plaisir que de rechercher des visages connus ! Je les en remercie une nouvelle fois ici.

L'extrait ci-après permet de reconnaître sans aucun doute possible le Père Angélus, avec, à ses côtés, son propre frère, le Père Henricus.



La qualité de la photo me permet de reconnaître plusieurs des moines que j'ai eu l'occasion d'évoquer sur ma page. Outre les Frères Nivardus et Silvester il est possible d'identifier les Frères Amadeus, Tarcisius, Amandus, Raynaldus, Aldelbertus, Emmanuel (futur Abbé), Dominicus de Jong, ... Il y a aussi celui dont j'ai également eu du plaisir à retracer l'histoire : le Père Lambertus Vandermeulen ! Il est cerclé de bleu dans l'extrait ci-dessous. J'ajoute le Frère convers Marinus Den Otter (en A sur la photo), Marinus est entré à Achel en 1940. Enfin, je crois avoir également reconnu le Père Godfried (Gérardus Bussels, en B sur la photo) qui est entré à Achel en 1941 !


J'ai ajouté le nom du père Tarcisius dont je parle à nouveau ci-après...

Additif du 28 juillet 2017 : Saint Benoît s'est manifesté ! Il m'a ramené vers un historique de l'abbaye d'Achel dont j'avais encore quelques paragraphes à traduire ! En fait cette superbe photo de la communauté a été prise à l'occasion du centenaire de l'abbaye, en mars 1946. Je m'explique : on le voit les moines posent devant une statue de Saint Benoît, cette statue que j'ai déjà eu l'occasion de placer sur ma page repose sur un socle octogonal. Selon l'historique parmi les travaux engagés durant l'hiver 1945-1946, il y a eu notamment la mise en place de cette "nouvelle" statue de Saint Benoît, sur un socle octogonal, au Nord-Ouest de l'Abbaye, ceci en prévision des fêtes du centenaire...


*
* *

17 février 2016, je ne peux faire sans citer le site "Cubra.nl" ; j'y ai en effet découvert un inventaire exhaustif des livres pour enfants de Tarcisius Passier, ce moine d'Achel déjà évoqué sur cette page.

Un titre a retenu mon attention : "De Verdwenen Knaap", paru en 1956. La couverture de ce livre est une photographie et il est indiqué que l'illustrateur ou photographe est inconnu. J'ai immédiatement pensé au Père Angélus !

Comme l'indique le petit montage ci-après, le cliché a été réalisé dans l'abbaye face à l'hôtellerie. J'ai donc une intime conviction confortée par les renseignements déjà recueillis : le Père Angélus travaillait au sein des Editions Sinite Parvulos de l'abbaye et il était le photographe de la communauté, faisant aussi les photos de classe dans les écoles proches et celles de certaines communions solennelles...



Il est fort probable que ce "fotograaf onbekend" soit le Père Angélus...


18 février 2016, lors de l'insertion du lien vers Cubra.nl j'ai averti le Webmaster du site en lui faisant part de mes convictions quant à l'intervention du Père Angélus dans la réalisation de la couverture du livre ci-dessus. J'ai eu une première réponse fort sympathique de Ed Schilders et, dans un second temps, un message comportant les illustrations intérieures de ce livre. Il s'agit de photographies réalisées dans le couloir de l'hôtellerie, ce qui me conforte un peu plus encore dans ma conviction ! Le Père Angélus - qui développait lui-même ses photos - est l'illustrateur de ce livre.

__


J'ai éclairci la photo du garçon pour mieux démontrer la similitude des lieux (carrelage et boiseries)


19 février 2016, selon le site Unicat.Belgique le père Passier a produit une quarantaine de livres dont certains ont fait l'objet de rééditions ; le montage ci-dessous reprend les couvertures présentées sur le site Cubra.



Outre le Père Angélus, d'autres moines ont contribué à l'illustration de certains livres :

- le frère Lucas Baars qui a fait son noviciat à Achel, devenu le Père Johannes Baars, évoqué sur cette page et avec qui j'ai eu le plaisir de quelques échanges. Couverture n°10.

- le Frère cistercien Raphaël Reesinck (couvertures n°5, 15, 17 et 18) ; dès 2008 j'avais recherché un lien avec l'abbaye d'Achel mais je n'avais rien de trouvé de déterminant à l'époque ; depuis j'ai exploité une photo d'archives qui prouve qu'il y avait bien à Achel un frère Raphaël (voir ci-après) !

- Parmi les livres présentés par le site Cubra l'on retrouve un autre moine cistercien illustrateur : Mauritius Vorst. Il s'agit sans aucun doute du Père Mauritius qui aimait à regarder le ciel avec son téléscope, qui s'occupait de l'imprimerie de l'abbaye et qui a également dessiné quelques cartes postales que l'ami Bram Spee m'avait adressées en 2010 (23/09). Un retour en arrière permet de trouver un coup de main identique dans le graphisme des cartes et les couvertures n° 4, 9 et 11.


Il y avait bien un frère Raphaël à Achel ...




*
* *

25 mars 2016, je suis retourné sur le site de Cubra.nl et, s'agissant du livre de Tarcisius Passier "De verdwenen knaap", j'ai vu que ED Schilders avait remplacé la mention "fotograaf onbekend" par : "Broeder Angelus (Gerardus scheepers)" ... Merci Ed ! Je suis tellement content pour le père Angélus !


Cela me fait bien plaisir de lire le nom du père Angélus !




*
* *

2 avril 2016, ce matin j'ai appris le décès soudain de Frère Charles, de l'abbaye d'Achel. Il est mort le 1er avril 2016. Le Frère Charles, âgé de 78 ans, avait prononcé ses voeux solennels le 15 août 2006. Je m'associe à la peine de la communauté.




Le frère Charles, à l'occasion de ses voeux solennels en 2006 ...


L'ancienne communauté d'Achel - placée sous l'administration de l'abbaye de Westmalle depuis 2011 - ne compte plus désormais que trois moines : Le père Gaby (79 ans), le frère Luc (87 ans), le frère Joris (86 ans).


*
* *

Lors du dernier contact avec lui, Ed Schilders m'avait parlé d'un livre dont il venait de faire l'acquisition : "De monnik van Europa's straten". Ce livre est le résultat du travail de novices anonymes de l'abbaye d'Achel (1953). J'avoue avoir été de suite intéressé par l'acquisition de ce livre et je suis allé voir sur le site "Antiquariaat Duthmala" (NL) où je l'ai trouvé ! Je l'ai reçu le 14 avril.

C'est à l'occasion du 8ème centenaire de la mort de Saint Bernard de Clairvaux que les novices d'Achel ont souhaité présenter un livre permettant de mieux faire connaître le saint, à partir de textes significatifs sur sa vie et son travail. Le livre est présenté par Anton van Duinkerken, aucun indice ne permet de citer un des novices qui a contribué à la réalisation de ce livre mais il existe toutefois un "avertissement" signé par le frère M. Emmanuel Van Gassel qui était à l'époque le maître des novices...Le livre est illustré d'oeuvres se rapportant à Saint Bernard et je présente ci-dessous celles qui se trouvaient à l'abbaye d'Achel.



La couverture du livre est la reproduction d'un "vieux tableau" depuis longtemps à l'abbaye d'Achel"...




Bien sûr je me pose la question de savoir qui étaient les novices d'Achel qui ont participé à l'élaboration du livre, si certains sont toujours de ce monde ils sont pour le moins nonagénaires ! Peut-être le Père Pierre de l'Epiphanie à Eygalières ou le Père Johannes Baars du monastère de la visitation à Lourdes auront-ils gardé quelques noms en tête ? J'hésite quand même à leur poser la question !




*
* *

18 avril 2016, j'ai reçu un message de remerciement des Frères d'Achel suite au décès du Frère Charles. Une photo récente et émouvante du frère Charles ainsi que le faire-part de son décès étaient joints. Je souhaite les placer ici, à sa mémoire.




*
* *

2 mai 2016, ce matin j'ai appris le décès de Frère Joris, des suites de maladie, à l'âge de 86 ans. Il était à Achel depuis 1956... J'avais évoqué un peu plus haut sa passion des oiseaux car j'avais découvert - en son temps - un article de Marjoleine De Vos , en date du 2 septembre 2000, article dans lequel était évoqué le frère Joris et son intérêt pour la nature. Il tenait un journal sur les oiseaux et leurs vols migratoires... Il y racontait ce matin de novembre 1985 où il avait obtenu du père abbé l'autorisation de ne pas être présent à la prière du matin (les laudes) pour aller observer en forêt, au bord d'un lac, les grues qui "devaient être là" ... Elles y étaient !

Je m'associe à la peine des derniers frères de l'abbaye d'Achel.

L'annonce du décès sur le site de l'abbaye


Au revoir Frère Joris ...




*
* *

4 mai 2016, j'ai eu la grande surprise aujourd'hui de recevoir une réponse à un message que j'avais adressé le 29 mars 2010, il y a un peu plus de 6 ans ! A l'époque j'avais découvert un arbre généalogique où figurait Gérardus Henricus Scheepers et sa famille. J'apprenais que celui qui allait devenir le père Angélus était le dernier d'une fratrie de 9 enfants... Je plaçais alors un extrait de cet arbre dans le récapitulatif de ma quête et j'adressais un message à "Annette", qui était à l'origine de cette page généalogique, pour l'informer de ma démarche et m'assurer que cela ne portait préjudice à personne.



La réponse reçue ce jour exprime l'espoir de m'être utile et comporte deux pièces jointes : l'arbre généalogique du Père Angélus et une copie de 2 pages d'un registre qui me semble être un registre des "entrants". Je vais essayer d'obtenir plus de précisions mais il me semble bien que cela concerne Achel. Ainsi l'on retrouve au 8 septembre 1924 l'inscription de Passier Christanius Bernardus Antonius (le père Tarcisius) et l'inscription du futur Père Angélus (cf photos ci-dessous).





Bien sûr je reviendrai sur ce document mais déjà il apparaît que Angélus était étudiant avant son entrée à Achel et, que s'il est bien né à Weert, il était domicilié à Gemert (NL).

Le 5 mai 2016 Annette m'apporte quelques précisions et me communique le lien qui permet de lire ce registre qui s'avère être un recensement des populations arrivant dans la commune. En cliquant sur l'image ci-dessous vous pourrez découvrir les quelques pages concernant l'abbaye d'Achel sur le site des archives néerlandaises. On pourra remarquer par exemple que Bartholomeus van de Moosdijk (le père Gabriel) est enregistré comme "arrivant", le 15 mars 1923, cela marque sans doute son retour de Rome où il avait passé quelques années. Il y a d'autres moines, tels Scheepers Henricus, le frère du Père Angélus, entré le 29 mai 1923 ou PAS ignatius Stéphanus (le Père Nivardus) entré le 8 mars 1922... Merci Annette pour cette communication.



Le 6 mai 2016 Annette me transmet deux documents : un article de presse de 1938 évoquant une messe célébrée par le Père Angélus et une photo de 1943 où l'on voit le Père Angélus et son frère le Père Henricus en famille...



Avant de placer ci-dessous une traduction partielle, je rappelle que le Père Angélus a été ordonné prêtre le 24 avril 1938. L'article, daté du vendredi 10 juin 1938, concerne une messe célébrée le dimanche de Pentecôte 5 juin 1938.

Weert, une première messe solennelle. Le révérend Père Angélus de l'Ordre des Trappistes du monastère d'Achel, célébrait dimanche, dans l'église paroissiale du Sacré-Coeur sa première messe solennelle. Les paroissiens avaient préparé cet événement pour que le jeune prêtre et sa famille soient fêtés, la maison parentale était décorée avec des fleurs et des guirlandes avaient été placées sur le chemin de l'église. Une longue procession s'est mise en route vers 09h30, précédée par un groupe de cavaliers dont les montures étaient décorées ; ils étaient suivis par l'harmonie St-François, un groupe de jeunes mariés, le clergé, le nouveau prêtre et sa famille et les voisins...

La messe a été concélébrée par le Père Henricus, du même ordre, ainsi que par un révérend Père du St Geest... Le père Henricus a prononcé un sermon pendant l'office.

Après l'office la même procession s'est dirigée vers la maison parentale où le jeune prêtre a été fêté... chorale d'enfants, récits de poèmes par quelques dames. Un bouquet de fleurs a été remis au jeune prêtre qui s'est vu remettre un bréviaire à son nom... Le Père Angélus a remercié l'assistance pour cet hommage et donné sa bénédiction.



l'église où le Père Angélus a célébré sa première messe solennelle

La photo placée ci-après date de 1943 ; on se souvient que dès janvier 1943 les moines d'Achel avaient été chassés par la gestapo. le père Angélus se trouvait alors à l'Abbaye de Diepenveen (NL), en présence sans doute de son frère Henricus. Tous deux sont ici,à Weert, en famille. La mère de famille est la soeur des deux moines ; il s'agit de Petronella Wilhelmina (Mina) Scheepers, alors âgée de 42 ans. Le Chef de famille est Michiel (Mies) Moonen, lui aussi âgé de 42 ans. Le couple avait alors 8 enfants. Mies et Mina étaient natifs de Weert et y sont décédés.


En arrière plan on distingue l'église St Joseph de Weert, inaugurée en 1939

Le 7 mai je reçois d'Annette un nouvel article de presse daté de 1976. Il est possible de comprendre que le Père Henricus avait conservé des liens avec sa commune de naissance, Weert (NL). Peut-être ces liens étaient-ils remis en question par le Père Abbé d'Achel ainsi que le laisserait deviner la fin de l'article.


Le Père Henricus tape un article à la machine à écrire, photo prise par le Père Angélus...



Traduction partielle : Le lundi de Pâques, le 19 avril, il y aura 40 ans que Willem Scheppers (Le père Henricus de l'abbaye d'Achel) a été ordonné prêtre.Toutefois, au motif que nous l'avons fêté il y a quelques années il souhaite que ce jubilé ne soit pas fêté. Pour le moins nous voulons que nos lecteurs le sachent car ils le connaissent comme l'un des très appréciés contributeur du "Canton de Wert", son interprétation et le suivi des événements de Weert, depuis l'abbaye d'Achel, sont appréciés et suivis par la population... La photo a été prise par le Père Angélus mercredi dernier, nous voyons Willem Scheppers dans sa chambre occupé à taper à la machine sous le signe de l'urgence un dernier article pour le "canton de Weert", article qui sera lu par nos lecteurs, surtout les plus âgés, avec beaucoup d'intérêt et de plaisir. La direction et le personnel du "Canton de weert" expriment ici leur désir sincère que le Père Willem Scheepers soit autorisé à poursuivre longtemps cette coopération à la satisfaction des lecteurs.

Je remercie encore Annette pour ces éléments d'information, surtout ceux qui m'ont permis de découvrir un moment fort de la vie du Père Angélus. De plus, elle a eu la gentillesse de m'envoyer une photo de Renier Scheepers et de Maria Petronella Korsten, parents des Pères Henricus et Angélus. Je ne crois pas faire preuve d'indiscrétion en précisant ici que Annette a des ancêtres communs avec ces bons Pères d'Achel ! Les premiers que l'on retrouve en remontant l'arbre sont Cornelius Scheepers (1776-1847) et Petronella Teeuwen (1784-1850).


*
* *

25 mai 2016, j'ai reçu un message de remerciement des Frères d'Achel suite au décès du Frère Joris. Tout comme pour le frère Charles cet envoi comprend le faire-part et une photo récente du frère Joris. Je les place ci-dessous, à sa mémoire.




*
* *

1er juin 2016, merci à Marcella Stappers et Internetgazet pour ces nouvelles de M. Bernard Hurvy, de passage à l'abbaye d'Achel, le 30 mai 2016, pour l'entretien et la révision de l'orgue ! Cet orgue neuf de 42 jeux a été installé en 1998 par l'Atelier Bernard Hurvy de La Chapelle sur Erdre (44). Parmi sa clientèle en Belgique, cet atelier compte aussi les abbayes d'Orval, de Westmalle et de Clairfontaine. L'atelier fait partie du Groupement Professionnel des Facteurs d'Orgues (GPFO).


Le travail de M. Bernard Hurvy a déjà été évoqué sur cette page (voir 23 janvier 2009)



*
* *




*
* *

21 juin 2016, aujourd'hui j'ai reçu un petit signe de mon ami Louis Bogaerts qui attire mon attention sur une publication dans InternetGazet de Hamont-Achel. Merci Louis ! Il s'agit d'une manifestation du souvenir pour le Père Averdieck de l'abbaye d'Achel dont j'ai longuement évoqué le parcours sur cette page. On se souvent de son action héroïque dans la résistance lors de la dernière guerre et de sa fin tragique : fusillé au camp de Vught.. Il y a quelques jours un jeune chêne a été planté en souvenir de lui auprès de la chapelle de Witteberg à Achel.


Sur la photo accompagnant l'article on reconnaît - auprès des enfants - M. René Winters.
J'ai rajouté une photo de la chapelle et une vue sur une plaque commémorative.
L'article précise que le chêne est issu d'une culture de glands prélevés sur le site du camp de Wught.



*
* *

Le 16 août 2016, Gerjan de Jong (un ami sur Facebook), en voyage touristique sur l'Ile de Bornholm, a terminé son séjour par une courte visite au prieuré de Myrendal. Seul le Frère Bo était présent et il était tout à la fois surpris et ravi d'accueillir les visiteurs... Gerjan a transmis mes salutations et a fait quelques photos que je me fais un plaisir de placer ici !


Au début de cette page on peut apercevoir le Frère Bo à cette même entrée, c'était il y a une dizaine d'années...



Merci à Gerjan pour ces belles photographies...


13 septembre 2016, un petit moment d'émotion en découvrant - pour la 1ère fois - sur le site de l'OCSO, une photo du prieuré de Myrendal. Il s'agit de la photo de la chapelle prise par le Père Wolfgang Fabian à l'occasion d'une visite en tant qu' "ami de l'Ordre cistercien" (voir ci-dessus, au 15 août 2014). Soeur Claire, puissiez-vous trouver le temps aussi de compléter un peu l'historique de cette fondation tellement exceptionnelle et indiquer le nom de celui qui en fut le supérieur jusqu'en 2007.


*
* *

23 octobre 2016, aujourd'hui est un beau jour pour le Père Pierre de l'Epiphanie ! Il fête ses 90 ans... Bon anniversaire Pierre, que le "Temps qui passe" vous garde en bonne santé encore longtemps.


Le Père Pierre, ancien de l'abbaye d'Achel qui fut l'un des "Six d'Achel" en son temps,
est certainement le seul moine nonagénaire, originaire de cette abbaye, encore en vie !



*
* *

25 octobre 2016, l'anniversaire du Père Pierre m'a ramené vers ma page - ou plutôt mes pages - et j'ai recherché si d'aventure il n'était pas possible de retrouver quelque nouvelle des "Six d'Achel" ! Bien m'en a pris ! J'ai retrouvé un article du 5 août 2016 paru dans les nouvelles de l'Eglise catholique au Danemark - Evêché de Copenhague - consacré au 50ème anniversaire de la fondation du Prieuré de Myrendal. Cet article raconte brièvement l'histoire de cette fondation et le nom de chacun des "Six d'Achel" apparaît. J'ai été particulièrement sensible au fait que cet article donnait un lien vers ma page Web en indiquant que des informations détaillées (en français) sur "les Six d'Achel" et l'expérience cistercienne y étaient disponibles ! Je ne sais pas qui a donné cette idée au rédacteur mais je le remercie pour la confiance témoignée.

Cette découverte m'a donné également le plaisir d'une photo récente du Frère Clemens et du Frère Bo. Je suis heureux de placer ci-dessous un extrait de l'article avec le lien qui vous permettra de le découvrir en totalité sur le site de l'Eglise catholique danoise.


Fr Clemens et Fr Bo




*
* *

21 novembre 2016, il y a quelques jours j'ai eu l'occasion de préciser à un correspondant que l'abbaye d'Achel c'était fini ! La communauté a été supprimée en 2011 et désormais l'abbaye n'apparaît plus dans la liste des monastères de l'OCSO. J'ai dressé une liste nominative que je place ci-dessous ; le Père Pierre y apparaît comme "le plus ancien" !



A l'occasion de quelques consultations d'archives j'ai eu le plaisir de trouver l'article de presse ci-après ; cet article, en date du 6 avril 1977, annonce un reportage fait par des enfants au sujet de l'abbaye d'Achel et comporte une photo sur laquelle il est possible de reconnaître le jeune Frère Titus (à gauche). Je vais tenter de reprendre un contact avec l'Abbaye de Caldey, il se pourrait bien que le Frère Titus se souvienne des deux autres moines présents... Le Père Angélus trouverait formidable qu'après si longtemps il soit encore possible de retrouver des anciens compagnons !



Ce 24 novembre j'ai eu la joie d'une réponse du Frère Titus de l'Abbaye de Caldey Island. Les noms communiqués sont indiqués sur la photo. J'avais quelques indices sur le père Anselmus, Nicolas van der Velzen (né en 1911) mais pas de photo... Quant au frère Joris je ne l'aurais pas reconnu sans l'aide du Frère Titus.



Bien évidemment le fait de soulever à nouveau ces souvenirs d'Achel n'est pas resté sans conséquences ! Je me suis replongé dans le livre "Een monnik vertelt..." (Un moine raconte...) ; le journaliste Fred. J. Lammers y rapporte les mémoires du Frère Titus relatifs aux débuts de sa vie de moine (1970-1980). Grâce à une traduction en ligne j'ai pu progresser dans la découverte de ce livre. Bien que peu de moines y soient nommés, une question posée par J Lammers à propos de l'âge des autres Frères d'Achel amène le Frère Titus à cette confidence : (Traduction)""" Le plus jeune est le Frère Johannes, 20 ans, puis Gabriel 23 ans, Daniël 24 ans, Luk 28 ans, moi-même 32 ans, puis Benoît 38 ans, et ensuite on va rapidement vers des âges de plus en plus élevés...""". Nous sommes alors en 1979 ou 1980 date d'édition.

Il m'est apparu évident que le Frère Daniël dont parle Titus est le Père Daniël van Sandvoort, Abbé de l'abbaye de Caldey Island depuis 1997 ! Présent à Achel en 1980 il y a donc connu le Père Angélus !


*
* *

Ce dimanche 27 novembre 2016, l’évêque de Hasselt (Belgique) a célébré l’Eucharistie à l’abbaye d’Achel où ce week-end était consacré aux chants grégoriens. Pour la 1ère fois la nouvelle version du « Notre Père » a été récitée. Les nombreux participants – tant des Pays-Bas que de Belgique – avaient reçu une carte de prière portant le texte dont la traduction a été approuvée par les évêques néerlandais et flamands.

C’est tout un symbole que de choisir l’abbaye d’Achel qui est à cheval sur la frontière. A l’extrême droite on reconnaît le Père Gaby Depreitere.


Merci, à Tony Dupont, rédacteur pour "Kerk & Leven" évêché d'Hasselt...



*
* *

7 décembre 2016, il est agréable de constater que les "archives" qu'il nous est possible de consulter sur le Web continuent de s'enrichir ! Je prends pour exemple cet extrait d'article qui concerne le Père Lambertus Vandermeulen... Il s'agit du "Leidse courant" du 30 décembre 1965 , à la page 6, on peut lire dans un récapitulatif des Jubilés de l'année que le Père Lambertus fêtait ses 50 ans de sacerdoce à l'abbaye d'Achel, et qu'il était alors Prieur ! Prêtre en 1915, l'année suivante, en 1916, on sait qu'il était interné sur l'ile de Cézembre. Pour moi cela a été l'occasion de revenir sur la vie "peu ordinaire" de ce Père entré à Achel en 1932. Vous le savez maintenant, il suffit de faire - sur cette page - une recherche sur "Lambertus" pour découvrir ou redécouvrir l'essentiel de ce qui a marqué sa vie.




*
* *


11 décembre 2016, aujourd'hui je me suis replongé dans les archives relatives à ma quête. Bientôt 10 ans que je classe avec plus ou moins de bonheur des articles, des photos et aussi des messages. C'est ainsi que mon attention a été attirée sur un Frère d'Achel dont je ne savais que peu de choses : le Frère Jo !

Une traduction plus fine de deux articles de 2000 et 2008 m'a permis d'être plus précis que je ne l'avais été sur cette page en avril 2008. Le Frère Jo est entré à Achel comme postulant en 1996, à l'âge de 64 ans. Il n'avait ni femme ni enfant et cette vocation apparemment tardive ne l'était pas tant que cela ! En effet, depuis 1967 il faisait des "visites" (retraites ?) de plus en plus fréquentes à l'abbaye. Lors de la rédaction de l'article de l'année 2000 il était le portier de l'abbaye d'Achel. L'article de 2008 rappelle que le Frère Jo a été victime d'un AVC et qu'il avait été admis dans un établissement de soins. Il était oblat depuis 1998.

Enfin, un message de René Winters de 2010 m'a rappelé le nom de famille de ce Frère. Cela m'a permis de lancer une recherche et c'est sur le site de l'OCSO que j'ai recueilli l'information : le Frère Jo Van Renterghem est décédé le 10 juin 2015. L'annonce est faite au nom de l'abbaye de Westmalle pour les raisons que l'on sait ! Je n'arrive pas à me faire à l'idée qu'il n'y a plus de communauté à l'abbaye d'Achel et que l'OCSO a rayé Achel de la liste des abbayes...




Le frère Jo a été oblat pendant 17 ans au sein de la communauté de l'abbaye d'Achel. Il a été inhumé à Zaffelare (B).
Je pense qu'il a eu des contacts avec le Père Angélus dès 1967, lors de ses visites.




*
* *

12 décembre 2016, je sens bien que le temps qui passe me conduit inexorablement vers une fermeture de cette page. N'allez surtout pas croire que c'est cette perspective qui m'amène à évoquer ici le cimetière de l'abbaye ! Non, disons que récemment j'ai trouvé un petit historique de W.L.P. Coolen très intéressant dont je livre l'essentiel de la traduction que j'ai pu obtenir en ligne :

"""... En 1880 les moines d'Achel se sont vu refuser, par décision du Procureur du roi de Hasselt, le droit d'enterrer leurs morts dans l'enceinte de l'abbaye. Ils devaient utiliser le cimetière communal d'Achel. Le Père Abbé a soulevé en vain les difficultés liées à la tradition, à l'éloignement... Il a alors profité de la situation même de l'abbaye, à cheval sur la frontière, pour demander aux Pays Bas l'autorisation de construire un cimetière côté néerlandais ; ce qui fut accordé. La vieille carte postale ci-dessous montre ce cimetière ; le calvaire que l'on voit en fond a été érigé en 1888.




La construction de la nouvelle abbaye va amener à un nouveau déplacement du cimetière (1945) sans qu'il y ait cette fois d'obstacles juridiques à la tradition monacale. Ce sont les moines eux-mêmes qui procéderont à l'exhumation des restes qui seront regroupés et placés le long du nouveau cimetière. Une chapelle commémorative est construite à la mémoire des moines qui avaient été enterrés dans l'ancien cimetière. Cette chapelle abrite une plaque que laquelle ont été gravé les noms de 65 moines. S'agissant du nouveau cimetière, le premier moine à y être enterré fut le frère Hieronymus van de Laar (théodorus Johannes 1883-27/6/1945)."""


Vue depuis la chapelle, la plaque gravée et l'actuel cimetière.
nb : Un clic sur image donne accès à l'historique...



*
* *

17 décembre 2016, un visiteur m'a demandé si des résultats positifs avaient été remarqués depuis la fin 2015 dite "année de la vie consacrée". A dire vrai il est encore trop tôt pour avoir un résultat significatif... Dans la statistique de l'OCSO, au 31 décembre 2015, on remarque toutefois un accroissement du nombre de novices chez les moniales. Les statistiques de 2016 permettront de mieux apprécier ce qu'il en est réellement des vocations.

Nul doute toutefois sur la constance de la baisse des effectifs dont ont fait état Dom Bernardo puis Dom Eamon (voir plus haut sur cette page -10/17 septembre 2011) ! Personnellement je rejoins l'avis de Dom Armand Veilleux dans son livre "Les moines ont-ils un avenir ?" lorsqu'il s'agace de l'appellation "communautés précaires" ou communautés en "situation précaire" dès lors que le critère retenu est celui du nombre ... Il écrit notamment """ Pourquoi une communauté de dix ou de cinq serait en soi plus précaire qu'une communauté de cinquante ?""". Je ne peux m'empêcher de penser à ceux qui - dès le début des années 1960 - avaient le souhait de vivre en communauté plus réduite...(voir page les "Six d'Achel"). Je place ci-dessous quelques chiffres, je ne ferai pas d'autres commentaires, sauf à attirer l'attention du lecteur sur le fait que les moniales représentaient 40% de l'effectif total de l'OCSO en 1990 et qu'à la fin de l'année 2015 ce pourcentage est passé à 46% ! Leur nombre diminue pourtant, mais moins rapidement que celui des moines...





*
* *

29 décembre 2016, un article de Marcella Stappers, paru dans Internetgazet nous apprend que le Frère Luc a rejoint l'abbaye de Westmalle. Le Père Gaby (80 ans) est désormais l'unique ancien de l'ex-communauté d'Achel encore présent sur place.





*
* *

- Année 2017 -



Ai-je vraiment l'intention de poursuivre cette page ? Je ne sais trop dire, bientôt 10 ans se seront écoulés depuis le début de ma quête ; l'abbaye d'Achel n'existe plus dans le répertoire des monastères de l'OCSO depuis 2011. On peut penser que s'il n'y avait pas la brasserie il n'y aurait plus de raison pour l'abbaye de Westmalle de maintenir un moine à Achel. Le temps a fait son oeuvre ! Il reste toutefois les rares contacts que je peux encore avoir et l'intérêt qui se manifeste quelquefois pour tel ou tel ancien d'Achel.

Le dernier contact, ce 12 janvier, est celui de Louis Bogaerts qui a beaucoup apporté à ma quête. Il me précise que, malgré les derniers départs et décès, "Achelse kluis" est toujours là ! Et c'est vrai, et pas seulement en raison de la brasserie qui est un pôle d'attraction touristique évident. Des expositions et des concerts sont programmés pour 2017. Je sais aussi, Louis, que l'on va encore à Achel pour prier et que l'on y célèbre des mariages ! Dernièrement un correspondant a attiré mon attention sur une page Web où sont visibles des photos d'un mariage célébré en octobre 2016 dans l'abbaye. C'est plein de vie et de joie ! J'ai emprunté une photo que j'ai quelque peu transformée afin de créer un lien vers ce site...




Voilà une photo qui éloigne la nostalgie, non ? Elle constituerait en tout cas une "belle fin" pour cette page si d'aventure Saint Benoît ne me guidait pas vers de nouvelles découvertes relatives à ma quête !


*
* *

21 janvier 2017, sur le site de l'OCSO j'ai appris que le Père Daniel van Santvoort avait été réélu, pour un 4ème mandat consécutif, Père Abbé de l'abbaye de Caldey. Dom Daniel est un ancien d'Achel.






*
* *

Le 22 janvier 2017 j'ai trouvé le rapport de la réunion régionale néerlandophone de l'OCSO qui s'est tenue à l'abbaye de Westmalle du 22 au 25 février 2010. Ce rapport fait le point sur la situation des différents monastères (effectifs, difficultés, assistance...).

La traduction m'a permis de découvrir un autre "ancien" de l'abbaye d'Achel : le Frère Simon-Jozef... En effet, dans son intervention, le frère Jef de l'abbaye de Westmalle se réjouit de l'accueil , cette année 2010, de nouveaux frères dont fr. Vincentius de Echt, fr. Simon-Jozef d'Achel et fr.Guerric de Zundert. Je disposais d'une photo de la communauté d'Achel datée de 2003 et je savais aussi qu'y figurait le frère Simon-Jozef dont on m'avait dit qu'il avait quitté Achel ! Une photo plus récente (2005) est accompagnée d'un commentaire sur sa belle barbe ! Pour faire simple j'ai fait le montage photo ci-dessous. Je ne le retrouve pas sur la photo de la communauté de Westmalle parue sur le site de l'Ocso en 2014. Sur cette photo l'abbé général de l'Ocso est au centre, à sa droite se trouve Dom Nathanaël ; à sa gauche - et je le précise pour éviter toute confusion - se trouve le Père Guerric (ancien de Zundert), lui aussi a une belle barbe ! Voilà, Le fr. Simon-Jozef est-il toujours à Westmalle ? C'est ce que je vais essayer de savoir.


Le frère Simon-Jozef, extrait photo communauté Achel de 2003 et selon article de 2005....



Je ne reconnais pas le frère Simon-Jozef dans cette photo de la communauté de Westmalle prise en 2014...


Dans ce même rapport j'ai pris connaissance de l'intervention du Père Gaby de l'abbaye d'Achel. Il dresse un constat des plus alarmants de la situation de la communauté. On comprend mieux la décision prise un an plus tard, lors du Chapitre Général de 2011, de supprimer la communauté d'Achel. La photo ci-après est un extrait du rapport.



Ce qu'exprime le Père Gaby :""" il indique à la commission qu'ils ne sont plus que 6 moines et qu'il est difficile pour eux de faire face à tout. La communauté souffre de son impuissance et du fait de la nécessité du soutien d'autres communautés. Le père Gaby souligne le soutien du Père Nathanaël (Westmalle), de l'abbaye de Tilburg et aussi la bonne coopération avec d'autres diocèses pour ce qui concerne l'Eucharistie. La charge de travail est lourde et menace la "Lectio" ; les coûts de fonctionnement sont énormes en raison du nombre de personnels au restaurant de la brasserie qui attire beaucoup de touristes ! Les bâtiments ne sont plus entretenus depuis trop longtemps, des travaux ont été reportés et la maison d'hôtes doit faire l'objet de rénovations urgentes. Il y a aussi les projets transfrontaliers à caractère religieux et culturels ; beaucoup d'activités dont se chargent des bénévoles des "Amis de l'abbaye d'Achel"......""".

On le voit, l'abbaye d'Achel ne pouvait plus assumer les charges.




*
* *

26 janvier 2017, je ne saurais faire plus longtemps sans dire quelques mots sur la disparition programmée de l'abbaye de Diepenveen (NL), une abbaye "fille" d'Achel. Devant la lente érosion des effectifs de sa communauté, Dom Albéric, abbé de Diepenveen, a muri un projet auquel adhèrent les 8 frères. Ce projet a reçu l'accord du Père Nathanaël (Westmalle) et de l'Abbé général de l'Ordre. Il s'agit de la mise en vente de l'actuel monastère (lequel a été conçu pour accueillir une centaine de moines) et d'une nouvelle installation dans des structures modernes et plus modestes sur l'Ile de Schiermonnikoog (l'île du "Moine Gris") au Nord des Pays-Bas. L'ile compte environ 950 habitants. Les premiers occupants de Schiermonnikoog auraient été les moines cisterciens du monastère Claercamp de la Frise, qui se sont installés sur l'île au Moyen Age ; l'île doit son nom à ces moines. Le Père Albéric devrait présenter ces jours-ci aux habitants de Schiermonnikoog le projet de construction du monastère.



30 janvier 2017, le temps de consulter et traduire quelques articles en ligne et de se rendre à l'évidence : l'Abbaye trappiste de Sion à Diepenveen a été vendue, il y a un peu plus d'un an, à la Fondation Nouvelle Sion. (pour en savoir plus suivre le lien ci-après).



Ainsi l'abbaye de Diepenveen, tout comme celle d'Achel, va disparaître de la liste des communautés de l'OCSO ! Le lecteur attentif (et patient !) se souviendra que le Père Angélus avait séjourné à l'abbaye de Diepenveen entre janvier 1943 et mai 1945. En effet, la communauté d'Achel chassée par la Gestapo s'était dispersée dans d'autres abbayes. La gentillesse du Père Albéric m'avait permis, lors de recherches en 2011, d'obtenir des renseignements auprès de l'archiviste de l'abbaye de Diepenveen (voir plus haut sur cette page fev/mars 2011). J'avais pu ainsi retracer un peu de l'histoire de la vie de mon ami ! Il me paraît donc normal d'évoquer ici, même brièvement, l'aventure que connaissent les derniers moines de Diepenveen.

Je place un lien sur un film diffusé le 27 décembre 2015 par la télévision catholique néerlandaise. Ce film raconte la fin de l'abbaye de Diepenveen et la volonté des derniers moines à la recherche d'un avenir pour leur communauté. C'est en néerlandais mais on comprend et on partage certaines émotions, grâce aux images qui sont très belles ! (cliquez sur la photo).


Photo extraite du film, les frères Paul et Jelke en discussion avec un groupe d'enfants



Ce film permet de comprendre que quatre des huit frères de "l'ancienne communauté" de Diepenven ont été accueillis à l'abbaye de Westmalle, ils rejoindront Schiermonnikoog lorsque le monastère sera construit ; ce sont les frères Romero, Columba, Aloysius et David.


Le Frère David, qui vit en ermite, n'est pas sur la photo.
Je pense que c'est lui que l'on aperçoit dans le film lors de la dernière messe à l'abbaye...


La communauté installée sur l'île Schiermonnikoog occupe une maison dans le village, elle compte 5 moines : les 4 autres frères de Diepenveen (Albéric, Paul, Jelke, Vincentius) et depuis le printemps 2016, le frère Jos - qui vient de l'Ordre des Carmes. Il faudra sans doute encore beaucoup de patience aux frères de Schiermonnikoog avant d'occuper leur nouveau monastère sur l'île. En attendant ils se sont organisés pour avoir un minimum de revenus grâce à un petit magasin (objets religieux, timbres...) installé dans l'habitation dont une partie était précédemment aménagée en salon de coiffure (anciens occupants)... Les lieux étant trop petits pour recevoir des fidèles lors des prières et Eucharistie, c'est à la Chapelle Egbert (1km de la maison) que les moines sont heureux d'offrir ces services plusieurs fois par semaine ...



La maison, à droite de la photo, telle qu'elle s'inscrit dans le voisinage immédiat


Les jours et heures des offices sont fixés jusqu'à la fin septembre 2017 (voir lien site des Frères un peu plus bas)...



Cette photo illustrait un article d'octobre 2016, les frères sont devant la chapelle de l'île...

J'espère pour les Frères que leur souhait de construire un nouveau monastère dans une "zone littorale protégée" pourra se concrétiser rapidement malgré les quelques levées de boucliers ! Les frères sur Schiermonnikoog ont un site qui permet de découvrir le cheminement qui a été le leur depuis le départ de Diepenveen. Il y est notamment possible de prendre connaissance des plans du futur monastère.




*
* *

Le 20 février 2017 un correspondant me confirme que le Frère Simon-Jozef est toujours présent au sein de la communauté de Westmalle. Je le remercie et modifie en conséquence la liste des "Anciens" de l'ex-communauté d'Achel.





*
* *

le 21 février 2017, une nouvelle de RTV OOST (NL) nous apprend que le monastère des Carmélites de Zenderen (NL) a vu - après des années - son « ermitage » de nouveau occupé avec l’arrivée de Frère David, l’ermite de l’ex abbaye de Sion Diepenveen. Celui-ci vit désormais isolé ; c’est lui qui prépare ses repas et fait ses courses dans le village. L’article évoque Schiermonnikoog et la construction future du monastère… (article à voir dans son intégralité en cliquant sur l'image)






*
* *

28 février 2017, à l'occasion d'une visite sur le site de Thuis in Brabant (www.thuisinbrabant.nl), j'ai retrouvé le nom d'un ancien moine d'Achel qui, sans conteste, a été un compagnon du Père Angélus ! Il s'agit du Frère Jacobus Van Poppel, né le 11.11.1867 à Gilze (NL). Entré à l'abbaye d'Achel comme Frère Lai le 16 octobre 1898, il a prononcé ses voeux solennels en 1907. Est toujours resté à Achel où il a travaillé jusqu'au dernier jour de sa vie ; il est décédé à l'âge de 83 ans, le 31 mai 1951. Deux photographies datées de 1907 et 1930 accompagnent l'évocation de ce frère. Le montage ci-dessous reprend en compte la très belle photo que le Centre Régional d'Histoire (RHC) de Eindhoven (NL) m'avait adressée en février 2016 ; le Frère Jacobus van Poppel y est parfaitement identifiable.


La photo de la communauté d'Achel n'est pas datée avec précision par le RHC. Le Père Angélus est dans le cercle jaune.




*
* *

20 mars 2017, ce jour le Frère Luc Lahaut est décédé à l'Abbaye de Westmalle des suites de maladie. Agé de 88 ans, né en 1928 à Vlissengen (NL), il était l'un des deux derniers moines de l'ancienne communauté encore présents à Achel avant de rejoindre Westmalle pour des raisons de santé. Il sera inhumé dans le cimetière de l'abbaye d'Achel.




Le Frère Luc Lahaut
(Photo publiée avec l'aimable autorisation de Marcella Stappers)






*
* *

08 avril 2017, c'est toujours un plaisir que d'échanger avec le Père Pierre Schilling, du monastère d'Eygalières ; il est très attentif au projet des Frères de Schiermonnikoog et j'aime à partager avec lui tel ou tel point de situation qu'il est possible de découvrir sur le Web... Le message qu'il m'a adressé ce jour est accompagné d'une belle photo de lui à son bureau ! C'est un bonheur que de la partager ici !


Le Père Pierre Schilling, moine-prêtre au monastère d'Eygalières (13)



*
* *

14 avril 2017, une communication en date du 12 avril, sur le site de l'OCSO, annonce que suite à la démission (effective le 27/11/2016) de Dom Josef Vollberg, abbé de Mariawald (Allemagne), la Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée et les Sociétés de Vie Apostolique (CIVCSVA), a nommé, le 4 avril 2017, Dom Bernardus Peeters, Abbé de Tilburg (NL), comme Commissaire Pontifical de l'abbaye de Mariawald. Il est précisé que Dom Bernardus a plein pouvoir de gouvernement sur la communauté de Mariawald.

Certains se souviendront peut-être de cette fin d'année 2008, quand le "Père Abbé" de Mariawald, Dom Josef Vollberg, avait obtenu, directement du Pape le privilège d'un retour à l'ancienne liturgie et, en même temps à l'ancienne observance des Trappistes (l'Usus di Monte Cistello - Rome 1964). Il semblait qu'à l'époque l'Abbé Général de l'Ordre avait été "court-circuité". (Pour un rappel voir sur cette page au 31 décembre 2008).

Apparemment ce retour en arrière à Mariawald n'a pas porté les fruits espérés par son Père Abbé dans le domaine des vocations. Déjà, en décembre 2012, Dom Vollberg, évoquait les difficultés. Un effectif passé de 12 à 10 moines, entre 40 et 50 postulants sur les 4 années écoulées mais peu de résultats eu égard aux "exigences spécifiques de la régle stricte". Avec le temps sont apparues certaines difficultés au sein de la communauté et Dom Vollberg a préféré démissionner pour ne pas être responsable de la suppression de la communauté de Mariawald. La désignation d'un Commissaire Pontifical fait cependant craindre cette éventualité !

On notera toutefois que le 11 octobre 2016, l'abbaye du Barroux (OSB) recevait la visite du Père abbé de Mariawald accompagné d'un Profès temporaire et de deux postulants ...




*
* *

14 avril 2017, des nouvelles des Frères de Schiermonnikoog ! Ce jour, le Frère Albéric a fait distribuer un courrier à tous les insulaires. Il déclare qu'il est notoire que la présentation du plan de construction, en janvier 2017, a provoqué des divisions graves et néfastes parmi les habitants de Schiermonnikoog et que cela constitue une raison suffisante pour abandonner le projet.

Les moines veulent vivre en paix avec les insulaires.

Après les fêtes de Pâques, que les Frères passeront à l'abbaye de Westmalle, ils travailleront sur un nouveau plan en collaboration avec les autorités compétentes et les insulaires...


La communication du Frère Albéric en date du 14 avril 2017, visible sur leur site..



*
* *

21 mai 2017, juste pour le plaisir d'évoquer l'ancienne communauté de l'abbaye d'Achel, je place ici un petit montage photo de documents que je viens de découvrir et qui concernent le Père Walter Okke Haazen.



J'ai ainsi pu compléter les quelques indications obtenues en 2008 et qui m'avaient permis de placer Le Père Walter Haazen parmi les compagnons du Père Angélus. Le Père Walter était un ancien Franciscain , Frères Mineurs de Tielt (B) de 1932 à 1968. Il avait été ordonné prêtre en 1938. En 1947 il obtenait une licence en psychologie et pédagogie. Il avait rejoint la communauté d'Achel le 7 décembre 1968. Il possédait une voix exceptionnelle et était connu pour la qualité de sa liturgie et de ses homélies. Il est décédé le 6 février 1992 à l'âge de 78 ans, après une longue et pénible maladie, au milieu de ses Frères d'Achel.

*
* *

20 juin 2017, c'est sur la page Facebook de la Nouvelle abbaye de Sion que j'ai appris que le film documentaire réalisé sur les moines de Schiermonnikoog avait été primé au festival 2017 de Paris. Un Grand prix du Jury pour un film vraiment prenant et émouvant...


Ce festival a lieu tous les 3 ans, une trentaine de documentaires provenant de 10 pays européens avaient été selectionnés parmi les 80 programmes présentés...


*
* *

5 septembre 2017, c'est avec un grand plaisir que je place ici cet article en date du 5 septembre 2017 de Internetgazet !



"Traduction partielle de l’article de Internetgazet"

""" Après un petit rappel historique est posé le problème de l’avenir de l’abbaye d’Achel qui avait compté jusqu’à 140 moines pour 2 actuellement ! Depuis 2011 l’abbaye est passée sous l’autorité du père Nathanaël, Abbé de l’abbaye de Westmalle. Comme l’explique le maire Théo Schuurmans, lui et le Père Nathanaël cherchaient une solution pérenne pour que l’abbaye puisse continuer à exister car elle constitue un pôle touristique pour la Flandre et les Pays-Bas. C’est le Père Nathanaël qui a proposé une solution qui continue à donner à Achel une vocation religieuse : l’accueil de la "Fazenda da Esperança".

Cette communauté accueille des personnes en difficulté, ayant une dépendance à la drogue, à l’alcool et qui veulent changer de vie ; la communauté leur offre l’espoir au sein d’une vie communautaire de travail et de prière. La Fazenda da Espenraça (famille de l’espoir) est implantée dans plus de 130 endroits dans le monde. L’évêque de Hasselt a donné son accord. ; l’abbaye reste dans le patrimoine de l’OCSO, toutes les activités économiques : brasserie, cafétaria et magasin continuent à être gérées par l’abbaye de Westmalle. Les deux frères encore présents restent à Achel mais un bâtiment distinct de ceux loués à la communauté qui devrait s'installer en 2018."""

Si vous le souhaitez, une simple recherche sur Internet vous permettra d'en savoir plus sur la Fazenda da Esperança créée il y a une trentaine d'années par le Père Hans Stapel (OFM).

*
* *

06 septembre 2017, ouverture du Chapitre Général de l'OCSO... Le temps passe vraiment vite !



Quelques nouvelles à l'occasion de ce Chapitre Général :

- Le 14 septembre 2017, Dom Armand Veilleux, de l'abbaye de Scourmont (Belgique) est élu "personne-lien" entre l’OCSO et l’Association Internationale des Laïcs Cisterciens.

- le 23 septembre 2017, moment important pour tous les participants à ce Chapitre Général, l'audience accordée par le Pape François, au vatican




A la fin des discours François a salué chacun à titre individuel. Après la photo de groupe, au moment de quitter la salle,
le Pape a partagé quelques mots avec Dom Bernardo Olivera, lui faisant une accolade bien fraternelle.



- le 25 septembre 2017, la messe est présidée par Dom Armand, Abbé de Scourmont en Belgique. A cette occasion, Mère Maria Gracia de Maria Frieden et sœur Annie de Laval lui ont offert en cadeau d’adieux le chant du cygne dans un superbe duo de flûte traversière et clarinette. Dom Armand Veilleux, une "figure" de l'Ordre qui était procureur général de l'Ocso lors des événements de Tibhirine... Il avait annoncé son intention de démissionner de ses fonctions d'Abbé de Scourmont (raison d'âge), il continuera toutefois à exercer différentes fonctions au sein de l'ordre. Bonne retraite, Dom Armand !

*
* *

Le 17 novembre 2017, l'Ocso a communiqué le résultat des élections du nouveau père Abbé de l'abbaye de Scourmont :



La nouvelle ci-dessous a été trouvée dans le journal l'Avenir (Belgique) ; il m'est agréable de la rapporter ici ! On l'a lu sur cette page, Dom Armand Veilleux a eu , en son temps, la gentillesse de répondre à mes demandes... J'ai aussi consulté à plusieurs reprises le site de sa "formidable banque de données" ! Je me réjouis de cet honneur que lui a fait la ville de Chimay.


L'article relatant l'événément peut encore être lu sur le site du journal



*
* *


Un avis ? Un commentaire ? Une question ? N'hésitez pas !



*
* *








Si vous souhaitez découvrir la page "récapitulatif de ma quête" qui ne comporte que l'essentiel lié au Père Angélus et ses compagnons d'Achel, n'hésitez pas à cliquer sur l'image ci-dessous :



Vous pouvez également découvrir un condensé des éléments recueillis sur ceux qui furent appelés dans les années 1960 "les Six d'Achel" :






Quelques liens rappelés ci-dessous :



Le site de l'abbaye d'Achel


Le site des Frères de Schiermonnikoog


Le site de l'OCSO


Le site à la mémoire des moines de Tibhirine


le site du Grevenbroekmuseum de Hamont Achel






*
* *

_

gerarddesaintmars - 2007-2017